1. //
  2. // 29e journée
  3. // Lille/Nantes

Nantes : mais pourquoi ça merde ?

Avant décembre, Nantes, c’était 26 points, six journées passées à la 4e place, des victoires à Bordeaux (0-3) et à Marseille (0-1), une défense plutôt intraitable doublée d’une attaque efficace, le tout derrière un collectif d’enfer. Et puis ? Et puis la chute.

Modififié
43 10
Tout juste promu après cinq saisons dans le purgatoire, le FC Nantes a plutôt mal préparé son retour parmi l’élite : les matchs de préparation étaient mauvais (une seule victoire malgré des adversaires comme Carquefou ou Le Poiré-sur-Vie) et beaucoup d’observateurs qui condamnent déjà les Canaris au fond de la classe en Ligue 1. Le mois d’août, avec 4 points sur 12, est pourtant plutôt réussi pour un promu, même si la victoire initiale contre Bastia sera finalement annulée. Et puis, l’illumination, le miracle, diront certains. Nantes va réaliser un parcours inattendu qui le mènera jusqu’à la 4e place… Jusqu’à un arrêt soudain (et définitif ?) qui s’explique par différents facteurs, entre fin de réussite et épuisement.

Des retrouvailles euphoriques

« Le bon début de saison nantais est dû à la dynamique de la montée, avec un effectif qui a très peu bougé. Finalement, il y a eu une vraie stabilité de cette équipe, donc ils sont restés dans la continuité de la L2 : une équipe solide, relativement efficace, surtout quand on pense à Djordjevic. C’est vraiment cette stabilité qui a permis à Nantes de réaliser ce début de championnat. » David Phelippeau est correspondant à Nantes pour 20 minutes. Spécialiste du FC Nantes et des crises qui vont avec ces dernières années, il livre une analyse pragmatique concernant ce début de saison inespéré. « Der Zakarian a optimisé les qualités de son équipe, il en a tiré un maximum. » Même son de cloche du côté d’Olivier Quint, passé par Nantes entre 2001 et 2006. « Il y avait également le fait qu’ils n’avaient pas envie d’être ridicules car tout le monde les voyait dans les trois derniers, ils avaient envie de déjouer tous les pronostics en montrant qu’ils avaient les qualités pour se maintenir. »

Se maintenir, oui, mais jouer la quatrième place et donc l’Europe, était-ce réellement envisageable ? « Non, ils n’auraient pas pu lutter pour les places européennes, tranche Quint. Il y a des effectifs qui sont mieux armés pour ça. Mais même les joueurs savaient qu’il ne fallait pas rêver, ils ont donc profité de la dynamique pour prendre des points et rester en haut du classement.  » En fait, les seuls qui y ont (un peu) cru, ce sont peut-être les supporters. « Ils auraient évidemment bien aimé que les Nantais restent en haut de l’affiche, estime Olivier Quint. Ils ne pensaient pas que la suite serait aussi vertigineuse. Mais ils viennent encore au stade : 23 000 contre Ajaccio, le public est formidable depuis le début de la saison. » Avec un peu de réussite par-ci par-là avant la trêve (on pense à la victoire un peu flattée malgré le score (0-3) à Bordeaux), les Nantais se hissent donc très loin de la zone dangereuse, mais tout va s’arrêter brusquement à partir de janvier.

Un déclic ?

