Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lazio-Naples (0-2)

Naples calme l'Olimpico

Naples a tranquillement disposé de la Lazio (2-0). Une victoire nette et sans bavure, en patron, devant une équipe qui n'a joué qu'une mi-temps.

Modififié

SS Lazio 0-2 SSC Napoli

Buts : Higuaín (24e), Callejón (27e)

L'un, Higuaín, a inscrit son 23e but de la saison en autant de journées. L'autre, Candreva, n'a même pas eu l'opportunité d'atteindre la barre des 7, blessé en première mi-temps. Une différence de niveau et de dynamique criante pour les meilleurs buteurs de leurs équipes respectives qui illustre parfaitement ce qu'il s'est passé au Stadio Olimpico. La Lazio avait trop d'absences pour espérer lutter à armes équitables, à défaut d'être égales, contre le leader de la Serie A. Et le plus inquiétant, c'est qu'elle en semblait persuadée avant même de donner le coup d'envoi. Dommage, car le film du match a montré que le scénario aurait pu être différent. Résultat, la Lazio reste scotchée à ses doutes et à la 9e place. À des années-lumière du Napoli, patron serein.

Trois minutes qui font deux buts


Les Napolitains s'avancent en leader sur le papier et comptent bien le montrer sur le terrain de l'Olimpico. Deux corners d'entrée de jeu, une défense romaine pressée très haut, et les joueurs de Pioli qui ne voient pas la couleur de la moitié de terrain visiteuse. Koulibaly peut se permettre de se lancer dans une chevauchée traoresque, Klose est complètement déconnecté du reste de son équipe qui, de toute façon, ne touche pas le ballon. Et quand elle parvient à en récupérer quelques-uns, ils sont systématiquement mal utilisés. Alors, évidemment, Higuaín se charge de concrétiser la domination napolitaine. S'il manque son contrôle, il est bien secondé par Callejón et n'oublie pas de réorienter sa course vers le point de penalty pour un plat du pied imparable à la réception de la passe instantanée de son numéro 7. Un bonheur ne venant jamais seul, trois minutes plus tard Insigne lance magnifiquement le même Callejón, qui se charge d'exécuter Marchetti d'un lob plein de sang-froid. La Lazio n'y est pas et, comme un symbole, Candreva sort prématurément, blessé et remplacé par Keita Baldé.

La Lazio joue enfin, le stade en sale gamin

C'est des pieds de l'entrant que vient le premier danger sur les buts de Reina, après la pause. Il faut pour cela attendre 15 minutes brouillonnes, une jolie accélération et un contre favorable. Las, si le centre de Keita Baldé trouve la tête de Konko, cette dernière ne trouve pas le cadre. Et si les joueurs évoluent dans un faux rythme pendant quelques minutes, le temps pour Klose, Higuaín et Insigne de sortir, et surtout pour le stade de calmer ses ardeurs belliqueuses à l'endroit de Koulibaly, c'est bien la Lazio qui maîtrise le jeu. En témoigne le centre en retrait intelligent de Felipe Anderson pour Lulić qui termine dans les bras de Reina bien revenu. Largement insuffisant pour inquiéter sérieusement les Napolitains, qui reprennent finalement leur domination du ballon dans les cinq longues minutes d'arrêt de jeu décidées par l'arbitre à la suite de son interruption plus tôt pour rappeler les supporters à leur honneur. Les Napolitains sont venus, ont vu, ont vaincu. Et ils ne repartent même pas fatigués.


  • Résultats et classement de Serie A


    Par Eric Carpentier
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 10 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23

    Le Kiosque SO PRESS