1. //
  2. // Serie A 2012-13

Naples : la deuxième force du Calcio ?

Alors que le Milan AC ne sait pas encore avec qui composer son équipe et que l’Inter et la Roma pensent surtout à reconstruire, le Napoli, en silence, pourrait bien s’imposer comme la deuxième force de la Serie A, derrière l’honnie Juventus.

9 11
Aurelio De Laurentiis l’avait dit. Lorsqu’à la fin du mois de mai dernier, son Napoli fait tomber la Juve pour la première fois de la saison, en finale de la Coupe d’Italie, le patron napolitain est clair : ce succès n’est pas seulement le couronnement de sa présidence. Non. Il doit s’agir là d’un point de départ. L’Euro 2012 passe et, à la reprise des hostilités, le président du Napoli n’a pas changé d‘avis. Au contraire. «  L’objectif minimum, cette année, c’est la deuxième place. Mais en réalité, je veux le Scudetto  » , assure-t-il dans une interview à la Gazzetta dello Sport. Voilà un discours plutôt osé, pour un président qui, lorsque son équipe a lutté pour les premières positions au cours des deux dernières saisons, a toujours pris le parti de ne jamais parler de Scudetto. Un peu comme s’il s’agissait là d’une superstition, qu’il fallait rompre non pas avec des promesses, mais avec des faits. Or, au niveau des faits, Aurelio De Laurentiis s’en sort plutôt bien. Arrivé à la tête du Napoli alors que la formation partenopea était en troisième division, il vante désormais sur son CV une double promotion jusqu’à la Serie A, trois qualifications pour la C3, une troisième place en championnat, un huitième de finale de C1 et une Coupe d’Italie, premier trophée du club depuis 1991. Alors, oui, peut-être que ce type-là a des raisons de voir les choses en grand. Et comme il n’est pas du genre beau parleur, il a lié les paroles aux actes, en recrutant déjà Valon Behrami et Alessandro Gamberini.

Remplacer Lavezzi

Vendredi, en fin d’après-midi, le Napoli bat le Bayern Munich, 3-2, en match amical. Attention : pas de quoi dire que, ça y est, l’équipe de Mazzarri est rodée pour battre les cadors européens. Il s’agissait là uniquement d’un match amical, que l’on ne s’y trompe pas. Toutefois, c’est un joli signal envoyé par les Azzurri. L’an dernier, en Ligue des champions, les Napolitains avaient perdu à l’Allianz Arena et été tenus en échec au San Paolo. De plus, pendant que les autres clubs de Serie A se chauffent en gagnant 15-0 contre des équipes de province, Naples, lui, se coltine déjà le Bayern. Comme une façon de dire : « Nous sommes déjà prêts pour la bataille » . C’est bien là tout l’esprit napolitain. Naples aiguise ses armes pour la saison qui débutera dans un mois, même si le coach, Walter Mazzarri, aimerait encore quelques renforts. Mazzarri, tiens. Le Toscan est donc toujours là. À la fin de la saison dernière, pourtant, sa permanence était loin d’être acquise. La victoire en Coupe d’Italie aurait pu être l’apogée de son œuvre, avant de passer le relai à quelqu’un d’autre. La Juve (dans le cas où Conte aurait eu des problèmes avec la justice), mais aussi la Lazio étaient sur le coup.

Le bon Walter s’est donc assis à une table en face d’Aurelio De Laurentiis, pour mettre toutes les cartes sur la table. Finalement, les deux hommes se sont mis d’accord. Mazzarri reste, car il y a encore des choses à faire, encore des choses à gagner. Tout d’abord, l’entraîneur a dû gérer un premier cas : celui du départ d’Ezequiel Lavezzi. Leader de l’équipe depuis son arrivée en 2007, l’Argentin, de son propre aveu, était arrivé « en fin de cycle » . Il a donc décidé de s’en aller au PSG. Pour Mazzarri, donc, une première question se pose. Qui pour remplacer l’Argentin ? D’amblée, le technicien imagine deux hypothèses : soit le remplacer poste pour poste par un nouveau joueur, soit changer légèrement de système de jeu, et ainsi s’adapter aux éléments qui ont souvent dû se contenter du banc la saison dernière, comme Pandev et le Chilien Vargas. Valeur ajoutée : le retour de prêt du jeune Insigne, énorme avec Pescara, et qui pourrait devenir une sacrée alternative. C’est donc sur ce premier changement « forcé » que le coach construit son équipe. Et autant être direct : pour le moment, la construction se passe dans les temps.

