En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 16 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Interview
  4. // Partie 1

Mourad Meghni : « J'ai un problème avec les médias »

On le croyait perdu pour le football. Après plus de deux ans de blessures et d'inactivité, Mourad Meghni s'est pourtant relancé en Algérie, sous les ordres d'Hubert Velud. Souriant et serein, l'ancien « nouveau Zidane » reçoit autour d'un diabolo citron pour faire le bilan d'une carrière décousue, entre surmédiatisation intempestive, blessures à répétition et bi-nationalité.

Modififié
Salut Mourad. Il y a encore deux mois, beaucoup de gens pensaient que tu avais arrêté ta carrière pour de bon…
Moi, à la base, c'est vraiment à cause de mes genoux que j'ai arrêté. Cela faisait deux ans que je n'avais pas joué. Pas un match, rien. Après mon passage au Qatar, je suis revenu en France. J'ai recommencé à jouer au foot avec des amis, puis je me suis inscrit au club de futsal de Champs-sur-Marne, qui est dirigé par mon frère Saïd. J'ai fait trois mois et ça m'a plu. Mes genoux tenaient, ça m'a rassuré.

Tu as fait valoir ta technique ?
Oui, mais le futsal, c'est autre chose, c'est complètement différent. C'est super tactique, les gens n'imaginent pas. J'aimais bien la discipline, mais le fait d'avoir repris le futsal m'a encore mieux fait comprendre à quel point le foot à onze me manquait. Quand le club sportif constantinois m'a appelé, je me suis dit que ça pouvait être une bonne idée de retenter ma chance.

Comment se sont passées les négociations ?
Les dirigeants ont vu que j'avais repris le football en salle et ils voulaient savoir quel était mon état d'esprit. Ils ne savaient pas si je voulais reprendre ma carrière. Moi, ça faisait déjà longtemps que j'étais retiré, personne n'avait mon numéro. Ils ont réussi à parler à mon frère par l'intermédiaire d'un agent qu'on connaissait, et ils sont remontés à moi. Au début, il y avait aussi le Mouloudia d'Alger qui me voulait, mais ils n'étaient pas très sérieux. C'était en mode « On te rappelle demain, il n'y a pas de problèmes » , mais ils ne te rappellent pas. Derrière, ils t'expliquent qu'il faut d'abord qu'ils parlent avec le directeur sportif et le président. C'était pas clair. Avec Constantine, au contraire, tout était net et précis, du début à la fin.

Pour toi, c'est un retour aux sources…
Oui, mon père est algérien. Ma mère est portugaise. Jusqu'à mes dix ans, je venais tout le temps en vacances, dans un petit village à côté d'Alger. Je me suis toujours senti très lié à l'Algérie, mais aussi au Portugal. On allait dans un des deux pays tous les étés. Après 1994, quand l'Algérie a connu beaucoup de problèmes avec le terrorisme, on a commencé à privilégier le Portugal (rires).

Entre deux voyages, tu grandis à Champs-sur-Marne. C'était comment ?
C'était bien, je vivais dans un petit quartier assez tranquille. On traînait entre copains, comme tous les jeunes. On faisait du foot et c'est tout, il n'y avait que ça à faire. Dès que tu mettais la tête dehors il y avait un ballon qui traînait, ça jouait au foot tout le temps. Mais depuis que je suis rentré il y a deux ans, j'ai remarqué que les jeunes font un petit peu moins de foot qu'avant. Ils sont plus sur leurs portables.

Tu as longtemps été considéré comme un prodige. À quel moment as-tu compris que tu étais plus doué que la moyenne ?
Au début, j'étais juste content de bien jouer, comme tous les enfants. Je me suis vraiment rendu compte que ça devenait sérieux en intégrant Clairefontaine. J'avais 13 ans. Quand tu commences à aller en équipe de France, forcément ça devient sérieux. J'ai passé trois ans là-bas, de très belles années, qui m'ont beaucoup fait progresser. L'ambiance était bonne. On est 25 joueurs à vivre ensemble 24h/24, donc forcément des amitiés se créent. Dans ma génération, il y avait Jacques Faty, Damien Perquis, Jean Calvé, Mickaël Fabre. Il y avait aussi Ludovic Sylvestre, qui a joué au Barça, il était super doué. On avait une très belle génération, mais malheureusement, tout le monde n'est pas sorti professionnel. Peu de joueurs ont vraiment percé.

