Nándor Hidegkuti, le genre idéal

Métronome du Onze d’or hongrois distillant des amours de caviars pour Kocsis et Puskás, l’un des premiers neuf et demi de l'histoire s’est éteint il y a quasiment quinze ans le jour de la Saint-Valentin. Du MTK Budapest révolutionnaire de Bukovi au triplé lors du « match du siècle » en passant par une transfusion miracle et un film de propagande, le culte du « Vieux » également vainqueur de la Coupe des coupes avec la Fio et artisan de la résurrection d’Al-Ahly sur les bords du Nil a traversé les décennies.

Modififié
« Hidegkuti a rendu son dernier souffle en février 2002, trois semaines avant son 80e anniversaire. Le deuil s’est propagé d’Óbuda à Berne, du boulevard Hungária à Florence, du Caire à Győr, partout sur la planète Terre. Le meneur de jeu légèrement reculé par rapport à la position classique du dix s’est ancré de lui-même dans un coin : celui du patrimoine mondial du football.  » En dépit de sa plume laudative, Iván Hegyi exagère à peine lorsqu'il rend hommage au gouvernail du Onze d’or huit ans après sa mort dans un supplément week-end du journal de gauche Népszabadság aujourd’hui disparu.


Car avant le drag-back goal de Puskás enfonçant les Three Lions à Wembley en novembre 1953, Nándor a été le premier à faire s’égosiller le mythique commentateur magyar György Szepesi lors du «  match du siècle » . Débordement de Budai dès l’engagement, remise manquée pour Kocsis, dégagement british foiré dans l’axe, récupération de Bozsik, une-deux avec Zakariás, Boszik lance Hidekuti aux vingt mètres qui fixe, feinte, dribble, arme du droit à l’entrée de la surface : lucarne. Puis le doublé mouchant l’égalisation de Sewell. Et le hat-trick en volée à bout portant sur une transversale-chandelle du Major.

« Milieu reculé  » et fichu sur la tête


Venu au monde en 1922, Hidegkuti était le « Vieux » de l’armada magyare. Cinq piges de plus que Puskás, sept de mieux par rapport à Kocsis. Seul le « Brigand » Gyula Lóránt (1923), sauvé par coach Sebes des geôles communistes où il croupissait, effleurait son titre de doyen car il voulait suivre Kubala au Barça. Ses ascendances bourgeoises ont pourtant failli lui coûter son spot en sélection. Père gradé et héros de 14-18, mère patronne d’une usine de collants à Óbuda, sur la rive résidentielle et chic du Danube. Collants qu’il chapardait systématiquement enfant afin de fabriquer des taille cinq de fortune. L’arrivée du stalinien Mátyás Rákosi aux commandes de la Hongrie au lendemain de la Libération menace directement l’avenir du foyer Hidegkuti. Notamment la carrière de Nándor qui commence à percer au MTK Budapest sous l’impulsion du génial Márton Bukovi, fossoyeur du WM de papa chez les Blanc et Bleu et créateur du poste de « milieu reculé » spécialement imaginé pour son protégé. Comme dans l’épineux cas Lóránt, Sebes le Rouge vif amadoue le Parti au nom du prestige sportif. Quitte à mentir sciemment sur le background bourge d’Hidegkuti qui lui doit autant que le « Brigand » .


« Sebes m’a dit qu’il fallait faire oublier aux camarades qui nous sommes vraiment, inventer une autre famille Hidegkuti idéalisée à travers un mini-documentaire  » , dévoile le « Vieux » . « Le film est passé aux actualités cinématographiques. Ils montraient maman se démenant fichu sur la tête à côté d’une machine et racontaient son casse-tête quotidien entre l’usine et les tâches ménagères... Elle était devenue la travailleuse typique ! Ceux qui nous connaissaient savaient que c’était totalement faux. Mais grâce à cette supercherie, elle a gardé son emploi et j’ai pu jouer avec Öcsi (Puskás) et les autres. » Et quand « Öcsi » , Kocsis et Czibor décampent à l’automne 56 lors d’une tournée du Honvéd pendant que les chars soviétiques matent l’insurrection de Budapest, Hidegkuti est l’un des rares à rester en territoire hongrois. Les autorités lui sont tellement reconnaissantes qu’elles le sollicitent pour remplacer Puskás l’effroyable déserteur dans une comédie intitulée L’attaquant de rêve. Le pitch ? Le président du pays imaginaire Futbólia demande à l’amiral Duca de ramener un avant-centre maison jouant avec les A en Suisse. Si l’équipe défait le Ruganda, le pays est sauf. Duca kidnappe un Hongrois installé à l’Ouest censé renforcer l’effectif. Scandale, révolution en tribunes et fuite définitive de Jóska.

Poche de plasma et bêtise du « Fradi »


C’est d’ailleurs en Suisse que le médaillé d’or 1952 d’Helsinki devait tâter le Graal suprême si le miracle de Berne n’était pas intervenu. Hidegkuti himself en a néanmoins provoqué quelques-uns. Du genre mener la Fio vers son premier trophée européen en triomphant des Glasgow Rangers lors de la Coupe des coupes 1961. Construire un 5-3-2 dévastateur permettant aux Cairotes d’Al-Ahly de renouer cinq fois avec le titre égyptien délaissé depuis 1962. Ou propulser la provinciale Győr sur le toit de la Hongrie (1963) au nez et à la barbe des mastodontes budapestois (Ferencváros, Honvéd, MTK, Újpest et Vasas). Un parcours d’autant plus extraordinaire quand on sait qu’il a été déterminé par une poche de plasma. « Durant mes débuts au MTK, je n’arrivais pas à développer mon jeu convenablement. Bukovi m’a immédiatement envoyé à l’hôpital du Sport pour voir où était le problème et les examens ont révélé une anémie. Il me manquait un demi-litre d’hémoglobine » , confiait Hidegkuti. « Une jolie infirmière blonde est allée voir le médecin et lui a demandé l’autorisation de faire le don si nous étions compatibles. Peu après la transfusion, j’inscris un triplé avec la Hongrie B contre la Roumanie. Le match terminé, j’ai écrit une carte postale pour remercier ma sauveuse à laquelle je pense souvent. Le journal du lendemain avait osé ce titre incroyable : "L’entrée d’Hidegkuti a amené du sang frais dans le jeu." »


