1. //
  2. // 1/2 finale retour
  3. // Dnipropetrovsk/Naples (1-0)

Naples laisse la finale à Dnipropetrovsk

Le Napoli a tout donné, mais n'est pas parvenu à rattraper ce but à l'extérieur polémique. Le FC Dnipro, en grande partie grâce à son gardien Boyko, l'emporte et accède à la finale de Ligue Europa (1–0).

Modififié
10 63

Dnipro Dnipropetrovsk - Naples
(1-0)

E. Seleznov (57') pour Dnipro Dnipropetrovsk


On ne souligne jamais assez l'importance d'avoir un bon gardien. Ou du moins un gardien en confiance. Cet être solitaire sur qui toute la pression de l'équipe repose, éclairé à la lumière de ses erreurs, trop rarement à celle de ses exploits. Et quand c'est le cas, c'est juste qu'on ne peut pas faire autrement. Que sa performance sort du commun. Qu'il est l'homme du match. Comme ce jeudi soir, finalement. Si le Napoli a failli, c'est en grande partie à cause de Boyko. Le gardien du Dnipro s'est imposé sur toutes les offensives napolitaines. Tout seul, presque sans défense. Comme l'arbitre assistant au match aller, Boyko a été le principal artisan de l'exploit de Dnipro.

Le Napoli se fait « Boykotté »


L'entame de cette demi-finale est à l'image de l'ambiance qui règne dans le Stade Olympique de Kiev. Froide, vague et incertaine. Sept premières minutes d'observation où le ballon ne circule quasiment pas. Sept minutes au bout desquelles le Napoli d'Higuaín se décide enfin à lancer l'assaut sur les cages ukrainiennes. La première tentative de Pipita est un échec. Ou plutôt une réussite. Celle de Boyko. Le mur faisant office de gardien du Dnipro. Ce duel gagné, à la 7e minute donc, est le premier parmi beaucoup d'autres. Boyko s'impose une nouvelle fois à la 27e sur une tête décroisée du même Higuaín. Pareil sur toutes les ouvertures, centres ou passes s'approchant de sa surface. La défense soviétique n'est pas au mieux, souvent dépassée, lobée, prise de vitesse, mais c'est parce qu'elle sait qu'elle peut s'appuyer sur son solide dernier rempart. Le Napoli n'est pas trop mal de ce côté-là non plus. À la 33e, Andújar sort l'unique occasion du Dnipro en première période. Une grosse patate rebondissante de Seleznyov. Le Napoli, en première période, a toutes les cartes en main pour rattraper son retard. Sauf celle qui permet de faire tomber Boyko.

Seleznyov, le bourreau


Malheureusement pour eux, ils oublient toutes ces bonnes résolutions en début de seconde période. C'est le Dnipro qui prend le jeu à son compte et s'offre les plus belles occasions. Rien de fou, mais suffisant pour mettre à mal l'esprit d'initiative napolitain. Suffisant aussi pour leur porter le coup de grâce. Sur un vieux centre à la 58e, Seleznyov, bien accroché par Britos, arrive quand même à retrouver son chemin, mettre sa tête en opposition et pousser le ballon dans les cages d'Andújar. 1–0. Rien n'est fait, mais le Stade olympique de Kiev entre alors dans une sorte de transe matérialisée par un nuage de fumée. Le Napoli, dans le brouillard, réagit et se lance dans une quête désespérée de l'égalisation et de la prolongation. Mais il tombe encore et toujours sur cette cloison fermée à double tour. Une défense, un gardien semble-t-il franchissable, mais qui ne tombe pas. Le cafouillage dans la surface ukrainienne à la 76e en est le plus bel exemple. Par trois fois, on a l'impression que les Napolitains n'ont plus qu'à pousser le ballon, mais jamais les filets ne tremblent. Et puis on finit par se rendre à l'évidence quand l'arbitre siffle la fin du match à la 95e minute sur une ultime parade de Boyko. Le FC Dnipro a tenu bon. Il l'emporte par le plus petit des avantages et rejoint donc Séville en finale de Ligue Europa.


Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Ian Curtis
Benitez, mais quelle merde!
On change pas une équipe qui perd!
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
A ceux qui ont maté le match, c'était un braquage?
Hoaroots & culture Niveau : DHR
Higuain, dieu sait que je l'aime bien mais là c'est chaud quand même. Tant pis pour la finale de la méga-classe, Dnipro a mérité sa place.
Lepetitprince Niveau : DHR
Quelqu'un a osé parler de déclin ?
j'y suis giresse Niveau : Ligue 1
Note : 6
Avalanche de stéphanois qui vont nous dire "vous voyez, on était pas si nuls!" à venir...
Ian Curtis
Message posté par pierre ménès 2.0
A ceux qui ont maté le match, c'était un braquage?


