1. //
  2. // 10e journée
  3. // Résumé de la soirée

Nancy pique encore, la moutarde dijonnaise aussi

Prestations sérieuses de Dijon et Nancy, favoris pour la montée en Ligue 1. Usés par les premières batailles de Ligue 2, Auxerre et Sochaux ont symbolisé un vendredi soir de Ligue 2 pauvre en but. Seuls Angers, Jérôme Leroy et Orléans ont fait péter les compteurs pour les deux seuls matchs valables de cette 10e journée.

Modififié
8 7
Orléans-Le Havre, c'était certainement l'affiche la moins alléchante sur le papier, mais sans doute la plus folle sur la pelouse. Les abeilles d'Orléans s'étaient pourtant mises à ne plus butiner. Les fleurs de L2 s'étant refermées au fil des rencontres du petit promu, auteur d'une grosse performance à Sochaux en ouverture de saison. Descendu de la 4e à la 14e place en trois journées, l'ancien champion de National est de nouveau fébrile en début de partie. Malgré leur bonne volonté, les Orléanais prennent même un sacré bouillon devant les assauts successifs du terrible duo Jérôme Leroy-Modeste M'Bami (oui-oui). L'ancien Parisien nous gratifie de quelques goodies comme un coup du foulard ou des ouvertures lumineuses. Du coup, Sao ouvre la marque après 19 minutes de jeu. Quelques minutes de jeu après la mi-temps, Jérôme Leroy et ses 40 balais croient achever le promu. Mais alors que le Havre avait sorti l'insecticide, Loriot se fend d'une feinte de frappe et d'une minasse des 25 mètres. 2-1. Somptueux. Dans le camp des abeilles, on sort alors en essaim dans la surface normande. La minute qui suit est une pure folie. Sur un long ballon dans la surface et un gros cafouillage, un penalty est sifflé. Puyo le transforme sans trembler. 2-2. Puis Orléans obtient un coup franc dangereux aux abords de la surface havraise. Puyo frappe l'arête de la lucarne. On en finira là. Le Havre peut nourrir de sérieux regrets.

Vite la Ligue 1, vite !


Après un début de saison chaotique, Sochaux semble enfin s'être adapté à une Ligue 2 dont il avait quelque peu oublié les codes. Grâce à un bloc solide et un Yohann Pelé remobilisé, les Sochaliens espèrent de nouveau faire rugir leur public. Pas chose évidente quand on sait que le club truste la dernière place au classement à domicile. Auxerre, fort d'une équipe jeune et dynamique, prend rapidement les commandes du match, mais ne trouve pas la faille d'un radieux Pelé dans les bois. Un nul 0-0 vierge de but qui n'arrange personne. À Nancy, l'affiche contre le Gazélec est plus qu'une affaire de synthétique. En effet, les deux équipes restaient sur des résultats positifs. Les Corses en sont à trois victoires consécutives, tandis que Nancy est invaincue depuis quatre rencontres. Les Nancéiens ouvrent le bal par l'inévitable buteur malien, Mana Dembélé, auteur déjà de 6 caramels en 10 journées. Le score en restera là et les joueurs de Correa réalisent la meilleure opération de la soirée avec cette courte victoire 1-0. Seizième en neuf journées, Ajaccio semble perdu depuis son come-back en L2. Malgré des valeurs sûres type Pedretti, Lesoimier, Fauvergue, Cavalli, l'ACA n'y arrive pas. Sur ses terres, dans la brise de la mer Méditerranée, les locaux créent le danger à plusieurs reprises sur corner, mais baissent soudainement de régime après seulement 30 minutes de jeu. Comme si la préparation de Fabrizio Ravanelli tirait encore sur les muscles des hommes de Bracconi. Incapables de faire quoi que ce soit avec le ballon, Niort prend confiance et fracasse la barre avant la mi-temps sur corner. Un mieux corse en seconde mi-temps ne suffira pas. Score final 0-0.

Cette année, c'est la bonne


Dijon truste depuis un bon moment déjà une remontée en Ligue 1. Cette année pourrait être la bonne tant l'équipe de Dall'Oglio pratique un beau football. Les locaux sont tout de suite récompensés par Tavares dès la 8e minute de jeu. En face, Corinne Diacre se ronge les ongles. Novillo et Saadi, ses deux bons éléments offensifs, se montrent trop maladroits pour inverser la tendance. Dijon gère, puis remporte son 5e match depuis août. Cela fait deux ans qu'Angers se loupe à quelques journées de retrouver la Ligue 1 et, comme d'habitude, les Angevins démarrent bien le championnat, à l'image de ce début d'exercice plutôt bien négocié. Sofiane Boufal, auteur de 3 passes dé et de 2 buts, dont un ce soir, a encore fait parler de lui ce vendredi. Dribbleur rapide, l'ailier français rappelle un certain Alharbi El Jadeyaoui, pas loin de faire monter le SCO il y a maintenant deux saisons. Alors ce soir, contre Créteil, son but avait un certain goût de nostalgie. Côté Créteil, on veut se donner de l'air. Emmené par un Faneva Andriatsima sur la continuité de sa saison précédente (11 pions, ndlr), le club de la région parisienne espérait que son buteur malgache plante son 5e but de la saison. Finalement, la vedette du soir sera dans le camp ennemi. Jonathan Kodjia, auteur de deux buts plein de subtilité, parachèvera le score. L'ancien Rémois sera à surveiller cette saison. « Reims, ils ont huit attaquants, tous aussi nuls les uns que les autres, et le meilleur, c'était Kodjia, qu'ils ont finalement vendu » , croit en tout cas savoir Gilles Favard.

