Nenê, l'atout charme du PSG

Robin Leproux voulait des noms ronflants pour redorer le blason du PSG. Pour ce faire, il s'est arrangé pour arracher le Brésilien Nenê. Une bonne pioche ?

0 0
«  Les supporters et l'ambiance au stade sont incroyables. Ça me rappelle les stades du Brésil et pour un joueur c'est exceptionnel. Par ailleurs, tout comme Paris, je souhaite réaliser un grand championnat et réussir quelque chose en coupe d'Europe » . Les premiers mots de Nenê sous le maillot parisien sont optimistes. On le serait à moins. Le Prince monégasque s'apprête donc à découvrir son Parc. A priori, il est attendu. Attendu par son nouvel entraineur – Antoine Kombouaré – qui le réclamait depuis des lustres. Réclamé par un public difficile qui demande à être (re)conquis. Quémandé par les joueurs qui désespéraient de voir le club francilien devenir enfin couillu sur le marché des transferts.

Mine de rien, Anderson Luis de Carvalho dit Nenê reste sur une saison XXL. Avec son pote Park, il a tenu l'attaque monégasque sur le devant de la scène. Griffe gauche délicieuse, tireur de coups francs, petits crochets sympathiques, Nenê semble savoir que faire d'un ballon. Un brin fragile, certes, mais a priori idéal pour un Parc des Princes en manque de talent(s). Cependant, le Brésilien devra répondre à de nombreuses interrogations. Parce qu'ici, bah c'est Paris.

Trop cher, trop lent ?

C'est la crise. Alors forcément les émoluments du futur milieu gauche parisien vont faire des jaloux. 1,8 million nets annuel, ça calme. D'autant que le club parisien a raqué près de 6 millions d'euros pour un joueur auquel il ne restait qu'une année de contrat. Beaucoup pour un Carioca même pas international (même si son nom avait circulé du côté de... l'Espagne avant le Mondial du fait de sa double nationalité). Trimballé dans diverses taules espagnoles (Majorque, Alavès, Vigo, Barcelone), l'ancien de Palmeiras a mis du temps à se familiariser au football du Vieux Continent. Mais en Espagne, il jouissait d'une réputation plus que correcte. Celle d'un bon joueur de club en somme. Pas assez bon pour être une star, pas assez nul pour se faire cracher dessus.

Mais voilà, l'ancien numéro 11 de l'ASM a ce petit plus qui manquait au PSG. Il a acquis ses lettres de noblesses dans l'Hexagone. Un joueur capable de débloquer un match sur une feinte, un tir, un coup de génie. Et puis, le poste de milieu gauche faisait cruellement défaut du côté de la capitale. Un casse-tête dans lequel Sessegnon, Chantôme et Armand ont été successivement envoyés au casse-pipe. Avec cette arrivée, conjugué à celle de Bodmer, les dirigeants franciliens ont décidé de sortir le chéquier et la boîte à sourires. Le président Leproux l'a d'ailleurs confirmé sur le site officiel du club : « Nous avions annoncé en fin de saison que nous souhaitions rendre l'équipe plus compétitive. On a prévu un recrutement de joueurs de grande valeur » . Il s'agirait de pas en faire trop non plus, hein.

Cette fois-ci, plus d'excuses, les recrues devront justifier leur statut. Le Brésilien facturait près de 15 buts l'an dernier. Un CV qui le place automatiquement parmi les « cadres » parisiens. Au delà de l'aspect technique de son jeu, Nenê devra ramener des points et vite. La notion de patience ne fait toujours pas partie du vocabulaire parisien.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Top 10 : Brésiliens du PSG
0 0