Fidèle aux Bleu et Blanc jusqu’à la retraite (1947-1958), Nándor marqua 202 fois en 302 apparitions. Logique que le MTK ait instantanément rebaptisé son jardin la nouvelle du décès à peine annoncée. Un traitement de rock-star rappelant les concerts de Scorpions (1986) et Metallica (1988) sur place. Dire que l’icône du Hungária Körút faillit signer au Ferencváros et se ravisa au dernier moment, la faute à un membre du staff balançant qu’il existe de meilleurs attaquants. Hidegkuti n’était certes pas Puskás, mais Ferenc n’aurait jamais autant planté sans Nándor, répondent de concert les spécialistes magyars. «  Il évitait les sirènes de la gloire et ne courait absolument pas après la célébrité. C’était un véritable ami sur et en dehors du terrain. Un ami que j’ose considérer comme le meilleur attaquant du monde et la personnalité la plus distinguée de notre football centenaire » , disait de lui son copain de sélection Jenő Buzánszky lors des funérailles au cimetière d’Óbuda. Le Major exceptionnellement autorisé à sortir de l’hôpital et la Panthère noire Gyula Grosics ont également accompagné son ultime voyage. Les trois mots définissant le mieux l’apport de Nándor finissent par « sse » : classe, sagesse et prouesse.

Par Joel Le Pavous
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Encore un super article de Jöel le Pavous sur le football hongrois.

Hidegkuti quel joueur! Quand on regarde les matchs de l'Aranycsapat il donne toujours l'impression d'être "un chien fou" assez lent, jouant à la fois devant, en 10 et même en milieu relayeur. Quand j'ai commencé à regarder les redif de la Grande Hongrie je ne savais pas comment le situer et quel poste il jouait (pas étonnant pour un gars élevé au pti lait de Fifa et des journaleux qui te parlent de 442, de 433, de 451 qui ne sont absolument pas adaptables aux schémas tactiques plus anciens; ce qui fait que quand on regarde la Grande Hongrie jouer on ne comprend plus rien ^^: voir le "Inventing the Pyramid" de Jonathan Wilson).

Le MTK Budapest n'est pas mon club hongrois préféré (préférence pour le Ferencvaros) mais il mérite de retrouver un niveau correct. Qu'en est-il du nouveau stade qu'ils projetaient de construire?

A quand un article sur un de mes joueurs préférés de l'histoire du foot, et tout aussi important, bien que moins populaire que Puskas, Hidegkuti et Kocsis, l'ailier Zoltan Czibor?

Encore merci pour l'article
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
*Inverting the Pyramid
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA2
Les clubs de Budapest (quelle ville) reviennent bien ces dernières années après une longue domination des clubs de "province".
Je t'apprends rien, c'est d'ailleurs ton Fradi qui a mis un terme à ça l'année dernière après le dernier titre de 2004.

J'ai toujours eu une préférence pour le Honved qui alterne le bon et le moins bon. Cette année, ils jouent le titre même si un calendrier de folie l'attend ces prochaines semaines (ils rencontrent tous les gros actuels)!!

Niveau sélection, on est encore très très loin du niveau de l'époque dorée mais y a du mieux (Il y a de moins en moins d'étrangers dans le championnat je trouve. Le niveau est certes faibles mais c'est peut être pas plus mal pour les jeunes hongrois). La Hongrie était d'ailleurs une des équipes les plus agréables à regarder lors du dernier Euro.
Pour la CdM 2018, ça semble mal parti...
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Super club le Honved également! D'ailleurs Czibor y a joué trois saisons. Et cette saison il marche vraiment bien avec Marco Rossi à sa tête.

Oui je revois avec plaisir les clubs budapestois truster le haut du classement depuis quelques saisons. Je me suis toujours demander ce qui était arrivé à Debrecen pour qu'ils lâchent comme ça. Je les voyais vraiment comme le futur nouveau Shakthar. Ils étaient régulièrement en Europe, ils avaient à leur tête un homme d'affaires qui semblait bien mener sa barque, ils avaient un très bon centre de formation. Videoton avait une belle équipe mais me semblait avoir un potentiel moindre pour l'Europe.

Le Fradi retrouve des couleurs. C'est bien. Mais il faudrait une qualification européenne pour matérialiser tout ça.Ils se sont faits sortir par Tirana l'été dernier au deuxième tour de qualif' pour la LDC. Leur nouveau stade est magnifique mais il faut l'Europe pour grandir (la sempiternelle rumeur de l'arrive de Balasz Dzsudzsak je n'y crois pas trop, ce dernier ayant montré qu'il menait sa carrière selon une autre perspective). Je me demande s'ils n'ont pas laissé passer leur chance. Car s'ils continuent comme ça cette année ils ne verront pas l'Europe l'année prochaine...
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA2
Vu comment Ferencvaros a écrasé la Hongrie (en faisant le doublé) la saison dernière, ils se sont peut-être vu trop beaux cette année!
Et puis, vous avez perdu quelques bons éléments (Adam Nagy par exemple...).

C'est pas plus mal, un club hégémonique n'est jamais bon pour un championnat.
Ce commentaire a été modifié 2 fois.
Salut les gars, je voulais savoir que devient le Vasas SC ? Ils sont encore leader ou pas ? J'ai lu que leur stade a été démoli en Novembre dernier, où est-ce qu'ils jouent à présent ?
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA2
Ils sont toujours dans le coup (3e à 3 points des co-leaders et avec un match en moins) même si ils semblent marquer le pas après un début canon.
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Szia!

Ils jouent dans le stade d'Ujpest (Ferenc Szusza stadion), de l'autre côté du Danube (côté Pest) et tout au nord de la ville.

Je crois qu'ils étaient en tête avec Videoton et le Honved. Ils se tirent la bourre tous les trois depuis le début de saison. Je pense que le Fradi viendra se mêler à la lutte en fin de saison. Je l'espère du moins.
Ce commentaire a été modifié.
Merci d'avoir répondu.

