Nenê le perce-muraille

Encore buteur à Lens, le Brésilien du PSG continue son excellent début de saison. Rien d'étonnant en somme, pour un Brésilien...

Modififié
0 0
Il aura suffi d'un match pour se rendre compte de l'importance de Nenê. C'était à Sochaux. Ce soir-là, le club francilien a pris l'eau. Une claque (3-1) à laquelle le Brésilien n'était pas convié. Et pour cause, il était suspendu. En son absence, l'édifice était bancal et s'est écroulé. Aussi bien sur le plan défensif qu'offensif.
Encore buteur dimanche soir à Lens, le numéro 19 est le meilleur buteur du club en championnat (4 buts). Un statut qui le surprend. « Je ne m'attendais pas à être aussi décisif » déclarait-il dans la presse la semaine dernière. Et force est de constater que l'écarteur de narines le plus célèbre du pays a fait un bien fou au Paris-SG. Question d'équilibre déjà. Depuis la mise au ban de Jérôme Rothen, le couloir gauche semblait terriblement déserté. Sessegnon, Chantôme, Armand, Sankharé... malgré de nombreuses tentatives, personne n'aura vraiment convaincu. Un déséquilibre qui nuisait au schéma offensif du club. Trop stéréotypé, trop prévisible. En gros, avant Nenê, on balançait devant. Avec lui, on construit. Tout du moins, on essaie.

Il fallait un spécialiste. Et l'élu s'appelle Nenê. Son début de saison est exceptionnel. Buteur, passeur, dribbleur, créateur. L'ancien Monégasque est dans tous les bons coups. Le rééquilibrage du milieu de terrain est de son fait. Il s'acclimate à ses “fellows” et surtout, offre une autre alternative au système offensif francilien.
Mais on peut encore s'interroger sur le cache-misère que représente le Brésilien. Le PSG sait-il gagner sans lui ? La question mérite d'être posée. « Il est capable de changer le cours d'un match sur un ballon » disait de lui son ancien coéquipier Djimi Traoré. Pour le moment, Nenê est dans le vrai. Le vrai dépositaire du jeu parigot, c'est lui. En quelques matches, l'ancien joueur de Vigo s'est en outre accaparé la charge des coups de pied arrêtés, véritable point faible parisien l'année dernière. La différence est saisissante.

Sessegnon n'assume pas la comparaison

On se disait que l'arrivée d'un gaucher allait relancer Stéphane Sessegnon, jusque-là perdu à bâbord. Que dalle. Pis, le Béninois n'assume pas la comparaison et pèche à se mettre au diapason de son nouveau coéquipier. Depuis le début de saison, l'altesse, le double S, est une ombre. Car Nenê n'est pas qu'un simple ouvre-boite offensif. Il apporte une certaine rigueur défensive qu'on ne lui connaissait pas. Tout ce que n'est pas le numéro 10 du PSG.

Son compatriote Ceara, qui a joué quelques matches avec lui sur le flanc gauche, ne s'en cache d'ailleurs pas. « Le fait de jouer avec Nenê est un plus. Je me sens très à l'aise avec lui. Sa présence me fait beaucoup de bien ! On se parle, on analyse nos matches » balançait récemment le latéral dans France-Soir. Bien que sourd de naissance de l'oreille gauche, le joueur entend les superlatifs le concernant. Surtout au PSG, où les Brésiliens ont souvent la belle vie. Parfois sans raison.
Pas encore dans le même moule que ses illustres prédécesseurs Raï, Valdo ou Leonardo, Nenê se construit petit à petit dans son nouveau jardin de la Porte de Saint-Cloud. Pour le moment, Nenê fait la sourde oreille (sic) et continue de travailler dans son coin. Mais pour la première fois depuis Ronaldinho, le PSG possède en son sein un keyplayer capable de gagner un match à lui tout seul. Antoine Kombouaré l'a bien compris et utilise son joyau à toutes les sauces (Ligue 1, Ligue Europa etc.). Élu meilleur joueur du mois d'août par les internautes de PSG.fr, Nenê a conquis tout le monde. Reste à pérenniser son passage au club et ne pas activer la Jurisprudence Aloisio... La postérité est à ce prix.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0