1. // Coupe d'Espagne
  2. // Demi-finale aller
  3. // Real Madrid/Barcelone

Mourinho et les journalistes : le point de non-retour

Entre prises de bec et information/désinformation, les relations entre José Mourinho et les journalistes madrilènes n’ont cessé de se détériorer. Aujourd’hui, les rapports semblent avoir atteint un point de non-retour.

Modififié
13 52
Jeudi, 13 heures, tribune d’honneur du Santiago-Bernabéu. Florentino Pérez convoque les journalistes madrilènes pour une comparution de presse. Pas de déclaration fracassante, pas de limogeage d’entraîneur. Non, le patron du BTP espagnol est venu remettre les pendules à l’heure. Alors que Marca annonce dans son édition quotidienne que les patrons du vestiaire merengue ont demandé la tête de Mourinho, Florentino s’insurge contre ces « tentatives de déstabilisation  » . Ou plutôt contre une vérité qui fait mal. Car oui, depuis l’arrivée sur le banc de touche de Santiago de José Mourinho, les relations entre le Real et la presse se sont détériorées. En soi, rien de vraiment nouveau : en Angleterre et en Italie, le Special One a toujours fait jacter par sa communication bien personnelle. Dans la capitale espagnole, le Portugais n’a donc pas failli à sa réputation. Problème, au Real, la primauté revient toujours à l’institution. Et l’institution vieille de 110 ans ne permet pas de telles sorties de route.

Iker, le Saint mis au banc

L’histoire de Mourinho avec le Real Madrid commence à Santiago-Bernabéu. Tout frais auréolé d’un titre de champion d’Europe avec l’Inter Milan, il ne rentrera jamais en Lombardie. Contre un rondelet pactole, Florentino Pérez l’assied sous la guérite merengue. Dans la foulée, les relations avec la presse sont bouleversées à Valdebebas. « Tout a changé depuis son arrivée. Mourinho considère que la politique de communication d’un club est la chose la plus importante, encore plus que les entraînements et la politique sportive. Ainsi, il veut absolument tout contrôler dans la stratégie de communication : quel joueur parle, quand parle-t-il, et que doit-il dire. Il veut contrôler tout ce qui se dit et ceux qui le disent. Jusqu’à peu, il avait par exemple interdit aux joueurs toute conférence de presse » , se rappelle Diego Torres, journaliste au Pais, et pilier de la zone mixte du Bernabéu. Face à l’objectif commun (la gagne en Liga) et la rivalité avec le Barça (mettre fin à l’hégémonie de Guardiola), le vestiaire fait bloc. Les figures emblématiques ne mouftent pas et José s’accapare peu à peu tous les pouvoirs (cf. le limogeage de Valdano).

Un 32e championnat en poche, puis la belle mécanique s’enraye. Avec une deuxième couronne européenne sur la tête, les Casillas et Sergio Ramos ne se taisent plus face aux exigences du Mou. Diego Torres toujours : « Sergio Ramos est précisément le joueur que contrôle le moins Mourinho. Il dit toujours ce qu’il pense et c’est surtout le seul qui parle franchement face à la presse.  » Une liberté de ton avec les journalistes qui vaudra à l'Andalou un passage par le banc de touche. Mais la vraie scission avec la sphère médiatique intervient en décembre. Sur le terrain de Málaga, le si spécial José expédie Iker Casillas tester le confort du banc de touche. 90 minutes plus tard et une défaite dans l’escarcelle, la presse madrilène, Marca en tête, se lâche : « Mourinho tombe dans le ridicule. » En perspective, il faut également y voir un tacle aux provocations, une semaine plus tôt, du Portugais à un journaliste de Radio Marca (cf. « Dans le monde du football, moi et mon staff, on est au top, et dans le monde du journalisme, toi, tu es une merde (…). » ). La fracture est officialisée.

« La pire crise institutionnelle »

Au cœur d’un environnement qui fait et défait les entraîneurs – pour rappel, l’éviction de Pellegrini en 2010 – Mourinho ne s’est jamais vraiment adapté. «  Mourinho n’a jamais aimé les journalistes, et encore moins ceux qui sont critiques. Il aime travailler tranquillement, tout en secret, et ne souhaite voir seulement ce qu’il veut dans la presse. Mourinho souhaiterait avoir une presse comme en Catalogne, qui dit toujours que tout est génial, comme le Mundo Deportivo et Sport. La différence est qu’à Madrid, la presse est plus généraliste et critique lorsque les choses ne vont pas  » , constate pour sa part Pablo Polo, spécialiste du Real chez Marca. Ses méthodes d’intimidation jumelées aux médiocres résultats l’isolent au sein de la Maison Blanche. Florentino Pérez ne cautionne plus toutes ses sorties et se détache de son sulfureux coach. Joint par So Foot, Ramon Calderón, prédécesseur de Perez, estime que « le Real Madrid doit être accueillant avec tous. Et en premier lieu avec la presse, car c’est elle qui retransmet l’image du club.  »

