En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 37e journée
  3. // Nantes/Sedan

Nantes, la victoire des sans-grade

Après Monaco la semaine dernière, c'est Nantes qui devrait officialiser sa montée en Ligue 1 ce vendredi face à Sedan (20h30). Mais contrairement à l'ASM, les Canaris n'ont pas réussi leur saison grâce à des individualités au-dessus de la moyenne. Non, Nantes c'est une équipe sans grands noms, pas très sexy, mais qui a réussi sa mission.

Modififié
Un Harlem Shake. Voilà la seule folie que s'est offert le FC Nantes cette saison. Emmenés par un Fabrice Pancrate déjanté, les Canaris se sont lâchés comme ils ne l'ont jamais fait cette année sur le terrain. Car en Loire-Atlantique, le mot d'ordre était simple : boulot, boulot et encore boulot. Même après la victoire à Caen lundi (1-0), quasiment synonyme de montée en Ligue 1, Michel Der Zakarian a coupé court à l'euphorie. Pas de fiesta ou de double prime directement dans les vestiaires, mais un retour sur terre musclé. « La fête, on la fera quand on sera montés. Maintenant, tous dehors pour le décrassage  » , a gueulé le coach nantais, qui ne connaît que trop bien les forces mais aussi les faiblesses de son groupe.

Car si le FCN n'est qu'à un point d'une remontée dans l'élite, quatre ans après l'avoir quittée, ce n'est pas grâce à un jeu flamboyant. Devant sa télé, Coco Suaudeau n'a pas dû prendre beaucoup son pied, mais les résultats sont là. Grâce à des joueurs un minimum talentueux, mais surtout terriblement besogneux et sérieux. Et surtout habitués aux joutes de la Ligue 2, à l'image d'un Lucas Deaux, arrivé de Reims cet été, qui a régné dans l'entrejeu avec Birama Touré (ex-Beauvais). C'est d'ailleurs sur le marché des transferts que Nantes a enfin pris le visage d'une équipe taillée pour jouer les premiers rôles en L2.

Der Zakarian chef de chantier

Terminé les anciens grands noms de Ligue 1 venus terminer tranquillement leur carrière en pensant être au-dessus du lot en Ligue 2. Cet été, Wiltord et Bangoura ont donc fait leurs valises, comme Darcheville, Cheyrou ou Zerka avant eux. À la place, Cichero (Caracas, ex-Lens), Madouni (Union Berlin, ex-Clermont), Rémy Riou (Toulouse) ou encore Eudeline (Sedan). Pas du clinquant, contrairement à ce à quoi Waldemar Kita nous avait habitués. Et pour encadrer tout ça, un chef de chantier qui a fait ses preuves : Michel Der Zakarian.
Déjà à la tête de l'équipe lors de la remontée en 2008 (puis viré après trois journées en Ligue 1), l'ancien international arménien a refait ses gammes avec Clermont, qu'il a été proche de faire aussi jouer dans l'élite. Revenu au bercail cet été, « Der Zak » a immédiatement tiré le meilleur de son groupe et en fait une équipe solide et équilibrée (2e défense du championnat). À l'image du match gagné à Caen, où sans briller, les Canaris ont fait preuve d'efficacité dans les deux surfaces (penalty arrêté par Riou et but de Djordjevic sur un contre anodin). « On a retrouvé nos vertus, à savoir une grande solidarité, une grande envie de gagner les duels. On a bien tenu défensivement, fermé les espaces  » , soulignait Der Zakarian après la partie.

Djordjevic, joueur de Ligue 1,5

Mais n'allez pas croire que Nantes est une équipe qui bétonne. Non, les Nantais ont l'intelligence de jouer avec leurs moyens, de ne pas se prendre pour d'autres. Le plus souvent en 4-4-2, le FCN est costaud dans l'axe et utilise parfaitement les ailes avec Gakpé et Bessat. Le tout pour servir ses deux valeurs ajoutées : Djordjevic et Aristeguieta. Le premier, à Nantes depuis six ans, donne enfin sa pleine mesure (18 buts) et confirme que s'il semble être un peu juste pour la Ligue 1, il est au-dessus en Ligue 2. Le second, arrivé cet hiver de Caracas, a déjà planté 8 pions et Nantes possède la 3e attaque du championnat (51 buts), derrière Monaco et Guingamp. Trop peu pour les nostalgiques, mais largement suffisant pour les réalistes. Waldemar Kita a d'ailleurs un souhait pour ce qui devrait être le match de la montée ce lundi : «  Que le match contre Sedan soit un peu le reflet de notre saison. » Histoire de pouvoir se lâcher une bonne fois pour toutes.

par Alexandre Alain
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:30 OFFRE SANS DÉPÔT : 10€ gratuits jusqu'à mercredi pour parier chez Winamax !!! 1 jeudi 22 février Pronostic PSG OM : 10€ offerts sans dépôt et 1260€ à gagner
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 09:19 Génésio : « On est capables de faire des grandes choses » 24