Belle mère, galère, galère


Malgré un coquet recrutement (Evans Kondogbia, le frère de Geoffrey, Mamadou Niang, Zebina et Chimbonda), Arles semble reproduire la saison médiocre qui l'avait directement renvoyé de Ligue 1 en 2011. Match coupe-gorge également pour Châteauroux, bon dernier de L2 en neuf journées après sa vraie-fausse relégation en National. Les visiteurs ouvrent pourtant le score sur un but tout en vitesse et en opiniâtreté du petit Tony Mauricio, pour sa première avec les pros. Un pion d'autant plus symbolique qu'il sort la Berrichonne d'une grosse galère. Nîmes et Laval, quant à eux, ont tous les deux envie d'assurer leur maintien le plus tôt possible, histoire de voir plus haut au cas où. Nîmes est pourtant l'équipe la plus avenante. Sur quelques coups de folie - à prendre avec des pincettes - de Maoulida, les Crocodiles, légion dans la région, font souvent preuve de maladresse à l'approche de choper du Lavallois. En face, Christian Bekamenga, le Blaise Nkufo de la Ligue 2 française joue de son gros gabarit, en vain. Score final 0-0.

⇒ Résultats et classement de L2

Par Quentin Müller
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

JeanMichelLargué Niveau : District
Costaud le DFCO, très belle équipe
Message posté par JeanMichelLargué
Costaud le DFCO, très belle équipe


oui, ils m'ont bien plus quand ils sont venus la semaine dernière, ça joue.

côté HAC, 10 points en 12 matches, inespéré après un début de saison apathique. Des regrets on en a ce soir, parce qu'il y a eu des occases, de beaux mouvements et la magie de Gégé Leroy, mais ça n'a pas suffi face à des orléanais limités mais très courageux, solides et qui ont bénéficié des cinq minutes de folie après la premier but de Leroy en ciel & marine.
GenzoLloris Niveau : DHR
Question conne mais Orléans n'est pas la grosse ville de France à n'avoir jamais connu de club jouant en première division ?
Manyathela Niveau : DHR
Serait-il possible d'avoir un paragraphe par match?
C'est bien résumé mais vraiment difficile à lire car on doit toujours faire un effort pour savoir de quel metch on parle
Karl Socrates Niveau : Ligue 2
Je ne vois pas en quoi le recrutement d'Evans Kondogbia relate un "recrutement coquet" pour l'ACA alors qu'il évoluait avec la réserve de Charleroi l'année dernière et qu'il n'a jamais disputé le moindre match professionnel de toute sa "carrière". Il n'a d'ailleurs jamais intégré l'effectif pro puisqu'il évolue avec la réserve de l'ACA en CFA2.
Par contre oui le recrutement était prometteur, en attaque surtout (retour de Niang, arrivée du prometteur van Kessel de la réserve de l'Ajax, arrivée de Quentin Ngakoutou meilleur buteur de CFA avec la réserve de Monaco la saison passée où il était considéré comme une pépite) mais le départ de Givet le 30 août, qui était un véritable leader de vestiaire et apportait une véritable stabilité défensive, a brisé le bel élan qui semblait s'installer en début de saison.
C'est pour cela que Salerno fait signer Chimbonda et Zebina mais la saison s'annonce longue...
Des guêpes, pas des abeilles !

Un peu de respect pour Orléans, merde.
Message posté par loupac
Des guêpes, pas des abeilles !

Un peu de respect pour Orléans, merde.


Tout a fait, meme si le premier paragraphe est bien ecrit, sympa d avoir un peu de lumiere sur un club qui reste assez peu connu (malgre son role de poil a gratter en coupe dans les 80's, enfin sur qq editions hein)

L enflamade du debut de saison devait bien s arreter, la descente fut un peu brutale mais j ai bon espoir que l USO se stabilise vers la 10 place et se maintienne. C est le plus important, vu le budget de tte facon on ne peut pas en demander plus. L ideal serait d arriver a faire comme en National, une premiere annee chaude ou on regardait dans le retro puis 2-3 ans apres l USO a pu regarder devant, jusqu a reussir la montee. La il faudra grandir niveau budget, le stade a pris un coup de jeune, c est un debut
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
8 7