1. // Jeux olympiques 2016

Neymar : pour tout l’or du Brésil

Et voilà, c’est fait ! La Seleção est enfin parvenue à la plus haute marche du podium et a décroché son premier or olympique. Une victoire riche en symboles pour un peuple brésilien littéralement habité depuis ses origines par la quête fascinée du métal précieux…

1k 20

Eldorado


Le Brésil est or. L’or est brésilien. Le jaune d’or du losange qui orne son drapeau est une référence aux richesses de son sous-sol (aurifère, donc). Le maillot emblématique de la Seleção est de la même couleur, jaune d’or 1970 et non pas le jonquille pisseux dont les Brazileiros se sont affublés aux coupes du monde ultérieures. Auriverde ( « or et vert » ) est l’autre surnom de l’équipe nationale. A taça do mundo é nossa ( « La Coupe du monde est à nous » ) est l’hymne des supporters de la Seleção depuis des décennies et il est tout aussi explicite : l’Esquadrão de ouro dont on y chante les louanges se traduit littéralement par « l’équipe en or » . Depuis la découverte du Nouveau Monde, le mythe fabuleux de l’Eldorado (la Contrée de l’Or) a traversé tout le continent sud-américain pour se fixer enfin au Brésil, et plus précisément en Amazonie. L’Homme de Rio (1964), le film français avec notre Bébel national, n’était en fait qu’une réécriture de la légendaire quête du gigantesque trésor caché dont l’itinéraire était révélé par l’alignement des trois statuettes sacrées. Sur l’affiche du film, le Pain de sucre carioca est couleur or…

L’attrait pour l’or, la conquête de l’or appartiennent aux mythes anciens de ce grand pays. Le Carnaval de Rio y transcende même les couches sociales par son déploiement de dorures, de paillettes dorées et de brillants éclatants. Pendant le Carnaval, les pauvres accèdent symboliquement à la richesse des patriciens en se parant à leur tour du (faux) métal précieux. À sa sortie en 1959, l’affiche du film Orfeu Negro (1959) du Français Albert Camus étalait le doré du Carnaval, avant de décrocher l’or de la Palme à Cannes, puis l’Oscar à Hollywood. L’or du Brésil, ce sont aussi ses plages au sable pailleté et son soleil quotidien dont le cours élevé ne varie jamais. Yves Bigot notait finement aussi que les coupes du monde remportées par le Brésil jusqu’en 1994 scellaient le mariage de l’or et de l’ébène, le doré qui ne brille jamais aussi beau que sur la peau noire (référence à la Seleção métissée d’Afrique)…

Suède 1958 : première Toison d’Or


En football, la conquête de l’or avait été longue et marquée par une malédiction tenace. Car on perd la raison ou la vie à trop vouloir l’or et le posséder (voir le mythe du roi Midas). Au Mondial 1950, la statuette dorée (coupe Jules Rimet) si convoitée échappa à la Seleção qui avait cru la remporter avant même de l’avoir disputée face à l’Uruguay (1-2). Le drame du « Maracanaço » était là pour rappeler que la quête durerait encore huit longues années avant que les nouveaux Argonautes Didi, Pelé, Vava et Garrincha ne ramènent la Toison d’or au pays (1958). Après la Suède, le Chili et le Mexique, la Coupe Jules Rimet resta définitivement au Brésil avant que son équipe ne conquiert le nouveau trophée doré créé en 1974 et décroché en 1994 et 2002. Mais la quête n’était pas achevée : manquait au Brésil l’or de la médaille du tournoi olympique qui avait fait la richesse de ses rivaux sud-américains. Car outre la « soif de l’or » , littéralement, qui exacerbait la volonté de triomphe aux Jeux olympiques, c’est encore et toujours la vieille rivalité de la Seleção avec la Céleste (Uruguay) et l’Albiceleste (Argentine) qui obsédait le quintuple champion mondial.


