1. //
  2. // 30ème journée

MU et Rooney au sommet

MU devait gagner face à Fulham et l'a fait, à nouveau grâce à Wayne Rooney. Il reprend la tête à Chelsea, vainqueur samedi du derby londonien face à West Ham (4-1), avec un Malouda magistral. Pas moins. Arsenal suit la cadence, grâce à une victoire aussi laborieuse que précieuse à Hull (2-1). Pour la très prisée quatrième place, Tottenham fait la bonne opération.

Modififié
0 1
Retour au classicisme. Après l'immense surprise du match aller, un carton reçu par Man U à Fulham (3-0), les champions en titre ont remis les choses à leur place dans leur tanière d'Old Trafford, en retournant la gifle aux Londoniens (3-0). Du travail de pro : domination continue et doublé de Rooney, son deuxième de la semaine, qui porte son total à 25 réalisations en Premier League, pour 27 matches joués. On cherche encore le successeur de Messi au Ballon d'Or ? A l'aller, Man U avait autant été victime de l'adresse adverse que de son infirmerie sold-out. Au retour, la quasi-totalité des Diables Rouges sont sur le pont, avec Nani en joker. Car, à l'instar d'un Ben Arfa en Ligue 1, l'ailier portugais s'est mis soudainement à jouer juste et bien, au service du collectif plutôt que de son nombril. Sa passe décisive d'entrée de seconde période pour l'ouverture du score de Rooney (46e) a mis en exergue la nouvelle application mise par Super Nani dans chacun de ses services. Berbatov a conclu l'œuvre collective à la 89e minute.


Bendtner sauve les siens


Du mauvais Arsenal. Celui qui se flingue tout seul. Archavine avait pourtant parfaitement lancé les siens, en dribblant au ras Bernard Mendy, avant de tromper le gardien des Tigers (15e). Mais il y a des jours comme ça où les Gunners aiment se compliquer la tâche. Nasri, à la ramasse, perdait un ballon précieux, et Campbell, poids lourd autant que poids mort de sa défense, accrochait l'attaquant le plus long du monde, Vennegoor of Hesselink. Penalty et égalisation des Tigers (28e). Pas assez toniques (le contre-coup de Porto ?), les Gunners dominaient assez largement et surtout stérilement, malgré l'exclusion de Boateng juste avant le premier retour aux vestiaires. Bendtner mangeait la feuille, et Arsenal perdait deux points capitaux dans la course au titre. Comme une fatalité, puisque jamais les Gunners n'ont réussi à enchaîner plus de quatre succès en Premier League. Une victoire à Hull leur donnait justement le quinté. Arsenal parvint pourtant à lever le dernier doigt de la main, grâce à une frappe de Denilson, repoussée à l'anglaise par le gardien local sur Nicklas Bendtner, qui inscrivait son quatrième but de la semaine, générant une célébration collective qui ne trompait pas. Arsenal veut le titre et n'avait pas d'autre choix que de l'emporter après la victoire de Chelsea, plus tôt dans l'après-midi.

Le cours Florent


Les hommes de la semaine ? Rooney et Bendtner donc, mais aussi Malouda. L'ex-Guigampais a été suffisamment décrié pour que lui soit rendue justice quand il est bon. Mais Malouda n'a pas été bon samedi face à West Ham (3-1), il a tout simplement survolé une partie concrétisée par deux passes décisives et un but. Cantonné au rôle de dépanneur ces dernières semaines pour palier l'absence d'Ashley Cole, le Guyanais a retrouvé, pour son plus grand plaisir, une position plus avancée et traditionnelle. A l'inverse d'un Anelka en dedans, Malouda s'est montré inépuisable, une qualité qu'on lui connaît, mais surtout d'une précision rare dans ses centres longs, son talon d'Achille. En véritable « Mailman » , il déposa un ballon sur la tête d'Alex (15e), avant de délivrer un nouveau service parfait pour Didier Drogba (56e). L'autre ex-Guingampais profitait d'une frappe de Lampard pour faire doubler son compteur à la 90e. Avant cela, Malouda avait parachevé son oeuvre de tueur au sang-froid d'une frappe parfaitement placée, au sortir d'un dribble judicieux devant la surface de réparation. Quand Domenech visionnera la cassette, il attrapera sans doute des maux de tête. Franck Ribéry aussi ...

Les Spurs bien cramponnés


Tottenham a bien changé. Dans un passé proche, les Spurs auraient sans doute paniqué après le retour de Blackburn sur une tête du Cristolien Christopher Samba à la 80e (2-1). Mais plutôt que de renouer avec leurs vieux démons, les hommes d'Harry Redknapp ont préféré s'éviter des sueurs froides en reprenant le large par Pavlyuchenko (84e), auteur d'un doublé. Victorieux, les Spurs le sont doublement puisqu'ils profitent des matches nuls de leurs poursuivants et concurrents pour le strapontin vers la Ligue des Champions. Samedi, Aston Villa est revenu nul et vierge de Stoke City (0-0). Pas mieux pour Man City, malmené par Sunderland. Un club où l'on réserve des standing ovation à Steed Malbranque, auteur d'une magnifique passe décisive pour Kenwyne Jones (9e). Un avantage gommé à la dernière minute, quand Michael Johnson contourna une bonne quinzaine de joueurs massés dans la surface d'une subtile frappe enroulée pleine lucarne. Patrick Vieira a joué la dernière demi-heure. Il ne s'est pas blessé.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Les centres, talon d'achile de Malouda ?
Et les buts de Lyon en Champions League ils arrivaient tout seuls aussi ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1