Mourinho, le flirt de Manchester

C'est l'histoire d'une relation platonique. Ils s'aiment, vraiment. José Mourinho aime Manchester United, Manchester ne le déteste pas. Une nouvelle fois, depuis quelques jours, ils se tournent autour et cette fois, ils pourraient se retrouver. Pour sécher les larmes du passé.

Modififié
926 13
C'est là que tout a commencé, un soir de mars 2004. Par une course fondatrice le long de la ligne de touche bordant la tribune sud d'Old Trafford. Il ne restait, ce soir-là, que quelques secondes à jouer. Manchester United recevait le FC Porto en huitièmes de finale de la Ligue des champions. José Mourinho dirigeait sa première campagne dans la compétition, un an après avoir soulevé la petite sœur à Séville face au Celtic Glasgow. Il ne restait, en réalité, qu'une seule frappe, un seul coup franc pour sauver le FC Porto de l'élimination, alors que Manchester United mène 1-0. On joue la 89e minute, on est le 10 mars 2004. Benni McCarthy vient de s'élancer, Tim Howard repousse le ballon dans les pieds de Costinha. Porto vient d'égaliser et se qualifie pour les quarts de finale, nouvelle étape vers son succès futur. José Mourinho, lui, vient de descendre les marches de la tribune sud et court en trench vers ses joueurs. Old Trafford vient de faire la connaissance de José Mourinho. José Mourinho vient de battre Sir Alex Ferguson et un petit peu plus que ça. Car en face, Manchester United vient de tomber.

Les couilles du Special One


Tomber dans la haine que tout un peuple va s'appliquer à entretenir. Car quinze jours avant l'exploit d'Old Trafford, au stade du Dragon de Porto, Sir Alex Ferguson a refusé de serrer la main de José Mourinho, trop irrévérencieux à son goût. L'Écossais ne veut pas offrir ce luxe au Portugais devant les caméras, les deux hommes se salueront dans l'intimité des couloirs des vestiaires. Face à la presse, Mourinho plante le couteau : « Je serais aussi triste si mon équipe était si clairement dominée par une formation qui n'a été bâtie qu'avec 10% de mon budget. » Le sport est fait de ces histoires, de ces rivalités qui s'alimentent par des mots, des gestes mais avant tout des succès. Dans toute sa carrière, Mourinho n'aura perdu que deux fois face à Ferguson. Car après Porto, le Portugais s'est rapproché de l'Écossais au chewing-gum. Pour le dompter avec une bête nouvelle, le Chelsea FC avec qui Manchester United va se partager la majeure partie des titres de champion d'Angleterre pendant de nombreuses années.


Au fond, le respect entre les deux hommes est éternel. « Je me rappelle de sa première conférence de presse avec Chelsea lorsqu'il s'est présenté comme le Special One. Je m'étais dit : "Il a des couilles" » , expliquait Ferguson il y a quelques années. En Angleterre, les deux penseurs ont appris à s'aimer, car au fond, ils se ressemblent par leur arrogance commune et parce qu'ils pensent le foot de la même manière. Plusieurs fois, à la fin de leurs différentes batailles, ils se sont même pris dans les bras. « À Chelsea, le service de restauration s'occupait traditionnellement d'acheter le vin pour l'entraîneur adverse, mais naturellement, leur choix n'était pas à la hauteur de ce que méritait le boss (Sir Alex Ferguson, ndlr). La première fois, j'ai été très gêné. La seconde, j'ai appelé l'un de mes meilleurs amis et lui ai commandé le top du top. Depuis ce moment, à chaque match, on a bu la même bouteille » , détaillait Mourinho dans un long entretien donné à BT Sport en décembre 2014. Au point de se voir même parfois en dehors comme un soir de nul entre City et le Real (1-1), à Manchester, où Ferguson était venu retrouver Mourinho au Manchester Lowry Hôtel. Sir Alex Ferguson prépare alors sa retraite, José Mourinho le sait. Dans sa tête, le Portugais rêve de prendre la suite de l'un de ses meilleurs amis. Ferguson : « José peut diriger n'importe quelle équipe et entraîner absolument partout. » Sauf qu'il n'arrivera jamais.

