1. //
  2. // 16e de finale
  3. // Naples/Swansea (3-1)

Naples a eu chaud, mais s'offre Swansea

Au bout du suspense et après avoir souffert pendant plus d'une heure devant le jeu chatoyant d'une équipe galloise étonnante, Naples est finalement venu à bout de la bande à Bony (3-1). Une qualification aussi flatteuse qu'heureuse, mais terriblement bienvenue pour les hommes de Benítez, en recherche d'un second souffle depuis la reprise.

Modififié
0 16
Naples - Swansea : 3-1
Buts : Insigne (17e), Higuaín (78e) et Inler (90e) pour Naples. De Guzmán (30e) pour Swansea.

Éliminé avec 12 points de la Ligue des champions avant Noël, Naples s'était promis de tout faire pour ne pas de nouveau quitter une Coupe d'Europe précipitamment. Après avoir gaspillé une première cartouche en oubliant de marquer à l'aller, la bande à Benítez se devait d'assurer à domicile. Après une entame encourageante, les tifosi ont longtemps cru que leurs Azzurri allaient à nouveau sombrer. Car devant les coups de massue d'une équipe galloise à l'accent chantant et au rythme enivrant, les Higuaín, Behrami et Inler se sont longtemps posé bien des questions. Plus fort, plus vif, plus déterminé, Swansea aurait amplement mérité sa qualification au vu de la première heure de jeu. Il n'en sera rien, la faute aux changements payants de Benítez et à une défaillance collective pleine de confusions de Gallois acculés par un Naples un temps retrouvé.

Swansea sex and sun

Premier à matérialiser la bonne entame de match des Napolitains, Lorenzo Insigne sème après quelques minutes seulement une première fois la panique sur une pénétration dont seul le petit génie italien a le secret. De leur côté, les Gallois subissent ces premières minutes, mais peuvent eux aussi compter sur leur arme secrète. Celle-ci se nomme Pablo Hernández. À la distribution comme à la récupération, le métronome espagnol régale. Comme sur cette ouverture brillante pour Marvin Emnes peu avant le quart d'heure. Battu, Pepe Reina ne peut rien faire d'autre que s'étonner de voir l'étonnant Raúl Albiol revenir in extrémis sauver la mise des siens. Presque suffisant pour refroidir San Paolo et faire douter Gonzalo Higuaín. Peu inspiré au cours de cette première mi-temps, l'Argentin gaspille plus qu'à son habitude. Pas grave, se dit-on, ce soir, Benítez peut compter sur Insigne. Bien placé, l'Italien profite d'un ballon qui traîne pour venir sanctionner Swansea d'un lob subtil. Vorm, intraitable à l'aller, est battu, les Gallois sont condamnés à se découvrir s'ils veulent se qualifier. Marquer pour subsister, l'équation peut sembler compliquée face à une défense italienne regroupée. Elle ne l'est vraiment pas. Décousue, la machine napolitaine s'enraye tandis qu'au même moment les Gallois semblent prêts à emballer la partie comme jamais. Bony, Hernandez, le danger se précise devant les cages de Pepe Reina. Le problème, c'est que les Italiens semblent prendre un peu à la légère les bonnes initiatives répétées de la bande à Garry Monk. L'inévitable va donc se produire. Sur une bonne combinaison avec Wilfried Bony, De Guzmán offre le but d'une qualif' momentanée. San Paolo est cette fois totalement refroidi, le pire c'est que la bande à Benítez aussi. Bony en profite et entre alors définitivement dans la danse. Dans tous les bons coups, l'Ivoirien crée autant qu'il est craint. Ouvertures, contrôles orientés, débordements, frappes, tout le récital de l'attaquant moderne y passe et seul un grand Pepe Reina peut empêcher le numéro 10 gallois de tuer déjà tout suspense. Naples souffre et semble bien mal embarqué. Toutefois, le pire est peut-être passé.

