1. //
  2. // 8es
  3. // Dynamo Kiev-Manchester City

Nasri, il était une nuit à Kiev

C'était il y a presque trente mois. Un soir où la France jouait sa tête à la Coupe du monde lors d'un match en Ukraine, à Kiev. On connaît la suite : une gifle à l'aller avant un exploit au retour qui fera des victimes collatérales. Surtout Samir Nasri. Car depuis, il a pris sa retraite internationale à 27 ans, a enchaîné les blessures et ne sera même pas du voyage européen de son équipe ce soir. Comme un souvenir qui passe.

1k 25
C'est un soir de déroute nationale. Un soir que personne n'a oublié et que personne n'oubliera probablement jamais. C'était un 15 novembre, il faisait froid, et Kiev souriait encore avant de basculer dans une crise géopolitique sans réelle fin. L'Ukraine recevait la France pour la première manche d'un ticket pour deux avec en ligne de mire une Coupe du monde au Brésil. Le genre de moments que tout le monde veut vivre, dans lequel chacun veut briller et où les mots sont forts. Dans la bouche de Didier Deschamps, on parle de « rêve » et parfois même du sentiment « d'unité nationale » . Personne ne le sait encore, mais cette rencontre, ce match aller, va marquer la bascule du mandat de Deschamps à la tête de l'équipe de France. Le sélectionneur est comme ça et il a toujours fonctionné comme ça. La Dèche marche à l'exploit, à la notion de groupe et à l'affect. Quitte à faire des victimes.

Si mon père était sélectionneur


Car ce soir-là, sur la pelouse du stade Olympique de Kiev, la France va s'écrouler dans les grandes largeurs, laissant Roman Zozulya jouer au boxeur contre le poteau de corner et Yarmolenko embrasser le tatouage dessiné sur son bras gauche. Une défaite indiscutée et indiscutable (0-2). « Je n'ai rien écouté, je n'ai rien lu. On était en vase clos » , racontera plus tard Deschamps. Pendant ces heures qui le sépare d'un match retour où la France construira son groupe pour le Mondial sur un exploit majeur, Didier Deschamps va se remettre en questions. En changeant son système de jeu, en affirmant son autorité et en choisissant ses hommes. Au cœur de la lessive, un homme : il s'appelle Samir Nasri, aujourd'hui loin des Bleus avec toujours une place près du cœur.

Youtube

La nouvelle est tombée en octobre dernier. Sous un chapeau et posé sur un plateau. Samir Nasri était alors l'invité de J+1, devenue depuis quelques mois un confessionnal. Au détour d'une question, le dernier râteau : « Même si mon père était sélectionneur, je n'y retournerais pas. (…) La vraie rupture, c'est 2012. Je voulais arrêter, mais mon père m'a dit que je devais jouer la Coupe du monde. J'ai essayé d'être bon. J'ai fait une grande saison avec mon club avant la Coupe du monde 2014, j'avais de très bonnes stats. Mais ça n'a pas suffi. Sans manque de respect à qui que ce soit, quand j'ai vu la liste et certains qui y figuraient... » Lui parle de la fin d'un rêve. Celui d'un idéal. Un maillot bleu porté comme une fierté au point de refuser la critique en couvrant d'insultes un journaliste en 2012. Tout le personnage Samir Nasri est résumé dans cette rupture. Celui d'un génie, prodige et adulé, que tout le monde veut voir avec soi, chez les Bleus, mais qui ressemble à un éternel incompris. Car lors de cette saison 2013-14, Samir était redevenu Nasri. Ce gamin, héros à 17 ans du côté de Marseille, qui porte un effectif par sa grâce, son crochet et son sourire. Manchester City venait d'être champion d'Angleterre, Nasri de disputer près de 90% des matchs de la saison. Trop beau, trop insolent. Une tête à claques ?

Youtube

La course aux souvenirs


Et pourtant, tout a été fait pour le faire revenir sur sa décision. De Roger Giovanini, son éducateur d'enfance, à ses différents entraîneurs. Nasri a donc fait de Kiev le point final de son chapitre bleu, revenant de temps en temps dans la presse pour régler ses comptes avec Didier Deschamps. Un entraîneur qui a, selon lui, refusé de lui parler à plusieurs reprises alors qu'il enchaînait les bonnes performances sous le maillot de City. Depuis, le sourire a disparu sous le chapeau du désormais ex-international. Miné par les blessures à répétition, écarté il y a quelques semaines de la liste des 25 joueurs autorisés pour la Ligue des champions au profit du gamin Iheanacho, Nasri court désormais après son souvenir. Celui d'un gosse qui soulevait le Vélodrome avec ses mèches blondes, qui portait un effectif de stars en déclin, qui brillait sous la coupe de son « père » Wenger, et qui claquait des partitions brillantes à ses débuts mancuniens. C'est simple, depuis le début de saison, son nom n'a été couché qu'une fois sur le tableau noir.


