1. //
  2. // Primera Division
  3. // Newell's champion

Newell's Old Boys, les 6 hommes du titre

Rosario est de retour au premier plan en Argentine. Après la remontée en première division de Central, c'est l'autre club de la ville, Newell's Old Boys (aussi qualifié pour les demi-finales de la Copa Libertadores), qui vient d'être sacré champion pour la sixième fois de son histoire. Un titre obtenu, entre autres, grâce à six retours gagnants. Six bonhommes formés au club. Six fidèles.

Modififié
3 22
1/ Lucas Bernardi
Le premier à être rentré au bercail. Après huit saisons en Ligue 1, entre l'OM et l'ASM, le fidèle Bernardi est revenu couper les offensives adverses et relancer propre en Argentine. Capitaine de son Newell's querido, il a tenu la baraque quand le club était au plus mal, puis a prolongé l'aventure quand l'équipe devenait compétitive. Suspendu trois mois pour dopage cet hiver, il est revenu dans le onze de départ sans faire de bruit, comme à son habitude. Sacré champion pour la première fois de sa carrière (qui ne comptait jusqu'à présent qu'une Coupe de la Ligue), le Rosarino pur et dur rêve de s'en aller sur un historique doublé (champion d'Argentine-Copa Libertadores), avant de penser au banc de touche et à la présidence du club, ses objectifs.

2/ Diego Mateo
Le beau blond de la récupération. Rentré en 2009, comme Bernardi, Diego Mateo Alustiza est le genre de numéro 6 (ou 5 pour les Argentins) classique, calé devant sa défense, dur sur l'homme, récupérateur infatigable malgré ses 35 ans, et pas avare en efforts. Un pion essentiel dans l'équilibre de ce Newell's joueur et offensif. Passé par l'Italie (Lecce) et l'Espagne (Racing Santander, Real Valladolid, Hercules), il est le seul joueur de cette liste à avoir évolué dans un autre club argentin que Newell's. Ce qui ne l'empêche pas de faire partie des idoles de la maison.



3/ Gerardo Martino
L'entraîneur. L'origine du renouveau de Newell's. De retour sur ses terres début 2012, quand le club était en grande difficulté, le « joueur de l'histoire de Newell's » (505 matchs et 3 titres de champion avec la Lepra) a rameuté du beau monde et construit en peu de temps l'une des meilleures équipes du continent, dont le beau jeu contraste avec le reste des équipes du championnat argentin. Sept fois champion du Paraguay lorsqu'il était à la tête de Libertad et de Cerro Porteño, quart-de-finaliste en Afrique du Sud, puis finaliste de la Copa América avec la sélection paraguayenne, Martino est très convoité en Europe, et notamment en Espagne. Il a toutefois une Copa Libertadores à soulever avant de traverser l'Atlantique (il a perdu deux finales avec Newell's en tant que joueur, en 1988 et 1992).

4/ Gabriel Heinze
Le chef de la défense. Gaby devrait annoncer prochainement sa fin de carrière, et c'est malheureux, tant l'ancien Marseillais est bon au milieu de cette arrière-garde rouge et noire. Mais Heinze est comblé. Après tant de succès en Europe, il voulait terminer en beauté là où il avait commencé. C'est chose faite. Lors de la victoire 5 à 0 contre Unión, il y a dix jours, El Gringo a même inscrit son premier but sous le maillot de la Lepra. À Rosario, Heinze évolue en défense centrale et joue comme il l'a toujours fait : avec roublardise, en remportant ses duels, en mettant des coups quand il faut mettre des coups, en passant la moitié du match à discuter avec l'arbitre, mais aussi en balançant des transversales de 40 mètres ultra-précises avec son pied gauche.