Y a-t-il eu un élément déclencheur ? En tout cas, la défaite à domicile contre Toulouse et surtout la claque reçue au Parc des Princes (5-0) vont laisser de sérieuses traces dans les jambes et surtout les têtes nantaises. Mais il semblerait que les raisons viennent d’ailleurs. « Je pense que c’est plutôt un déclin collectif, analyse Phelippeau. Nantes ne repose pas sur des individualités, hormis Djordjevic. Si collectivement, ils n’y sont plus, il n’y a plus d’équipe. De plus, Nantes n’a jamais pu se reposer sur un socle de jeu. En début de saison, c’était une équipe qui misait beaucoup sur la récupération du ballon. »

Physiquement, les Canaris ne décollent plus. Et puis, il faut aussi pouvoir supporter la pression qui grandit au fur et à mesure que les bons résultats s’accumulent. Après quelques défaites, le doute s’installe et l’avance sur les équipes menacées commence à fondre progressivement. Mais Phelippeau avance une autre hypothèse. « Le discours de Der Zakarian, qui est un meneur d’hommes hors pair, est aussi usant physiquement et psychologiquement, car c’est un mec qui tire vraiment sur les organismes. Il a fait un travail exceptionnel depuis la première remontée il y a cinq ans. Mais peut-être qu’il y a eu une usure physique et mentale de ses joueurs. »

La retombée logique du promu

Il arrive régulièrement que le promu réussisse un bon début de championnat avant de connaître une période creuse. Nantes n’a pas dérogé à la règle, surtout que, comme tout buteur, Djordjevic a lui aussi connu une période un peu plus délicate. Mais là où beaucoup de clubs, dans ces cas-là, peuvent compter sur les remplaçants et les recrues, Nantes n’a pas eu cette chance. « Les recrues n’ont rien apporté, souligne Phelippeau. Ce constat s’appuie sur des chiffres : Audel n’a pas marqué un but, n’a pas donné une passe décisive, Bedoya a dû mettre un ou deux buts décisifs, mais c’est à peu près tout, et il y a Nicolita qui n’a pas fait une saison fabuleuse. »

Nantes est-il ainsi à sa place ? Oui, d’après le jourrnaliste. « Rémi Riou nous l’a un peu suggéré : Nantes est revenu à une place plus conforme à son statut de promu, d’équipe composée de joueurs pas vraiment rompus à l’élite. » Désormais 7 points devant le premier relégable (Valenciennes), Nantes est cependant loin d’être rassuré, surtout depuis le nul concédé dans les dernières minutes samedi dernier face à la lanterne rouge Ajaccio. Pour beaucoup, il reste deux victoires aux Canaris pour assurer un maintien que personne n’aurait imaginé si difficile à obtenir au mois de décembre. Selon Quint, il faudra nécessairement puiser dans les recettes du bon début d’année. « S’ils retrouvent les valeurs qu’ils ont eues pendant la première partie de saison, et de la réussite, les deux matchs, ils les gagneront et ils se sauveront. » Il faudra pour ça se farcir Lille, Montpellier, Bordeaux, Monaco, Marseille, Saint-Étienne…

Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Sidney G'Ovule Niveau : Loisir
"Même son de cloche du côté d’Olivier Quint, ancien champion de France avec Nantes en 2001".

Olivier Quint n'a pas été champion de France en 2001. Il est arrivé la saison d'après en provenance de Sedan.
A Nantes, on aime bien se foutre dans la merde tous seuls. On a quand même 4 "affaires" qui ont sans doute bien pourri l'ambiance, on a plus parlé de nous pour l'extra-sportif. Et à un moment, avec un effectif aussi inexpérimenté, ça se ressent sur le pré. J'ai peur, très peur pour cette fin de saison...
Ouais, pour une multitude de raisons :

Parce que les joueurs sont cramés. La coupe de la ligue c'est beau mais perdre en demi-final c'est dur mentalement et physiquement. Le turn-over est difficilement faisable vu les joueurs et les blessures (pas épargné)

Parce qu'ils commencent à prendre le melon. Bah ouais normal, Tout le monde dit à Dylan que la 6ème c'est hyper dur et qu'il va devoir travailler donc au début il bosse il bosse et là il se rend compte que ça va, il se démerde pas trop mal les résultats sont là. Dylan arrête d'être sérieux et se mange des putains* de tôles à tous ses contrôles.