Les larmes de Mourinho


L'entraîneur écossais vient de perdre sa belle-sœur, la sœur de sa femme, Cathy. « Je voyais ma femme regarder la télévision, un soir, puis regarder au plafond. Je l'ai sentie isolée. Seule. Quand je lui ai dit que cette fois, j'allais prendre ma retraite pour de bon, elle n'a pas eu d'objection. J'ai compris qu'elle voulait que je le fasse. » Ferguson parle d'une dette. Avant de partir en mai 2013, Manchester United lui pose une dernière mission : définir les contours de sa succession et, donc, trouver son successeur. José Mourinho attend l'appel de son ami. Il n'arrivera jamais. Lorsque Sir Alex Ferguson prend la parole, dans le cœur d'Old Trafford le 12 mai 2013, David Moyes a déjà été nommé. L'histoire raconte qu'en apprenant la nouvelle, Mourinho a fondu en larmes, se sentant choqué, trahi, voire humilié de se faire doubler par un entraîneur sans expérience du haut niveau. Ferguson aurait refusé auprès du board cette option, choix confirmé par Sir Bobby Charlton. Dans un livre sur l'entraîneur portugais publié en septembre 2013 par le journaliste Diego Torres, l'épisode est raconté : « Mourinho pensait que Ferguson était son allié, son ami, mais aussi son parrain. Il était convaincu que leur relation était basée sur une véritable relation de confiance. Il pensait aussi que tous les trophées qu'il avait gagnés jusqu'alors le feraient passer loin devant les autres candidats. Quand il a appris que Moyes avait été nommé, il a ressenti une profonde défiance. »


Ferguson est de cette classe. L'homme n'aime pas ce qui dépasse et encore moins ce qui dépasse plus que lui. Son attachement à Manchester United est tel qu'il ne souhaite pas installer à sa place quelqu'un qui serait éventuellement plus fort que lui et probablement plus fort que le club, une vision impensable chez les Red Devils. Sauf que presque trois ans plus tard, rien n'a marché et Manchester United est une ruine. Tout est à reconstruire pour retrouver l'identité du club, de sa formation, de ses valeurs. Louis van Gaal n'a fait que déconstruire le tableau. Alors le nom de José Mourinho commence à revenir, tourne autour de Manchester. José aime le rouge et ne s'en est jamais caché. Reste cette image d'un homme capable de faire vriller les institutions comme au Real. Un débat existe autour d'une nomination du Portugais. La question est posée, car si la philosophie de jeu de Mourinho pourrait se marier avec celle de Manchester United, son image devra être travaillée. Des semaines devraient passer, Ferguson devrait parler, et Mourinho continuer à attendre. Les ruines de United aussi.


Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

4 soirs d'affilés sans foot, heureusement que les anglais ont là!
Parce que même la NBA n'a pas servi à compenser hier soir!
Mourinho qui débarque à United, qu'on le déteste ou pas, franchement ce serait une guerre d'égo énorme la PL, imaginez un peu Mourinho qui reste en PL à MU face à lui son pire ennemi Pep arrive commandes du rival éternel City, son ennemi de toujours qu'il aime tant, Arsene seratoujours présent; et si il aller battre Chelsea prouver qu'il est toujours au sommet... Franchement
Mourinho qui débarque à United, qu'on le déteste ou pas, franchement ce serait une guerre d'égo énorme la PL, imaginez un peu Mourinho qui reste en PL à MU face à lui son pire ennemi Pep arrive commandes du rival éternel City, Arsène, son ennemi de toujours qu'il aime tant,sera toujours présent; et si il peut aller battre Chelsea pour prouver qu'il est toujours là il s'ne privera pas le Mou. ça pourrait être très intéressent tous ça.
clement6628 Niveau : CFA2
Curieux de voir ce qu'il fera avec un effectif moins impressionnant que les derniers qu'il a pu avoir.
Parce qu'on parle beaucoup des échecs de Moyes et Van Gaal mais pour moi tout cela remonte à la fin de l'ère Fergusson. Aujourd'hui, l'effectif de Man U c'est moins fort que City, Chelsea et Arsenal. Entre stars sur le déclin (Rooney, Schweinsteiger...), grands espoirs qui ont tout à prouver (Martial, Depay, Shaw...) et un grand nombre de bons joueurs mais parmi lesquels pratiquement aucun n'est titulaire dans son équipe nationale et où aucun ne sont des références mondiales. Finalement seul De Gea fait figure de top player dans cet effectif.