5/ Maxi Rodríguez
Le détonateur. Positionné sur l'aile gauche de l'attaque, La Fiera régale le public et ses partenaires. Explosif, décisif, excellent dribbleur, altruiste et travailleur dans son couloir, Maxi Rodríguez est le leader du secteur offensif et le vice-capitaine de ce Newell's Old Boys, pour qui il a résilié son contrat à Liverpool. Son bilan : 4 buts, 5 passes décisives, un pénalty obtenu et deux buts des siens suite à une frappe de sa part repoussée difficilement par le gardien adverse. Le tout en 18 journées, auxquelles il n'a pas toujours pu participer du fait des convocations en sélection. L'auteur du plus beau but du Mondial 2006 a réalisé un championnat monstrueux. Et il en a encore sous la semelle.

6/ Ignacio Scocco
Le buteur. La figure. La hype. Goleador de ce Tournoi Final, goleador du précédent Tournoi Inicial (24 buts en tout + 5 en Libertadores), Nacho Scocco, 28 ans, s'est complètement relancé après une expérience bof bof aux Émirats arabes unis. Déjà champion en 2004 avec Newell's, année au cours de laquelle il avait piqué le poste de numéro 9 à Mario Jardel, l'ancien buteur de l'AEK Athènes semble avoir le talent, l'expérience et la maturité pour aller régaler une bonne équipe européenne. C'est son objectif. L'Atlético Madrid de Simeone s'est déjà manifesté.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Une bien belle équipe, titre archi mérité, je suis juste dégoutté que Boca soit éliminé au penalty de la Libertadores contre eux, mais bon, j'espère qu'ils iront au bout maintenant.
Et chapeau à Heinze et Maxi qui ne sont pas rentré pour se la couler douce, bien au contraire !
qu'est ce qu'ils font avec le maillot de Rennes sur le dos?
Une équipe rafraichissante, si maintenant l'Argentine pouvait commencer à rapatrier ses joueurs un peu plus tôt (comme le fait le Brésil, dont le niveau a pas mal augmenté), ça ferait du bien au championnat. Bon, pour le prochain championnat faudra laisser gagner River par contre!
FourFourTwo Niveau : Loisir
Parler d'Heinze et mettre "fidèle" dans le même article, c'est presque de la provocation ...
Note : 1
Fidèle a son club de début , a son club formateur !
la diaspora Argentine en Europe est du que sur le plan économique , aucun club Argentin ne peut rivaliser en salaire avec les clubs en Europe .

Et traditionnellement beaucoup de joueurs une fois ayant fait le tour de la question ( du portefeuille ) en Europe reviennent fidèlement a leurs clubs de début .
Faut savoir que la passion du futbol en Argentine est tellement forte , que beaucoup de joueurs sont supporters d'un club , au point meme que certains se font un tatouage de leurs clubs de coeur !

( Qu'il est moche ce stade de la Lepra , mon dieu !!
c'est quand il veut Messi pour aider le club a le remodeler )
el santino Niveau : DHR
ouai il fait un peu piscine municipale ouverte :)
Message posté par FourFourTwo
Parler d'Heinze et mettre "fidèle" dans le même article, c'est presque de la provocation ...


Fidèle avec le seul club qu'il aime.
Qu'est ce qu'il en a à cirer de la pseudo rivalité entre supporter Parisiens et Marseillais ?
FourFourTwo Niveau : Loisir
Pseudo rivalité ? Tu préférerais qu'ils s'entretuent pour avoir une réel rivalité !
el santino Niveau : DHR
non, ce qu'il veut dire, je crois, c'est que la rivalité Paris-Marseille n'a pas d'ancrage historique, ça a été monté de toute pièce dans les années 90, rien à voir avec Central/Newell's ou Boca/River
Gaby putain, pourquoi ce mec n'est pas immortel? :(
Message posté par FourFourTwo
Pseudo rivalité ? Tu préférerais qu'ils s'entretuent pour avoir une réel rivalité !


