1. //
  2. //
  3. // Groupe E
  4. // Chelsea/Steaua Bucarest

Mourinho, de l’inconvénient d’être normal

Cinq mois après son retour à Chelsea, on n’a toujours pas vu le Special One. L’homme qui avait passé 10 ans à bousculer l’establishment footbalistique européen n’est plus un rebelle. C’était donc ça le Happy One.

Modififié
0 23
Il faut faire la peau à la légende. La fin de l’automne, c’est la saison humide des règlements de compte dans la pénombre. C’est le temps des chiens, des loups et des supplices dans le crépuscule du soir. C’est l’heure des intrigues d’antichambres, des poignards entre les oreilles et des exécutions dans les impasses fumeuses. L’homme qui se jetait dans le public après une victoire contre City au début de l’automne (le 27 octobre), qui embrassait son fils contre Southampton comme on intronise un prince héritier ( « c’est un peu comme un assistant pour moi. Ce gosse adore le foot, c’est fantastique. Il n’est pas ici seulement pour lui mais aussi pour représenter sa mère et sa sœur » ), qui ensuite remerciait Stamford Bridge de sa fidélité ; bref, cet homme qui enfin était rentré dans son royaume, dans sa ville, dans sa Premier League, allait retrouver les cimes de son passé glorieux. José Mourinho allait redevenir celui qu’il était avant d’aller courir l’Europe. Il allait faire rougir tous ceux qui ne le regrettaient plus à Madrid, à Barcelone, à Milan. Il leur ferait goûter à tous ces charognards la saveur de la chair fraîche, celle des victoires spectaculaires et des trophées qui tombent comme des grâces. Comme Ulysse à Ithaca, Moïse en Terre Promise, Magellan en Europe, le roi José rentrait dans son royaume. Les grandes histoires sont toujours celles d’un retour attendu, espéré mais toujours impossible.

« J’ai toujours été une sorte d’explorateur »

En rentrant au bercail, José est rentré au berceau. Il a gagné des cheveux blanc, des lunettes pour lire les messages de son fils, et la mine mielleuse d’un acteur cinquantenaire qui retrouve son public après quelques années passées à se reposer d’une jeunesse trop tumultueuse dans un institut médicalisé de Californie. Les années d’excès ont fatigué le héros. Quand en juin il revient à Londres et présente sa nouvelle aventure, il est méconnaissable. Pour la première fois depuis qu’il a un jour décidé d’être le plus grand entraîneur du monde, il se présente à ses adeptes sans rien promettre d’autre que « la stabilité » . Pas de titre, pas d’épopée, pas de défi. Celui qui « a toujours aimé l’aventure, qui étai(t) une sorte d’explorateur » , qui faisait ce que les autres ne font pas, qui disait ce que les autres ne disent pas, qui promettait aussi fort qu’il agaçait, ce pyromane à temps complet qui mettait le feu à tout ce qu’il touchait, cette icône rock au milieu d’un bal viennois, quittait les zones de turbulences, s’installait dans son salon et contemplaît le monde occupé à lui rendre gloire. En revenant à Chelsea, José a fait le choix de ceux qui n’ont plus rien à prouver, de ceux qui n’ont plus rien à gagner. José est devenu bourgeois, le Mou est devenu mou.

Depuis quand Mourinho doit se justifier ?