J'avais lu aussi que Vasas jouait justement au Hidegkuti Nándor Stadium du MTK, pour ça que je posais la question. Mais du coup, même s'ils passent du nord-ouest au nord-est pour jouer, ça doit quand même faire bizarre, non ? (je m'imagine Fulham obligé de jouer sur le terrain de Chelsea, le bordel que ça serait ...)
8 réponses à ce commentaire.
Comme entraineur, Hidegkuti a même emmené le Győr ETO FC jusqu'en demi-finale de la C1 1964-65, lourdement éliminé par le Benfica avec un 4-0 au retour à l'Estádio da Luz (avec l'arbitre français Michel Kitabdjian, le même qui a arbitré le controversé Bayern-Leeds en 1975).
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
 //  11:16  //  Aficionado del Uruguay
Note : 1
Merci pour cet article qui rend hommage à ni plus ni moins que la plus grande terre de football d'Europe...

Oui, j'assume: la plus grande terre de football européenne, c'est bel et bien la Hongrie !

Car que serait par exemple le football italien sans l'apport massif de joueurs et de coachs hongrois dans les années 20 (et de quelques sudams), l'Angleterre sans cette défaite de 1953 et l'Allemagne de l'Ouest représentante ultime du bloc de l'Ouest face à l'Est (et donc chargé comme des mulets) lors du Mondial 1954, ou encore l'Espagne sans cette arrivée d'hongrois (et de sudams encore une fois...:p) internationalement reconnu dans les années 50 ?
Ben autre chose, assurément...

Les Hongrois furent par exemple les seuls européens à tenter l'aventure de l'autre coté de l'Atlantique, et ils ne furent pas du tout ridicule, loin de la !
Emerico Hirschl fut par exemple le tout premier coach étranger en Argentine, et fut nommer entraîneur du siècle par les hinchas de Gimnasia de La Plata en 2000...

D'autres tentèrent également l'aventure également: Bela Guttman, Gyula Mandi, Kurshner pour les entraîneurs, Sarosi, Zsengellér, Hanke Rakosky, Hrotko, Lami pour les joueurs, qui vinrent tous tenter l'aventure dans le nouvel eldorado colombien à partir de 1950...

Bref, immense terre de football !
Ce commentaire a été modifié.
LesSeinsDeRomaneBohringer Niveau : CFA2
L'Honved de Puskas a fait une tournée au Brésil, dans les 50's, pour fuir le régime communiste il me semble non? (C'est peut être de ça dont tu parles).
Il y a eu de jolies fessés administrées par les hongrois si mes souvenirs sont bons.

Y avait un article dans un magazine So Foot (ancien) qui traitait de ça aussi.
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Penarol! C'est un plaisir de te voir réagir à cet article! J'apprécie particulièrement tes commentaires et au cours du Top 100 Sud-Américain je me suis délecté de tes commentaires! Un grand merci pour tes contributions!

La Hongrie est pour moi aussi la plus grande terre de football d'Europe! C'est un drame de ne plus les voir égrener leurs couleurs lors des compétitions internationales (mis à part le dernier Euro).

Entre les années 30 et les années 50 les entraîneurs hongrois se sont retrouvés sur tous les continents! Le cas Guttmann est bien connu (d'ailleurs quel a été son apport à Penarol? A-t-il réussi là-bas?), de même que l'arrivée massive de juifs hongrois en Amérique du Sud (Brésil, Argentine, je connais mois l'Uruguay dont tu es le spécialiste, est-ce le cas aussi?). Et leurs tournées que les seins de Romane Bohringer signale très justement! Ils ont littéralement révolutionné le football, apportant de nouveau concept et une approche plus "systémique" du jeu tout en gardant le mouvement, le mouvement et encore le mouvement. C'est frappant à quel point les joueurs semblaient plus mobiles à l'époque.

Un autre cas moins connu que l'exportation d'entraîneurs hongrois en Amérique du Sud, c'est le cas des entraîneurs hongrois qui sont venus exercé en Europe occidentale. Mes chers Verts de Saint-Etienne par exemple, ont été entraînés par Zoltan Vago dans les années 30, le Napoli par Eugen Payer, Franz Platko au Barça... Bref quand on regarde les entraîneurs des clubs occidentaux dans ces années là on est quasiment sûr de trouver des Hongrois!

Les entraîneurs hongrois ont été de partout et ont souvent réussi. Le cas d'Emerico Hirschl mériterait un livre!!!

Je rentre à Saint-Etienne pour le match de demain. 6h de route mais nul doute qu'en rentrant je me délecterai de vos commentaires si commentaires il y a !
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Merci l'ami, c'est sympas, comme ton pseudo d'ailleurs ;).

Hirschl a laissé une superbe image à Peñarol et à GLP malgrés ses échecs à River et dans de multiples clubs brésiliens, c'est lui qui assista par éxemple à la maturation de l'une des plus grande génération de Manyas de l'histoire, et sa réussite conditionna d'ailleurs l'arrivee de Bela Guttman.

"Révolutionné le football", tu y va un peu fort :), disons que les techniciens hongrois avaient surtout pour eux le fait de s'adapter à l'espace culturo-footbalistique auquel ils s'expatriaient...

Hirschl laissait par exemple carte blanche à des Ghiggia ou Schiaffino sur le terrain, aucune restriction ou consigne tactique pour les artistes, et c'est en cela qu'il réussi en Amérique du sud, il avait saisi et comprit parfaitement la mentalité rioplatense en matiére de foot...


Pour Guttman, et d'aprés les nombreuses archives du début des années 60 que mon père a garder à la maison, la presse sportive était d'abord assez partagé de le voir entraîner Peñarol, car même si Hirschl, un hongrois lui aussi avait laissé une très bonne image, il ne faut pas oublier que Guttman était le coach du Benfica qui fut laminer par Peñarol en coupe Intercontinentale quelques mois plus tôt, donc ça partait assez mal...

Et effectivement, les critiques arrivèrent très rapidement et furent assez sévères tout au long de la saison 1962. 

De nombreux écrivains ne comprenaient pas ses méthodes "exotiques", sa façon de gérer ses joueurs, et sa "militarisation" de ceux-ci qui devaient se soumettre à ses schémas tactiques alors que Hirschl laissait lui une immense liberté aux joueurs sur et en dehors du terrains.

En fait, ce qui lui fut particulièrement reprochés fut la mise à l'écart de Cubilla(qui était tout sauf un ange...) pendant une grande partie de la saison à la suite d'une dispute avec ce dernier et qui le poussa à quitter le club à la fin de la saison pour signer à Barcelone et sa gestion assez catastrophique du 3éme match pour la finale de Libertadores face à Santos.

