Mourinho ou la mort à crédit

Depuis quelques jours, José Mourinho est remonté en selle. Il a suffi que Chelsea retrouve la tête du classement de Premier League pour qu’un diable sorte du placard. José est-il redevenu Mourinho ? La réponse est dans la question.

Modififié
70 60
Nous voici encore seuls. Tout cela est si lent, si triste. Bientôt, il sera vieux et on se demandera « comment que c’était » le temps de Mourinho. Nos mioches et les mioches de nos mioches n’auront jamais connu cet entraîneur célèbre du début du XXIe siècle, celui qui avait rendu le boulot d’entraîneur vaguement sexy, qui avait fait d’un gonze en doudoune, une icône médiatique de son époque. Ils diront : « Pourquoi Mourinho s’en prenait-il aux autres entraîneurs comme ça ? Un entraîneur, ça sert à rien, hein Papa ? Il est peut-être jaloux des autres. » Ils liront ce nom sur leur tablette (les livres seront strictement décoratifs) quand la postérité se sera chargée d’archiver les plus célèbres aphorismes du boss portugais. On tâchera de leur expliquer, d’être clairs : « En fait, ce sont des mindgames, c’est-à-dire que l’entraîneur provoque son rival publiquement pour le déstabiliser. » Oui, bien sûr, dans 150 ans, il n’y aura plus de conférences de presse, plus de presse, sans doute même plus d’entraîneurs. Alors on donnera des exemples (la rivalité avec Guardiola, son passé au FC Barcelone, son obsession de la victoire), on leur dira que José Mourinho, au fond, était un type humain, chaleureux et même plutôt sensible. Qu’il n’était pas comme il paraissait, que c’était pour de faux. Mais ils ne nous croiront jamais. Ils le trouveront pathétique. Comment peut-on s’en prendre en dix jours à trois personnes ? Et d’ailleurs, « c’était qui Wenger, Martino et Pellegrini ? » , demanderont-ils. Dans 150 ans, le nom de Mourinho n’aura pas disparu. Mais celui des trois autres, certainement.

Le foot des années 1900

José Mourinho a entamé sa course à la postérité. Écrire sa légende est une nécessité quand on est grand homme. Les victoires ne suffisent plus. En arrivant à Chelsea, il avait promis la paix sociale, le calme des coteaux du bord du Tage, les révérences à Madame la Duchesse. Mourinho redevenait José, c’est-à-dire un gamin passionné de jeu qui traînait dans les bottes de son père, entraîneur moyen adoré de ses joueurs, méprisé de ses dirigeants. Il avait promis de changer son style, de choisir la possession, d’émouvoir Stamford Bridge, bref, de plaire au tout-venant. En dix ans, l’Angleterre avait changé. La vieille île voulait maintenant la même chose que le continent : du jeu, des passes, des buts. Comme à Leiria en 2001, comme à Porto en championnat la saison suivante, José opte donc pour le ballon, la possession, le jeu dans les espaces réduits. Contre West Ham, son seul tir en 90 minutes (39 pour les Blues), sa muraille défensive et son point du match nul obtenu à Stamford Bridge, José commence pourtant à perdre patience. Il veut bien faire un effort, mais bon, tout le monde doit y mettre du sien. Surtout les adversaires : « West Ham a besoin de points, ils viennent ici, ils refusent de jouer ou plutôt le font à leur façon. Est-ce acceptable ? Peut-être, oui. Je ne peux pas être trop critique à leur égard, si j’étais dans leur position, peut-être en aurais-je fait autant. Enfin, ça c’est le football du XIXe siècle. Ça n’a rien à voir avec la Premier League, rien à voir avec le meilleur championnat du monde. » Rien à voir avec (le nouveau) José non plus.

Le temps des pyramides

À Madrid aussi, il nous l’avait vendue, cette histoire. En Liga, on ne comprenait rien. En Europe, il y avait une autre façon de jouer. Ce qui comptait, ce n’était pas l’offensive mais « l’équilibre » . Il avait mis fin au Barça de Guardiola grâce à une pyramide intériste (à dix) au milieu de terrain (4-3-2 compact dans l’axe, laisser les Catalans s’amuser sur les côtés, couper les gorges qui tentent d’entrer dans la surface). Il allait falloir s’adapter et s’en remettre à ce nouveau prophète. Son Real battait des records de buts et de points la saison suivante et battait même le Barça à l’occasion. Mais son Real ne séduit pas. Personne n’ose s’en inspirer ou alors ponctuellement, en guise de canot de sauvetage. Son passage à Madrid a démoli son statut de Steve Jobs des bancs de touche. Désormais, c’est Guardiola que les autres présidents guettent, cherchent, imitent, photocopient. Abramovitch voulait Pep, son football, son charisme ; Ferguson avait recommandé Guardiola pour lui succéder ; José dut se rendre à l’évidence : il n’était qu’une seconde main. De retour à Chelsea, il a donc fallu donner des gages, baisser d’un ton, partager le pouvoir sur le recrutement offensif et tenter d’être normal, au moins publiquement.