Tu étais le leader de cette génération. Tu as été le premier d'une longue liste de « nouveaux Zidane » , bientôt rejoint par Meriem, Gourcuff ou Ben Arfa…
Je pense que ça a toujours été là. Avant Zidane, les médias ont passé leur temps à chercher le nouveau Platini. Mais moi, c'est vrai que ça m'a marqué. Et ça m'a vite fatigué, cette histoire.

De ton côté, tu t'identifiais à Zidane ou pas du tout ?
Je vais pas mentir, un peu quand même. Il y avait forcément des similitudes. J'étais le numéro 10 de l'équipe de France des moins de 16 ans. On avait les mêmes origines, le même poste, des qualités plus techniques que physiques. On en rigolait entre joueurs. Ils m'appelaient Zizou, mais c'était entre nous. Forcément, j'étais flatté. J'étais jeune. On te promet une belle carrière. Mais d'un autre côté, je ne me suis jamais trop enflammé. Tout le temps, je me répétais qu'il n'y avait rien de fait encore. Tant que je n'avais pas joué en pro, pour moi, les compliments ne valaient rien.

Quand est-ce que les médias ont commencé à te rabâcher cette comparaison ?
Aussi loin que je me souvienne, c'est quand j'ai signé à Bologne, en 2000. Les médias ont commencé à en faire tout un flan. L'année d'avant, il y avait eu Jérémie Aliadière qui avait signé à Arsenal. Les journaux disaient que les clubs étrangers pillaient la formation française, que les jeunes talents se barraient. Quand je suis parti moi aussi, ça a été la goutte qui a fait déborder le vase (rires). À partir de là, j'ai très vite été médiatisé. Encore aujourd'hui, on écrit dans chaque article « l'ancien nouveau Zidane » , il n'y a rien qui m'énerve plus. J'ai jamais rien demandé.

Comment on résiste à une telle pression à seulement seize ans ?
Je suis resté moi-même. J'essayais de ne pas trop faire attention. À la base, je suis quelqu'un de plutôt réservé. Dans ma famille, on est comme ça, des gens très simples avec les pieds sur terre. Au bout d'un moment, je ne me prenais plus la tête. Qu'on m'appelle Zizou, qu'on me compare, je n'y pouvais rien. Je me suis dit que l'étiquette était là et que je ne pouvais plus l'enlever. Tant pis.

Un an après, les attentes et la pression à ton égard ont encore augmenté après le titre de champions du monde des moins de 17 ans…
Cela a beaucoup joué, c'est vrai. Cela faisait longtemps que l'équipe de France n'avait pas gagné de titre. Aussi loin que je me souvienne, c'est vraiment à partir de là que les médias ont commencé à s'intéresser aux jeunes footballeurs, et à les médiatiser.

Il y a eu ce fameux documentaire Champions du monde, diffusé sur France 5…
Pour moi, c'est un mauvais souvenir. C'est un reportage qui m'a vraiment fait du mal.

Explique-nous…
France Télévisions a voulu suivre les 17 joueurs champions du monde. Pendant toute une année, ils nous filmaient en train de vivre avec nos familles. Au final, ils ont décidé de ne garder au montage que trois d'entre nous : Jacques Faty, Mickaël Fabre et moi. À ce moment, j'étais en pleine renégociation de contrat avec Bologne, et Tigana me voulait à Fulham. Cela les a visiblement intéressés. En plus, j'étais le seul à jouer avec les pros à l'époque. Faty, lui, s'occupait de son mariage, il était en couple avec une Libanaise de confession musulmane. Sa mère est chrétienne, pour les médias ça faisait une belle histoire de famille. Fabre, lui, avait des problèmes avec la Fiorentina. Ils se sont dit que c'était un bon trio pour faire de l'audience.