Alors que la presse avaient été particulièrement surprise de la victoire au Brésil, l'équipe avait été vraimment mauvaise au Monumental, les brésiliens nous avaient vraimment marché dessus, écrasé alors qu'on les avait brillamment battu un mois plus tôt chez eux...

A sa décharge (ou a son malheur plutôt...), il a succédé à Roberto Scarone, légende vivante en Uruguay, et qui venait de remporter les deux premières et dernières Libertadores de manière particulièrement brillante, donc forcément, la défaite face à Santos est assez mal passé à Montevideo...

Sinon, l'une de ses principales réussite, car il y'en eu tout de même à Peñarol fut l'explosion complète et totale d'Alberto Spencer (tu sais, celui qui a moins marqué le foot que Palermo selon certains...)qui devint sous ses ordres l'un des tout meilleurs attaquant mondial.

En tout cas, un sacré personnage, quoi qu'on en dise, caractère assez spéciale de ce que j'ai pu en lire effectivement, trés militaire, froid et distant, tout le contraire d'Hirschl...

@Les seins de Bohringer:

Oui, enfin ces tournées brésiliennes se faisait sur une terre à l'époque bien moins redoutable que l'Argentine et l'Uruguay footbalistiquement, c'était avant que Havelange (oui oui...) ne prennent en main la CB et fasse du football brésilien la référance qu'il est devenu ensuite...
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
@ Peñarol, tu connais sans doute ça mieux que moi mais je te trouve un peu dur avec le football brésilien de l'époque : effectivement, après-guerre il était en retard sur ses voisins argentins et uruguayens mais dès le Mondial 1950, le Brésil est devenu une nation de première plan footballistiquement parlant. Même si ta chère Celeste est devenue championne du monde, faut pas oublier que la Seleçao avait mis des tôles à tout le monde auparavant et qu'il n'aurait pas été scandaleux de la voir sacrée (mine de rien, le match décisif contre l'Uruguay se joue à rien). Et il y avait de sacrés joueurs brésiliens au début des 50's : Zizinho évidemment mais aussi Ademir, Jair, Danilo Alvim (superbe milieu de terrain), Bauer, Friaça, Chico... Sans compter les clubs brésiliens qui commençaient à compter, à l'image du Vasco de Gama 1948 (le fameux "Expresso da Victoria" vainqueur du championnat sud-américain des clubs champions, ancêtre de la Libertadores, devant River) ou encore du Palmeiras 1951 (vainqueur de la Juve en finale de la Copa Rio)...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Oh attention mon cher Alain, je ne dénigre absolument en rien le football brésilien des années 50, si tu connaissait même mon profond amour pour le foot brésilien d'avant cette période...

Je voulais juste rendre un petit hommage à cet immense Monsieur du football que fut Joao Havelange, rien de plus.
Des incompétents ont tellement craché et salie l'image de cet homme (qui a ses défauts certe...) durant sa mort que voila...

Ne jamais oublier de rappeler l'influence fondamentale d'Havelange dans l'éclosion et la reconnaissance internationale du football brésilien...
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Un immense merci pour ces précisions. C'est passionnant. Il faut mettre ces connaissances par écrit!!!
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Amis magyarophiles, connaissiez-vous György Orth, considéré comme le plus grand, avant Puskas ?
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Il y a des articles sur Sofoot qui ressemblent à des oasis en plein désert. Ceux de Joel Le Pavous en font assurément partie, et on est toujours sûr d'y trouver de beaux fruits parmi les commentaires. Quel plaisir de vous lire les amis !

Freddy,

Ah oui Orth, quel joueur ! Et il a fini sa carrière à l'OM !
Cela dit, en ce qui concerne le titre de "plus grand avant Puskas", je pense que Zsengellér et Imre Schlosser-Lakatos peuvent aisément le lui contester.

Sinon, à propos de la tournée des Mighty Magyars au brésil, je ne sais pas si vous connaissez ces images de la rouste infligée au Botafogo de Mané :

https://www.youtube.com/watch?v=--xBaK8czRM

C'est impressionnant de modernité.
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Merci pour ce lien également!

Je connais Orth en tant que joueur du MTK et je sais qu'il est passé par l'OM mais mes connaissances sur lui restent très limitées.

D'ailleurs, en parlant d'échanges et de transferts de compétences entre la Hongrie et l'Amérique du Sud, n'a-t-il entraîné en Amérique du Sud lui aussi? Savez-vous quel a été son apport là-bas?
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Sa carrière d'entraîneur est carrément braque. Le mec a entraîné Colo-Colo et le FC Metz ! Y'a aussi un passage à Nuremberg très controversé, j'avais lu un papier là-dessus, je vais essayer de le retrouver.

En ce qui concerne son apport tactique, je suis dans le flou moi aussi, d'autant plus qu'il avait une sérieuse tendance à ne pas s'éterniser dans les clubs où il passait. Mais quelle vie de dingue...
10 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Superbe article sur un joueur légendaire d'une équipe mythique.
J'en profite, quitte à radoter, pour me faire le porte-parole des nombreux fans des football slaves et magyar et des contributeurs historiques de Sofoot pour réclamer, dans la série "Ils ont marqué le football.." un Top football Europe centrale et orientale.
Là au moins, on connaîtrait le numéro un.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Et dire que Puskas n'a jamais eu le Ballon d'Or!
En 1960, malgré son quadruplé en finale de la C1 (exploit qui restera inégalé pour toujours), c'est Luis Suarez qui l'obtient (la Liga, la C3).
Il reste à ce jour le dernier espagnol à l'avoir obtenu.
Il l'eût plus mérité en 1964 (la C1 avec l'Inter de Herrera, l'Euro, la Coupe intercontinentale).
Rado & milinko Niveau : District
Tiens pendant qu'on parle de géants endormis n'oublions pas la grande Autriche, l'école danubienne, Hugo Meisl, Karl Rappan, Sindelar etc, etc..
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 2
Parfaitement Monsieur !

Meisl est un personnage-clef de l'histoire du foot, en tant que sélectionneur bien sûr (et surtout grand réformateur des idées de Jimmy Hogan, l'un des précurseurs du grand jeu Danubien) mais aussi comme dirigeant. C'est en grande partie lui qui a structuré et unifié le football d'Europe Centrale, via la création de la coupe Mitropa et de la Coupe Internationale.

