En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // Real/City

Nacho, nacho man !

À force de marquer dès qu'il entre sur le terrain, Kelechi Iheanacho a fini par se faire une belle place dans la hiérarchie des attaquants de Manchester City. Et pourrait bien devenir l'incarnation de cette jeunesse sur laquelle City veut s'appuyer pour bâtir ses futurs succès.

Modififié
Manchester City y est enfin. Après des années de campagnes européennes indignes de ses ambitions, de phases de poules bâclées et de huitièmes de finale à se faire désosser par Barcelone, le club bleu de Manchester a finalement franchi son « cap » . Celui dont rêvent les nouveaux riches du football européen, le dernier carré de la Ligue des champions, en s'octroyant même le luxe de pouvoir croire à la finale après le match aller face au Real. Mais les performances de haut niveau à l'échelon européen ne sont pas la seule marque des grandes équipes. Claquer des mille et des cents tous les étés, c'est bien. Découvrir des jeunes ou les sortir du centre de formation pour en faire des piliers de l'équipe première, c'est mieux. Alors en attendant que son académie flambant neuve à 200 millions de livres ne ponde des cracks, City est allé en chercher un au Nigeria. Kelechi Iheanacho a aujourd'hui 19 ans et a planté sept buts en 24 matchs de Premier League joués cette saison, dont seulement cinq comme titulaire. Le Nigérian tourne à un but toutes les 87 minutes, le meilleur ratio du championnat. Absent du groupe de Pellegrini en Ligue des champions au début de la saison, Iheanacho a rejoint l'aventure européenne en février dernier après la blessure de Nasri. « Nous avons besoin de Kelechi maintenant, car Bony est également blessé. Nous ne pouvions pas prendre le risque de jouer les huitièmes de finale seulement avec Agüero » , clamait alors Pellegrini, juste après que son teenager ait claqué un triplé contre Aston Villa en FA Cup. Depuis, Iheanacho grappille des morceaux de matchs en Ligue des champions, et ses talents de game changer pourraient dépanner les siens ce soir à Bernabéu.

La politique de la jeunesse


Depuis l'arrivée du Cheikh Mansour à City en 2008, rares ont été les satisfactions du côté de la formation. Jusqu'à la construction de la gigantesque City Academy, en 2014, à deux pas du Etihad Stadium, aucun joueur formé au club n'avait été titulaire, lors d'un match des Sky Blues. Alors oui, techniquement parlant, Kelechi Iheanacho est tout sauf un pur baby cityzen. Et s'il a joué quelques matchs avec les jeunes de City, c'était uniquement pour attendre la validité de son contrat chez les pros. Lorsqu'il pose ses valises dans le Nord de l'Angleterre en 2014, Iheanacho a déjà 18 ans et une solide réputation derrière lui. Élu « jeune joueur le plus prometteur » par la Confédération africaine de football en janvier de la même année, Iheanacho sort d'une campagne de titan avec les U17 du Nigeria. Finalistes de la CAN U17 2013, puis vainqueurs de la Coupe du monde des moins de 17 ans quelques mois plus tard aux Émirats, les jeunes Nigérians ont tout bouffé. À chaque fois élu meilleur joueur de la compétition et sur le podium des meilleurs buteurs - six buts et sept passes en Coupe du monde, mine de rien -, Iheanacho, alors membre de la Taye Academy au Nigeria, a évidemment tapé dans l'œil de certains recruteurs. Le timing est parfait pour City qui vient de se doter de son nouveau centre de formation, et qui ne pouvait rêver mieux comme figure de proue de sa nouvelle politique tournée vers la jeunesse. Après quelques galères quant à son permis de travail et un exil dans la ville de Barcelone, où il s'entraîne bien au chaud, Kelechi est enfin mûr pour aller courir avec les grands à l'Etihad au début de la saison 2015-2016.

Plus qu'un intérimaire


Pellegrini sait très bien à qui il a ouvert ses bras, et le prouve en déclarant en janvier dernier : « On a critiqué au début de la saison, le fait que je n'ai pas remplacé Jovetić et Džeko. J'ai répondu en leur montrant qu'on avait Kelechi. » Une confiance à laquelle Iheanacho fait honneur en étant clutch plusieurs fois en sortie de banc. Le but de la victoire à la 90e minute en septembre face à Crystal Palace, avant de récidiver à la même minute face à Swansea en décembre. Entre autres... Après ses coups d'éclat en championnat et en coupes nationales, Iheanacho profite des blessures pour continuer son cursus honorum en Ligue des champions, et a joué une heure de la demi-finale aller face au Real, grâce à la cuisse abimée de Silva. Sa performance n'avait pas été inoubliable, et le retour d'Agüero et du reste de sa clique d'attaquants ce soir ne laisse que peu de chances à Iheanacho de démarrer le match. Mais malgré la défaite de City à Southampton dimanche dernier, le Nigérian a prouvé qu'il aspirait à bien plus qu'un simple statut d'intérimaire. Titulaire et double buteur, il s'est aussi affirmé comme un garçon à l'aise en conférence de presse, où il n'a pas hésité à afficher les ambitions de son club : « Ce n'est pas grave, nous devons mettre ce match derrière nous, et nous concentrer sur celui contre Madrid (…) Ce n'est pas une bonne préparation, mais nous allons nous entraîner et aller à Bernabéu avec l'espoir de nous qualifier. » Guardiola doit déjà se frotter les mains. Lui qui adore façonner des minots - il avait lancé quinze joueurs du centre de formation en quatre ans à Barcelone - a une nouvelle toile sur laquelle il pourra peindre dans quelques semaines.

Par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40