En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Sankt-Pauli

Netzer veut Koller à Sankt-Pauli

Fin de saison délicate du côté de Sankt-Pauli.

Lanterne rouge à seulement trois journées de la fin, le club alternatif de Hambourg sait déjà qu'il perdra Holger Stanislawski, son coach charismatique, après dix-huit années de présence.

Aussi la recherche d'un nouveau coach se fait-elle de façon active. Après avoir essuyé un refus de la part de Mehmet « je n'ai pas le temps » Scholl, la nouvelle piste privilégiée s'appelle Marcel Koller. Le Suisse serait parfait pour le job, selon ce qu'a déclaré au Tagesanzeiger la légende allemande - qui vit en Suisse, réduction d'impôts oblige - Günter Netzer: « Sankt-Pauli est une équipe qui irait bien à Marcel Koller, c'est un peu comme Bochum, qu'il dirigeait à l'époque. A Bochum, il a fait un boulot formidable, il a ramené le club en première division, et a réussi à y maintenir le club avec le plus petit budget du championnat. De toute façon, même si le club venait à descendre en fin de saison, je fais confiance à Koller pour le ramener très vite en haut. »

Pendant ce temps là, Jan Koller, aucun lien de parenté, se régale en National sur la croisette où il en est déjà à 16 buts en 29 matches.


AF
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Hier à 16:01 Tony Chapron est en arrêt maladie 39 Hier à 13:27 Des supporters uruguayens créent un chant sur l'air de Bella Ciao 23 Hier à 12:18 Un entraîneur espagnol s'énerve en conférence de presse 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 17 février Les maillots du PSG floqués en mandarin 25 samedi 17 février La panenka ratée de Diego Castro en Australie 20
À lire ensuite
La bombe de Mediapart