Aussi : Parce que le recrutement est ridicule. Oui, Gomis et Sheshter c'est bien beau sur le papier mais en pratique soit l'un ne joue pas soit l'autre est une foutue chèvre. C'est justement dans ce moment là que j'envie nos cher voisins adorés et leur cellule de recrutement.
(ne pas parler du recrutement estival non plus hein, el colorado c'est... comment dire...
Lucas ne tweet plus il a toujours la grosse tete?
Le calendrier est vraiment pas de bon augure pour ce club en plus.
Sur les 10 matchs restant, les plus abordables sont Montpellier, Guingamp, Valenciennes, Toulouse, Bastia.
En sachant que Montpellier est en pleine bourre et que Guingamp est un petit derby, et que Toulouse pourrait être dans un bon jour, ça ne laisse que deux réel opportunité.

Courage les Nantais, je suis Rennais mais je suis de tout coeur avec vous. Vous n'avez rien a faire en Ligue 2.
Wayne Né-roux Niveau : DHR
Après, il faut aussi se rendre à l'évidence. Nantes n'a jamais proposé un jeu très attrayant en 2013 ou 2014. La réussite durant la première moitié a été assez insolente de leur côté. C'était relativement solide, efficace, mais tout de même très limité. Et en effet, la claque reçue au PSG a brisé la confiance de l'équipe. Et la confiance, c'est le moteur des promus aussi limités que Nantes peut l'être avec son effectif. C'est un peu comparable au retour de Brest parmi l'élite, qui avait été une hype pas possible (leader aux alentours de la 11 ou 12è journée je crois), avant de se péter inexorablement la gueule et de finir pas loin de la zone rouge (avec une équipe d'ailleurs assez proche du FCNA d'aujourd'hui). Et si je pousse un petit peu le parallèle, avec le départ de Djordjevic qui se profile (tout comme Roux à Brest), et l'inexistence de moyens pour recruter, y'a quand même de quoi être inquiet pour la saison prochaine en cas de maintien cette année (ça devrait le faire à ce niveau-là au moins...).
L'apport offensif est quand même le vrai problème de Nantes, les recrues sont là pour faire la différence et ce n'est pas le cas..
Au final, le classement est assez logique, en étant à égalité de points avec Guingamp, qui lui aussi monte de L2 et lui aussi n'a pas beaucoup dépensé sur le marché des transferts. Quant à la critique de Phelippeau sur les recrues, c'est un peu vain même si c'est sa marotte : MDZ a toujours préféré sur un groupe restreint de joueurs et a beaucoup misé sur son XI type de L2, offrant peu de places ou de patience aux nouvelles recrues (Nicolita, Shechter...) rendant assez compliqué leur intégration. Quant à Aristeguieta arrivé l'hiver dernier, il a peu de temps de jeu dans une équipe à une pointe et où Djordjevic a eu de bonnes statistiques (et qui est aujourd'hui souvent blessé).
C'est vrai que l'an prochain, si Nantes reste en L1, ça peut paraître difficile sans Djordjevic, mais si MDZ gère un peu mieux son groupe en faisant monter quelques jeunes et en faisant confiance à Aristeguieta ou à un Schechter, ça peut fonctionner. En gardant Djilobodji...
C'est cataclysmique ce qu'il se passe en ce moment. Entre la ligue, la FIFA qui humilient nos dirigeants et les décisions arbitrales qui font mal : ce hors-jeu non sifflé à la dernière minute contre Ajaccio et débouche sur le match nul.
On n'est pas verni...
snocxuatrom83 Niveau : Loisir
Parce que c'est devenu un club de Merde gérés par des mètres qui font boulettes sur boulettes sans pour autant refaire l'histoire le dernier match pathétique pas de défenseur central pour remplacer Djilobodji mais des baltringues en attaque ça oui et après pourquoi ça Merde et surtout oui tant pis pour les supp nantais il reste que ça a Nantes
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
43 10