1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. // Équateur/France

Moussa Sissoko, l'ouvre-boîte

Buteur contre la Suisse après une titularisation surprise et un match brillant, le joueur de Newcastle soulève pourtant de nombreuses interrogations sur sa présence en équipe de France. Bizarre car son profil et sa personnalité parlent pour lui.

Modififié
18 40
On pourrait facilement tomber dans la caricature avec Moussa Sissoko, armoire black d'un mètre 87 et 83 kilos. Son CV indique un lieu de naissance en Seine-Saint-Denis (Blanc-Mesnil) et une enfance au cœur de la cité des « 3000 » de Noisy-le-Sec, pas forcément l'endroit le plus soyeux du 93. Sauf que l'homme serait une crème. Droit, poli, Sissoko est couvert d'éloges par tous ses éducateurs. Erick Mombaerts avait même avancé en son temps qu'avec Moussa Sissoko dans son groupe, les 5 Espoirs sortis en boîte de nuit sur Paname durant un rassemblement n'aurait jamais pu faire le mur. Le « grand frère » Sissoko aurait mis son véto, car il est comme ça. Jamais un mot plus haut que l'autre. Il signe son premier contrat professionnel avec Toulouse à 17 ans. A peine majeur, il est titulaire contre Liverpool en Coupe d'Europe. Son profil détonne. Étonne. Raymond Domenech, sous le charme, le convoque en équipe de France. Tout est parfait pour Moussa Sissoko. Un peu trop, sans doute. « J'ai connu ma première sélection à 18 ans et demi (contre les Féroé le 10 octobre 2009, ndlr), puis il y a eu un petit moment où je n'ai plus été appelé, c'était compliqué, mais j'ai toujours eu confiance, je me suis dit que je devais continuer à bosser. Après, le sélectionneur Deschamps m'a appelé régulièrement, je suis très content de ce parcours-là » , a-t-il lâché en conférence de presse la semaine dernière.

Entre 2010 et 2012, Sissoko n'est plus rappelé. Il disparaît des radars. Pour ce fan de Patrick Vieira, c'est un moment délicat. Il doute, mais n'ouvre jamais sa gueule. Il ne se plaint pas et bosse. Bosse. Bosse. Bosse. Son heure viendra. Elle sera tardive. Les Bleus jouent alors un match important dans la chaleur espagnole en vue du Mondial brésilien. On est en octobre 2012 à Madrid et les Bleus sont menés 1 à 0 par les champions du monde. Il reste 30 minutes quand Deschamps lance Sissoko dans la fournaise ibère. Un changement qui amène, car ils sont nombreux, les suiveurs de l'équipe de France à s'interroger sur la présence du joueur en équipe nationale…

Le déclic ? Madrid

Pendant une demi-heure, il va marcher sur la meilleure équipe du monde. Face à des Espagnols fatigués, Sissoko percute, perfore, brise les lignes. Sur une percée de 40 mètres, il sert Ribéry qui régale ensuite Giroud sur l'égalisation. Son jeu consiste à aller à fond, sans retenue. Ses points forts ? La prise d'espace, sa vitesse, sa puissance. Pourtant, à Newcastle - club qu'il a rejoint en janvier 2013 –, Moussa joue numéro 10 derrière son attaquant pour apporter de la vitesse et de la profondeur. En équipe de France, pas question de le faire jouer à ce poste. Deschamps le préfère dans un milieu à trois, où il peut multiplier les courses défensives pour gêner les montées adverses. Contre la Suisse, il a joué à la place de Paul Pogba. Moins technique, mais meilleur défenseur et plus discipliné que le Turinois, Sissoko a été parfait dans ce rôle pourtant ingrat et peu valorisant. « Quand on joue avec trois attaquants, on ne peut pas leur demander de trop défendre, sinon, ils vont perdre beaucoup d'énergie et être moins présents offensivement, résume Sissoko en conférence de presse après le match contre la Suisse, du coup, c'était à nous de bien contrôler leurs latéraux. » Un mec de collectif. Parfait pour tout sélectionneur, donc.