Rolalala mais d'où il sort lui ?
A la base une rivalité c'est géographique, ou une anecdote historique fait que les 2 clubs ont un différent. Là PSG-OM c'est flingué, sa part de rien ... Après les gens ont suivis quand même ... tant mieux pour Canal et la L1 ...
FourFourTwo Niveau : Loisir
@Matt78400 : t'es gentil je ne te manque pas de respect alors tu en fait de même !
Tu l'as dit toi même, la rivalité est artificielle... donc c'est une rivalité. Peu importe son origine, cette rivalité existe belle et bien aujourd'hui. Alors évidemment elle n'as rien à voir avec celle que l'on peut trouver dans d'autre pays où la culture footballistique est largement plus implanté. La France n'est pas un pays de football pur et dur, impossible de comparer avec les boca-river (et personne n'as dit le contraire)et alors ??? Mais moi en temps que supporter du PSG, l'arrivé d'Heinze à Marseille a été un vrai coup de poignard.
Ce que veut dire 442, c'est que Gaby est une véritable salo.pe dans le sens lyrique du terme. Quand il était à Paris, il crachait sur le maillot de Marseille présenté aux entraînements et traitait le rival de tous les noms.
Une fois MU, il n'a pas signé à Liverpool uniquement pour une affaire de gros sous.
Bref, peut-être y vois-je un mal typiquement européen envers Heinze, mais ce fut une ordure dans ses démonstrations en Europe. Je préfère un mec comme Ibra qui dit clairement qu'il est là pour la thune, on aime ou pas mais il pose ses glaouies (bien que je trouve ça atroce pour un supporter parigot de chopper son maillot floqué).

Bref, Gaby est une catin, ce qui n'enlève rien à ses immenses qualités et à son leadership sur le terrain. Jérôme Alonso avait raconté une fois qu'ils n'étaient pas du tout potes en dehors du terrain, mais qu'une fois sur la pelouse, ils aurait pu "mourir l'un pour l'autre". Ça résume bien ce mec.
Pour un mec qui a le pseudo "fullgrinta", je trouve ça dur de te voir écrire Heinze salope*, alors qu'avec Sorin il fait partie de ceux qui en avait le plus de la grinta, de toute l'histoire de ton club ...

Enfin bon si finalement ça fout plus la haine de voir Heinze à l'OM que M'Bami c'est bien c'était la plus grosse perte et qu'il a fait son taf quand il était là.
Et puis bon à l'époque l'OM était le seul club jouant la C1 qui l'a vraiment contacté, donc choix de carrière largement compréhensible.
Le PSG a ceci de commun avec les clubs populaires qu'il est facile, avec des gestes sur et hors du terrain, de plaire à 90% de ton fonds de commerce, du gogo supporter parce que c'est la mode aux plus anciens parfois. Les exemples ne manquent pas, Nene en fait partie tout comme Heinze voire Sakho (même si je mets moins en doute la sincérité de ce dernier).

Pour faire court, se jeter les 2 pieds en avant et coller des clins d'oeil aux caméras, ça se vend pas mal. Et j'avoue que ça me gonfle.
@ Fullgrinta , t'es barbant l'ami a venir avec ton PSG sur un sujet parlant de Newell's !
c'est pas écrit de manière méchante , c'est juste que c'est dommage systématiquement de tout ramener a son club préféré alors que les occasions de parler PSG ne manque pas ici sur ce site , contrairement a ce club !
Peut-être mon nom de club préféré (avec les San José Earthquakes et j'en oublie).
Ah mince , mea culpa je viens de me rendre compte que c'est pas toi qui a commencer !

bref les gars si vous voulez discuter rivalité c'est Newell's - Central un clasico de la ville de Rosario , que je vous conseille de suivre la saison prochaine !

Décibels , grande ambiance , et papelitos assurés !!!
Non mais t'as raison je me rends compte que je suis pu.tain de relou avec mon club.
@+ ma poule.
Note : 1
L'équipe de Paris avec Heinze, Sorin, Pocchetino ... Qu'est-ce qu'ils ont pu me faire bander !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
3 22