Une autre influence de l'école Danubienne que j'aime beaucoup, c'est Jake Madden, le mythique entraîneur du Slavia de Prague. Parce que la Tchécoslovaquie avait aussi son mot à dire à cette époque !
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Excellent! L'école autrichienne a beaucoup apporté! Elle est dans les mentalités moins populaire que l'Aranycsapat mais pourtant elle mériterait indéniablement que l'excellent Joel le Pavous nous fasse quelques articles!
4 réponses à ce commentaire.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
Un grand merci pour cet article sur l'immense Hidegkuti, que j'ai longtemps pris pour un avant-centre classique avant de découvrir sa position plus spécifique (qu'on pourrait, il est vrai, comparer à un 9 et demi) dans le schéma hongrois. Une légende du Onze d'or hongrois et du MTK Budapest !
Comme l'article le souligne, il a eu le mérite de mener la Fio, orpheline du génial ailier brésilien Julinho et de l'Oriundo Montuori après sa période dorée de la fin des 50's (Scudetto 56, finale de C1 57 après avoir fait trembler le Real), vers la conquête de la Coupe des coupes 61 en confiant les clés de l'attaque à l'excellent attaquant suédois Kurt Hamrin. Je connais moins sa période de coach à Al-Ahly mais visiblement, il a aussi marqué les Egyptiens.

En tout cas, c'est pour ce genre d'article qu'on aime venir sur So Foot donc encore merci !
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Alain Proviste également tes contribution à ce site sont géniales! De façon plus générale la clique sud-américaine apporte énormément!

C'est drôle de voir que tu as cru qu'il 'était avant centre. Moi en regardant ses matchs j'avais l'impression qu'il était milieu relayeur! Plus qu'e la différence d'interprétation je pense que c'est révélateur des prémisses du football total.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Merci pour le compliment que je te renvoie.
En fait, je croyais qu'il était avant-centre avant de voir des matchs de la Hongrie des 50's (en me basant sur les compos que j'ai pu lire sur le net ou dans la presse), je me suis rendu compte de mon erreur ensuite. ;)
2 réponses à ce commentaire.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
Dites, Alegria, Fred Astaire ou Zizou Gabor, personne n'arrive à trouver la réponse à ma devinette dans le quizz du forum : je pense que ce serait une formalité pour vous. ;)
http://www.sofoot.com/le-quizz-eclair-t … ml?2550329#m_2550329 (la question est en page 425)

PS : Sinon je devance la question au cas où mais mon top absents sudam avance toujours, lentement mais sûrement... Je me suis lancé dans une entreprise assez titanesque (évoquer et présenter une grosse centaine de joueurs) qui me prend beaucoup plus de temps que prévu au départ !
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Salut l'ami !

Pas évidente ta question ! Je n'avais pas trouvé avant que tu évoques sa nationalité. J'ignorais même qu'il avait fait partie de la charnière-type de 74 (même si je connaissais les louanges du Kaiser), étonnant vu le parcours des Chiliens !
Personnellement, je l'aurais donné à Żmuda, la sentinelle du formidable 433 de Górski. Quelle équipe magnifique aussi cette Pologne !

En ce qui concerne ton top, ne t'en fais donc pas l'ami ! On l'attend avec impatience, mais j'imagine bien le travail que ça doit représenter. Ne te mets aucune pression Manu, peu importe le temps que ça prendra, sache juste qu'on lira ça avec beaucoup de plaisir !

Fred Astaire Niveau : Ligue 2
J'avoue, j'avais complètement zappé ce forum. Le jeu qui consiste à poser des questions est sympa mais un peu biaisé: avec le secours de google, on a plus de chances.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
@ Fred Astaire, oui mais justement, le but du jeu est de ne pas se servir de google, wikipedia ou autre pour trouver les réponses (évidemment on peut pas vérifier mais l'intérêt, c'est que tout le monde joue le jeu).

@ Alegria, oui c'est pour ça que je vous ai appelés à la rescousse : ayant donné la nationalité, ça me semblait assez simple pour vous. Immense défenseur en tout cas, Elias Figueroa : élu meilleur joueur sud-américain de l'année en 74, 75 et 76, légende du grand Peñarol des 60's puis de l'Internacional des 70's (peut-être la meilleure équipe brésilienne de cette décennie, avec Cruzeiro) où il évoluait notamment aux côtés de Falcao.
Quant au top, je vous ai déjà distillé un petit teaser, la prochaine fois ce sera le texte complet (j'en suis déjà à 30 pages de word). ;)
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Comment, où et quand verra-t-on ta publication ?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Bonne question, Fred (à tous niveaux) !
- Quand ? Quand je l'aurai fini, c'est-à-dire dans pas trop longtemps, mais je ne préfère pas donner de date, m'étant plus d'une fois trop avancé. Finalement j'en présente bien plus que 100 (je me suis un peu enflammé) et j'ai bouclé les parties Brésil (35 joueurs), Argentine (35), Uruguay (23) et Pérou (12). Il me reste les Chiliens, Colombiens et Paraguayens (une dizaine de joueurs chacun), les Equatoriens et Boliviens (5 ou 6 joueurs) et enfin les Vénézuéliens (3 ou 4). Au final, j'en ai fait une centaine sur 150 en gros.
- Où et comment ? C'est la grande question... Je pense le poster en com du dernier article du top Amsud (l'un de ceux sur Maradona) et pour vous prévenir, je sais pas trop encore comment je ferai, peut-être poster le lien en com d'un article historique comme celui-ci ainsi que dans la section Amérique latine du forum...
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Je pense que personne ne te tiendra rigueur de poster sous un article historique comme celui ci. Et puis ça permettra à ceux qui ne sont pas dans la conivence d'en profiter aussi.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Note : 2
Hum, sauf ton respect Alain (je t'adore, vraiment, et je lirait ton classement avec plaisir !), je pense qu'il y'a un gros malentendu culturel des deux côté de l'Atlantique concernant Figueroa.

Mon pére et plusieurs de mes oncles eurent par exemple le "privilége" (note bien mes guillemets) de le voir jouer quasiment à chacun de ses matchs a Montevideo, ben je peut te dire qu'ils ne leurs laissa pas vraiment une marque indélébile, ni à eux ni à Peñarol, loin de la...