Gonzalo, Gonzalo, Gonzalo

Le début du second acte ne tend pourtant pas à laisser penser que Benítez ait pu trouver les mots pour résoudre les maux de ses ouailles. À l'inverse, ce sont les trublions du tout jeune et presque novice Garry Monk – présent pour la cinquième fois de sa carrière sur un banc de touche – qui semblent plus déterminés que jamais. Dominateurs, imaginatifs, les Swans privent de ballon les Napolitains et après dix minutes en deuxième mi-temps, Pepe Reina a touché plus de ballons que l'ensemble de la ligne offensive napolitaine. Si le doute n'avait pas encore parcouru l'ensemble des tifosi italiens, c'est désormais le cas. Naples le sait, il va falloir cravacher pour inverser la tendance. L'autre solution, c'est que l'inexpérience des Gallois profite aux Italiens. Et c'est ce qu'il va se passer. Inquiet, presque paralysé par l'enjeu, Swansea va petit à petit reculer, faiblir et forcément laisser des espaces. Les entrées en jeu d'Hamšík et de Mertens n'arrangent rien. Les accélérations se multiplient, Insigne retrouve ses dribles et San Paolo de la voix. Le match est en train de tourner, Swansea de s'écrouler. Les Gallois n'opèrent dorénavant plus que par contre. C'est sur l'un deux que Bony aurait pu (dû) donner un avantage définitif aux Swans. Il n'en sera rien et les 25 dernières minutes s'apparenteront plus souvent à un blocus autour du but défendu par Vorm qu'à la rencontre agréable qu'il avait été donné de voir au cours du premier acte. Et parce que le Naples de Benítez est une équipe d'à-coups et qu'il lui est souvent bien impossible de trouver la faille dans une défense repliée, fut-elle galloise. Les Napolitains devront attendre un éclair venu d'une accélération de Dries Mertens pour trouver la faille. La suite, c'est du Gonzalo Higuaín dans le texte, et dans les oreilles grâce au speaker bien connu de San Paolo. Un triste épilogue pour une équipe galloise qui aura fauté par confusion. Fatigués, mais héroïques, les Gallois donneront pourtant tout jusqu'au bout, mais ne parviendront jamais à tromper la vigilance du seul vrai homme de ce match, Pepe Reina. Étourdissant, c'est une ultime détente du portier espagnol qui offrira la qualif' à Naples. Le dernier but d'Inler sur une ultime contre-attaque est presque anecdotique, mais vient crucifier les Gallois. Pas de quoi rendre le sourire à un foot anglais décidément bien malade.

Par Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Décidemment les clubs anglais ont vraiment du mal en coupe d'Europe cette saison. Swansea éliminé, Tottenham battu à l'aller, je parle même pas de la C1 où seul Chelsea a pu ramener un nul de son déplacement à Galatasaray. Faut il s’inquiéter du niveau de la BCL? la question mériterait bien qu'on s'y attarde.
Ghoulam tjr titulaire yen a u bcp ici qui le voyait couper des oranges sur le banc ... Il a fermer d bouche ...
georgesleserpent Niveau : Loisir
Higuain a quand même bien raté ce soir, ses deux occasions en 1ère MT, la grosse occasion à la fin, match à oublier pour lui même si il s'est quand même beaucoup dépensé et a bien joué son rôle de pivot.

Après c'est sur ce genre de match qu'on voit que Naples sans Hamsik c'est pas la même chose qu'avec lui, sa rentrée a tout changé ; sinon on voit aussi que quand il s'agit de jouer face à une défense regroupée c'est très difficile pour eux... Par contre en contre ça va très vite.

Swansea est quand même une belle équipe, ils ont posé énormément de problèmes à Naples aujourd'hui, même si sur les 5 dernières minutes ils ont laissé des espaces en contre assez ahurissant, si ils avaient été plus efficaces les Napolitains auraient pu en mettre 2-3 de plus sur les 5 dernières minutes.
Note : 8
Message posté par Elji haz14
Décidemment les clubs anglais ont vraiment du mal en coupe d'Europe cette saison. Swansea éliminé, Tottenham battu à l'aller, je parle même pas de la C1 où seul Chelsea a pu ramener un nul de son déplacement à Galatasaray. Faut il s’inquiéter du niveau de la BCL? la question mériterait bien qu'on s'y attarde.


le problème, c'est qu'on s'y attarde un peu tous les quarts d'heure...

ensuite, il faut prendre en compte les circonstances des matches - que Swansea, qui doit être douzième en Premier League, perde en Europa contre un reversé de Champions League plutôt réaliste, ça ne dit pas grand chose sur le niveau global de l'un ou l'autre des championnats. Le fait que deux allemands se soient fait éparpiller hier et la semaine dernière ne devrait pas non plus non pousser à taxer de faiblesse la Bundesliga... L'Europe, c'est toujours différent ! et tellement de paramètres...... par exemple, le tirage - City qui se tape le Barça et Arsenal le Bayern, soit probablement les deux meilleures équipes de ces dernières saisons ; City craque sur un carton rouge, un souci d'alignement, un détail, et Arsenal manque un péno, prend un rouge, puis encaisse deux petits buts. Pas un désastre non plus.