Le club, justement, demeure très conservateur. Dans un système démocratique, où le socio est roi, les cartes sont pourtant redistribuées. En l’espace de deux saisons et demie, Mourinho a troqué son statut de simple coach pour un costume de manager à l’anglaise. Une première. Tant et si bien que, depuis son entrée dans les arcanes du Bernabéu, Diego Torres y voit la « pire crise institutionnelle du club » : « Normalement, au Real Madrid, le président est la personne qui contrôle le club, que ce soit au niveau sportif, économique et de la communication. Actuellement, le président a tellement délégué qu’il se retrouve quasiment sans pouvoir, sans capacité de changer la donne. » Pour Pablo Polo, le refrain ne diffère pas : « Depuis son arrivée, Mourinho a changé la culture du Real Madrid. Florentino lui a laissé trop de liberté pour qu’il gagne. Le problème, c’est que le Real ne gagne plus, et c’est cela qui fatigue énormément Florentino.  » Un Florentino qui joue lui aussi sa tête en vue des élections d’avril prochain. Et qui pourrait bien la perdre avec cette mauvaise presse.

Par Robin Delorme, à Madrid
Modifié

Note : -1
je t'aime, moi non plus; j'ai besoin de vous, nous aussi!je vous méprise, on te savonne la planche et blablabla...!
tristiano Niveau : CFA2
Note : 2
C'est là où le problème réside, le réal n'est ni l'Inter, ni Chelsea! (no offense)
L'institution a toujours primé sur tout, et ça José et son égocentrisme ont dû mal à l'accepter!
julio-l'escroc Niveau : District
Note : -2
Il redescendra sur terre d'ici un mois quand il ne sera plus engagé dans aucune compétition , je le vois même se barrer de lui meme pour pas se faire saké comme les autres , comme ca il reprochera a tout le monde de pas l'avoir suivi , plus besoin d'entreneur puisque ils ne joueront plus rien , mettez un mec de la maison , qui fasse jouer des jeunes et qui respecte les valeurs du club
Myros el matador Niveau : CFA
Note : 5
Juste comme ça pour savoir hein... vous allez en faire combien des articles sur Mou la presse le vestiaire, les supporters, casillas sur le banc...

Je crois qu'on a compris maintenant, depuis un bout de temps déjà... tellement drôle les journalistes qui se plaignent de Mou alors qu'en fait c'est du putain* de pain béni pour eux, et qu'ils se déléctent de cette situation!!

Perso je suis fan du Réal et ok Mourinho fou le boxon dans l'institution (mais est ce que tout est de sa faute pour autant?), mais quand on l'a signé on s'attendais à quoi exactement???

A ce qu'il rentre dans le rang, qu'il se fonde dans le moule madrilène, qu'il devienne un beni oui oui, un personnage lisse qui se tait devant la presse ???
Faut arreter de déconner* deux secondes en prenant le Mou on savait très bien à quoi s'attendre, on connaissait ces procédès sa personnalité bien trempée, sa gestion du vestiaires!!

C'est trop facile de lui taper dessus à tous va, de tout remettre sur lui... A un moment moi qui aime ce club je me dis que Casillas et sa pétasse* qui fuite à tous va qui balance les secrets de vestiaires qui fait presque de la propagande anti-mou voir ronaldo et bein ils m'emmerdent bien plus que le José.

T'as beau t'appeler Casillas, Ramos être une légende du club, t'es pas le Boss!!
Putain ce que j'aurai aimer que Raul soit l'adjoint de Mou il en aurait fait descendre deux trois sur terre!!

Si l'institution prime alors ces joueurs légendaires doivent également apprendre à respecter la hierarchie dans l'institution.

Le boss c'est josé!! certes plus pour longtemps mais purée qu'est ce que je kifferais qu'il gagne cette décima avant de ce barrer!!

Les joueurs de Madrid sont tout autant responsables de la situation délétaire!!

Un fan qui en a ras le cul!!!
Note : -2
Ils passeront pas Manchester.

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Logo FOOT.fr
13 52