Qu'est-ce qui t'a blessé, alors ?
Ils m'ont fait passer pour un mec qui ne s'intéressait qu'à l'argent. C'est vraiment à des années-lumière de ce que je suis réellement. Mais encore, si j'étais le seul concerné, ça irait. Seulement, ils ont aussi fait passer ma famille pour des gens intéressés. La journaliste (Véronique Houth, ndlr) qui faisait le reportage n'a reculé devant rien. Ma mère lui parlait très souvent, et forcément, elle s'ouvrait, elle ne se méfiait pas. À l'époque, elle travaillait comme femme de ménage dans un hôtel de luxe à Paris, le Georges V, et elle voyait souvent les stars. À un moment, elle parle à la dame, hors caméra : « Moi, c'est mon rêve, si mon fils un jour gagne beaucoup d'argent, j'arrête de travailler. » La journaliste, elle lui dit quoi? Elle dit à ma mère de venir avec elle faire un tour en ville. En mode : « Je voudrais que vous veniez avec nous pour faire les magasins, vous avez la même corpulence que ma mère et je voudrais lui acheter un manteau de fourrure avant de rentrer en France. » Ma mère lui dit non. À l'époque, elle pouvait pas trop marcher, elle était fatiguée. L'autre insiste, elle lui dit qu'elle va l'amener en voiture. Tout ça pendant que je suis à l'entraînement. Donc finalement, ma mère y va pour rendre service. Forcément, quand elle met le manteau, elle se regarde dans le miroir, et à ce moment, bien sûr, ils l'ont filmée. Au final, quand tu vois le documentaire, il présente ça comme si elle allait faire les magasins en mon absence.


C'est pas très classe de leur part, mais il y a aussi ce moment bizarre où tu insultes un vieux…
Attends, ils ont tout filmé pendant un an, des repas en famille, des après-midi entre amis ! Pendant un an ! Et ce qu'ils ont décidé de passer à la fin, c'est ce moment où on tourne dans un parking avec des potes pour trouver une place, ça fait une heure qu'on cherche. Et là, il y a un vieux qui nous grille la place alors qu'on attendait. Il y a une insulte qui part, et on retient que ça. Les petits banlieusards. Encore aujourd'hui, on m'en parle : « Eh, je me souviens de toi quand tu passais le permis, quand ton frère il t'insultait. » Faut comprendre comment tout ça est fait : je roulais, ils nous mettent un micro, ils nous filment de loin. Au bout d'un moment, tu as 17 ans, tu oublies que t'es enregistré. Et puis même quand tu percutes, tu te dis qu'ils vont pas passer ça, c'est trop nul. Et si, finalement, ils ne passent que ça. Tu es jeune, tu ne fais pas attention, tu te fais piéger. Depuis ce moment, j'ai vraiment un problème avec les médias. Entre les comparaisons avec Zidane et ce reportage à la con, c'était trop pour moi.

Signer à Bologne, à l'étranger, c'était un moyen de t'évader, d'échapper à la pression ?
Non pas vraiment. J'ai signé à Bologne, car à la base, j'avais signé un contrat de non-sollicitation quand je suis rentré à Clairefontaine. Je ne pouvais signer dans aucun club français, excepté Cannes. Mais à la fin de mes trois années à Clairefontaine, Cannes était en train de couler. Le club n'avait plus rien, ils étaient descendus, ils n'étaient même pas sûrs de pouvoir garder leur centre de formation. Moi, en attendant, j'avais beaucoup progressé, et je ne voulais pas avoir fait trois ans de formation pour rien. C'était le début de ma carrière, je voulais faire le bon choix. Ma seule solution, c'était de signer à l'étranger. Il y avait quelques clubs comme le Milan AC qui s'intéressaient, mais j'ai choisi Bologne. Je me suis dit que c'était un petit club où j'aurais ma chance. L'Italie m'attirait à ce moment-là, à l'époque c'était le meilleur championnat.

Tu n'as pas eu à regretter ce choix au final...
Bologne, c'est mon club de cœur. Je n'oublierai jamais. Quand j'y retourne, ça me fait toujours de l'effet. J'ai grandi là-bas. C'était mon premier club, mes premiers pas en tant que professionnel. Quand je suis arrivé, on a directement gagné le championnat avec les jeunes, ce qui n'arrivait pas depuis les années Mancini. C'était le dernier titre qu'ils avaient remporté. Après notre victoire, j'ai intégré le groupe pro. Ensuite, j'ai passé dix ans en Italie, ce n'est pas rien. Cela ne s'oublie pas. J'ai fait pratiquement toute ma carrière là-bas, je suis très lié au pays et à la région.