Le face de Saint Matthieu

Le plan a marché sept mois. Chelsea ne visait pas le titre la première année. Son équipe était jeune. Il fallait savoir être patient. Les favoris étaient les autres. On ne savait pas bien qui l’était réellement, mais, oh non, surtout pas Chelsea. Contre West Brom, quelques jours après la victoire à City qui propulse Chelsea en tête du championnat, son équipe tâtonne au lieu de conclure. « Elle a manqué de la personnalité nécessaire pour être champion » , diagnostique-t-il. Atteindre la première place est une chose. S’y maintenir avec autorité est un autre sport qui se joue avec d’autres règles. Chelsea, pour se maintenir en haut, a maintenant besoin de muscles et de résolutions. Si les conférences de presse du Mou sont dignes de passer à la postérité, c’est parce qu’elles ne s’adressent pas à qui l’on croit. José ne parle ni à Wenger, ni à Pellegrini, ni à Pepe Mel, ni même à Martino. Dans sa méthodologie, c’est lui qui impose sa personnalité à son groupe, et non l’inverse. En réalité, depuis quelques jours, le Special One parle à ses joueurs par un autre canal. S’engager publiquement pour contracter avec ses joueurs une dette non sollicitée par eux. José offre la mort à crédit, c’est-à-dire la vie éternelle. Traduction : « Si vous voulez vraiment ce titre, il va falloir me montrer que vous êtes des hommes. Moi, comme je suis votre guide, je vais vous montrer moi aussi. Je n’hésite pas à me jeter à l’eau pour vous et à prendre tous les risques. Sur le terrain, vous devez me rendre cette confiance. Vous n’avez plus le choix maintenant. » Mourinho, le grand usurier, contracte des dettes avec les siens. Il va falloir en être dignes. Sinon quoi, la mort ? Non, l’oubli.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

On critique les articles mal rédigés, alors félicitons TL pour cette belle prose qui fait du bien.

Quant au fait qu'on se souviendra de Mourinho dans cent ans, j'ai du mal à y croire. A part une communication diabolique et des méthodes de préparation nouvelles, il n'a introduit aucune innovation tactique vraiment digne de passer à la postérité. Et son palmarès, certes bien garni, n'est pas non plus hors du commun pour le moment.
J'aime bien l'entraîneur mais pour moi ce type ne fait pas du "mindgame". Sincèrement, j'me trompe peut être mais il me semble un peu limité comme mec, il dit juste tout ce qu'il pense à voix haute. Ça peut déstabiliser certes mais le nombre de fois ou il s'affiche aussi... Il a gagné avec Porto avec une équipe de meilleurs, a Chelsea avec une équipe de champions, au Real avec une équipe de star et il retourne a Chlesea avec une équipe de prodige. Bon soit, c'était pas fait a l'avance mais a part faire le dos rond contre les gros et balancer une pique a l'entraîneur une semaine plus tôt, je vois pas trop. D'ailleurs je pense qu'il va galérer contre Schalke pour le coup. Doit il prendre le jeux a son compte ou non? Chelsea s'arrête en 8eme!
Cela n'empêche que si Chelsea est champion ce sera avec un game bien dégueulasse et franchement je les y vois pas. Comment on peut gagner un championnat avec des maçons sérieux? Puis cette qualité offensive dégueulasse. Ils sont aussi médiocres que les autres, ne gagnent pas de matchs facilement, c'est poussif et perdent des points comme les autres contre des clubs de bas de tableau. Même pas attrayante cette équipe. Seul Hazard sort du lot, petit à petit Willian, et la hype Matic sera bientôt finie. Chelsea c'est juste des casses couilles. En même temps quand ton rival c'est Arsenal et que tu as de la chance de cocu, comme contre Liverpool ça sert à rien de l'ouvrir. Depuis l'Inter c'est plus le même.
TL, tu penses sincèrement que les déclarations de Mourinho déstabilise qui que ce soit ?
saddam_usain_bolt Niveau : DHR
Message posté par rokprog
TL, tu penses sincèrement que les déclarations de Mourinho déstabilise qui que ce soit ?