Du Bayern à la Juve

Contre le Bayern, Mazzarri a ainsi opté pour un 3-5-1-1, qu’il aimerait «  pouvoir reproposer au cours de la saison en lieu et place du schéma tactique habituel » . L’occasion de tenter quelques expérimentations, notamment au niveau du secteur offensif, où Pandev, Insigne, Hamšík et Vargas vont devoir apprendre à jouer ensemble. Sans parler évidemment de Cavani, qui sera de retour après les Jeux Olympiques et qui sera le terminal d’attaque de cette équipe. Les arrivées de Gamberini et de Behrami vont permettre de renforcer aussi bien la défense que le milieu de terrain. Pour le coup, on peut véritablement parler de renforts, puisque hormis Lavezzi, personne n’a quitté Naples cet été. Mazzarri va donc pouvoir s’appuyer sur un effectif fort et, surtout, qu’il connaît bien. Les joueurs napolitains sont conscients qu’ils ont réalisé de magnifiques choses la saison passée, mais qu’ils auraient pu faire encore mieux en championnat puisque, sur le papier, ils semblaient être en mesure de terminer devant l’Udinese et la Lazio.

Pour la saison qui arrive, le « papier » est encore plus favorable aux Napolitains. Le Milan AC s’est affaibli au cours du mercato, et même si de nouveaux joueurs arrivent, il faudra du temps pour qu’ils apprennent à jouer ensemble. La Roma et la Lazio n’ont pas réalisé d’achats fous pendant l’été, et l’Inter, qui a récupéré Handanovič, Silvestre et Palacio, est plutôt en phase de restructuration. Voilà pourquoi Naples pourrait bien être le principal rival de la Juventus cette saison. Et comme les choses sont bien faites, les deux équipes vont déjà s’affronter le 19 août prochain, en Chine, au cours de la Supercoupe d’Italie. La saison dernière, les deux formations se sont affrontées trois fois. Bilan : une large victoire turinoise (3-0), une nette victoire napolitaine (2-0) et un match nul pyrotechnique (3-3). Mais pour Naples (et la Juve, d’ailleurs), gare aux statistiques : lors des trois dernières saisons, celui qui a remporté la Supercoupe d’Italie en août (dans l’ordre, Lazio, Inter et Milan) n’a jamais gagné le Scudetto au mois de mai suivant. Mais qui a dit que les Napolitains étaient superstitieux ?

Éric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Matos_de_blackos Niveau : DHR
De toute facon tant qu'il y aura Cavani...
Quel désastre pour l'Italie cette perte de la 4eme place en c1, C'etait évident que ça allait arriver depuis que l'Allemagne recollait au score mais la sérieux ça va être chaud de reconstruire.... A voir ....
Myros el matador Niveau : CFA
Je me répete mais POURQUOI ce logo rouge et blanc horrible LETE????? POYRQUOI??????
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 1
Faut voir si ils arrivent a gagner en régularité, et en profondeur de banc... Parce que combien de fois la saison dernière a-t-on vu dans la même semaine des résultats tels que "victoire du Napoli contre City en Champion's" le mercredi suivi de "défaite contre le Chievo" ou "match nul face à Novarra" le week-end...

eric, la supercoupe est l'11
Bien sur, l'Inter n'a recruté "que" Palacio, Silvestre, Handanovic et récupérer Coutinho. Naples a perdu quasiment son meilleur joueur mais ils sont plus aptes à jouer le haut du classement. Va comprendre.
mirko_1926 Niveau : DHR
lothar notre Napoli a confirmé Pandev attend l explosion de la Bota d'Argent Vargas et voit de retour le phénomene Insigne qui a ce rythme là est titulaire en Nazionale avant Noel.nous aurons avec le viceMaggio un effectif complet et doublé avec l'avantage d'un organigramme en poste depuis des années.après on verra bien pour la serie A,le tirage au sort de la poule européenne (on est tjs touchés par la malchance)aura une incidence car si tu prends une tete de serie et des chapeaux 3/4 abordables ca change tout car nous a part Insigne et Vargas qui partiront titulaires a la place de Pandev et Cavani on va la jouer a fond.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Lothaire: L'Inter est clairement en dessous de Naples, même avec les quelques joueurs que tu as cité.