Bon, je vais pas aller jusqu'à défendre United. Beurk, ce match, encore ! Et Tottenham, ça me fascine qu'ils parviennent encore à être européens, tant la dernière fois qu'il y a eu un fond de jeu là bas remonte à Mathusalem (pas le joueur) ; ils s'en sortent grâce aux individualités (Modric, VdV, Bale), mais cette année c'est moins évident, même si c'est pas fini encore...

Bref, si on ajoute l'absence (pour l'instant) en Europe de deux des meilleures équipes du Royaume (Everton et Liverpool), le fait qu'un des qualifiés européens était cette année Wigan (d2, donc), ça fait un tableau noir mais qui, à mon avis, ne dit pas grand chose sur le fameux "niveau global d'un championnat" (parce que le Real et le Barça, ça tourne, mais j'étais surpris du niveau moyen de l'Athletico, et j'ai capté un Villareal-Elche l'autre jour qui était bien atroce... je ne sais pas si le fameux "niveau global d'un championnat" peut vraiment être mesuré. Je sais vraiment pas - j'ai des potes qui préférent la Liga, ou le Calcio, moi depuis tout petit c'est l'Angleterre, chacun a ses qualités et ses défauts je suppose).

fin du bavardage, ya le Bafé Show qui reprend.
valeureux liégeois 74 Niveau : National
Swansea paye son manque de concrétisation à l'aller. Belle équipe en tt cas qui a posé bcp de problèmes aux Napolitains.
georgesleserpent Niveau : Loisir
De toute façon en lisant certains commentaires on pourrait croire que c'est toute l'Europe qui est en crise footballistique :
L'Italie n'a aucun représentant sérieux en 1/8 de CL, les anglais (à part Chelsea) se font tous balayés en Europe, les clubs allemands sont surestimés après s'être pris deux branlées en 1/8, l'Espagne ça va à peu près mais dès que ça tombe sur un tant soit peu d'opposition ça se fait balayer (cf bayern barca et bvb real l'année dernière)...
De manière générale j'ai l'impression que dans tout les championnats l'écart se creuse entre les premiers (voir le premier pour certains championnats) et le reste, c'est pour ça que en CL on se retrouve avec des scores pareil dès les huitièmes de final.
Message posté par georgesleserpent
De toute façon en lisant certains commentaires on pourrait croire que c'est toute l'Europe qui est en crise footballistique :
L'Italie n'a aucun représentant sérieux en 1/8 de CL, les anglais (à part Chelsea) se font tous balayés en Europe, les clubs allemands sont surestimés après s'être pris deux branlées en 1/8, l'Espagne ça va à peu près mais dès que ça tombe sur un tant soit peu d'opposition ça se fait balayer (cf bayern barca et bvb real l'année dernière)...
De manière générale j'ai l'impression que dans tout les championnats l'écart se creuse entre les premiers (voir le premier pour certains championnats) et le reste, c'est pour ça que en CL on se retrouve avec des scores pareil dès les huitièmes de final.


très juste. c'est aussi pour ça, sans doute, qu'il y a homogénéisation entre le dernier tiers des premières divisions et le premier tiers des secondes : les promus réussissent pas mal leur première année, peu sont ridicules et il y a un renouvellement des équipes (Evian, Cardiff, Elche, etc).
Wayne Né-roux Niveau : DHR
Swansea peut se les bouffer, parce que l'équipe n'a strictement rien à envier au Napoli sur les deux matchs, bien au contraire. Wilfried Bony est impressionnant. Que fait-il là-bas, bougre de bougre ?
Wayne Né-roux Niveau : DHR
Message posté par georgesleserpent
Higuain a quand même bien raté ce soir, ses deux occasions en 1ère MT, la grosse occasion à la fin, match à oublier pour lui même si il s'est quand même beaucoup dépensé et a bien joué son rôle de pivot.

Après c'est sur ce genre de match qu'on voit que Naples sans Hamsik c'est pas la même chose qu'avec lui, sa rentrée a tout changé ; sinon on voit aussi que quand il s'agit de jouer face à une défense regroupée c'est très difficile pour eux... Par contre en contre ça va très vite.

Swansea est quand même une belle équipe, ils ont posé énormément de problèmes à Naples aujourd'hui, même si sur les 5 dernières minutes ils ont laissé des espaces en contre assez ahurissant, si ils avaient été plus efficaces les Napolitains auraient pu en mettre 2-3 de plus sur les 5 dernières minutes.


