Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options

Negredo, l’homme fort de Séville

Il aurait pu être l’arme du Malaga nouveau, mais les Qataris ont rangé le carnet de chèques. Champion d’Europe avec l’Espagne, Negredo reste donc dans ce FC Séville rajeuni et orphelin de Kanouté. Avec de nouvelles responsabilités.

Modififié
Cinq saisons, 77 buts. A bientôt 27 ans, Alvaro Negredo fait partie des gâchettes de la Liga. Il y a un an, il montait même sur le podium des goleadores du championnat, derrière le vrai duo d’intouchables, Messi et Cristiano Ronaldo, à égalité avec le Kun Agüero. Solide. Des buts, le gars de Vallecas en a toujours mis. De la réserve du Real où il a été jeté ( « ils ont préféré mettre 35 millions sur Benzema que me donner ma chance  » ), à Almeria pour ses premiers pas en première division (32 buts en deux saisons) et maintenant à Séville, où il a découvert les joies de l’Europe et de la sélection.

Cet été, il a conjugué les deux en remportant le premier trophée majeur de sa carrière, l’Euro, qui vient s’ajouter à la petite Coupe du Roi qui trainait sur son CV. De quoi faire passer la frustration du mondial sud-africain, qu’il avait manqué d’un rien. Certes, cet Euro, il l’a essentiellement passé sur le banc. Mais faire partie de la meilleure sélection du monde n’est pas l’affaire de n’importe qui. Avec la Roja, depuis sa première apparition en 2009, Negredo a fait ce qu’on lui demandait : marquer des buts, 6 en 12 sélections, et gagner ses duels.

L’entourloupe qatarie

Car le Sévillan n’est pas trop du genre toque. Il plait surtout à Del Bosque pour l’alternative qu’il représente. Avec sa gueule de pochtron du village, il a plus le profil du figurant dans Prison Break que de la terreur des surfaces de la Liga. D’autant plus depuis qu’un choc violent avec Iraola, le défenseur de Bilbao, lui a laissé dix points de suture et une belle cicatrice sur le crâne. Très bon au duel et adroit face au but, il combine en fait les qualités du buteur.

Après trois belles années sévillanes et ce titre de champion d’Europe, Negredo aspirait à aller voir un peu plus haut. A s’imposer dans un club de niveau C1, pour franchir le cap entre valeur sûre de la Liga et attaquant de classe internationale. Il pensait avoir trouvé en Malaga le club idéal. Une équipe voisine, en plein essor, dirigée par l’excellent Pellegrini. Avant l’entourloupe Al Thani, les Andalous envisageaient de mettre 19 millions sur la table pour faire du natif de Madrid leur nouvelle pointe. Mais le cheikh était en bois et les meilleurs joueurs de Malaga commencent à quitter le navire. Pour au moins une saison encore, Negredo sera bien un joueur du FC Séville.

Retrouver l’Europe


L’Europe, Negredo ne la verra donc pas cette saison. Vainqueur de la C3 en 2006 et 2007, systématiquement européen depuis 8 ans, le FC Séville a réalisé sa plus mauvaise saison depuis 2002-2003, terminant à une triste 9ème place. Luis Fabiano parti l’année dernière, Kanouté cet été, Alvaro Negredo est le dernier représentant de l’attaque de feu sévillane. Il sera l’un des leaders de cette équipe rajeunie. Ses camarades l’ont d’ailleurs désigné vice-capitaine, derrière le portier Andrés Palop et devant son partenaire en sélection Jesús Navas.

«  Je prends mon nouveau rôle avec beaucoup de responsabilité. On a un bon groupe, des jeunes sont venus, c’est à nous de les conseiller et de les aider » , analyse-t-il. Fort de son expérience, l’international espagnol sera le nouveau relais de Michel, avec qui le courant passe particulièrement bien, sur le terrain. L’homme fort de la maison. Celui qui devra ramener Séville là où ses supporters, en colère, l’attendent. En Europe. Soit dans le Top 6 de la Liga. Un beau défi pour le garçon. En attendant peut-être d’autres d'une autre envergure, ailleurs.

Par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
À lire ensuite
Le Brésil touche au but