En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 37ème journée

Naples se saborde, l’Udinese en profite

Alors qu’il avait son destin entre les mains pour la qualification en Ligue des Champions, le Napoli s’est incliné 2-0 sur la pelouse de Bologne. Du coup, c’est l’Udinese, vainqueur du Genoa, qui s’empare de la troisième place.

Modififié
Walter Mazzarri s’attendait certainement à un tout autre dimanche. Le coach du Napoli avait demandé un exode des tifosi napolitains à Bologne, pour venir soutenir leur équipe dans la course à la troisième place. Les supporters se sont exécutés. Pour finalement assister à une défaite qui semble mettre un point final aux espoirs du Napoli de se qualifier pour la Ligue des Champions. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé. En première période, il n’y a qu’une seule équipe sur la pelouse. Naples attaque de toutes parts, mais ce foutu ballon ne veut pas rentrer. La faute à qui ? Au gardien de Bologne, Agliardi, et à la barre transversale, capricieuse lorsqu’elle ne veut pas laisser rentrer les tentatives de Cannavaro et de Cavani. En revanche, pour Bologne, c’est l’inverse. Une occasion, un but. Il est signé Diamanti, et met forcément le doute à une équipe napolitaine pourtant déterminée et motivée. En seconde période, Hamsik et ses potes se disent que la chance va finir par tourner. Mais les minutes passent, et rien. Encore des occasions, encore Agliardi. Et finalement, la douche froide. Rubin, à peine entré en jeu, double la mise pour Bologne. La musique de la Ligue des Champions s’éloigne alors. Naples craque mentalement et récolte des cartons qui priveront Cavani, Dzemaili et Aronica du dernier match de championnat. Un dernier match contre Sienne, dans un San Paolo qui sera contraint d’attendre des bonnes nouvelles en provenance des autres stades. Tout en étant bien conscient que le Napoli a très certainement laissé passer sa chance cet après-midi. Triste.

Le gros coup de l’Udinese

Un Napoli qui pleure, c’est une Udinese et une Lazio qui rient. Pendant que les Napolitains sombraient dans l’enfer bolognais, les deux autres concurrents à la troisième place ne se sont pas fait prier pour prendre trois points fondamentaux. Mais celle qui rit le plus, c’est l’Udinese. Les Frioulans sont ce soir troisièmes, et n’auront besoin que d’un petit point, la semaine prochaine à Catane, pour être mathématiquement qualifiés pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions. Attention, tout de même : les joueurs de Montella ne sont pas du genre à faire des cadeaux. Pour se retrouver dans cette situation favorable, l’Udinese a dû venir à bout d’un toujours aussi déprimant Genoa, toujours pas assuré de rester en Serie A la saison prochaine. Les Génois, déjà faiblards, ont eu la bonne idée de se retrouver à 9 après seulement 38 minutes de jeu, pour les expulsions de Kucka (deux jaunes) et Palacio (pour avoir injurié l’arbitre alors que le joueur soutient avoir "seulement" insulté un coéquipier). Trop facile, forcément, pour l’Udinese, qui a marqué deux buts par Di Natale et Floro Flores, sans courir le moindre risque pendant 90 minutes. Guidolin a désormais une semaine pour préparer ce délicat déplacement à Catane, où ses deux rivaux, le Napoli et la Lazio, se sont déjà cassé les dents cette saison.

D’ailleurs, pendant toute la semaine qui arrive, les supporters de la Lazio vont être obligés d’acheter des maillots de Catane. En effet, les Siciliens sont désormais leur dernière chance de se qualifier pour le tour préliminaire de la C1. Cet après-midi, les hommes d’Edy Reja, après cinq matches sans la moindre victoire, sont allés prendre trois points sur la pelouse de l’Atalanta et ce malgré la longue liste d’absents. Kozak en fin de première période et Lorik Cana, d’une frappe surpuissante en pleine lucarne, ont permis aux Romains d’entretenir l’espoir. Ces derniers n’ont désormais plus le choix : pour aller en Ligue des Champions, il faudra battre l’Inter la semaine prochaine (avec le retour de Klose, qui a joué quelques minutes aujourd’hui), et espérer une défaite de l’Udinese à Catane. Sinon, ce sera l’Europa League, qui a déjà été assurée mathématiquement ce week-end. Une Europa League à laquelle Parme peut encore croire. Grâce à une septième victoire consécutive, à Sienne (2-0), les Parmesans ne sont plus qu’à deux points de l’Inter, sixième. Les Nerazurri ont donc tout intérêt à assurer ce soir, lors du derby milanais. Ce serait con de ne pas jouer l’Europe. N’est-ce pas Luis Enrique ?

Lecce, un dernier espoir

Dans le bas de tableau, on connaît désormais presque tous les verdicts. Palerme, la Fiorentina et Cagliari seront bien en première division la saison prochaine. La Viola s’est imposée hier sur la pelouse de Lecce (0-1) et les Siciliens ont disputé aujourd'hui un match incroyable contre le Chievo (4-4). Grâce à deux buts de Miccoli, Palerme a rapidement pris l’avantage, mais s’est ensuite écroulé, encaissant quatre buts d'affilée. Miccoli, encore lui, a redonné courage aux siens, avant que Palerme ne trouve l’égalisation définitive en fin de match par le défenseur Silvestre. Les Rosaneri n’ont gagné qu’une seule fois lors des treize dernières journées, mais ont, heureusement, assuré leur maintien. Vivement « l’arrivée des Arabes » , comme le répète à longueur d’interviews Maurizio Zamparini.

Le maintien se jouera donc bien entre Lecce (36 points) et le Genoa (39). Les joueurs des Pouilles joueront à Vérone, contre le Chievo, tandis que le Genoa recevra justement Palerme. Note importante : en cas d’égalité entre les deux équipes (victoire de Lecce et défaite de Gênes), c’est le Genoa qui descendra en Serie B à cause d’une moins bonne différence de buts (et d'une égalité parfaite lors des confrontations directes). La Serie B, d’ailleurs, Novara et Cesena s’en sont offerts un avant-goût cet après-midi. Déjà relégués depuis quelques jours, les deux derniers du classement se sont affrontés au stade Silvio Piola. Grâce à un triplé de Rigoni, Novara a offert une dernière victoire en Serie A à ses tifosi (3-0), leur donnant rendez-vous l’année prochaine à l’étage inférieur. Dommage. En vrai, on les aimait bien, Novara. Pas sûr que la Serie A y gagne au change en récupérant Sassuolo ou Varese.

Les résultats :

Lecce – Fiorentina 0-1
Cerci 35’
Roma – Catania 2-2
Totti 52’ et 77’ / Lodi 58’, Marchese 68’
Siena – Parma 0-2
Giovinco 67’, Floccari 92’
Bologna – Napoli 2-0

Diamanti 17', Rubin 64'
AtalantaLazio 0-2
Kozak, Cana 91’
Palermo – Chievo 4-4
Miccoli 10’, 19' et 74', Silvestre 89' / Pellissier 28' et 72', Uribe 30', Luciano 46'
Novara – Cesena 3-0
Rigoni 28', 68' et 86'
UdineseGenoa 2-0
Di Natale 30', Floro Flores 65'

CagliariJuventus, 20h45
Inter – Milan, 20h45

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 9 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 12 il y a 10 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4 Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 86
À lire ensuite
Top 10 : Boycotts