1. // Cpe d'Italie (Quarts)- Napoli/Inter

Naples commande un demi

Vingt jours après s'être affrontés en Serie A, l'Inter Milan et le Napoli se retrouvent pour un bouillant quart de finale de Coupe d'Italie. On est loin d'un Chambéry-Sochaux.

0 2
Inter-Napoli, acte I. Ce premier chapitre se déroule le 6 janvier, à la reprise du championnat. Leonardo apparait alors pour la première fois sur le banc nerazzurro et les Napolitains en font les frais. Jamais vraiment dans le match, les joueurs de Walter Mazzarri subissent les assauts répétés d'une Inter retrouvée. Le score final (3-1) n'est finalement que le reflet logique d'un match (presque) à sens unique. Début d'une belle série de victoires pour les locaux, coup de fouet salutaire pour les visiteurs.

Napoli-Inter, acte II. Vingt jours après, revoilà les deux formations face à face. Cette fois-ci, pas de points à la clef, mais une demi-finale de Coupe d'Italie. L'Inter est tenante du titre et Leonardo a bien l'intention de conserver son bien. La preuve, la veille du huitième de finale remporté face au Genoa, le coach brésilien annonce la couleur. « On peut faire reposer les joueurs pendant les journées de championnat, pas seulement pendant la Coupe. L'Inter a gagné le trophée l'an dernier et c'est donc logiquement l'un de nos objectifs cette saison. Et surtout, en Italie, il suffit de gagner trois matches pour arriver en finale. C'est donc un objectif très clair : contre le Genoa, je vais aligner la meilleure équipe avec les joueurs les plus en forme » déclare-t-il en conférence d'avant-match. Leo tient ses promesses et aligne, entre autres, Maicon, Cambiasso et Eto'o, ce dernier éliminant à lui seul les Génois (3-2). Dans la fournaise du stadio San Paolo, l'ancien Parisien semble donc intentionné à réutiliser les mêmes recettes. Faire jouer les titulaires, quitte à y laisser des plumes. Et des plumes, l'Inter en a déjà perdues quelques-unes ce week-end. En déplacement chez la fringante Udinese, les Interistes se sont écroulés (3-1), pour la première fois depuis l'avènement de Leonardo. L'Udinese était trop forte, disent les uns. L'Inter a payé ses six matches en dix-sept jours, affirment les autres. La vérité se trouve certainement à mi-chemin entre les deux. Leo, lui, invoque le manque de ressources en attaque, à cause des forfaits de Milito et Sneijder. Mais il reste raisonnable. Sûrement la timidité du dernier arrivé. « Il faut voir, le problème, c'est d'acheter le joueur qu'il faut et ne pas juste acheter pour acheter » déclare-t-il à Sky après la rencontre. Massimo Moratti est d'accord et se dit prêt à faire une folie pour récompenser le bon travail entrepris par le successeur de Benitez. Le nom de Miroslav Klose tourne depuis lundi. Bon. Pas vraiment une folie. Plutôt une petite fantaisie.

Un Napoli volcanique

Côté Napoli, c'est une autre musique. Les Napolitains sont actuellement sur un nuage. Depuis la défaite à San Siro du 6 janvier, les Partenopei ont engrangé un match nul et trois victoires, les propulsant ainsi à la deuxième place, à quatre points du Milan AC. On ne va pas dire qu'ils marchent sur l'eau, mais presque. Avec un Lavezzi en état de grâce et un Cavani qui plante un but par match, Walter Mazzarri sait qu'il peut rêver en grand. Le Napoli n'a jamais autant tutoyé les sommets depuis l'époque de Maradona. Alors forcément, à Naples, là où une goutte d'eau devient un océan, on se prend à proférer un mot que personne n'osait plus prononcer depuis des années : Scudetto. Mais avant de fantasmer, Mazzarri sait qu'il faut se confronter à la réalité. Et celle-ci se nomme Coupe d'Italie. Ou Tim Cup. Moins vendeur. « Nous tenons énormément à la Coupe d'Italie. Mes joueurs sont talentueux, et ensemble, nous ferons l'impossible, et même plus, pour réussir à passer le tour et jouer les demi-finales » déclare le coach au lendemain de la victoire face à Bari (2-0), ce week-end. Mais surtout, au-delà du talent, c'est une véritable mentalité guerrière que Mazzarri a réussi à inculquer à ses joueurs. Cette mentalité leur a d'ailleurs permis de s'imposer plusieurs fois au bout du temps additionnel, quand les adversaires avaient déjà la tête sous la douche. Fier du parcours de son équipe, De Laurentiis, patron aux lunettes noires, promet de continuer à faire grandir son Napoli. Et n'exclut pas une arrivée lors des derniers jours du mercato. « Le Napoli se renforcera d'année en année, comme il l'a fait jusqu'ici. Nous profiterons de chaque fenêtre de mercato pour repérer des éléments capables de porter une valeur ajoutée au projet » affirme-t-il dans le Corriere dello Sport. Un petit cadeau en cas de qualification face à l'Inter ?

Plaisir de la Coupe, le match se joue sur une confrontation sèche. Élimination directe, pas le droit à l'erreur. Les tifosi du Napoli l'ont bien compris. 50.000 fidèles devraient se presser ce soir dans le temple du San Paolo pour accueillir les multi-champions interistes. « En boxe, quand tu bas le champion, tu es considéré comme champion. Contre l'Inter, c'est avec cet état d'esprit-là que nous entrerons sur la pelouse » prévient Paolo Cannavaro, capitaine des Bleus. Leonardo et les siens sont prévenus. Il va falloir ramener les gants et les coquilles protectrices.



Eric Maggiori

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
On est bien loin d'un Chambéry-Sochaux...
Ce qui est génial c'est que Mazzarri a dit que ce seraient les mêmes joueurs qui ont perdu à San Siro qui iront sur le terrain. Revanche!!!
Désolé Eric mais il leur faudra au moins une girafe pour oublier...

( c'est officiel: Naples rentre en car...)

De son côté, le clubissimo (internazionale) a fait certes dans la demi-mesure mais ça tombe bien, les voilà en demi!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 2