Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options

Nasri, petit prince de City

C'est officiel. Samir Nasri quitte Arsenal pour les pétrodollars de Manchester City : 28 M€ pour les Gunners et 10,7 M€ par saison pour le joueur. Mais déjà certains s'interrogent : a-t-il fait une connerie ?

Modififié
Les téléspectateurs de Canal + Sport vont continuer à avoir du « Petit Prince de Marseille » made in Stéphane Guy à la pelle. Sauf que ce ne sera plus durant les matches d'Arsenal mais en matant Manchester City, désormais renforcé par Samir Nasri. L'histoire était dans l'air depuis plusieurs semaines mais à force de ne pas finaliser on avait fini par penser : «  Oh la... Arsène Wenger va encore jouer au séquestreur de service » . L'hypothèse prenait d'autant corps que les Gunners ont fini par céder Cesc Fabregas à Barcelone et bien entendu c'est un dossier qui avait une influence sur celui du meneur français. Car dans l'esprit de Wenger, c'était dire bye-bye à Fabregas ou Nasri mais sûrement pas aux deux. Perdu. Et on ne sait pas si cet épisode nous renseigne plus sur la perte d'influence de Wenger, sur la détermination de Nasri ou sur la force de persuasion de Manchester City qui a mis pas loin de trente patates sur un joueur à qui il ne restait pourtant qu'une année de contrat. Un peu des trois forcément. En tout cas, après trois saisons à Londres, Nasri plie les gaules pour le nord de l'Angleterre où deviendra le joueur français le mieux payé de l'histoire (10,7 millions d'euros par an). Evidemment, on entend déjà les puristes (Sarko dirait les « droitdelhommistes » ) s'insurger contre ce petit ingrat sans vergogne prêt à quitter le club qui lui a fait franchir un cap tel un vulgaire mercenaire. C'est une lecture des choses mais il n'est pas interdit d'en avoir une autre.



Le vent de l'histoire pousse City



Car il faut bien le dire, Nasri à Arsenal, c'est un bilan mitigé. Evacuons tout de suite la question du palmarès que tout le monde connaît : le Marseillais n'a absolument rien gagné chez les Canonniers, même pas une coupe Banania à la con. Individuellement en revanche, le constat doit être plus nuancé. A Londres, Nasri est devenu un joueur plus complet, à la fois plus tranchant gonfle au pied et plus déterminé dans le jeu sans ballon. « Avant d'être chez nous, Samir ne sollicitait la balle que dans les pieds. Ce n'est que plus tard qu'il a commencé à sollicité la profondeur ce qui n'est pas naturel chez lui » , rappelait récemment Wenger. La combinaison de ces deux facteurs a fait de l'international tricolore un milieu capable de marquer davantage. Le hic, c'est que le néo-Citizen n'a jamais pu exprimer tout ça sur la durée d'une saison. L'an passé, parti sur les chapeaux de roue, Nasri avait faibli après le mois de janvier (8 buts avant la trêve en Premier League, seulement 2 ensuite). A l'image d'Arsenal finalement. Et finalement, on touche peut-être là au cœur de la question. Bien sûr, il y a la question financière, essentielle on le sait bien. Mais Nasri n'est pas fou et connaît un peu le ballon : le vent de l'histoire actuel pousse davantage dans le dos de Manchester City que dans celui d'Arsenal.




Et vue par une lorgnette cocardière, le timing n'est pas non plus anodin car il n'aura échappé à personne que chez les Bleus, Nasri est en train de souffrir de la comparaison avec Marvin Martin. Et le meilleur moyen de faire de nouveau la différence avec le Sochalien, c'est encore de sortir de son train-train londonien (confortable hein : ça joue bien sur le terrain, ça vit bien en dehors) et surtout d'être enfin dans une équipe qui gagne. L'heure de se souvenir que le palmarès de Nasri, tant avec l'OM qu'avec Arsenal, reste désespérément vierge. Un truc à combler vite. Au moins autant que son compte en banque.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 10:09 Zlatan confirme qu'il reste en MLS 16