Non non, y avait Cellejon titulaire, Hamsik et Mertens sur le banc.
Du coup, Naples inoffensif.
SpecialEffect Niveau : DHR
But litigieux de l'aller déterminant pour le match retour.

Dnipro qualifié au coup d'envoi et qui peut se contenter de jouer le contre tout en hachant le jeu (6 jaunes tout de même), Naples pas doué pour faire le jeu... encore moins avec une météo pareille. Avec un 1-0 et des ukrainiens obligés de s'exposer, je pense qu'on voit un autre match.
Huntelaar Niveau : CFA2
Dnipro, c'est 12 buts depuis le début de l'EL seulement.
Mais ils ne gagneront pas la coupe, Séville est tellement au dessus.
LeJusticier Niveau : Ligue 2
Note : 1
Un coach avec une parka kaki et bleu fluo ne mérite pas d'aller en finale... Et malgré ça sa plus grosse faute de goût à Benitez c'est d'avoir démarrer sans Mertens.

Chapeau quand même au Dnipropetrovsk (merci Ctrl C) c'est une équipe qui joue vraiment bien je trouve, dans un style un peu dégueu, certes, mais faut de tout dans la vie !
NikkoFromLyon Niveau : CFA
De la réussite oui mais certainement pas un braquage.
Naples a laissé passé sa chance en première période la seconde a été largement Napolitaine en terme de possession surtout après le but mais les Ukrainiens ont eu de grosses occasions.
 //  23:19  //  Aficionado de la Thaïlande
Message posté par pierre ménès 2.0
A ceux qui ont maté le match, c'était un braquage?


Le pire c est que....non, meme pas. Tres bonne organisation ukrainienne, ils les ont eu a l italienne.
Konoplyanka...
Jeu direct Niveau : CFA
Un article plutôt pro-napolitain, mais c'est pas grave, on comprend bien que le Dnipro est la mal-aimée de cette EL.
Triste pour Naples, mais si les Ukrainiens sont en finale c'est qu'ils le méritent.
Pas de regrets pour Sainté de ne pas avoir pu battre cette équipe, que personne n'a vu jouer et que tous considèrent
comme une bande de chèvres. En attendant le Napoli ne leur marque aucun but en deux matchs. Bravo à eux.
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Note : 12
Message posté par Huntelaar
Dnipro, c'est 12 buts depuis le début de l'EL seulement.
Mais ils ne gagneront pas la coupe, Séville est tellement au dessus.


Sainté était au dessus, l'Olympiakos, l'Ajax, Brugge et le Napoli étaient au dessus, et pourtant.
Ahmed-Gooner Niveau : CFA
Note : 4


Chaque fois que je le vois jouer, je comprend plus pourquoi le PSG l'arrache toujours dans mes parties FM pour presque 50M.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Quand tu vois jouer Konoplyenka, puis que l'action d'après tu vois Callejon toucher la balle, tu subis un putin d'ascenseur émotionnel.
Ian Curtis
Konoplianka, un Callejon et un Insigne dans chaque jambe, le cas de le dire..
georgesleserpent Niveau : Loisir
L'Ukraine se ramène donc avec des ailes occupées par Yarmolenko et Konoplyenka. C'est quand même magnifique
M.Manatane Niveau : CFA
Les commentateurs vont devoir prendre des cours d'élocution avant la finale.

Et va falloir arrêter avec les commentaires sur le "déclin" en rapport avec l'Italie, ça a commencé à être lourd y a bien deux semaines.
georgesleserpent Niveau : Loisir
Par contre le Napoli était obligé de passer contre le Dnipro...
Puis ce coaching de Benitez, je l'aime beaucoup mais là c'est non. Le type fait rentrer Henrique comme 3ème changement alors qu'il a encore Zapata et De Guzman pour mettre le feu en fin de match, puis une demi retour d'EL avec obligation de résultat est pas tout à fait le bon moment pour faire des expérimentations tactiques. Gabbiadini à la place d'Hamsik, c'était pas le moment de l'essayer. Puis à quand Mertens titulaire à la place de Callejon ??

Bref, clairement dégouté.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
10 63