« Je ne suis pas là pour prendre la place de quelqu'un, lance-t-il. Je fais partie d'un groupe de 23, j'essaie de me tenir prêt et de répondre présent lorsqu'on fait appel à moi. La force de ce groupe, c'est que nous n'avons pas d'états d'âme. » Il faut dire que Sissoko sait que tout va très vite dans le football. Formé avec Étienne Capoue – beaucoup plus talentueux que lui, parait-il – et issue de la génération 1989 (celle d'Obertan, N'Gog, Sankharé), il sait que rien n'est linéaire dans une carrière. À l'image de Blaise Matuidi, abonné au banc de touche des Bleus durant l'Euro 2012 et indispensable aujourd'hui, il revient de nulle part. Et comme le Parisien, Sissoko a cette forme de retard sur le plan de la coordination. Comme quoi, le règne des « beaux joueurs » commence à perdre de sa superbe. Tant mieux pour Moussa Sissoko et l'équipe de France.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Barton_fink Niveau : DHR
1m97? Calmez vous les gars, c'est pas non plus Jan Koller le moussa
Un joueur comme on aime, avec une bonne mentalité.
maintenant la CDM doit lui faire franchir un palier.
L'international français le plus sous-estimé. Il mériterait aussi plus de reconnaissance en PL. Il n'a rien à envier à un Jordan Henderson par exemple ...

Par contre ça fait un petit moment qu'il ne joue plus derrière l'attaquant. En première partie de saison il jouait le rôle qu'on a pu voir contre la Suisse et en fin de saison, plutôt milieu droit dans un 4-4-2. (Pardew tactiquement c'est incompréhensible, mais faut dire que le départ de Cabaye a tout compliqué)
SuperPippo92 Niveau : District
Message posté par Barton_fink
1m97? Calmez vous les gars, c'est pas non plus Jan Koller le moussa


Oui je pense que c'est plus 1m87. Et c'est déjà pas mal.
SuperPippo92 Niveau : District
Message posté par Barton_fink
1m97? Calmez vous les gars, c'est pas non plus Jan Koller le moussa


Oui je pense que c'est plus 1m87. Et c'est déjà pas mal.
Pascal Pierre Niveau : Loisir
Notre Boghossian version 2.14.
Bixente Lizarazu Niveau : Loisir
Thomas N'Gijol sur Moussa Sissoko en 2009
"Moussa Sissoko ? Oui tu as 19 ans c'est ça ? D'accord ... Je dis ça parce que le mec pourrait être mon père [...] Non mais il est grand-père au Sénégal, au Mali, il y a quelque chose"
Bixente Lizarazu Niveau : Loisir
Blague à part, je trouve le public français vraiment dur avec Moussa Sissoko, c'est le genre de joueur qu'il faut dans les matchs où faut poser ses couilles, physiquement le mec est monstrueux. Il y a qu'à voir comment le mec a contenu Rodriguez-Shaqiri contre la Suisse !
Selbycool Niveau : CFA2
Typiquement le profil qu'on a du mal à apprécier en France, parce qu'il a l'air un peu gauche de loin, mais que plein d'autres sélections nous envient.

Et puis y'a ce truc marrant qui sautait aux yeux pendant le match contre la Suisse : en devenant plus mûr techniquement et tactiquement pendant que Blaise est devenu bien plus explosif et offensif, ils sont presque devenus jumeaux dans l'animation les deux cocos (même si leur manière de tenir la balle est très différente). Et quand t'as ces deux pointes à la tête du trident en face de toi, bien en forme, t'as juste plus de milieu de terrain...
Selbycool Niveau : CFA2
(et qu'on n'aille pas imaginer que je parle de jumeaux pour leur couleur de peau, hein... ça pourrait être la même avec un Schneiderlin à la place de Moussa dans quelques mois ;), et Moussa et Blaise ont des qualités physiques et des inspirations très différentes )
J'me disais bien, je le trouvais un peu balèze avec ses 83 kg pour 1m97.... Celà dit beau bébé quand même!
Quel potentiel de Lilian Thuram à marquer un doublé improbable en demies il a...
WaiWaiFautVoir Niveau : DHR
1M97 pour 83KGS. Cet homme est une tige.
"Et comme le Parisien, Sissoko a cette forme de retard sur le plan de la coordination"

C'est chelou cette perception. Je trouve qu'il maîtrise bien ses gestes justement, au contraire de Blaisou qui a l'air desarticulé parfois.
Sinon, bien obligé d'avouer que j'étais sceptique au début, mais le mec est vraiment précieux défensivement et offensivement. Respect.
la montre Niveau : DHR
L'avantage avec sissoko c'est qu'on joue à 16 sur le terrain
Coach Kévinovitch Niveau : Ligue 1
Message posté par Selbycool
Typiquement le profil qu'on a du mal à apprécier en France, parce qu'il a l'air un peu gauche de loin, mais que plein d'autres sélections nous envient.