Les napolitains jouent ensemble depuis plusieurs années, c'est une équipe rodée, qui possède une identité de jeu. Toutes ces "petites" choses que l'Inter n'a pas...

Naples va surtout renforcer son banc de touche au mercato. Le 11 de départ a prouvé sa valeur l'an dernier...

L'inter doit de son côté reconstruire la moitié de son équipe. Julio Cesar, Maicon, Lucio, Chivu, Stankovic, Forlan, sont poussés vers la sortie(Lucio et Forlan sont déjà partis).

Parmi les titulaires il ne restera que Samuel, Nagatomo, Zanetti, Cambiasso, Sneijder et Milito. Seuls Sneijder et Nagatomo sont encore jeunes...

Jonathan(arrière droit) est une inconnue à ce niveau là. Silvestre aussi. Ils ont laissé partir Poli(pas très intelligent comme décision). Guarin est fort mais souvent blessé. Palacio est bon mais il a 30 ans, je trouve surprenant de miser sur un joueur aussi âgé pour reconstruire une équipe.
Coutinho est bourré de talent mais est ce qu'il va exploser... On verra ça très bientôt.

Donc voilà l'Inter a une équipe plus que correcte, mais pas de quoi terminer dans les deux premières positions. Ils ont un super centre de formation c'est l'occasion de le tester. Longo et Crisetig notamment.
Mouais.

Chivu n'est absolument pas poussé vers la sortie, il était en fin de contrat et a été renouvelé donc je ne sais pas d'où tu sors cette connerie monumentale.

Jonathan est un joueur correct (bon?) pour l'instant, son passage à Parme et les matchs de prépa vont dans ce sens.

Silvestre n'a rien d'une inconnue il a toujours été très bon avec Palerme et Catane, Milan a même essayé de nous le piquer.
Tu oublies vite Rannochia grand espoir italien bourré de talents dont les matchs de prépa montrent qu'il revient à son niveau également aprés sa mauvaise saison (24 ans..).

Guarin et Palacio sont des bons joueurs confirmés comme tu l'as dis. Handanovic est le meilleur gardien du Calcio 2012, Coutinho est la révélation jeune de Liga 2012 et ses matchs de prépa sont excellents (élu meilleur joueur du troféo TIM).
Malgré notre saison catastrophique, Napoli ne termine qu'à 3 points devant nous...Cette année ils perdent leur meilleur joueur ou presque, leurs renforts sont Pandev et Vargas, je vois pas ce que ça a de si génial par rapport au recrutement de l'Inter.

Tu me dis que Naples est une équipe rodé moi je trouve au contraire qu'elle devient rouillé, on a bien vu à quel point la C1 les a tués, ils ont un effectif trop léger.
Après que tu les trouves meilleurs ça se discute, mais tu ne me fera pas croire qu'ils nous sont "clairement" supérieurs et que leur mercato laisse envisager plus de choses positives que le notre, non désolé.
maxlojuventino Niveau : Ligue 1
Lothaire: tu oublies de mentionner que Lavezzi sera remplacer par Insigne et non par Vargas ou Pandev...

Et Insigne c'est ce qui se fait de mieux en Italie en terme de jeune prodige... Ce mec est un petit génie!

Silvestre n'a jamais joué dans un grand club, on ne sait donc pas s'il a le niveau.

Ranocchia a du talent, mais il sort d'une saison tellement mauvais que ce sera dur pour lui de se relever.

Et je suis désolé mais à part le gardien(Handa est bien meilleur que De Sanctis) si on regarde le 11 type des deux équipes, je vois pas trop quel joueur Naples devrait envier à l'Inter...
Euuuh peut être Samuel, Cambiasso, Zanetti ou Sneijder ?

Entre Milito et Cavani, seule l'age rends le second plus intéressant, parce qu'en terme de carrière y'a pas photo, Diego a même terminé devant lui au classement des buteurs...

Insigne c'est très bien, mais je ne l'échangerais pas contre Coutinho.

La force de Naples tu l'as dis, c'est son collectif, pas ses individualités, qui prise une à une hormis quelque uns sont des bons joueurs mais sans plus, rien à voir avec les joueurs de l'Inter.

Fin bon, pour toi Silvestre qui est régulier en A depuis des années est une pipe qui a tout à prouver par contre Insigne est déjà le remplaçant de Lavezzi...et Boca Junior c'est pas un grand club peut être ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Bordeaux se rachète
9 11