En 2004 en foulant le sol anglais, il disait à ses boys « chaque entraînement, chaque match, chaque minute de votre vie sociale doit être centré sur l’objectif d’être champion » . Aujourd’hui il y a ces explications fumeuses pour expliquer les absences de son équipe contre Stoke City (défaite 3-2), les six buts encaissés en deux matchs, les erreurs sur coup de pied arrêtés . Elles n’éclairent pas les motifs. Elles les étouffent à peine : « Si on entraîne des corners contre des nuls, à un moment donné, on prendra bien un but nul » . Bien sûr il y a de l’esprit mais le corner marqué par Crouch est le fruit d’une paralysie collective et d’un Petr Čech mal sorti (cf Real Madrid en septembre 2012), pas d’une erreur fortuite. Le deuxième est la conséquence d’une absence totale d’opposition sur la relance de Begović puis des atermoiements de la vieille sentinelle John Terry. Enfin, le troisième est un but que le Chelsea d’avant, celui qui savait tenir ses nerfs, qui n’avait pas peur de gagner, qui savait « tuer son adversaire » n’aurait jamais toléré. La question ce n’est pas « jouer plus défensif ? Mettre David Luiz devant la défense ? » comme l’honni Benítez. Poser cette question c’est déjà y répondre. Pourtant, le José Mourinho d’après Madrid se justifie, s’emmêle, perd son temps à vendre sa nouvelle attitude, son nouveau projet esthétique, son dernier emballage : « Il n’y a rien de plus facile dans le football que de jouer en défense. Ce qu’il y a de plus difficile c’est de jouer comme nous. C’est dur de jouer dans un style offensif, créatif, dynamique. » Oui c’est dur. Surtout quand on a passé son temps à vivre à contre-courant et que tout à coup, on décide qu’on fera comme les autres. Son foot était celui des égorgeurs. C’est maintenant celui des publicitaires. Ceux-là même qui en voulaient à son pragmatisme, à son obsession de la victoire et des titres. Comme eux maintenant il veut jouer, tripoter, faire marrer tout le monde et en plus à la fin, gagner. Mourinho est un autre.

Une coupe de cheveux pour partir à la guerre

Sa « philosophie » , comme il disait avant le Mou, ce n’était pas de la frime. C’était dire aux autres ce qu’ils doivent penser, ressentir et décider. Rui Faria, son adjoint, la connaît par cœur : « Quand c’est nécessaire, il transmet du stress, de la pression, de l’exigence... Mais en même temps à l’intérieur de lui, il est tranquille et analyse tout ce qu’il se passe autour. C’est ce qu’il appelle "l’intelligence émotionnelle" : transformer en comportement réel les exigences d’agressivité, de tension, tout en restant très calme et posé dans ses analyses et ses observations. » Alors cette saison quand vient la campagne d’automne, qu’il faut transmettre à ses joueurs une mentalité de légionnaire, qu’il faut renoncer aux compromis et livrer son âme au combat hivernal, l’ex-Special One fait comme en juillet 2006 et en février 2012. Le 25 novembre dernier, le général se rase la tête pour ressembler à ses soldats. Mais la vieille recette ne prend pas. Cette fois-ci son armée perd deux matchs et sa défense est enfoncée 7 fois en 3 matchs. En vouloir au hasard, aux accidents, aux autres c’est trop facile. Ses équipes pensent, respirent, vivent comme lui parce que ses joueurs et lui ne font qu’un. En devenant le Happy One, un homme qui cherche le bonheur et la stabilité, le Special est redevenu normal. Son équipe aussi.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

MaxChampagne Niveau : DHR
Guardiola l'a rendu humain !
Ulysse est bien rentré à Itaque, Moise est arrivé en Terre Promise, par contre le pauvre Magellan s'est fait dézingué aux Philippines, il est jamais revenu.

Voilà Voilà, juste pour la ramener :)
Oh, un article de Thibaud Leplat sur José ! Ça ne fait juste que le 3365e, mais ça faisait longtemps qu'on n'en avait pas eu un. Me voilà rassuré !
Note : 16
en même temps, ça fait à peine quatre mois qu'il est là, il travaille, son équipe progresse, et est à cinq petits points d'un Arsenal pourtant stratosphérique pour le moment. C'est peut-être un peu tôt pour faire le bilan... et surtout, la comparaison avec 2004.

d'autant que les phrases que vous citez correspondent bien au Mourinho de toujours, celui qui parle beaucoup pour éviter qu'on parle de ses joueurs : il justifie les buts encaissés, sans pointer du doigt tel ou tel joueur, parce que ce qu'il a à dire, il le dit pas à travers la presse, mais en vrai.

l'assise défensive n'est plus la même, mais je ne sais pas si vous avez remarqué, Terry et Essien ont pris huit ans. L'animation offensive n'est pas la même, mais aussi parce que Duff et Robben n'avaient à l'époque rien à voir avec Hazard, Mata, Schurrle et consorts : de purs ailiers utilisés en pistons et organisés autour d'un tueur et d'un milieu attiré par le but, contre des créateurs excentrés autour d'un avant-centre chargé de compenser...