En même temps aussi, quand on te parle d'un milieu de terrain central à profil un peu offensif, tu t'attends à un mec avec une très bonne maîtrise capable de savoir faire des passes qui cassent les lignes, initier des mouvements collectifs avec un certaine créativité, faire des centres pas à un mec costaud dont le seul dribble est de pousser la balle au loin et de courir vite avec puissance.

Oui, Moussa est dur au mal, sympathique, puissant, rapide avec une bonne mentalité, sauf que le Moussaïsme ou la prolifération des joueurs de ce type a fait beaucoup de mal au football français et c'est assez simple à expliquer. Prôner ce type de joueurs, c'est cultiver la besogne or pour gagner au football, ce qu'on doit cultiver c'est le génie!

Au football, on gagne au génie avec ceux qui sont (très) supérieurs à la moyenne pas avec ceux qui sont moyens mais combatifs et durs au mal. Regardez les équipes qui sont au palmarès des grandes compétition: Pour une Grèce 2004, combien de triomphes d'équipe qui avaient des joueurs de très haut niveau en leur sein?

Bref plus de James (Rodriguez hein pas Fanchone!) et moins de Moussa!
J'aurai plus dit le couteau-suisse. Ou l'ouvre-suisses, c'est selon.
Epictète Niveau : CFA
Euh, Sissoko est un très bon milieu et j'apprécie son apport en EdF (son match contre la Suisse était impeccable) mais se réjouir d'une hypothétique fin de règne des "beaux joueurs", je suis pas sûr que ce soit pertinent.

Déjà parce que le règne des beaux joueurs en EdF, ça fait longtemps qu'il est terminé (faut voir le mal que Benzema a à se faire respecter. Il lui aura fallu 5 ans au Real et un début de Mondial en fanfare pour être enfin un peu apprécié de la masse), ensuite parce que Sissoko, quelque part, est un beau joueur. Puissant, le buste droit, plutôt agile pour son gabarit... OK, ses contrôles ne sont pas soyeux, mais il est pas dégueulasse à voir jouer.
EUHHHH :"...une enfance au cœur de la cité des « 3000 » de Noisy-le-Sec, pas forcément l'endroit le plus soyeux ..."
c'est à AULNAY SOUS BOIS!!!
Merci SOFOOT
Rastashaman Niveau : CFA2
Message posté par Coach Kévinovitch



En même temps aussi, quand on te parle d'un milieu de terrain central à profil un peu offensif, tu t'attends à un mec avec une très bonne maîtrise capable de savoir faire des passes qui cassent les lignes, initier des mouvements collectifs avec un certaine créativité, faire des centres pas à un mec costaud dont le seul dribble est de pousser la balle au loin et de courir vite avec puissance.

Oui, Moussa est dur au mal, sympathique, puissant, rapide avec une bonne mentalité, sauf que le Moussaïsme ou la prolifération des joueurs de ce type a fait beaucoup de mal au football français et c'est assez simple à expliquer. Prôner ce type de joueurs, c'est cultiver la besogne or pour gagner au football, ce qu'on doit cultiver c'est le génie!

Au football, on gagne au génie avec ceux qui sont (très) supérieurs à la moyenne pas avec ceux qui sont moyens mais combatifs et durs au mal. Regardez les équipes qui sont au palmarès des grandes compétition: Pour une Grèce 2004, combien de triomphes d'équipe qui avaient des joueurs de très haut niveau en leur sein?

Bref plus de James (Rodriguez hein pas Fanchone!) et moins de Moussa!




Non dsl mais les 2 types de joueurs sont complementaires. Pr qu'un genie s'exprime sur le terrain tu as besoin d'un besogneux qui fasse le sale travail derriere. Tu peux pas jouer qu'ac des numeros 10 dans ta team (ex des galactiques avec puis sans Makelele)
Par contre faut vraiment etre un footix pr se toucher uniquement sur les Messi, CR7 et Cie alors que les besogneux peuvent aussi etre des joueurs hyper plaisants a voir jouer.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
18 40