PS : étant un sympathisant de Pep et préférant United à City (bien que je sois loin de vouer un culte à United), la situation qui se profile m'embarrasse un peu...
C'est sur que pour un club a reconstruire Mourinho serait l'idéal...
Je rêve là... Je comprend même pas qu'on puisse y penser...
L'équipe est faite de cadres vieillisants que Mourinho pourra pas saquer et de jeunes qu'il voudra pas faire jouer, au mieux il leur mettra la haine et on chopera des bons résultats jusqu'en mai avant que tout pète encore plus vite qu'ailleurs où il est passé !
zinczinc78 Niveau : CFA
@clement
Atkinson et Clattenburg vont se retrouver devant le même dilemme.. Eux qui ont toujours avantagé Man.U et pourri Mourinho.. Dans quel camp vont-ils se ranger ?
Pour United c'est clairement pas le Bon choix de coach .

Par contre City ... Club qui cherche impérativement un succès européen , prêt a mettre le paquet , avec un joueur de classe mondiale a chaque ligne , c'est LE club qu'il faut a Mourinho pour glaner une 3 eme C1 . (S'applique aussi pour le PSG )
jaimelefootenmarchant Niveau : DHR
pas sur qu'il soit moins médiocre que LVG m'enfin c'est si facile de faire illusion de nos jours
C'est parti pour le faire je pense, United et Mourinho ça se marie très bien et je pense sincèrement qu'il n'est pas possible de faire oublier SAF et de passer au dessus de l'institution.
Complètement d'accord avec Boudjii -Blues, Mourinho à City me semble beaucoup plus adapté. Il y a des joueurs de classe mondiale, des joueurs expérimentés. Par contre Pep à United je pense qu'il ferait très mal
Saint Just Niveau : DHR
Enfin So foot révèle au grand jour et aux yeux de ses lecteurs la raison du départ de Ferguson à la hâte (la déstresse de sa femme suite au décès de sa belle sœur).

Maintenant j'espère que les rageux et les ignorants cesseront de dire que Ferguson est parti de Manchester en se foutant de laisse un chantier en cours derrière lui !


Il ne l'a pas fait par plaisir il n'avait tout simplement pas le choix !!!
Chimikhooney Niveau : Ligue 1
Message posté par Saint Just
Enfin So foot révèle au grand jour et aux yeux de ses lecteurs la raison du départ de Ferguson à la hâte (la déstresse de sa femme suite au décès de sa belle sœur).

Maintenant j'espère que les rageux et les ignorants cesseront de dire que Ferguson est parti de Manchester en se foutant de laisse un chantier en cours derrière lui !


Il ne l'a pas fait par plaisir il n'avait tout simplement pas le choix !!!


Oui, de plus il avait fait énormément de promesses aux joueurs juste avant ces événements familiaux. Par exemple à Evra, et s'était lancé dans le "projet" de racheter CR7.

Il n'ose pas l'admettre directement que il n'avait pas préparé sa suite. Même si il le laisse entendre en disant qu'il est dégoûté de ne jamais avoir réussi à avoir un joueur de la génération 92 sous son aile afin d'en faire un entraîneur.
John-Kévin Gourcuff Niveau : District
Mourinho ce serait le top pour ManU.
1. Son égo vient de prendre un coup. Si y'a bien un mec qui peut, par sa rage, sa hargne, nous faire remonter 10 ou 12 points, c'est lui.
2. Il va bien finir par s'assagir, et, apprendre de ses erreurs.
3. C'est le genre de coach qui va enfin réussir à remettre les joueurs derrière un entraîneur.
4. Son expérience des gros clubs (différente de celle de LVG plus âgé) ne pourra qu'être un plus pour gérer les égos des Rooney et autres.
5. Il n'a pas son pareil pour se mettre les supporters dans sa poche. Ce qu'il manque en somme actuellement à ManU...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Mesut, ce magicien d'Özil
926 13