En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Napoli-Empoli (5-1)

Napoli écrase Empoli et reprend la tête

Même après avoir concédé l’ouverture du score sur un but chanceux, Naples a déroulé face à l’Empoli et reprend sans soucis la tête du classement. Higuaín a planté sa 22e banderille de la saison, mais c’est surtout le petit Lorenzo Insigne qui a impressionné cet après-midi (5-1).

Modififié

SSC Napoli 5-1 Empoli

Buts : Higuaín (33e), Insigne (37e), Camporese (52e c.s.c) et Callejón (83e et 88e) pour Naples // Paredes (28e) pour Empoli

Tout grand buteur doit pouvoir se reposer sur un caporal de confiance. Un gars qui vous régale par ses passes magiques, qui aère le jeu par ses courses et ses décalages, et qui sait endosser le costume de sauveur quand l’attaquant n’arrive pas à trouver le chemin des filets. Comme Trezeguet avait son Del Piero, comme Shevchenko avait son Kaká ou comme Milito avait son Eto’o, Higuaín a trouvé son Insigne. Le feu follet napolitain a causé bien des dommages à cette équipe d’Empoli. Comme d’habitude, il a semé la panique dans la défense adverse par ses appels bien sentis, ses accélérations fulgurantes, ses petits dribbles, et aujourd’hui, il a même fait parler sa qualité de frappe. Alors que le Napoli était mené au score, contre le cours du jeu, la faute à un Paredes chanceux et un Higuaín en manque de réussite, c’est le petit Lorenzo qui a remis son équipe dans le sens de la marche. C’est d’abord lui qui offre à son buteur un amour de ballon pour lui permettre de marquer, enfin, son 22e but en championnat. 5 minutes plus tard, il caressait la balle de sa patte droite pour inscrire un coup franc platinesque permettant à Naples de reprendre les devants. Son dixième but de la saison, quand même. L’ovation qui lui est réservée à la 75e minute, au moment d’être remplacé par Mertens, parle d’elle-même. Si Naples a gagné aujourd’hui etreprend la tête du championnat avec Gonzalo en capocannoniere, Lorenzo n’y est pas pour rien.

Un petit coup de flip et ça revient


Napoli affiche tout de suite ses intentions. Bloc haut, gros pressing et projection rapide vers l’avant, les Ciucciarelli veulent prendre le match à leur compte. Et c’est ce qu’ils font, en harcelant leurs adversaires à la récupération et monopolisant le contrôle du ballon, qu’ils font d’ailleurs plutôt bien circuler. Allan fait parler son aisance technique au milieu du terrain et constitue avec Hamšík la rampe de lancement du SSC. Devant, les appels d’Insigne et Callejón dans le dos de la défense font mal, et on compte sur Higuaín pour aller mettre la balle au fond. Mais aujourd’hui, Gonzalo a l’air moins en forme. Inarrêtable depuis le début de la saison, l’Argentin rate et enchaîne les mauvais choix. Une frappe à 20 mètres dans les tribunes, une demi-volée foireuse, des actions persos... Higuaín nous a habitués à bien mieux. Et quand il parvient à cadrer, Skorupski sort une parade réflexe venue d’ailleurs. Et avec un réalisme insolent, les visiteurs vont punir les Napolitains peu avant la demi-heure de jeu. Sur leur première frappe du match, les Toscans ouvrent le score par l’intermédiaire de Leandro Paredes sur un coup franc de 30 mètres, contré par un Napolitain et qui prend Pepe Reina à contre-pied. 0-1 pour Empoli et on peut le dire : c’est dégueulasse. Ce but aura le mérite de piquer au vif les Napolitains qui vont remettre les pendules à l’heure en dix petites minutes. Et ils peuvent dire merci à Lorenzo Insigne. Un caviar pour Higuaín et un coup franc enroulé dans la lucarne, et voilà le Napoli qui mène avant de rentrer au vestiaire.

Naples se met à l’abri, gère puis déroule


En deuxième mi-temps, pas question de se refaire peur. Toujours aussi supérieurs dans le jeu, les Napolitains veulent vite éteindre le suspense face à des Toscans qui rencontrent toujours autant de mal à s’approcher des buts de Pepe Reina. Et Napoli va se mettre à l’abri assez vite grâce à un superbe mouvement collectif conclu par... le défenseur d’Empoli, Michele Camporese, qui vient couper le très bon centre de Callejón, trompant ainsi son propre gardien qui était sorti pour intercepter le ballon. Le break est fait, on sent déjà que la victoire pointe le bout de son nez. Pendant de longues minutes, les joueurs de Maurizio Sarri vont se contenter de contrôler, et de faire tourner le ballon avec beaucoup de maîtrise et de sérénité. Empoli n’y arrive pas, le match semble plié, mais Naples a encore faim et va placer un coup d’accélérateur dans les dix dernières minutes, histoire de rendre la pilule encore plus difficile à avaler pour les visiteurs. Entré à la place d’Insigne, Mertens va délivrer deux centres parfaits pour Callejón qui s’offre ainsi son premier doublé sous les couleurs azzurri. Niveau concentration et placement, la défense d’Empoli a quelques trucs à revoir. Naples s’impose finalement très largement et met fin à la malédiction toscane, puisque cela faisait plus de 16 ans que les Partenopei ne s’étaient pas imposés contre Empoli. Mais en plus de terminer cette mauvaise série, cette victoire permet à Naples de récupérer la première place qu’elle avait laissé à la Juve en début d’après-midi. Une chose est sûre : le titre se jouera entre les Bianconeri et les Ciucciarelli. Et le duel s’annonce palpitant.


  • Résultats et classement de Serie A

    Par Fausto Munz
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4 vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    À lire ensuite
    Caen, trop rapide pour Nice