C'est dommage, parce qu'à vous concentrer sur l'aspect "people", vous négligez autant l'aspect tactique qu'Eurosport.fr ; si on est parfois durs, c'est parce qu'on attend mieux ici.
En attendant Chelsea est 4e a 5 points du 1er et c'est la 2e meilleure defense ex-aequo en Angleterre, 5e meilleure attaque (OK loin derriere les 4 premiers), 1er de son groupe en LdC (OK, avec 2 defaites degueulasses contre Bale) mais 11 buts marques pour 3 encaisses.

Bon dans le jeu c'est sur que c'est plus la meme mais Terry n'a plus le meme age, Lampard et Cech non plus. S'il arrivait a faire revivre Torres de ses cendres, ses problemes se regleraient simplement...
laudrup all night Niveau : Loisir
le com' de ouam, en basket, on appelle ça un cake.
DanielToscanSéplanté Niveau : Loisir
"C'est dommage, parce qu'à vous concentrer sur l'aspect "people", vous négligez autant l'aspect tactique qu'Eurosport.fr ; si on est parfois durs, c'est parce qu'on attend mieux ici."

Ça se voit que tu n'y connait rien, nous ici on sait que c'est depuis qu'il c'est fait son foutu tatouage au poignet que ses résultat on baisser.
PFFFF ce qui faut pas entendre.
DoucementAvecLaCristaline Niveau : National
Et un cake, en proctologie, on appelle ça de la merde*.

cela dit, ça veut dire quoi un "cake" en basket? Un bon commentaire très pertinent?

l'assise défensive n'est plus la même, mais je ne sais pas si vous avez remarqué, Terry et Essien ont pris huit ans. L'animation offensive n'est pas la même, mais aussi parce que Duff et Robben n'avaient à l'époque rien à voir avec Hazard, Mata, Schurrle et consorts : de purs ailiers utilisés en pistons et organisés autour d'un tueur et d'un milieu attiré par le but, contre des créateurs excentrés autour d'un avant-centre chargé de compenser...


A t'entendre parler, on a l'impression qu'il entraine un Fc Basel ! Le mec a sous la main un effective pléthorique (pratiquement 3 équipe, et un nombre incalculable de probabilités pour composer). après, on vient pas déploré la blessure de Terry ou la méforme de Lampard !
Et désolé si je trouve que, sur le papier, l'effectif actuel (avant centre mise à part) est 3 fois mieux que celui de 2004 (putain* Hazard, Mata, Willian, Oscar...), toujours avec un jeux si dégueulasse, statique et prévisible (bordel même avec Benitez s'a joué mieux).
laudrup all night Niveau : Loisir
Message posté par DoucementAvecLaCristaline
Et un cake, en proctologie, on appelle ça de la merde*.

cela dit, ça veut dire quoi un "cake" en basket? Un bon commentaire très pertinent?


ça veut dire un block, une bâche, un contre... un truc sec et spectaculaire qui remet l'adversaire à sa place (ici, l'auteur de l'article).
Message posté par ouam
en même temps, ça fait à peine quatre mois qu'il est là, il travaille, son équipe progresse, et est à cinq petits points d'un Arsenal pourtant stratosphérique pour le moment. C'est peut-être un peu tôt pour faire le bilan... et surtout, la comparaison avec 2004.

d'autant que les phrases que vous citez correspondent bien au Mourinho de toujours, celui qui parle beaucoup pour éviter qu'on parle de ses joueurs : il justifie les buts encaissés, sans pointer du doigt tel ou tel joueur, parce que ce qu'il a à dire, il le dit pas à travers la presse, mais en vrai.

l'assise défensive n'est plus la même, mais je ne sais pas si vous avez remarqué, Terry et Essien ont pris huit ans. L'animation offensive n'est pas la même, mais aussi parce que Duff et Robben n'avaient à l'époque rien à voir avec Hazard, Mata, Schurrle et consorts : de purs ailiers utilisés en pistons et organisés autour d'un tueur et d'un milieu attiré par le but, contre des créateurs excentrés autour d'un avant-centre chargé de compenser...