Joueur trés classieux et élégant, aucun probléme la-dessus, mais je lui voit au bas mots une bonne quinzaine de sudams à son poste qui lui furent supérieure (dont 3-4 au Chili...).

Et puis humainement surtout, Figueroa était une sombre merde, vraimment.

Il n'hesitait pas à faire pression en exercant d'ignoble chantage à l'encontre de sa fédération (pour quitter le pays le plus tôt possible), de sa patrie (le nombre d'anecdote que j'ai...), et de ses différents clubs, en quête inébranlable du moindre peso de plus à gratter quelque part.
Et puis surtout, il fut ni plus ni moins que la figure de proue du sport chilien de la pire période de l'histoire du pays, il fut récupérer, glorifier et instrumentaliser à mort par Pinochet (et il l'assumait complétement, c'etait même voulu de sa part, en excellant serpent qu'il était...).

Son apparition dans l'equipe type du Mundial 74 ? Faut se renseigner un peu sur les liens trés étroits que le gouvernement Pinochet entretenait avec la RDA de l'époque, ses titres de meilleurs defenseurs sudams (lool...), interesse toi un peu au CV de Teofilo Salinas, président de la CONMEBOL de l'époque, c'était tout sauf un hasard...

Les langues commencent aussib à se délier au Chili à son sujet, pas encore totalement car les cicatrices sont profondes, mais attend de voir aprés sa mort, il va prendre cher, trés trés cher (et ce sera amplement mérité !)

O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Amigo,

c'est pour ça que tes posts sont si précieux. Tu nous apportes à chaque fois des lumières inédites. Tu fais l'inverse de James Stewart, tu imprimes la vérité, pas la légende.

Figueroa aux côtés du Kaiser dans le 11 type de 74 ??? Ça m'a choqué, d'autant plus, je le répète, que Władysław Żmuda alors âgé de 20 ans, fait une compétition magistrale avec cette formidable équipe polonaise.

Le système tactique de Górski, un 433 hyper offensif avec les ailiers Lato et Gadocha qui repiquaient au centre, Deyna en meneur tout feu tout flammes, et globalement des principes qui s'approchaient du Football Total, réservait à Żmuda le rôle le plus ingrat : l'ultime sentinelle, celle qui régente la ligne de hors jeu. Et bon sang ! il l'a formidablement bien fait - à 20 piges. Il a muselé Chinaglia, Boninsegna, Jairzinho ! Il n'y eu guère que ce diable de Gerd Müller pour prendre cette belle équipe à défaut.

Ce diable de Gerd Müller ! The devil in disguise.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
@ Peñarol, merci pour tes explications. J'avais effectivement déjà entendu parler des liens troubles entretenus par Figueroa avec le régime de Pinochet, ce que tu sembles confirmer. Pour le reste, je te remercie de tes précisions : je n'ai pas ta connaissance du foot sud-américain et de son histoire, je ne suis qu'un simple passionné qui s'y intéresse à sa façon et j'avoue donc humblement mes lacunes (et même erreurs) en la matière.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Note : 1
Oh mais y'a pas de quoi voyons, tes connaissances sont remarquable,et je ne t'en veut pas de tomber parfois dans certains piéges médiatico-marchand dont est particuliérement friand ce site (qui aime le pseudo-socialisme mais regarde leur trio magique a chaque fois qu'ils parlent de foot sudam: Menotti-Figueroa-Di Stefano, 3 hommes qui partagent un gout assez prononcé pour l'argent, valeur assez eloigné du socialisme, donc...)

Pour ma part, j'ai su dés mon arrivée en Europe que les médias européens et le foot sudam, ça faisait deux...
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Mané, vu qu'il est un peu tard et que je fatigue un peu, et que traduire les mots qui me viennent à l'esprit pour te remercier de tes compliments me fatiguera sans doute encore plus, permet moi de te faire découvrir ce morceaux du génie qui me sert d'avatar, du Jacques Brel uruguayen (enfin, c'est Jacques Brel qui était le Zitarrosa belge plutot...) sur ton idole et pseudo, prend le temps de mater et d'écouter cette merveille mon frére (toi aussi Alain !):

https://youtu.be/k9pyMkEwrCQ
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Enfin je découvre d'où vient ton avatar ! Alfredo Zitarrosa. J'aime beaucoup, le texte est magnifique. Sa voix m'évoque celle d'un chanteur que j'aime beaucoup, Serge Reggiani.
Merci pour ce partage amigo !

Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Par curiosité Peñarol, quand tu parles "d'une bonne quinzaine de sudams à son poste qui lui furent supérieurs", tu penses à qui par exemple ? Et tu parles dans l'histoire du foot ou à son époque ?
Car dans les 70's, j'aurais du mal à en trouver 15 plus forts que lui (même si, je le répète, je n'ai pas ta connaissance du foot sud-américain). De cette décennie, je pourrais citer Roberto Perfumo, Passarella, Francisco Sa, Chumpitaz, Julio Melendez, Atilio Ancheta, Dario Pereyra, Pavoni, Oscar, Edinho, Arturo Segovia, Alberto Quintano... Mais dans cette liste, il y en a pas mal que je ne mettrais pas au niveau de Figueroa.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Mine de rien, pour rebondir sur ma petite liste, la charnière centrale du Pérou 75 (vainqueur de la Copa America), c'était vraiment du costaud : la légende Hector Chumpitaz - qu'on ne présente plus - associée à Julio Melendez, idole de Boca au croisement des 60's et 70's !
Bref, fin du HS, je m'éloigne un peu trop du sujet... ;)
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
J'ai bien sûr oublié le meilleur défenseur brésilien des 70's, l'immense Luis Pereira !
15 réponses à ce commentaire.
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 1
Salut Dip !

Merci pour le lien, y'a plein de résumés que je ne connaissais pas ! Heureux de voir qu'il reste des passionnés des grandes heures du football Hongrois.

Heureux de voir qu'il reste des passionnés des grandes heures du foot, tout simplement. Lorsque le foot indique midi. Le midi Hongrois, Autrichien, Tchécoslovaque, le grand midi du foot d'Europe Centrale.

Autant le Brésil a imposé une idée certaine du joga bonito, autant le football d'Europe centrale, l'alliance du foot danubien et du foot slave, a crée une idée du joga justo.