L’écusson qui orne le maillot uruguayen affiche quatre étoiles : les deux coupes du monde de 1930 et 1950, plus les deux tournois olympiques de 1924 et 1928 que la patrie de Cavani et Suárez a toujours considérés comme des titres mondiaux incontestables. Soucieuse elle aussi de rehausser son palmarès international en égalant sa jumelle de la Plata, l’Argentine s’est récemment mise à jour en raflant deux médailles d’or olympiques. En 2004 (Athènes) et surtout en 2008 (Pékin), les Gauchos avaient mis le paquet en alignant en Chine Riquelme, Messi, Mascherano, Di María, Agüero, Lavezzi, Gago ou Zabaleta. En demies, ils avaient balayé les Brésiliens 3-0…

Neymar, l’autre pibe de oro


En 2012, à Londres, la Seleção partait favorite avec un gang calibré pour gagner enfin : Hulk, Neymar, Pato, Thiago Silva, Ganso, Lucas et Marcelo. Mais c’est le Mexique, l’autre mythique « Pays de l’or » (celui des Aztèques), qui priva le Brésil de la médaille suprême (2-1). Restait le rendez-vous ultime pour s’assurer de ce titre universel qui faisait défaut à la bijouterie nationale : Rio 2016 ! À la maison, tous les espoirs reposaient sur les frêles épaules de Neymar, unique héros d’un futebol passé au laminoir allemand au Mondial 2014 (1-7)… Et comme dans les contes et légendes qui finissent en épopée triomphale, la quête de l’or a été couronnée de succès. En battant l’Allemagne en finale (1-1, puis 5 tab à 4), le Brésil a exorcisé les démons de 2014. Superstitieux comme aucun autre peuple au monde, le Brésil s’est aussi assuré que sa victoire face à la Mannschaft atteste que le nouveau Maracanã n’est pas maudit comme l’était l’ancien de 1950. Dans la nouvelle enceinte carioca, la Seleção a gagné la Coupe des confédérations 2013 et le tournoi olympique.


L’année 2016 aura donc été celle des premières avec la victoire du Portugal à l’Euro et de son fils colonial, le Brésil, aux JO. Mais la quête de l’or n’est jamais finie ! Même si le tournoi olympique ne compte pas autant qu’un Euro ou qu’une Ligue des champions, la compétition individuelle pour le Ballon d’or (puisque c’est de ça qu’il s’agit) a jeté un concurrent sérieux entre les pattes de CR7 : Neymar da Silva Santos Junior. Le capitaine de la Seleção, acteur très attendu et pile au rendez-vous du grand tournoi et auteur d’un coup franc sublime et du tir au but victorieux, a brillé à un niveau « universel » . Voilà donc Neymar embringué à la poursuite de Cristiano dans sa ruée vers l’or. Il a encore quelques mois pour accéder au trésor avant l’Atlante de Madère…

Par Chérif Ghemmour

Dans cet article

Note : 1
Orfeu Negro c'est Marcel Camus et non Albert.
Tant que CR7 et Messi seront encore dans le game ça va être dur pour Neymar de gagner le BO.

Mais personnellement si on prend joueur de moins de 26 ans j'en vois aucun a son niveau.

Je le met meme dans le top 5 des meilleurs joueurs du monde.

Il est très fort techniquement. Bonne frappe. Sens assez bien le jeu (pendant la période ou messi était absent sa combinait vraiment bien avec Suarez)

De plus il a l'air imperméable a la pression (seul brésilien a avoir a assumé son rôle en CDM, cassages de reins réguliers pendant les clasiscos, but en demi et finales de C1).
Donc le Brésil aurait exorcisé une fessée internationale et inédite (et je pense qu'on n'en reverra pas une comme ca de notre vivant) en CDM à la maison et Neymar concurrencerait Cristiano vainqueur de l’Euro et la C1 dans la course au BO (qu’il essaie déjà de concurrencer Pepe) parce qu’ils ont gagné la coupe de la ligue du football international ? Faut arreter le crack les mecs!
Message posté par Muforever
Tant que CR7 et Messi seront encore dans le game ça va être dur pour Neymar de gagner le BO.

Mais personnellement si on prend joueur de moins de 26 ans j'en vois aucun a son niveau.

Je le met meme dans le top 5 des meilleurs joueurs du monde.

Il est très fort techniquement. Bonne frappe. Sens assez bien le jeu (pendant la période ou messi était absent sa combinait vraiment bien avec Suarez)

De plus il a l'air imperméable a la pression (seul brésilien a avoir a assumé son rôle en CDM, cassages de reins réguliers pendant les clasiscos, but en demi et finales de C1).