Euh ouais, enfin en même temps quand tu dois marquer absolument un but pour passer, les espaces en contre, les équipes anglaises ne s'en soucient guère. Naples a été bouffé les 3/4 du match, et leurs faiblesses défensives et au milieu de terrain ont été bien + criantes que celles de leur adversaire du soir, même avec l'entrée d'Hamsik...
J'aime beaucoup Wilfried Bony pour le peu que je le vois jouer, quelqu'un le connaît un peu mieux et pourrait m'en dire plus?
Mr_Bigglesworth Niveau : DHR
Message posté par ouam

Bon, je vais pas aller jusqu'à défendre United. Beurk, ce match, encore ! Et Tottenham, ça me fascine qu'ils parviennent encore à être européens, tant la dernière fois qu'il y a eu un fond de jeu là bas remonte à Mathusalem (pas le joueur) ; ils s'en sortent grâce aux individualités (Modric, VdV, Bale), mais cette année c'est moins évident, même si c'est pas fini encore...


Faut pas non plus tout mélanger. Dire que Tottenham n'avait pas de fond de jeu quand ils alignaient Modric, Van der Vaart et Bale au milieu de terrain est sans doute la plus grosse stupidité que j'ai lu ce mois-ci.

Y a seulement deux saisons (avant la tragique perte de Modric & Van der Vaart) le Tottenham de Redknapp était régulièrement louée comme une des équipes les plus excitantes de PL. Depuis on n'a toujours pas retrouvé de cerveau, c'est affligeant. Mais si Eriksen continue comme ça et qu'on commence à faire le deuil du Soldado serial-butteur, alors peut-être que... Assez drôle quand même, ce mec est passé du statut de renard en liga à celui d'un Cambiasso bis en PL, un mec qui combine très bien et fait marquer les autres à défaut de pouvoir le faire.
DoutorSocrates Niveau : CFA
Aha merci Mr-Bigglesworth. Notre ami Ouam n'a pas du regarder jouer Tottenham. La dernière saison de Redknap, avant qu'il sous-entende qu'il était intéressé à coacher la sélection et vienne foutre le boxon dans son club, c'était tellement kiffant comme jouait les spurs.
avanti partenope Niveau : DHR
Message posté par Dadi092
Ghoulam tjr titulaire yen a u bcp ici qui le voyait couper des oranges sur le banc ... Il a fermer d bouche ...


quando torna zuniga il tuo amico se ne torna in panchina.
amicalement.
avanti partenope Niveau : DHR
Message posté par Wayne Né-roux
Swansea peut se les bouffer, parce que l'équipe n'a strictement rien à envier au Napoli sur les deux matchs, bien au contraire. Wilfried Bony est impressionnant. Que fait-il là-bas, bougre de bougre ?


et oui...déjà un petit miracle que les joueurs se soient impliqués à ce point vu les propos de De-La à chaque sortie sur l'EL,dernière en date sa sortie en direct sur fox sports italia chez l'autre pipe de Leo di Bello..pas un hasard si la SSCN est cotée a domicile à chaque match Européen sur un niveau comparable au top 5 européen et à l'extérieur proche d'un Southampton ou d'un club français...
Note : 1
Message posté par Mr_Bigglesworth


Faut pas non plus tout mélanger. Dire que Tottenham n'avait pas de fond de jeu quand ils alignaient Modric, Van der Vaart et Bale au milieu de terrain est sans doute la plus grosse stupidité que j'ai lu ce mois-ci.

Y a seulement deux saisons (avant la tragique perte de Modric & Van der Vaart) le Tottenham de Redknapp était régulièrement louée comme une des équipes les plus excitantes de PL. Depuis on n'a toujours pas retrouvé de cerveau, c'est affligeant. Mais si Eriksen continue comme ça et qu'on commence à faire le deuil du Soldado serial-butteur, alors peut-être que... Assez drôle quand même, ce mec est passé du statut de renard en liga à celui d'un Cambiasso bis en PL, un mec qui combine très bien et fait marquer les autres à défaut de pouvoir le faire.


arf. ce que je dis est stupide mais Soldado joue comme Cambiasso ?

sinon, un fond de jeu qui disparaît quand deux joueurs partent, c'est pas un fond de jeu. C'est un système permis par deux individualités, ce qui revient à ce que je dis : pas de fond de jeu depuis Pedro Mendes, ça veut pas dire pour autant que l'équipe joue mal.

Pardon de vous avoir offensés, les groupies.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 16