1. //
  2. // Bayern/Eintracht

Müller, retour au panier

Cet après-midi à 15h30, le Bayern Munich affronte l'Eintracht Francfort. Certainement aligné dans le onze de départ, Thomas Müller. Le tube de l'été allemand 2010 n'a pourtant pas été toujours titulaire ces derniers temps. Après une année métaphysique, le jeune bavarois de 21 ans redécouvre la vraie vie.

Modififié
0 2
Demi-finaliste de la Coupe du monde, Soulier d'or du Mondial, meilleur jeune d'Afrique du Sud, finaliste de la Ligue des champions, champion d'Allemagne, vainqueur de la Coupe et de la Supercoupe d'Allemagne. Ce curriculum vitae, Thomas Müller a mis un peu moins d'un an et soixante matchs à se le construire. Pour sa première expérience professionnelle, ce grand blond aux chaussures noires peut se targuer d'avoir été immédiatement opérationnel : 20 buts toutes compétitions et équipes confondues. Dans le package, le garçon de 21 ans propose aussi quelques passes décisives. Trois notamment pendant le Mondial. Les mêmes qui lui ont permis de le départager avec Forlan, Villa et Sneijder, tous à 5 buts au terme de l'exercice sud-africain. De quoi se voir affubler d'un surnom, « Der Phänomen » , proposer de nombreux contrats publicitaires, Bifi la saucisse salami, et offrir une alléchante revalorisation salariale, 3 millions d'euros par an selon Bild. Sauf que les lunes de miel ne durent pas éternellement. Après douze mois de superlatifs, Müller connaît actuellement son premier retour sur Terre.

Dans l'indifférence presque la plus générale, le meilleur parti d'Allemagne a posé trois fois de suite son short trop grand pour lui sur le banc de touche du Bayern lors du mois de novembre. D'abord à Cluj en Ligue des Champions, puis coup sur coup à M'Gladbach et face à Nuremberg. Le contrecoup, en quelque sorte, de ces douze mois en lévitation. « Il est fatigué mentalement » , reconnaissait récemment son coach Louis Van Gaal. Mais il est aussi et surtout touché par le syndrome dit de "la saison de la confirmation". « Les attentes du public ont augmenté. La saison dernière sera très difficile à battre » , intercède son agent Ludwig Kögl. Toujours aussi solide et régulier, l'intéressé est juste un peu moins flashy que l'an dernier. En cause notamment, un positionnement plus défensif. Utilisé en neuf et demi lors du précédent exercice, il a expérimenté depuis septembre tous les postes du milieu de terrain. Son ratio s'en ressent. Seulement –entre guillemets- 4 buts et 4 passes décisives après 18 matchs, Ligue des Champions comprise. Parler de crise serait donc prématuré.
«  Le monde ne va pas s'arrêter parce qu'il manque trois matches » , insiste Kögl. Quand on pose la question à son protégé, il feint aussi le détachement : « Cette pause m'a fait du bien. J'ai bien géré ces trois matchs sur le banc. J'ai joué le week-end dernier contre Leverkusen et je me suis très bien entraîné cette semaine. Je peux maintenant repartir de l'avant. Mon potentiel ? Bien sûr qu'il est en hausse » .

Pour autant le Bavarois ne semble pas avoir chopé le melon. Comment un type qui salue sa grand-mère Erna en direct à la télévision allemande lors de la Coupe du Monde, épouse sa petite copine de toujours, Lisa, à l'âge de 20 ans et dit adorer manger des crevettes grillées, boire du jus de fruit de la passion et écouter les Kings of Leon pourrait un jour prendre la grosse tête ? En passant du statut de parfait inconnu à chouchou de la nation, une seule chose essentielle a en fait changé dans sa vie : «  J'ai désormais une machine à glaçons sur mon frigidaire » .

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Le meilleur joueur de la coupe du monde a un coup de mou? Assez habituel. Tous les joueurs qui brillent dans cette compétition ont du mal à retourner à la routine.

Mais bon, le gars a 21 ans. Je ne me fais pas de soucis pour lui.
pourquoi tu parles de Forlan dans cet article mario?...et il a 31 ans en plus..
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Un huitième leader ?
0 2