J'en sais rien pour Neymar, le mec a arrêté de jouer en Janvier après des premiers mois de LIGA epoustouflant... Top 5 des meilleurs du monde? Il est deja pas dans le TOP 3 de sa propre equipe (Messi, Suarez, Iniesta sont meilleurs)

Au moins il a l'air de resister a la pression oui, car voir tous les bresiliens en pleurs au premier coup de pression ca fait flipper (thiago silva like this)
Note : -2
Message posté par Muforever
Tant que CR7 et Messi seront encore dans le game ça va être dur pour Neymar de gagner le BO.

Mais personnellement si on prend joueur de moins de 26 ans j'en vois aucun a son niveau.

Je le met meme dans le top 5 des meilleurs joueurs du monde.

Il est très fort techniquement. Bonne frappe. Sens assez bien le jeu (pendant la période ou messi était absent sa combinait vraiment bien avec Suarez)

De plus il a l'air imperméable a la pression (seul brésilien a avoir a assumé son rôle en CDM, cassages de reins réguliers pendant les clasiscos, but en demi et finales de C1).


Top 5? Rien que ça?

Il n'est même pas dans le top 30 en 2016, à son meilleur niveau il est top 10 sachant que je ne prends pas en compte messi et ronaldo.

Il fait des JO plutôt médiocre sachant que c'est même pas une compétition du niveau espoirs.

Une condition physique qui se dégrade, si les gens se respectent il ne sera jamais ballon d'Or.
Message posté par ofwgkta
Donc le Brésil aurait exorcisé une fessée internationale et inédite (et je pense qu'on n'en reverra pas une comme ca de notre vivant) en CDM à la maison et Neymar concurrencerait Cristiano vainqueur de l’Euro et la C1 dans la course au BO (qu’il essaie déjà de concurrencer Pepe) parce qu’ils ont gagné la coupe de la ligue du football international ? Faut arreter le crack les mecs!


Surtout qu'a part l'Allemagne en finale ils ont pas joué grand chose serieux...La Colombie peut etre?


Et puis faut voir la tete de l'equipe d'Allemagne aussi...

En tous cas j'avais rien contre les bresiliens avant mais depuis la CDM 2014 et les JO 2016, j'ai beaucoup de mal...
Entre les pleurs incessants et les insultes et huees a tout va... Champion mon frère...
Ehrmantraut Niveau : Loisir
Cristiano Ronaldo fait une année 2016 relativement quelconque. Ok les équipes dans lesquelles il est ont gagné 2 trophées européens, mais pas de copa, ni de liga.
Et ces victoires tiennent plus du hasard que vraiment du talent.
Même si le ballon d'or ne veut plus rien dire, CR7 en lauréat, faut pas abuser.
Jimmy Gatete Niveau : District
Message posté par Saprissa
Surtout qu'a part l'Allemagne en finale ils ont pas joué grand chose serieux...La Colombie peut etre?


Et puis faut voir la tete de l'equipe d'Allemagne aussi...

En tous cas j'avais rien contre les bresiliens avant mais depuis la CDM 2014 et les JO 2016, j'ai beaucoup de mal...
Entre les pleurs incessants et les insultes et huees a tout va... Champion mon frère...


Alors que CR7 a deja joue qlqch de serieux cette annee??? Serieux les gars!
Frenchies Niveau : CFA
Note : -4
en tout cas,
ni CR7 ni Messi n'avaient encore fait le quart de ce qu'à fait le Ney en sélection à 24 ans ... (72x décisif en 70 matchs au passage)
IscariotWorld Niveau : Loisir
Note : -1
100% jesus...
Heureusement que ces jeux se terminent, que ces gens retournent dans leur mediocrité.
Note : 1
Je suis assez surpris de lire constamment des commentaires négatifs sous les articles parlant de Neymar depuis quelque jours.

1- Pour ceux qui, comme Bestclic, critiquent le niveau actuel du joueur :
Je ne suis pas le football européen avec une attention des plus fines, mais il me semble tout de même que Neymar fut exceptionnel il y a à peine six mois. Que derrière ces performances majuscules, il a tout de même présenté un niveau correct par rapport à son talent. Je n'ai pas vu Neymar passer à côté d'une saison entière, je n'ai pas vu Neymar enchaîner les blessures et je ne l'ai pas non plus vu ralentir de manière irrémédiable le jeu de son club.
Il faut savoir garder la mesure des choses : ce qu'il fait depuis qu'il est en Europe est extraordinaire et parler de décadence après quelques mois un peu plus difficiles, mais toujours bon, c'est soit essayer de faire l'original, soit mettre des mots sur un espoir malsain de le voir un jour se casser la gueule. Chez mon ami Bestclic (que j'ai le grand regret de voir maintenant censuré), c'est peut-être aussi une bouteille d'eau jetée à la mer avec l'espoir de revenir nous dire dans deux ans : " je vous disais quoi en 2016 ?".