Je ne suis pas sûr que Pellegrini en soit ressorti indemne, cf. ses défaites dans les importants matchs contre Chelsea et Barcelone + sa pathétique mauvaise foi vis-à-vis de l'arbitrage.
Mectoooooon Niveau : Loisir
J ai arrete cet article de merde* a "celui des trois autres, cetainement".
Le nom de Wenger aura de peut disparu de la tete des mecs de sofoot qui bandent sur Mourinho, mais surement pas des amateurs de Premier league et des fans d Arsenal, il a quand meme transforme ce club donc un minimum de respect.
Joseph Marx Niveau : Loisir
Pour rebondir sur le titre, parfois les équipes coachées par Mourinho, c'est voyage au bout de l'ennui...
Mourinho, c'est vraiment le gars de l'instant, il parle tout le temps, il provoque tout le temps, il te dit toutes les 3 secondes qu'il a changé (et il le pense sans doute vraiment) et il n'arrive pas à laisser la place...
Ca doit être le genre "control freak" au dernier degré, à mater le moindre match de d2 française pour dénicher un nouveau musclor en défense ou à revoir une énième fois un dvd de son prochain adversaire.
Je comprends que le gus ait glané pléthore de cheveux blancs car ça fait 10 années qu'il est à ce rythme, dans l'oeil du cyclone, toujours à 1000 à l'heure.
Je ne sais pas comment il tient niveau "artères", c'est impressionnant au fond.
En bref, c'est l'exact inverse des Fergies et Wenger, essentiellement dans le rapport au temps, lui n'arrivera jamais à s'inscrire nul part dans la durée, il est largement trop barré et casse couille pour ça...
Mais mais mais, quand il pose ses valises chez toi, tu tapes de bonnes barres à valser avec lui pendant quelques temsp...avant d'avoir le tournis.
George Haggis Niveau : CFA2
Message posté par Joseph Marx
Pour rebondir sur le titre, parfois les équipes coachées par Mourinho, c'est voyage au bout de l'ennui...


Et ses declas d'avant match ne sont que des bagatelles.
Perceval de Galles Niveau : Loisir
Sinon quoi, la mort ? Non, tchétché.
Il y a les entraîneurs de "football", c'est à dire ceux qui tentent de faire progresser leurs équipes sur le plan footballistique et gagner grâce au football.

Et il y a Mourinho, qui pour moi n'est pas un entraîneur, mais plus un excellent psychologue. Son travail est basé sur la motivation de ses troupes, et surtout, sur l'influence qu'il peut avoir sur les médias, arbitres, clubs adverses. Son taf, c'est retourner l'opinion afin de mettre la pression sur ses adversaires. (Evidemment derrière il y a aussi du travail footballistique, je ne suis pas dupe.)

C'est peut-être dégueulasse, mais quand on y repense ça manière de faire est "passionnante" et mériterait d'être étudiée de plus près. En tant que supporter du Barça, ce mec est le diable pour moi. Mais d'un autre côté, quand j'y repense, je me dis que le mec a tout de même réussi a retourné l'opinion de l'Europe contre mon club.

Ça serait bien de sortir un livre objectif sur sa méthode, retraçant les événements de ces dernières années un par un, et montrant comment il utilise les faits, les manipules et les balances dans les médias.
Chriswillow Niveau : Loisir
Message posté par one_of_the_amoks
Mourinho, c'est vraiment le gars de l'instant, il parle tout le temps, il provoque tout le temps, il te dit toutes les 3 secondes qu'il a changé (et il le pense sans doute vraiment) et il n'arrive pas à laisser la place...
Ca doit être le genre "control freak" au dernier degré, à mater le moindre match de d2 française pour dénicher un nouveau musclor en défense ou à revoir une énième fois un dvd de son prochain adversaire.
Je comprends que le gus ait glané pléthore de cheveux blancs car ça fait 10 années qu'il est à ce rythme, dans l'oeil du cyclone, toujours à 1000 à l'heure.
Je ne sais pas comment il tient niveau "artères", c'est impressionnant au fond.
En bref, c'est l'exact inverse des Fergies et Wenger, essentiellement dans le rapport au temps, lui n'arrivera jamais à s'inscrire nul part dans la durée, il est largement trop barré et casse couille pour ça...
Mais mais mais, quand il pose ses valises chez toi, tu tapes de bonnes barres à valser avec lui pendant quelques temsp...avant d'avoir le tournis.


Très juste. Mourinho c'est un peu cette maitresse qui t’enivre, qui te fait perdre la tête, la raison, la boule, qui vit à 100 à l'heure, qui t'emmène dans sa valse puis qui repart comme elle est arrivé, te laissant sur le carreau, épuisé. Wenger c'est plutôt ta moitié, celle qui pense avenir, projets, construction de famille et qui met tout en œuvre pour y arriver.
certains réalisateurs se regardent filmer.
D'autres se regardent écrire, juste pour faire des lignes.