C'est dommage, parce qu'à vous concentrer sur l'aspect "people", vous négligez autant l'aspect tactique qu'Eurosport.fr ; si on est parfois durs, c'est parce qu'on attend mieux ici.


Justement, le but de l'article est d'analyser la personnalité de Mourinho et non pas de faire une analyse tactique.

Ton commentaire est pertinente et intéressant mais, à part le deuxième paragraphe, il est plutôt hors-sujet.
Message posté par DoucementAvecLaCristaline
Et un cake, en proctologie, on appelle ça de la merde*.

cela dit, ça veut dire quoi un "cake" en basket? Un bon commentaire très pertinent?


C'est un contre!
On dit aussi une Bâche!

En gros, il concidère que son commentaire renvoi l'auteur à ces études. Alors qu'à mon avis, il développe un sujet différent.
Donc c'est pas un cake :)
Message posté par tubarao


C'est un contre!
On dit aussi une Bâche!

En gros, il concidère que son commentaire renvoi l'auteur à ces études. Alors qu'à mon avis, il développe un sujet différent.
Donc c'est pas un cake :)


aha je ne connaissais pas le terme !

tu n'as pas tort, quand tu dis que je suis hors-sujet. En fait le postulat de l'article me dérange davantage que l'article lui-même, qui va bien chercher ce qu'il veut dire. Je maintiens néanmoins qu'il est un peu tôt pour juger les changements de personnalité comme de fond de jeu, et j'ajoute que Mourinho se révèle toujours spectaculaire lorsqu'il est opposé à un ténor, mais Moyes n'est pas Fergie... pas encore du moins.
laudrup all night Niveau : Loisir
Message posté par tubarao


C'est un contre!
On dit aussi une Bâche!

En gros, il concidère que son commentaire renvoi l'auteur à ces études. Alors qu'à mon avis, il développe un sujet différent.
Donc c'est pas un cake :)


si je comprends bien, tu penses que c'est plutôt un air-ball...
LeJusticier Niveau : Ligue 2
Comme toujours la photo et le commentaire, magiques !

Par contre les bilan au bout de 4 mois, c'est comme une biographie de Jordy : ça sert à rien !
Nathan le blues belge Niveau : DHR
A voir cet article on a l'impression que Chelsea est dans la zone reléguable... Chelsea pour l'instant c'est 2 ème avec Liverpool à seulement 5 points d'un Arsenal (qui va rencontrer City et.... Chelsea ) le club est qualifié en huitième de finale de LDC contrairement à l'année passée (ok deux défaites...) et est en quart de finale de league one cup. Ensuite ok l'équipe était dégueulasse ces deux derniers matchs, mais pour être un vrai fan qui regarde tout les matchs je peux vous dire que y a vraiment une amélioration dans le jeu, Pour finir sur Mourinho; pour moi il fait tjrs du Mourinho. Juste en moins spectaculaire... mais vous inquiétez pas Chelsea surprendra tout le monde encore une fois cette année#ktbffh
Dance Crasher Niveau : CFA
Message posté par yahoo
Ulysse est bien rentré à Itaque, Moise est arrivé en Terre Promise, par contre le pauvre Magellan s'est fait dézingué aux Philippines, il est jamais revenu.

Voilà Voilà, juste pour la ramener :)


Joli!

Tu aurais pu rajouter, et l'article l'omet complètement, un mythe portugais. Celui du sébastiannisme. Je vous laisse chercher pour les plus curieux, mais celui-ci n'est jamais revenu non plus, contrairement, d'une certaine manière, à Inès de Castro, castillane couronnée déjà morte reine du Portugal... Une autre histoire, mais juste de l'histoire, aussi.
Oh les fanboys de Chelsea, il dit juste que Mourinho la joue discret cette année, et franchement c'est vrai, depuis qu'il est rentré en Angleterre il sort plus une punchline. Pour ce qui est de son équipe, je conçois que pour vous c'est du beau jeu, seulement au niveau de l'Europe c'est pas un highlight à se mettre sous la dent. Après peut-être qu'elle va faire un beau parcours on en sait rien, mais l'année dernière à cette époque le Mou avait fait 50 fois la une.

Donc pour l'instant le Mourinho il est hors radar.