Il y a des gens qui ont compté à tes débuts ?
Mon entraîneur chez les jeunes, Stefano Pioli. Aujourd'hui, il entraîne la Lazio. Il parlait un peu français, donc il m'a bien aidé pour la langue. À Bologne, il y avait beaucoup de jeunes joueurs étrangers, on était un peu seuls, loin de nos familles. Donc lui nous a pris sous son aile, parfois il nous amenait manger chez ses parents, on passait des week-ends chez lui. Franchement, c'était très cool. Et puis il m'a beaucoup appris sur le football. À Clairefontaine, on jouait tout le temps en 4-3-3, c'était toujours la même chose. Là, tu arrives en Italie, dans un championnat très tactique. Il fallait s'adapter et il m'a beaucoup aidé.

Quel est ton meilleur souvenir en match ?
C'est difficile à dire… Je dirais mon premier match de Serie A contre Milan. Il y a un match qui m'a marqué aussi, c'était contre Rome la deuxième année, je mets deux buts et on gagne 3-1. Rudi Völler se fait virer à la fin de la rencontre. C'était en 2003. J'ai réussi à m'imposer en tant que titulaire dans l'équipe ; j'étais le seul jeune à y arriver. En Italie, c'était rare, surtout à l'époque. Il y avait De Rossi, moi, et après, il y a eu Aquilani ou Montolivo. Mais c'était rare de voir des jeunes titulaires. J'étais fier de ce que je faisais.

Pourquoi tu es prêté à Sochaux alors ?
Cette année-là, on descend en Serie B. Je ne sais même pas comment. Jusqu'en mars, on se battait pour la Ligue Europa et puis soudain, de mars à mai, on ne gagne plus un match. On fait quelques matchs nuls et on arrive 18e ex-aequo avec Parme. Il y a donc des matchs de barrage. On gagne 1-0 là bas et on perd 2-1 chez nous. On descend. À cette époque-là, je ne me sentais pas prêt à partir du club, mais il y a l'entourage qui pèse. Ma famille, mes amis, mon agent, ils ont pas arrêté de me dire : « Non, il ne faut pas que tu joues en Serie B, tu commences à progresser, faut que tu restes en Serie A ou que tu reviennes en France. » Mon coach chez les espoirs, Raymond Domenech, me disait lui aussi de revenir en Ligue 1. Domenech, il m'aimait beaucoup. Il pensait que je pouvais atteindre le très haut niveau, il m'a conseillé de revenir en France pour me montrer.

Il avait vu ça dans les cartes ?
Non (rires). Mais franchement, j'ai eu une bonne expérience avec lui, j'écoutais ses conseils. On a fait le tournoi de Toulon ensemble, ça s'était super bien passé. Je peux pas dire que je le connais bien, mais c'était un gars qui laissait beaucoup de liberté aux joueurs, il nous parlait beaucoup. Après, je sais qu'il y a beaucoup de joueurs et d'anciens espoirs qui n'ont rien gagné sous sa tutelle et qui lui en veulent. Je sais qu'il a pas forcément laissé une superbe image auprès de ces jeunes générations, notamment celle de Mexès. Mais en ce qui me concerne, je n'ai jamais eu de problèmes avec lui, on s'est toujours plutôt bien entendus. C'est quelqu'un de très intelligent, mais son passage en équipe de France l'a desservi. Selon moi, c'est surtout sa communication qui a posé problème. Avec les Espoirs, il n'avait pas ce genre de soucis à gérer, on n'était pas autant sollicités.

À suivre, demain, la deuxième partie de l'interview...

Propos recueillis par Christophe Gleizes, à Constantine (Algérie)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 11:48 280€ à gagner avec Naples & Dortmund - Tottenham
Hier à 16:01 Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 3 Hier à 15:12 Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 Hier à 14:16 Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 22 Hier à 12:10 Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 13
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:59 Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 26 Hier à 09:19 Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 14 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 13 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 17 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 50 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 46 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 21 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30 mercredi 25 octobre Un gamin de 10 ans parcourt 500 kilomètres en avion pour s'entraîner 7 mercredi 25 octobre FPF : une amende record de 45 millions d’euros pour QPR 23 mercredi 25 octobre Les fans de Crystal Palace refusent le maillot de Pape Souaré 11 mercredi 25 octobre Un joueur ultra-rapide en D1 indonésienne 25 mercredi 25 octobre Affaire Anne Frank : des ultras d'Ascoli boycottent la minute de silence 77