Je t'embrasse l'ami.
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
D'ailleurs petite remarque : c'est marrant de voir qu'on retrouve un peu ici la team des coms du top sud-américain ( Alegria, Dip, Fred Astaire, Peñarol, Zizou Gabor)... alors que l'article traite cette fois du foot hongrois. Il en manque juste quelques-uns (Algiers, Ubriacone, ajde59, Pelusa, LBDT14 et d'autres que j'oublie) et on serait quasiment au complet ! ;)
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
C'est tout sauf hasard oui je pense! La Hongrie et l'Am Sud sont également mes deux sensibilités! Et cela n'est pas propre à ce site.

J'aurais du mal à l'expliquer et je ne sais pas si des idées comme le romantisme ou des faits historiques comme les échanges fréquents entre Europe centrale et orientale et Amérique du Sud (transferts de compétences par le biais des entraineurs) pourraient l'expliquer. Ca mériterait sans aucun doute possible de s'y pencher!
O Alegria Do Povo Niveau : Ligue 2
Note : 2
T'as raison, le foot d'Europe Centrale et Orientale possède de fortes connexions avec l'Amérique du Sud. En littérature aussi c'est flagrant, un Kafka et un Borgès sont par exemple deux âmes soeur.
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Oh oui!! Borges dans ses mémoires a reconnu lui-même son intérêt pour la littérature d'Europe centrale, notamment de Gustav Meyrink.

Par contre dans les travaux des grands littérateurs hongrois j'ai moins retrouvé la réciproque.

O Alegria tes commentaires sont un régal.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Hello Dip, que deviens-tu ?
lemoine met son douala où c'est sall Niveau : DHR
Super ce lien!

Merci!

