1. //
  2. // 8e journée
  3. // Manchester City/Newcastle

Newcastle, la panne de réveil

Alors que Mike Ashley a mis la main au portefeuille cet été, Newcastle semble continuer sur la mauvaise voie tracée par John Carver l'an dernier. Mais qu'est-ce qui cloche chez les Magpies ?

5 2
Lorsqu'il s'agit d'évaluer la forme d'une équipe, les chiffres ne mentent pas, ou très rarement. Ainsi, sur ses 18 dernières sorties en championnat, Newcastle n'a connu la victoire qu'à une seule reprise, pour 13 défaites, et quatre nuls. Un enfer. Pourtant, le très décrié Mike Ashley, propriétaire tout-puissant et généralement silencieux des Magpies, s'était exprimé au micro de Sky Sports avant le dernier match, couperet, et finalement remporté (2-0) face à West Ham à la dernière journée de la saison dernière. Si, au grand dam des supporters, Ashley avait assuré que « le club (n'était) pas à vendre, quel que soit le prix » , il avait aussi annoncé du changement en matière d'investissements : « Je vais continuer la politique d'investissements que je mène dans ce club. Nous avons mis le club dans une situation financière intéressante, donc nous sommes capables de dépenser et de viser un peu plus haut grâce à la situation financière où se trouve le club actuellement. » Pour le coup, et c'est assez rare pour être signalé, Ashley, sur ce point précis, a tenu sa promesse cet été.

Ambition retrouvée


Car pour effacer l'intérim cauchemardesque de John Carver - 13 points pris sur 54 possibles - Mike Ashley a décidé de voir les choses en grand. Enfin, en plus grand qu'avant. Le chantier a commencé avec la nomination de Steve McClaren, et l'objectif affiché de remporter un titre, comme il le déclare à son arrivée au Mirror : « Gagner une coupe ? C'est l'objectif. Absolument. À 100%. Une fois que vous l'avez fait une fois, vous voulez le refaire, encore et encore. Vous avez vu ce que j'ai réussi à Middlesbrough ? Pourquoi ne pas le refaire ici ? Il y a le public, et les moyens pour. (...) Les moyens financiers sont disponibles. Nous avons vu l'interview donnée par Mike Ashley. Vous faites une déclaration comme celle-ci, vous devez assurer derrière. Il nous a dit : "Voilà, c'est votre job, faites-le. Voici les ressources." » Ainsi, le club va tout d'abord modifier sa stratégie sur le marché des transferts. Finie la « French connection » mise en place par Pardew où, sur la quinzaine de joueurs recrutés en Ligue 1, seuls Cabaye, Sissoko, et dans une moindre mesure Debuchy, Rémy (prêté) et Haïdara ont donné satisfaction.

Des recrues de luxe


Du coup, cet été, Newcastle a mis le paquet, histoire de « viser un peu plus haut » , comme l'annonçait Ashley. En chiffres, cela donne une balance négative de 46,02 millions de livres, faisant des Magpies le deuxième club le plus dépensier du championnat derrière l'intouchable Manchester City. Car si Manchester United, Chelsea, Liverpool, Tottenham et même Aston Villa ont plus dépensé, ils ont également bien vendu. Ce qui n'est pas le cas des Magpies. Dans les faits, les Magpies se sont ainsi offert les très convoités Wijnaldum, Mitrović, et Mbemba, avant de miser, dans la dernière ligne droite, sur Florian Thauvin. Sur le papier, on pouvait alors parler de trois, voire quatre jolis coups. Seule ombre au tableau pour les supporters, la non-prolongation du contrat de Jonás Gutiérrez, idolâtré par St James' Park après être revenu d'un cancer pour sauver les Magpies de la relégation à la dernière journée. Un geste qui draine avec lui tout le cynisme et la froideur reprochés à Mike Ashley et à sa gestion du club.

Panic room


Seulement, sur le terrain, l'histoire est pour l'instant tout autre. Parfois passive, voire amorphe, l'équipe semble ne pas avoir totalement guéri de ses maux de l'an passé. Comme si, malgré le travail fourni, Steve McClaren n'arrivait pour l'instant pas à insuffler un nouvel esprit à un groupe complètement traumatisé par la déliquescence du jeu observée l'an dernier. Face à un Chelsea malade en ce début de saison, les Magpies ont longtemps cru à la victoire, avant de voir Willian égaliser dans les derniers instants. Comme si l'équipe était possédée par la fameuse peur de gagner chère aux tennismen, à en croire Paul Simpson, l'adjoint de McClaren, qui s'est livré au Chronicle : « Je n'ai jamais été aussi frustré à la fin d'un match parce que je sentais qu'on pouvait battre les champions en titre, mais nous avons lâché du lest. »

« Kevin a créé un monstre »


Du côté des recrues, si Wijnaldum, sans être flamboyant, fait ses matchs, les fans ont rapidement fait la connaissance du caractère explosif de Mitrović, exclu face à Arsenal et suspendu deux matchs. S'il est très prometteur, Mbemba, lui, semble avoir du mal à trouver sa place au sein d'une défense en dépression. Enfin, après avoir manqué offrir la victoire face à Manchester United d'un cheveu, puis avoir régalé en League Cup face à Northampton, Florian Thauvin est aujourd'hui sous le feu des critiques pour son manque d'investissement sur la pelouse. Apparu aux côtés de Kevin Keegan début septembre sur le plateau de l'émission Keys and Gray, John Carver a mis les mots sur les maux de Newcastle : « Kevin a créé un monstre, et ce monstre a besoin d'être nourri. Malheureusement, depuis que Kevin est parti, et à part avec Sir Bobby, nous n'avons pas réussi à le nourrir. Les fans pensent que nous pouvons revenir à cela, mais je pense que nous n'y arriverons jamais. » À moins de se réveiller très rapidement.


Par Paul Piquard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
J'ai horreur des équipes qui empilent les joueurs de manière désordonnée.J'avais d'ailleurs émis le souhait que Aston Villa descende cette saison pour ce motif précis,en plus du fait que je n'aime pas cette équipe sans autre raison que le pur délit de sale gueule totalement subjectif.

Au milieu des années 2000,Levante avait pris pleins de joueurs dont beaucoup de français et/ou joueurs de Ligue 1.Cela avait tourné au fiasco.Je peux également citer Istres,Arles Avignon...bon,parfois,il n'y a guère le choix que de faire les soldes pour certains clubs.

Pour en revenir à Newcastle,c'est une équipe qui a l'air bien crade par rapport à son potentiel.J'ai l'impression que l'effectif n'a pas de continuité (pourtant,certains ont l'air d'être présents depuis au moins trois ans).Ils vont peut-être monter en puissance pour éviter le pire,contrairement à Aston Villa.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
C'est fou la faiblesse de Newcastle quand tu mates la qualité de leur effectif ! Et pour ne pas me faire mentir, ils sont en train de se prendre une bonne branlée de City et Aguero...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
5 2