That's it
Putain ça fait 10 ans que je joue en 4-3-2 et je gaggne pas grand chose. J'ai toujours l'impression qu'ils sont + nombreux en face...
bufford tannen Niveau : DHR
Message posté par Chriswillow


Très juste. Mourinho c'est un peu cette maitresse qui t’enivre, qui te fait perdre la tête, la raison, la boule, qui vit à 100 à l'heure, qui t'emmène dans sa valse puis qui repart comme elle est arrivé, te laissant sur le carreau, épuisé. Wenger c'est plutôt ta moitié, celle qui pense avenir, projets, construction de famille et qui met tout en œuvre pour y arriver.



en fait,José c'est un peu une entraineuse...
Joshua_is_a_tree Niveau : CFA
Message posté par TheDuke8
Cela n'empêche que si Chelsea est champion ce sera avec un game bien dégueulasse et franchement je les y vois pas. Comment on peut gagner un championnat avec des maçons sérieux?


Ben tu crois que Man U envoyait du jeux l'année dernière ou quoi? C'était tout aussi dégueulasse.


Bel article, par contre pour « c’était qui Wenger, Martino et Pellegrini ? »
je ne suis pas d'accord pour Wenger, il a gagné beaucoup de titres avec Arsenal, changé le Boring Arsenal en une équipe qui envoie du jeu.
dans 150 vous croyez qu'une équipe francaise aura regagné une coupe d europe?
Fredinhovic95 Niveau : Ligue 2
Note : 6
C'est la réponse non-officielle d'Arsène au Mou
Rap Freestyle!
Arsene Wenger(Fear to Fail)
This is MC Arsene straight up from the mo'fucking projects..
Yeah...we got DJ Piers Morgan in this B
Yeah...this one's going out to you
You know who you are
(Verse 1)
Fear to fail
You dissed me to no avail
Now we coming, no bail
I'm worth more than gareth bale
You can't touch this shit
So you think you're special?
You and me have a differential
Mine is gold, might be old
But still killing, gunners giving you a drilling
You might be topping the table
But we both know you're unable
To go a whole season undefeated
Against Dortmund look at how much you conceded
And you couldn't save madrid when you was most needed
Now you messed with the wrong French
When I'm done with you imma ditch you in a trench
You're a team switcher, I stay loyal
You might be good, but not yet a royal
ARSENE EST EN FEU!
Message posté par Elessar
Il y a les entraîneurs de "football", c'est à dire ceux qui tentent de faire progresser leurs équipes sur le plan footballistique et gagner grâce au football.

Et il y a Mourinho, qui pour moi n'est pas un entraîneur, mais plus un excellent psychologue. Son travail est basé sur la motivation de ses troupes, et surtout, sur l'influence qu'il peut avoir sur les médias, arbitres, clubs adverses. Son taf, c'est retourner l'opinion afin de mettre la pression sur ses adversaires. (Evidemment derrière il y a aussi du travail footballistique, je ne suis pas dupe.)

C'est peut-être dégueulasse, mais quand on y repense ça manière de faire est "passionnante" et mériterait d'être étudiée de plus près. En tant que supporter du Barça, ce mec est le diable pour moi. Mais d'un autre côté, quand j'y repense, je me dis que le mec a tout de même réussi a retourné l'opinion de l'Europe contre mon club.

Ça serait bien de sortir un livre objectif sur sa méthode, retraçant les événements de ces dernières années un par un, et montrant comment il utilise les faits, les manipules et les balances dans les médias.


C'est bien résumé
et le livre existe

http://www.conso-mag.com/wp-content/upl … nho800.jpg

ses biographies (je ne sais pas si elles sont dispo autrement qu'en portugais ou angalis, son très intéressantes aussi!
Pour ceux qui n'arrive pas à cerner le Mou ,c'est simplement le sergent Hartman du foot (de Full Metal Jacket pour les incultes) et comme lui :

*il veut que tu prennent tes cou***** en mains et charge ton arme avec.
*il va te chier dans le cou si tu l'emmerde .
*ses méthodes envers ceux qui le font chier sont basées sur l'injure et l'humiliation .
* il s'en branle de la manière dont il fait la guerre ,mais l'important pour lui c'est de la gagner .
*il n'a pas le temps de faire dans le social avec les cul-de-jattes (=Casillas and co)

Son discours en arrivant dans un nouveau club c'est :
A partir d'aujourd'hui, vous ne parlerez que quand on vous parlera et les premiers et derniers mots qui sortiront de votre sale gueule, ce sera "Chef" tas de punaises ! Est-ce bien clair ?!
Si vous ressortez de chez moi, les louloutes, si vous survivez à mon instruction, vous deviendrez une arme, vous deviendrez un prêtre de la mort implorant la guerre ! Mais en attendant ce moment-là, vous êtes du vomi, vous êtes le niveau 0 de la vie sur terre, vous n'êtes même pas humain, bande d'enfoirés ! Vous n'êtes que du branlomane végétatif, des paquets de merde d'amphibiens, de la chiasse ! Parce que je suis une peau de vache, vous me haïrez; mais plus vous me haïrez et mieux vous apprendrez ! Je suis vache mais je suis réglo !!!!!!!!!!!!!!!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
70 60