Je ne le connaissais pas c'est top!
7 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
A quand un article sur deux autres légendes du onze d'or:
le gardien Gyula Grosics "la panthère noire" qui fut le premier, avec son contemporain Yachine, à s'aventurer hors de sa surface (non, ce n'est pas une notion d'aujourd'hui!).
József Bozsik considéré comme l'un des plus grands milieux de terrain de l'histoire, le cerveau de l'équipe, resté toute sa vie à Budapest (contrairement à ses camarades Puskas, Kocsis, et Czibor d'où peut-être sa moindre notoriété), mort à 52 ans. le premier à atteindre les 100 sélections (à vérifier).
Et aussi tous ces Hongrois ou Autrichiens naturalisés qui ont enrichi le football français depuis les années 30: André Simonyi, Auguste « Gusti » Jordan, Rudolphe "Gudi" Hiden (le gardien du Wunderteam), Désiré Koranyi, ou le plus fameux Joseph Ujlaki "Monsieur Joseph", inexplicablement oublié dans le Top français, qui enchanta les spectateurs du Stade du Ray, puis du Parc des Princes dans les années 50 et 60.
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 2
Ce serait pas mal oui (salut à toi Freddy ;) )...
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Ce n'est pas Gudi, mais bien Rudi Hiden, 1 sélection en bleu en 1940.
Le plus gros palmarès d'avant-guerre:
Champion de France en 1936 avec le RC Paris
Vainqueur de la Coupe de France en 1936, 1939 et 1940 avec le RC Paris
2 réponses à ce commentaire.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Tiens c'est bizarre, on ne voit plus notre ami le "Major galopant". Or s'il y a bien un genre d'article pour lui, c'est bien celui là.
jeudi 25 mai 255€ à gagner avec Dortmund, Benfica & Celtic Glasgow Hier à 21:28 Totti dit adieu à l'Olimpico 18
Hier à 11:21 Pour Diego Costa, ce sera l'Atlético ou rien 17
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
samedi 27 mai Le Milan met la pression sur Donnarumma 47 samedi 27 mai Griezmann dément les « rumeurs » de départ 29 vendredi 26 mai Tévez dézingue le football chinois 44 vendredi 26 mai Bernardo Silva signe à City 35 vendredi 26 mai Un gardien simule l'évanouissement pour éviter un carton 5 vendredi 26 mai Di María vers l'Inter ? 60 vendredi 26 mai Zabaleta à West Ham, c'est officiel 10 vendredi 26 mai Restrictions sur les transferts en Chine 24 vendredi 26 mai Denayer impliqué dans une bagarre à Bruxelles 10 vendredi 26 mai Comment Griezmann se transforme en David Beckham vendredi 26 mai Gignac sauve à nouveau les siens 7 vendredi 26 mai Gomis à Galatasaray ? 26 jeudi 25 mai Waris égalise, Nivet arrache la victoire jeudi 25 mai Darbion ouvre le score pour l'ESTAC jeudi 25 mai Sagna, Clichy, Caballero, Navas : City dégraisse son effectif 22 jeudi 25 mai L'OM piste Alexandre Song 25 jeudi 25 mai Le monde du sport soutient les victimes de Manchester jeudi 25 mai Les frères Pogba font la fête 26 jeudi 25 mai Jordy Gaspar à Monaco 20 jeudi 25 mai Paul Pogba a-t-il réussi sa saison ? jeudi 25 mai Week-end FDJ : 129 Millions à l'Euro Millions + 10 Millions au LOTO ! jeudi 25 mai Hazard, mécanicien d'un jour 4 mercredi 24 mai Mkhitaryan pour le 2-0 mercredi 24 mai Ouverture du score chanceuse pour Pogba 3 mercredi 24 mai Correa maintenu sur le banc de Nancy 9 mercredi 24 mai 23 000 euros d'amende pour Depay 4 mercredi 24 mai Un joueur de la Corée du Sud U20 chambre Maradona 19 mercredi 24 mai Pronostic Ajax Man U : jusqu'à 510€ à gagner sur la finale de C3 mardi 23 mai Le but d'Orléans annulé par arbitrage vidéo 37 mardi 23 mai SFR Sport va changer de nom 19 mardi 23 mai Zidane fait mieux que Mourinho, Ancelotti et Ferguson mardi 23 mai Diego López définitivement à l'Espanyol 10 mardi 23 mai Le Real officialise un accord avec Vinícius Júnior 36 mardi 23 mai Michel Der Zakarian débarque à Montpellier 26 mardi 23 mai Le fils de Klinsmann rate un dribble et encaisse un but 3 mardi 23 mai Ruben Aguilar à Montpellier 4 mardi 23 mai El Loco Bielsa est de retour en L1 ! mardi 23 mai CDM U20 : Le CSC de 50 mètres d'un joueur anglais 7 mardi 23 mai Marc Bartra poste un message à la suite de l'attentat 10 mardi 23 mai Griezmann confirme ses envies de départ 54 mardi 23 mai Patrice Carteron passe de Riyad à Phoenix 10 mardi 23 mai Vidal veut Sánchez au Bayern 36 mardi 23 mai CR7 Junior sur les traces de son père lundi 22 mai Option d'achat levée pour Cuadrado 17 lundi 22 mai Ils ont quitté le football en 2017 lundi 22 mai Portsmouth racheté par l'ancien PDG de Walt Disney 7 lundi 22 mai Un supporter de Benfica chambre Porto avec un drone 5 lundi 22 mai 116 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions ! 2 lundi 22 mai Anderlecht confirme pour Tielemans à Monaco 34 lundi 22 mai Aubameyang aurait choisi Paris 85 lundi 22 mai Prolongations : 300€ offerts remboursés en CASH pour parier ! samedi 20 mai Rodelin sauve le Stade Malherbe 6 samedi 20 mai Le cadeau d'adieu de Lacazette au Parc OL 33 samedi 20 mai Les compos de la dernière journée samedi 20 mai Bartra craque sous le coup de l'émotion 12 samedi 20 mai Benoît Cheyrou sauve Toronto 4 vendredi 19 mai Amavi intéresse Naples et l'Atlético 19 vendredi 19 mai Un échange Bakayoko-Batshuayi dans les tuyaux 46 vendredi 19 mai L'OM cible Zouma et Gameiro 38 jeudi 18 mai Le Hellas Vérone rejoint la SPAL en Serie A 30 jeudi 18 mai L'Espérance sportive de Tunis sacrée championne 4 jeudi 18 mai Un stade qatari déjà prêt pour le Mondial 2022 40 jeudi 18 mai 348€ à gagner avec PSG & Lyon 2 jeudi 18 mai 107 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 jeudi 18 mai Modeste intéressé par la Chine 26 jeudi 18 mai Reynet en pole pour Montpellier 24 mercredi 17 mai Mendy et son Jardim d'amour 4 mercredi 17 mai Mbappé ouvre le score en beauté 14 mercredi 17 mai L'arbitrage vidéo pour le Mondial U20 3 mercredi 17 mai Le propriétaire de Leicester rachète un club de D2 belge 11 mercredi 17 mai Nacho pourra jouer face à Vigo 6 mercredi 17 mai Un cubain envoie une minasse hors du stade 11 mardi 16 mai Un ancien président du FC Rouen assassiné 23 mardi 16 mai Luzenac dédommagé de... 15 000 euros 22 mardi 16 mai Aubameyang vers la Chine ? 81 mardi 16 mai St-Pauli offre des bières pour son maintien 21 lundi 15 mai SO FOOT CLUB - Paulo Dybala 2 lundi 15 mai Un accord Favre-Dortmund ? 52 lundi 15 mai Évra fête son anniversaire sur du Brown 27 lundi 15 mai Baptiste Giabiconi au capital du FC Martigues ? 5 lundi 15 mai La Premier League noue un partenariat avec une asso LGBT 4 lundi 15 mai Un Colombien s'enroule dans un tapis pour célébrer son but 9 lundi 15 mai Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 37e journée 2 lundi 15 mai River s'impose dans le Super Clásico 10 dimanche 14 mai Le but de renard de Nacho 15 dimanche 14 mai Les larmes de bonheur de Marquinhos 32 dimanche 14 mai Les Girondins vont porter leur nouveau maillot domicile contre l'OM 14 dimanche 14 mai Le GF38 accède au National 15 dimanche 14 mai Pepe finalement à l'Inter ? 48 dimanche 14 mai Un nouveau doublé pour Gignac 5 samedi 13 mai La SPAL est de retour en Serie A 11 samedi 13 mai Le coup franc soyeux d'Alaba 7 samedi 13 mai Ricardo Rodríguez a trouvé un accord avec le Milan 36 vendredi 12 mai Les 50 joueurs qui ont écrit l'histoire de l'OL vendredi 12 mai Tielemans se serait engagé avec l'ASM 34 jeudi 11 mai 623€ à gagner avec Tottenham, Nice & Villarreal jeudi 11 mai L'OL triple la mise 2 jeudi 11 mai Dolberg douche les espoirs de l'OL 1 jeudi 11 mai Huntelaar va quitter Schalke 12 jeudi 11 mai Une bicyclette folle pendant le derby de Bagdad 2 jeudi 11 mai Polémique à la commission d'éthique de la FIFA 12 jeudi 11 mai Canal + minimise la perte de la Ligue des champions 71 jeudi 11 mai Le Gamba Osaka sanctionné à cause d'un drapeau SS 62 jeudi 11 mai Gignac ne s'arrête plus de marquer 7 jeudi 11 mai La Ligue des champions sur SFR Sport à partir de 2018 114 mercredi 10 mai Plus de vingt blessés en marge d'Atlético-Real 5 mercredi 10 mai Isco réduit le score 1 mercredi 10 mai Antoine Griezmann pour le 2-0 ! mercredi 10 mai Saúl Ñíguez ouvre le score mercredi 10 mai Claudio Ranieri n'ira pas en Chine 11 mercredi 10 mai Une murale hommage à Cruyff inaugurée à Amsterdam 13 mercredi 10 mai Benatia pas tenté par Marseille 43 mercredi 10 mai Pronostic Atlético Real : jusqu'à 500€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 1 mercredi 10 mai 328€ à gagner avec Lyon & ManU-Celta mercredi 10 mai Nice sur le coup pour le Valenciennois Tameze 5 mardi 9 mai Dani Alves clôt les débats 6 mardi 9 mai Mandžukić ouvre le score mardi 9 mai Pepe bientôt au PSG ? 64 mardi 9 mai Un joueur israélien arrêté par la police au stade 20 mardi 9 mai L'impressionnante collection de maillots de Messi 41 mardi 9 mai Balotelli discute avec Las Palmas 37 mardi 9 mai Aulas danse pour ses féminines 19 lundi 8 mai Theo Hernández : direction le Real Madrid 25