En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe E
  3. // Équateur/France

Moussa Sissoko, l'ouvre-boîte

Buteur contre la Suisse après une titularisation surprise et un match brillant, le joueur de Newcastle soulève pourtant de nombreuses interrogations sur sa présence en équipe de France. Bizarre car son profil et sa personnalité parlent pour lui.

Modififié
On pourrait facilement tomber dans la caricature avec Moussa Sissoko, armoire black d'un mètre 87 et 83 kilos. Son CV indique un lieu de naissance en Seine-Saint-Denis (Blanc-Mesnil) et une enfance au cœur de la cité des « 3000 » de Noisy-le-Sec, pas forcément l'endroit le plus soyeux du 93. Sauf que l'homme serait une crème. Droit, poli, Sissoko est couvert d'éloges par tous ses éducateurs. Erick Mombaerts avait même avancé en son temps qu'avec Moussa Sissoko dans son groupe, les 5 Espoirs sortis en boîte de nuit sur Paname durant un rassemblement n'aurait jamais pu faire le mur. Le « grand frère » Sissoko aurait mis son véto, car il est comme ça. Jamais un mot plus haut que l'autre. Il signe son premier contrat professionnel avec Toulouse à 17 ans. A peine majeur, il est titulaire contre Liverpool en Coupe d'Europe. Son profil détonne. Étonne. Raymond Domenech, sous le charme, le convoque en équipe de France. Tout est parfait pour Moussa Sissoko. Un peu trop, sans doute. « J'ai connu ma première sélection à 18 ans et demi (contre les Féroé le 10 octobre 2009, ndlr), puis il y a eu un petit moment où je n'ai plus été appelé, c'était compliqué, mais j'ai toujours eu confiance, je me suis dit que je devais continuer à bosser. Après, le sélectionneur Deschamps m'a appelé régulièrement, je suis très content de ce parcours-là » , a-t-il lâché en conférence de presse la semaine dernière.

Entre 2010 et 2012, Sissoko n'est plus rappelé. Il disparaît des radars. Pour ce fan de Patrick Vieira, c'est un moment délicat. Il doute, mais n'ouvre jamais sa gueule. Il ne se plaint pas et bosse. Bosse. Bosse. Bosse. Son heure viendra. Elle sera tardive. Les Bleus jouent alors un match important dans la chaleur espagnole en vue du Mondial brésilien. On est en octobre 2012 à Madrid et les Bleus sont menés 1 à 0 par les champions du monde. Il reste 30 minutes quand Deschamps lance Sissoko dans la fournaise ibère. Un changement qui amène, car ils sont nombreux, les suiveurs de l'équipe de France à s'interroger sur la présence du joueur en équipe nationale…

Le déclic ? Madrid

Pendant une demi-heure, il va marcher sur la meilleure équipe du monde. Face à des Espagnols fatigués, Sissoko percute, perfore, brise les lignes. Sur une percée de 40 mètres, il sert Ribéry qui régale ensuite Giroud sur l'égalisation. Son jeu consiste à aller à fond, sans retenue. Ses points forts ? La prise d'espace, sa vitesse, sa puissance. Pourtant, à Newcastle - club qu'il a rejoint en janvier 2013 –, Moussa joue numéro 10 derrière son attaquant pour apporter de la vitesse et de la profondeur. En équipe de France, pas question de le faire jouer à ce poste. Deschamps le préfère dans un milieu à trois, où il peut multiplier les courses défensives pour gêner les montées adverses. Contre la Suisse, il a joué à la place de Paul Pogba. Moins technique, mais meilleur défenseur et plus discipliné que le Turinois, Sissoko a été parfait dans ce rôle pourtant ingrat et peu valorisant. « Quand on joue avec trois attaquants, on ne peut pas leur demander de trop défendre, sinon, ils vont perdre beaucoup d'énergie et être moins présents offensivement, résume Sissoko en conférence de presse après le match contre la Suisse, du coup, c'était à nous de bien contrôler leurs latéraux. » Un mec de collectif. Parfait pour tout sélectionneur, donc.


« Je ne suis pas là pour prendre la place de quelqu'un, lance-t-il. Je fais partie d'un groupe de 23, j'essaie de me tenir prêt et de répondre présent lorsqu'on fait appel à moi. La force de ce groupe, c'est que nous n'avons pas d'états d'âme. » Il faut dire que Sissoko sait que tout va très vite dans le football. Formé avec Étienne Capoue – beaucoup plus talentueux que lui, parait-il – et issue de la génération 1989 (celle d'Obertan, N'Gog, Sankharé), il sait que rien n'est linéaire dans une carrière. À l'image de Blaise Matuidi, abonné au banc de touche des Bleus durant l'Euro 2012 et indispensable aujourd'hui, il revient de nulle part. Et comme le Parisien, Sissoko a cette forme de retard sur le plan de la coordination. Comme quoi, le règne des « beaux joueurs » commence à perdre de sa superbe. Tant mieux pour Moussa Sissoko et l'équipe de France.

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 2 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 5 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 6
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
samedi 20 janvier Coentrão casse le banc des remplaçants 9