Mosley au secours de Terry

Modififié
0 0
En scandale, l'ancien président de la FIA (Formula 1 International Association) Max Mosley est un crack. Son trip sado-maso sur fond de camp de concentration avait fait les gros titres, en novembre 2008, de News of the World, le respectable journal à l'origine du scandale John Terry.

Solidaire avec son compatriote, Mosley aimerait bien que la loi change, histoire que chaque dossier de la vie privée des vedettes reste sous-terre : « La demande originale de l'injonction de Terry s'est faite en l'absence du deuxième interlocuteur parce que Terry ne savait tout simplement pas qu'il s'agissait de News of the World. C'est pourquoi je trouve important qu'il y ait une obligation envers les éditeurs d'avertir l'intéressé. Peut-être, que dans ce cas, on aurait pu entendre une histoire moins vague que celle qui est sortie » .

Mosley finit sa tirade en jouant l'innocent : « Je n'arrive pas à comprendre pourquoi le public s'intéresse à savoir si John Terry a eu une relation avec quelqu'un, et si c'est le cas, avec qui. Ce que les personnes ont tendance à sous-estimer, c'est l'effet terrible de ce genre d'histoires sur les familles et les proches » .

Et sur Wayne Bridge ?

RB
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Materazzi refait la leçon
0 0