Munich devra attendre, Gladbach revient

En attendant Nuremberg – Francfort et Leverkusen – Hoffenheim, on a vu Schalke et Dortmund gagner sans trop de difficultés, un Mönchengladbach étincelant de retour, un VfB sur le retour et un Fribourg retors. Et puis des stades pleins, des buts, des gestes fous et un Bayern souverain. Comme d'hab, quoi.

Modififié
0 0
L'équipe du week-end : Fribourg

Il y a deux semaines, Fribourg proposait un bon match contre Dortmund, mais avec une animation offensive inquiétante qui lui coûtait cher après le but de Kehl. Collé à la dix-septième place, le SCF semble alors à court d'idées pour inverser la tendance. Depuis, les Fribourgeois ont claqué sept buts en deux matchs, une première depuis septembre 2009. En match d'ouverture de cette 26e journée, c'est le Werder de Robin Dutt qui a subi la furia du Brisgau. Du mouvement, du jeu et des buts. Fribourg a pris des risques et ça paye. Le deuxième but parle de lui-même, avec prise de risque maximale en défense pour ouvrir l'espace devant à Mehmedi, qui peut servir Klaus. Après une heure de jeu, le score est déjà porté à 3-0. Robin Dutt l'avoue, il craint alors « une débâcle » . Heureusement pour lui, Fribourg reste fragile et encaisse un but idiot. Mais ce week-end, les « Breisgau-Brasilianer » ont bien fait leur retour en Bundesliga. Fribourg, c'est le Brésil.

Vous avez manqué Mönchengladbach-Hertha (et vous n'auriez pas dû)

Quand deux candidats à l'Europe s'affrontent, le téléspectateur allemand s'attend à du spectacle. La première mi-temps entre le Borussia et Berlin n'a pas trompé sur ce point. Très tôt, le match est vivant, bien que les Gladbacher soient en dedans. Le Hertha presse dur et n'est pas loin de récolter le jus de son travail. Mais Ben Hatira, seul, tira à côté. Alors, les Fohlen se réveillent et le show Arango se met en place, avant l'explosion Kruse-Raffael. Trois buts en vingt minutes qui régalent les yeux. Le Hertha est sonné, Mönchengladbach est serein – et de nouveau souverain au Borussia-Park. La deuxième mi-temps n'est que gestion du score sans trop d'efforts.


L'analyse définitive

Avec dix-sept victoires en dix-sept matchs retour, le Bayern s'apprête à exploser le record de points en une saison. Imaginez un peu : 98 points en seulement 34 journées, et surtout, deux matchs nul pour le reste de victoires. Dortmund, il y a tout juste deux ans, se plaçait en haut de quarante-huit années de Bundesliga avec 81 points. Le Bayern y répond l'année dernière, avec une barre placée encore plus haut : 91 points. Et les Munichois feront encore mieux cette fois-ci. Même Lavillenie ne peut suivre les hauteurs franchies par cette équipe.

On risque d'en parler sur RMC

Le haut du ventre mou va être excitant en cette fin de saison. Entre un Mönchengladbach sur le retour et un Leverkusen en perdition, il y au moins six clubs qui vont se rentrer dedans avec l'espoir d'accrocher l'Europa League, au minimum, et le Graal du barrage de la Ligue des champions au mieux. Augsbourg et son néo-international André Hahn ? Wolfsburg et son recrutement XXL qui s'avère un peu juste ? Leverkusen à l'expérience ? Gladbach au talent ? Le Hertha en outsider porté par Ramos ? Et surtout Mayence, perdant ce week-end contre le Bayern, mais qui a l'immense chance d'avoir le meilleur entraîneur allemand de l'année : Thomas Tuchel.

Le top 5

- Karius, gardien de Mayence, qui a tenu 83 minutes. Il en manque sept, qui coûtent deux buts.
- Maxim, auteur du 2 800e but de l'histoire du VfB Stuttgart en Bundesliga et seul buteur de la rencontre contre Hambourg. Première victoire de l'année pour le VfB. Hambourg coule toujours.
- Le pied gauche de Juan Arango. En volée ou sur coup de pied arrêté, un pied toujours aussi sûr. Dommage qu'il faille bientôt lui dire adieu.
- Mehmedi, talent brut parfois frustrant à cause de son amour du ballon. Mais cette fois-ci, Admir a privilégié la passe dé. Avant de marquer son but, faut pas déconner.
- De Bruyne, expulsé bêtement et qui conserve des stats faméliques depuis son arrivée : trois passes décisives, zéro but.

Le geste

Lewandowski, soliste au pied baladeur.

La stat inutile : 16

Le nombre de quatuors défensifs différents alignés par Dortmund cette saison, à force de blessures. Celui composé de Durm, Piszczek, Sokratis et Hummels peut se féliciter de ne pas avoir encaissé de but.

Ils ont dit... et ils n'auraient pas dû

Deutsche Telekom a dit sur sa page Facebook : « Nous félicitons le Bayern pour le titre le plus rapide de tous les temps. »

La téléphonie allemande est un éjaculateur précoce qui aime que ça aille vite, trop vite même.

Et sinon :

- Le Bayern a marqué au moins un but pour la 63e fois consécutive.
- Javi Martínez n'a plus perdu en championnat depuis le 13 mai 2012.
- Leverkusen est plus proche de Brunswick que de Munich, et ce n'est pas de la géographie.
- Ivica Olić court toujours aussi vite et longtemps. Que fait Jean-Michel Aulas ?
- En 2. Bundesliga, les trois matchs du samedi se sont terminés sur un 0-0, ce qui n'était pas arrivé depuis 1981. Tristesse contemporaine.
- Mardi soir, ce n'est pas Ligue des champions, c'est mieux : le derby entre Gelsenkirchen et Dortmund pour la 2e place.

Par Côme Tessier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0