Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
Matchs du jour
  1. //
  2. // Fiorentina-Naples (1-1)

Naples et Fiorentina lâchent des points

Au terme d’un match intense, le Napoli et la Fiorentina ont fini par se partager les points (1-1). Grâce et à cause de Marcos Alonso, héros et gaffeur de la Fiorentina.

Modififié

ACF Fiorentina 1-1 SSC Napoli

Buts : Marcos Alonso (5e) pour la Fiorentina // Higuaín (6e) pour le Napoli

David Bowie a chanté qu’on pouvait être des héros juste pour un jour. Marcos Alonso a prouvé qu’on pouvait même l’être pendant une minute. Le latéral de la Fiorentina est passé, en 67 secondes, de l’ouverture du score à la boulette qui a coûté l’égalisation à son équipe. Du statut de héros à celui de pestiféré. Dur pour lui. Surtout que ça a atteint, pour le reste de la partie, le mental de tous ses coéquipiers. Même en prenant le jeu à son compte, en se créant les occasions les plus chaudes, la Fio n’a jamais réussi à faire chavirer le Napoli. Et dans la course au titre, ce match nul n’arrange personne. Surtout pas les hommes de Maurizio Sarri, maintenant à trois points de la Juve.

Marcos ascenseur émotionnel


Tout s’est donc déroulé en à peine 67 secondes, entre la 5e et la 6e minute. Un laps de temps durant lequel Marcos Alonso a connu le meilleur et le pire du football. Buteur de la tête à la 5e minute, au milieu de deux coéquipiers, à la retombée d’un bon corner de Borja Valero. Et puis, gaffeur sur le coup d’envoi du Napoli. Le latéral de la Viola rate son dégagement, alors que son gardien, Tătăruşanu, sort de sa cage et lui hurle dessus qu’il peut laisser passer le ballon. Higuaín ne se fait pas prier. 1-1.


Le football est cruel et n’épargne personne. Cet ascenseur émotionnel a d’ailleurs une influence non négligeable sur le reste de la rencontre. Ensuite, les deux équipes calment le jeu et privilégient la concentration à l’excitation. Non pas qu’on s’emmerde. Au contraire. Simplement que le Napoli et la Fiorentina se montrent plus patients et que les occasions de but se font plus rares. Au moins jusqu’à la demi-heure de jeu. Le moment choisi par Kalinić pour se faire remarquer. Bien lancé dans la profondeur, il trouve la barre de Reina. Tout comme Tello dix minutes plus tard qui, après un cassage de rein monstre sur Ghoulam, n’enroule pas assez son ballon. Hamšík et Vecino auront également leur occasion, sans plus de succès. À la mi-temps, la Fio peut clairement s’en vouloir. Tout l’inverse des téléspectateurs qui, eux, se régalent du spectacle offert.

L’exception Tătăruşanu


Et cette intensité ne quitte pas la pelouse pas en seconde période. Les joueurs de Paulo Sousa sont bien en place, entreprenants, enthousiastes, mais trop maladroits. Comme si la boulette de Marcos Alonso hantait encore leur volonté de marquer. Seul Tătăruşanu semble encore avoir les yeux en face des trous. Et quand à l’heure de jeu, Callejón et Higuaín ont l’occasion de prendre l’avantage, il sort un double arrêt de grande classe.


Le reste de la partie peut se résumer en attaques placées et tentatives de coaching, Bernardeschi prend la place de Mati Fernandez, David López celle d’Allan, Mertens celle de Callejón, sans que cela n’apporte de véritables frissons. Quelques frappes par-ci, par-là, un but logiquement refusé d'Higuaín, une énorme faute et un geste défensif plutôt bien senti de Koulibaly (coucou Deschamps), une ultime frappe excentrée d'Insigne, mais sinon, rien de bien fou. Il faut dire que la cinquième minute du match a déjà rempli presque intégralement cette fonction.

  • Résultats et classement de Serie A
    Retrouvez toute l'actualité de la Serie A

    Par Ugo Bocchi
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    mardi 19 juin Bonus Coupe du monde : 1900€ offerts pour parier sur le Mondial 3
    Partenaires
    MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
    Hier à 14:15 Vers une pénurie de bière pendant le Mondial ? 43 Hier à 10:41 Tinder fait sauter les réseaux russes pendant le Mondial 34 Hier à 09:41 La chanson d'Oldelaf pour encourager les Bleus (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 29: Le blocus français, le blocus saoudien et l’œdipe marocain mardi 19 juin Tex est en Russie pour la Coupe du monde ! (via Facebook SO FOOT) Podcast Football Recall Épisode 28: L'Angleterre encore à la peine, la diète de Fekir et des « blagues » japonaises