Pourtant, le 10 juillet 2014, Nasri rempilait avec City pour quatre années supplémentaires. Tout avait été mis en place pour revenir au premier plan : un stage à Merano et quelques bouts de matchs. Jusqu'à se péter donc, de nouveau, en deux temps. La dernière fois qu'on a eu des nouvelles de lui, un post Instagram laissait apparaître une coupe peroxydée, un cuir collé aux jambes et des béquilles avec quelques mots : « Ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort. » Nasri est revenu il y a quelques jous à l'entraînement, le tout en affirmant sur le site officiel de Manchester City qu'il pourrait « terminer sa carrière au club » . Car, là aussi, le temps a changé. On ne se bat plus pour son talent, on ne s'arrache plus pour ses belles dents et on ne parie plus sur un physique qui inquiète à seulement 28 ans. Avec toujours cette impression qui reste et trotte dans la tête : putain Samir, tu méritais mieux que ça.


Par Maxime Brigand

Dans cet article

Note : 1
Mériter mieux que ça ? Pas certain du tout, Nasri est un joueur avec des qualités (conservation de balle, finition, une certaine finesse dans la dernière passe surtout dans les petits espaces, un bon volume de jeu) mais il a surtout l'énorme défaut de garder trop la balle, de ne pas la faire circuler, ce qui nuit à son équipe.
Si on ne le place pas dans les bonnes conditions (c-à-d une action facile à lire où il va faire jouer ses qualités), il va te faire n'importe quoi, à tourner sur lui-même pour au final te sortir une passe en arrière.
C'est tout simplement un joueur qui n'a pas assez travaillé malgré des qualités certaines, à partir de ça, on en peut pas dire qu'il méritait mieux, surtout qu'il a toujours connu une certaine patience de la part de ses entraineurs, que ce soit en club ou en edf.
Georgesleserpent 2.0 Niveau : National
va savoir pourquoi, j'ai de la sympathie pour ce mec.
C'est surement un mec du même acabit que Benzema etc, mais je le trouve sympa. En plus il s'exprime plutôt bien, il est franc sans être non plus manichéen, j'aime bien.

Pour ce qui est du joueur, je l'ai jamais trouvé si fantastique perso, par contre.
Mériter mieux que ça ? Pas certain du tout, Nasri est un joueur avec des qualités (conservation de balle, finition, une certaine finesse dans la dernière passe surtout dans les petits espaces, un bon volume de jeu) mais il a surtout l'énorme défaut de garder trop la balle, de ne pas la faire circuler, ce qui nuit à son équipe.
Si on ne le place pas dans les bonnes conditions (c-à-d une action facile à lire où il va faire jouer ses qualités), il va te faire n'importe quoi, à tourner sur lui-même pour au final te sortir une passe en arrière.
C'est tout simplement un joueur qui n'a pas assez travaillé malgré des qualités certaines, à partir de ça, on en peut pas dire qu'il méritait mieux, surtout qu'il a toujours connu une certaine patience de la part de ses entraineurs, que ce soit en club ou en edf.
Note : 1
Je te soutiens Samir.

Le mec qui a une mauvaise image pas vraiment méritée selon moi...
Message posté par Hiddink2
Mériter mieux que ça ? Pas certain du tout, Nasri est un joueur avec des qualités (conservation de balle, finition, une certaine finesse dans la dernière passe surtout dans les petits espaces, un bon volume de jeu) mais il a surtout l'énorme défaut de garder trop la balle, de ne pas la faire circuler, ce qui nuit à son équipe.
Si on ne le place pas dans les bonnes conditions (c-à-d une action facile à lire où il va faire jouer ses qualités), il va te faire n'importe quoi, à tourner sur lui-même pour au final te sortir une passe en arrière.
C'est tout simplement un joueur qui n'a pas assez travaillé malgré des qualités certaines, à partir de ça, on en peut pas dire qu'il méritait mieux, surtout qu'il a toujours connu une certaine patience de la part de ses entraineurs, que ce soit en club ou en edf.


Donc tu cites toutes ses qualités (nombreuses selon ton post) et tu dis qu'il ne méritait pas mieux que ça ?

Alors je sais pas si c'est un problème de comportement, manque de travail... mais il aurait pu devenir un sacré joueur le garçon !
Après il a quand même une belle carrière, qui n'est pas fini, mais j'aurai aimé le voir exploser en équipe de France.

D'ailleurs, j'ai souvenir d'un match où il était capitaine si je dis pas de bêtises... C'était sous Laurent Blanc ? Merci
"Trop beau, trop insolent."

