Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // FC Barcelone/Real Majorque

Mortels transferts

Il est beau, intelligent, élégant, doué, malin, cultivé. Encensé même par les supporters du Real Madrid, Josep Guardiola, l'entraineur du Barça, n'a qu'un défaut mais il est de taille : il ne sait ni acheter, ni vendre.

Modififié
A seulement 39 ans, Pep Guardiola a déjà tout gagné. Les six titres majeurs qu'un club de football européen peut remporter, il les a empochés en une saison, sa première sur un banc. Il est le plus jeune l'entraineur à avoir remporté la C1, le seul de l'histoire du Barça à s'être imposé deux fois de suite sur la pelouse du Real et en trois saisons avec les Blaugranas, il a perdu moins de dix matchs toutes compétitions confondues. Voilà pour le CV. Ces succès lui permettent encore de masquer sa principale tare ; car oui, à l'heure de signer les nouveaux contrats et les bons de sortie, Pep est une pipe.

A sa prise de fonction à l'été 2008, Guardiola décide de faire le ménage dans l'effectif et de se débarrasser d'un coup d'un seul de Ronaldinho, Deco et Eto'o, les hommes forts de son prédécesseur Frank Rijkaard. Les deux premiers colis sont livrés à Milan et à Chelsea mais le Camerounais, (Eto'o) fils préféré de Laporta, fait le forcing pour rester. Guardiola lui explique que son avant-centre pour la saison s'appellera Thierry Henry et que lui jouera surtout assis. Parallèlement, le disciple de Cruyff fait de Alexander Hleb sa priorité pour le milieu de terrain. 18 millions d'euros plus tard, le Biélorusse débarque au Camp Nou en laissant son football à Highbury. Samuel Eto'o termine la saison en meilleur buteur du club tandis que Hleb ne joue que cinq matchs en tant que titulaire. En défense, Guardiola avait fait venir de Huelva l'Uruguayen Martin Caceres, qui jouera à peine plus que l'ancien Gunner. Apparemment, Guardiola a du nez.

C'est lors de la saison suivante que Pep réussit à se débarrasser d'Eto'o lors d'une transaction qui voit Zlatan Ibrahimovic poser ses valises à Barcelone tandis que le Lion Indomptable fait le chemin inverse et se pose à l'Inter. En plus de son buteur africain, Pep lâche 50 millions pour le Suédois. Neuf mois plus tard, Eto'o remporte sa troisième C1 en Italie, Ibra termine sur le banc avant que le Milan AC ne paye 24 millions d'euros pour en faire son nouvel attaquant. Toujours dans une logique de signer un joueur d'attaque plus un joueur en défense, le coach barcelonais impose contre vents et marées un jeune Ukrainien de 21 ans. Dmitro Chygrynskiy est vendu 25 millions par son club du Shakhtar Donetsk. Un destin semblable à celui de Zlatan, un peu moins de matchs joués, et un retour en Ukraine la saison qui suit pour 15 millions. En six mois à peine, Pep Guardiola vient de gâcher 35 millions d'euros dans un pays en pleine crise économique. Bien vu.

Tout juste nommé président du FC Barcelone, Sandro Rosell se voit dans l'obligation d'équilibrer les comptes. Yaya Touré, dont le statut de titulaire s'est effondré au profit de Sergio Busquets, quitte la Catalogne pour 30 millions direction les pigeons de City. L'entraineur catalan refuse la révélation allemande Özil (qui partira quelques jours plus tard au Real Madrid) mais donne le feu vert pour la venue de Javier Mascherano. Le capitaine de l'Argentine quitte Liverpool pour 24 millions d'euros (dont 4 payés par le joueur, qui tient absolument à jouer au Barça). Depuis le début de la saison, le dernier transfert en date de Guardiola n'a joué que deux matchs, pour un bilan d'une défaite et un nul.


Si Guardiola ne s'est jamais trompé au moment de faire confiance aux jeunes de la cantera (Busquets et Pedro sont devenus champions du monde grâce à lui, Thiago, Muniesa ou Dos Santos suivront bientôt), sa politique de recrutement, Piqué excepté, s'est révélé être un échec, à l'image de son football. Total.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
Partenaires
Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE