En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Milan/Barcelone
  4. // Notes

Nesta éteint Messi

Cela faisait deux ans et demi que le Barça avait toujours marqué au moins but en Ligue des Champions. Il a fallu un grand Milan AC pour stopper la série de Messi et de ses petits copains. Mais surtout un immense Alessandro Nesta.

Modififié
Milan AC

Abbiati (7) : Sa parade en fin de match sur la frappe de Messi vaut au moins un but marqué. Trois Ballons d'or? Même pas peur.

Bonera (6,75) : Les rares fois où il a eu le ballon entre les pieds, il fallait qu'il le dégage au plus vite, comme s'il s'agissait d'une grenade dont il fallait se débarrasser coûte que coûte. A part ça, en phase défensive, il a été costaud. Face à l'attaque barcelonaise, c'est déjà un petit exploit.

Mexès (6,99) : Propre. Ce bon Philou a fait son match, sans vraiment trembler. Quelques accélérations de Messi lui ont fait perdre deux ou trois kilos, mais il a toujours réussi à se remettre dans le bon sens. Que doit se dire Luis Enrique, qui se coltine Simon Kjaer en défense à la Roma ?

Nesta (8) : C'est sûr que lorsque l'on a un vrai défenseur en face de soi, c'est plus difficile de mettre une manita. Quelle classe, quelle justesse, quel joueur.

Antonini (6,25) : Ça, pour courir, il a couru. Dani Alvès était un sacré client, donc difficile de s'offrir des montées. En même temps, il ne valait mieux pas.

Nocerino (5,5) : Il nous a habitués à mieux. Une bonne occasion qu'il a loupé par péché d'altruisme, des récupérations, mais moins de grinta que d'habitude. Encore quelques cours à prendre avec son tuteur Gattuso.

Ambrosini (5) : Des fautes, beaucoup de fautes. Et seulement un carton jaune. On appelle ça un joueur constant, qui ne change pas avec les années.

Seedorf (6,5) : Le caviar qu'il met à Ibra en première période est une vraie merveille. Juste histoire de rappeler aux Catalans qu'il n'y avait qu'un seul joueur, sur la pelouse, à avoir remporté quatre fois la Ligue des Champions.

Boateng (5,75) : Il revient de blessure et n'est donc pas encore au top. Il s'est battu, s'est sacrifié, mais n'a pas eu l'occasion de mettre une mine en pleine lucarne. Or, de lui, c'est surtout ça que l'on aime.

Robinho (2) : Nullissime. Interdit de rater ce qu'il rate au bout de deux minutes. Même Loulou Nicollin l'aurait mise.

Ibrahimovic (5,5) : Un match mi figue mi raisin. Quelques gestes de classe (un crochet et une accélération pour mettre dans le vent Piqué), des bonnes déviations, mais un cruel manque de réalisme lors de sa seule, énorme occasion. Zlatan continuera de régner sur la Serie A. Pour l'Europe, rendez-vous dans sept jours.

Remplaçants : Incompréhensible de ne pas avoir fait jouer El Shaarawy dès le début tant Robinho a été nul. Emanuelson a loupé un contrôlé qui aurait pu l'emmener vers le but et Mesbah a fait le boulot, même s'il a totalement lâché Puyol sur un corner qui aurait pu être fatal aux Milanais.

FC Barcelone

Valdès (6) : Une seule parade à faire dans tout le match. Pas super compliquée, mais il ne fallait pas se louper. Sinon, les cheveux courts, ça ne lui va pas si mal.

Mascherano (6,75) : Une dégaine à jouer dans la Seigneur des Anneaux (un bon hobbit), même si ce soir, il a plutôt opté pour le mode Gandalf sur son côté : « Vous ne passerez pas » .

Puyol (6) : Capitaine a bien failli refaire le coup du but sur corner qui fait du bien (cf. Allemagne 2010). En défense, il a souvent paniqué sur des ballons simples.

Pique (7,5) : Impeccable pendant tout le match face à Zlatan, même s'il s'est fait déposer sur une pointe de vitesse. Niveau jeu de tête, il est difficilement franchissable. Un beau duel à distance avec Nesta.


Dani Alvès (5,5) : On l'a vu plus brillant. Là, on a surtout vu des centres pour personne, et des montées qui n'ont pas abouti à grand chose. Enfin, à ce stade là, ce ne sont même plus des montées, puisqu'il n'a pas joué derrière.

Busquets (5,75) : On a le droit de dire que l'on ne se souvient pas d'une seule action de lui? L'homme qui disparait et qui réapparait, encore plus fort que David Copperfield. Et Sylvain Mirouf.

Iniesta (5) : Trop de lumière à San Siro. L'enfant lune n'a pas supporté. Du coup, il était souvent caché, et rarement au centre du jeu. Et pour la première fois depuis le 4 novembre 2009, le Barça ne marque pas en Ligue des Champions. Coïncidence ?

Xavi (7) : Toujours juste, toujours précis. Il est le seul à avoir réussi, par quelques inventions, à faire s'ouvrir la défense milanaise. Il s'est même procuré une grosse occasion, repoussée par Abbiati. Mais comme on dit, il ne peut pas être au four et au moulin.

Keita (5) : Deux jolies semelles non sanctionnées, il a fini par prendre sa biscotte sur un tirage de maillot. On l'aime bien Seydou, hein, mais quand même... Fabregas sur le banc, sérieusement?

Messi (5,75) : Alessandro Nesta n'est pas Daniel Schwaab. Il n'est pas non plus Victor Ruiz. Il sait défendre, même sur Messi. Du coup, oui, l'Argentin a un talent incroyable et lorsqu'il accélère, cela va vite. Mais ce soir, il est tombé sur une défense qui ne l'a pas laissé exprimer ce talent. Et la seule fois où il a réussi à se sortir de la tenaille (quand Nesta est sorti, en fait), Abbiati a sorti la parade du match. Rendez-vous ce week-end pour un triplé contre l'Athletic.

Alexis Sanchez (5,25) : On dirait plutôt le Alexis Sanchez 2010 que le Alexis Sanchez 2011. Un mec talentueux, mais qui ne trouve pas vraiment sa place. Un peu comme son jumeau Faudel dans 123 Soleil.

Remplaçants : Tello. Pas mal les passements de jambes, mais il faut lever la tête gamin. Ah? Pedro est rentré? D'accord.


Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 30
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 165