Mais qui a dit qu'il était beau?
Ça fait déjà 18 mois qu'il a plus ou moins disparu de la circulation à City, depuis 18 mois il y a eu au moins 3 fenêtres de transfert, c'est bien de s'accrocher à un salaire pharaonique mais jouer des matchs de foot c'est encore mieux. Soit il est mal conseiller soit il est content d'être réserviste et dans ce cas là tant pis pour lui qu'il croupisse à City. À la fin de sa période Arsenal et au début de celle à City il était vraiment très bon il a des qualités techniques au dessus de la moyenne mais maintenant si dans la tête ça vaut pas un clou tant pis pour lui.
Gros Noblois Niveau : CFA2
Message posté par Hiddink2
Mériter mieux que ça ? Pas certain du tout, Nasri est un joueur avec des qualités (conservation de balle, finition, une certaine finesse dans la dernière passe surtout dans les petits espaces, un bon volume de jeu) mais il a surtout l'énorme défaut de garder trop la balle, de ne pas la faire circuler, ce qui nuit à son équipe.
Si on ne le place pas dans les bonnes conditions (c-à-d une action facile à lire où il va faire jouer ses qualités), il va te faire n'importe quoi, à tourner sur lui-même pour au final te sortir une passe en arrière.
C'est tout simplement un joueur qui n'a pas assez travaillé malgré des qualités certaines, à partir de ça, on en peut pas dire qu'il méritait mieux, surtout qu'il a toujours connu une certaine patience de la part de ses entraineurs, que ce soit en club ou en edf.


D'accord avec toi, un bon joueur, technique, percutant, mais j'ai toujours eu l'impression qu'il lui manquait qque chose pour être un très grand.
Sans parler de sa mentalité discutable.
Après il a quand même fait une belle carrière, mais quand je lis dans l'article "génie, prodige et adulé", faut pas déconner non plus.
Capitaine contre le Luxembourg en éliminatoires de l'euro 2012 il me semble
didier gomis Niveau : CFA
un joueur assez prétentieux mais qui dans un bon jour savait te porter une attaque les doigts dans le nez. Jamais été vraiment fan, mais certaines actions valent la peine d'être vue.

je pense qu'il va revenir au plus haut niveau. Cette année est moisie mais il n'est pas cramé. Cette période post 2014 a dû lui flinguer le moral, entre DD qui le lâche et sa meuf qui se lâche. Bref, patience il reviendra.
Ne peut-on pas dire qu'avec le melon qu'il a le Samir, il travaille du chapeau?
Lassvegasparano Niveau : Loisir
C'est sur, ont touche pas aux journaleux moisis de l'equipe,car la chute démarre la pas a kiev.

Les caracteriels sont des detonateurs dans un groupe, l'inconvénient c'est qu'ont a eu trop de fortes têtes dans le meme laps de temps.

Dommage pour l edf et city son profil est de plus en plus rare et vu sa qualité technique il peut jouer tard si son corps le lui permet.

Putin de génération 87, vitime quoi qu'on en dise d'une méditation outrancière pour certains, d'un caractère trop affirmé pour d'autres et d'un corps en cristal pour diaby.

En esperant que le plus beau de cette couvé sois sélectionné pour l'euro et nous offre un recital,dessine des arabesques, brise des reins et plante le but victorieux de son pied gauche si soyeux.
il a fait pas mal d'erreur il faut l'avouer, mais j'en veux a certains journalistes qu'ils l'ont démonté notamment l'équipe avant l'euro, j'aurais été à sa place j'aurais réagi pareil après son but contre l'Angleterre..

le joueur a un caractère de merde et dit ce qu'il pense c'est son plus grand défaut et comme les médias le savent ils ne ce privent pas pour lui poser des questions, en espérant que sa réponse fera le buzz...

tout est résumé dans la dernière phrase... "putain Samir tu méritais mieux que ça!"
Alianza Lima Niveau : Loisir
Un grand jouer qui a raté des belles choses avec l'EDF ..
Young_Blacko Niveau : District
Message posté par Lassvegasparano
C'est sur, ont touche pas aux journaleux moisis de l'equipe,car la chute démarre la pas a kiev.

Les caracteriels sont des detonateurs dans un groupe, l'inconvénient c'est qu'ont a eu trop de fortes têtes dans le meme laps de temps.

Dommage pour l edf et city son profil est de plus en plus rare et vu sa qualité technique il peut jouer tard si son corps le lui permet.

Putin de génération 87, vitime quoi qu'on en dise d'une méditation outrancière pour certains, d'un caractère trop affirmé pour d'autres et d'un corps en cristal pour diaby.

En esperant que le plus beau de cette couvé sois sélectionné pour l'euro et nous offre un recital,dessine des arabesques, brise des reins et plante le but victorieux de son pied gauche si soyeux.


Diaby n'est pas issu de la génération 87 mais il est ici de la génération 86 avec les Yoann Gourcuff, Hugo Lloris, etc. qui ont gagné la coupe d'Europe des moins de 19 ans.

Sinon totalement d'accord avec toi c'est dommage parce que sur sa période Arsenal et au début à City jusqu'à 2014 il était très fort et pouvait apporter à l'équipe de France par ses qualités intrinsèques. Mais n'empêche justement depuis 18 mois comme dis précédemment il a totalement disparu des radars et c'est inquiétant et témoigne un peu des mauvais conseils et de la mentalité du joueur par rapport à ses choix de carrière

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
1k 25