Sinon les commentaires tactico-tactiques pour répondre à un article sur le style d'un personnage, c'est pas seulement hors sujet, c'est aussi puant de condescendance, surtout quand tu vois la fin genre "si on est dur c'est qu'on attend plus". Sérieux, le mec se prend pour un prof... Mais bon on dirait que pas mal de mecs se prennent pour des lumières du ballon rond.

L'article est sympa, il se prend pas au sérieux et il est un peu people, comme sofoot. Faut juste se détendre un peu.
Message posté par DIY
Oh les fanboys de Chelsea, il dit juste que Mourinho la joue discret cette année, et franchement c'est vrai, depuis qu'il est rentré en Angleterre il sort plus une punchline. Pour ce qui est de son équipe, je conçois que pour vous c'est du beau jeu, seulement au niveau de l'Europe c'est pas un highlight à se mettre sous la dent. Après peut-être qu'elle va faire un beau parcours on en sait rien, mais l'année dernière à cette époque le Mou avait fait 50 fois la une.

Donc pour l'instant le Mourinho il est hors radar.

Sinon les commentaires tactico-tactiques pour répondre à un article sur le style d'un personnage, c'est pas seulement hors sujet, c'est aussi puant de condescendance, surtout quand tu vois la fin genre "si on est dur c'est qu'on attend plus". Sérieux, le mec se prend pour un prof... Mais bon on dirait que pas mal de mecs se prennent pour des lumières du ballon rond.

L'article est sympa, il se prend pas au sérieux et il est un peu people, comme sofoot. Faut juste se détendre un peu.


suis parfaitement détendu, merci. ça va, toi ? t'as l'air énervé.
pas un fan de chelsea, pas défendu la qualité de jeu t'auras remarqué. si tu fais bien gaffe tu verras même que quelques messages plus bas je reconnais être hors-sujet, et je peux même ajouter maintenant que c'est sans doute ça le génie mourinhesque : encore maintenant, pour dire qu'il est discret dans sa com, on ne parle que de sa com, pas du jeu de son équipe.
C'est fort de déjouer l'attention comme ça, c'est une manière de protéger son effectif, c'est assez costaud ; après, c'est aussi agaçant, parce qu'une équipe entraînée par un tel coach peine à jouer correctement, ça m'intrigue, j'aimerais bien un article sur ça pour changer, et dans le paysage français ya guère qu'ici qu'on pourrait en lire un, mais non, voilà celui-là. D'où ma déception, et mon message hors-sujet. En revanche, je ne vois pas où je me proclame spécialiste, meilleur que l'auteur ou quoi ; je me contente de dire calmement ce que j'aurais aimé lire.

Mais si tu veux vraiment de la condescendance on peut t'en trouver, parce que ton commentaire, par contre, il est simplement débile et agressif. Et symptomatique d'une certaine vision du prof (t'es au lycée, c'est pour ça ? ou fan du Napoli un peu irrité ?) et de la tactique comme discipline intello prout-prout qui sert à rien.
Message posté par Dance Crasher


Joli!

Tu aurais pu rajouter, et l'article l'omet complètement, un mythe portugais. Celui du sébastiannisme. Je vous laisse chercher pour les plus curieux, mais celui-ci n'est jamais revenu non plus, contrairement, d'une certaine manière, à Inès de Castro, castillane couronnée déjà morte reine du Portugal... Une autre histoire, mais juste de l'histoire, aussi.


La bataille des trois rois, sauf que c etait pas dans bilbo le hobbit. Expedition desastreyse de Sebastan qui a sonne la fin des ambitions de grandes puissance du Portugal, du coup ils ne s en sont pas remis et on toujours "cru"-chante-mythifie- un retour de Sebastian qui en fait ne serait ni mort ni defait, mais "en attente". Un peu comme Tupac et Elvis.


A part ca, le Mou essaye juste une nouvelle technique apres avoir joue au mauvais flic pdt 5 ans et + maintenant il teste le profil "bon flic". Vu qu a Madrid le cote Starsky lui a coute le poste et qu il s est mis pour la premiere fois son vestiaire a dos, le voici transforme en Hutch. Quitte a en faire un peu trop, comme avant. Reste qu il est tjrs en course en C1/en champ'.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 23