2 - Pour ceux qui critiquent la joie olympique.
Le football n'est certes pas un sport majeur aux olympiades et cette compétition ne semble pas avoir plus d'intérêt que ça.
Je pense cependant, quitte à passer pour un doux rêveur, que glaner une médaille olympique vaut tout de même son pesant de cacahuètes et je ne cracherais vraiment pas sur un tel butin dans mon salon.
La médaille de Neymar le met dans la même caste que Bolt, Jordan, Ali, Gebreselassie ou même Messi, Eto'o ou Tevez.
Je trouve que c'est manquer franchement de romantisme que de ne pas réussir à imaginer le bonheur qui doit envahir un joueur gagnant une médaille olympique, quelques soient les circonstances.
Concernant le pays, je ne vais pas vous apprendre que le rapport du Brésil au football est viscéral. Que ce rapport est maintenant troublé par des performances de plus en plus anodines, par une fédération abracadabrantesque et par le traumatisme de 2014.
Dès lors, rien d'étonnant à voir ce peuple qui vit le football tatoué au cœur se lover dans la moindre occasion de joie éphémère liée à ce sport.
Lorsqu'on voit la joie de Neymar et de ses coéquipiers, on sent plus du soulagement qu'autre chose. On sent plus un groupe (et je pense que le public était dans le même état d'esprit) qui a réussi à préserver la face.
Vous seriez d'ailleurs les premiers à critiquer la défaite des brésiliens à coup de "ils ne sont même pas capables de gagner une compétition aussi pourrie".

3 - Pour ceux qui se sentent heurtés par le "100% Jesus".
Ce bandana me fera toujours rire personnellement : je m'imagine la caricature "bdesque" du japonais cuisinant des sushis en voyant Neymar l'arborer et c'est franchement hilarant.
Mais vos commentaires traduisent une impression d'être agressés qui me dépasse. Je ne veux pas faire de discours à la miss univers sur la tolérance, mais je suis heureux de voir les gens exprimer leur joie selon leurs croyances, leurs cultures ou leurs humours (https://www.youtube.com/watch?v=hH9bzXOwfpo). Quand je vois un basketteur ou un sprinteur américain surjouer l'egotrip après une victoire, j'y vois autant d'expression culturelle que le "100% Jesus" d'un latin ou la la danse d'un camerounais contre un poteau de corner.
C'est juste, ne vous en déplaise, ce qu'il y a de plus cool dans les compétitions mondiales.
Vous sentir agressés, ce n'est pas seulement pisser froid, c'est aussi prouver que vous n'êtes pas totalement ouverts, mais surtout confiants de ce que vous êtes.
Au risque de faire de la psychologie de comptoir, hein.
Et je vois que j'ai fait quelques fautes, mineures mais inhabituelles.
Juste pour dire que ça me fout presque le seum.
Pragmatique Niveau : CFA2
Note : 1
"Dans la nouvelle enceinte carioca, la Seleção a gagné la Coupe des confédérations 2013 et le tournoi olympique."

D'accord.Donc ils n'ont rien gagné.
Message posté par Crede Leo
Orfeu Negro c'est Marcel Camus et non Albert.


Merci. On va dire qu'on pinaille, mais quand même...
Note : -1
Message posté par Ehrmantraut
Cristiano Ronaldo fait une année 2016 relativement quelconque. Ok les équipes dans lesquelles il est ont gagné 2 trophées européens, mais pas de copa, ni de liga.
Et ces victoires tiennent plus du hasard que vraiment du talent.
Même si le ballon d'or ne veut plus rien dire, CR7 en lauréat, faut pas abuser.


Hélas, l'abus étant un principe chez la FIFA, il sera bien élu. Malheureusement pour ce qui reste du football.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
La fiche de Schalke 04
1k 20