1. //
  2. //
  3. // Lille-Montpellier

Morgan Sanson : « L'esthétisme, on s'en fout »

Visage rayonnant de la formation française à vingt-deux ans, Morgan Sanson est aujourd’hui revenu au meilleur de son niveau après une rupture des ligaments croisés qui a pourri sa saison dernière. Entretien avec un cerveau de la nouvelle vague.

Modififié
Il y a une semaine, vous avez frappé un gros coup en battant facilement le PSG (3-0) à la Mosson. Sur le coup, on ne vous a pas sentis surpris. Pourquoi ?
Non, on n’a pas été surpris. On est conscients qu’on peut faire de belles choses. Maintenant, on savait que ce match contre Paris allait être compliqué, surtout qu’ils étaient dans une bonne période. On savait simplement que pour rivaliser un minimum avec eux, il fallait faire un super match et je pense que dans tous les secteurs du jeu, on a su être au niveau. Voilà ce qui nous a permis de gagner.

Tu es à Montpellier depuis juin 2013. Qu’est-ce que tu as trouvé dans cette ville que tu n’avais pas eu jusqu’ici ?
Quand je suis arrivé, je sortais d’une saison de Ligue 2 avec Le Mans. Forcément, la première différence a été sportive, avec un gros changement de niveau aux entraînements. Après, c’est tout le reste. Les médias, tout ça, je n’étais pas vraiment habitué. Au Mans, il n’y avait pas beaucoup de caméras. Même si Montpellier, ce n’est pas la folie, il y en a quand même un peu, surtout que j’ai signé au club un an après le titre de champion, donc tu avais ce parfum particulier. C’est ce qui m’a changé principalement, surtout qu’au moment où je suis arrivé, le coach était Jean Fernandez qui est très pointilleux.

Tu traverses une période où ton nom est de nouveau régulièrement associé à des gros clubs. Comment tu appréhendes justement cet entourage médiatique ?
Je ne fais pas beaucoup attention à ça, j’essaye de me concentrer sur moi, mes entraînements, l’objectif d’être à 100% dans la performance pour le week-end. Dans ma tête, je suis posé, tranquille.

Ton père était footballeur, ton grand-père était aussi dans le milieu, ce besoin de la performance permanente vient aussi de ton éducation ?
Mon chemin était tout tracé. Ma famille baignait dans le foot, donc naturellement, je me suis vite retrouvé avec un ballon au pied. Rapidement, c’est devenu une passion, donc j’ai eu ma première licence à cinq-six ans. Mon enfance se résume surtout à ça, finalement. Le reste, c’est un état d’esprit. Ma famille m’a toujours dit que j’avais une chance énorme d’être dans ce métier, je suis entré au Pôle Espoirs à quatorze ans et j’ai toujours eu ce message de travail, donc c’est rentré. Après, le destin, la chance, ça se provoque aussi.
« C’est du bonheur et encore plus maintenant quand on a connu la galère de ne pas jouer pendant longtemps. »
Je suis quelqu’un qui travaille beaucoup, et pour moi, c’est la seule chose qui peut payer finalement. C’est en moi, c’est logique d’être comme ça et c’est aussi pour ça que tous les matins, quand je me lève, j’ai la banane. La préparation, les séances, c’est du bonheur et encore plus maintenant quand on a connu la galère de ne pas jouer pendant longtemps. J’étais déjà un gros bosseur avant, mais, depuis, je crois que ça s’est multiplié par trois.

Cette galère, c’est cette rupture des ligaments croisés en avril 2015 qui t’a éloigné des terrains pendant de longs mois. Certains expliquent que tu as traversé une phase de dépression.
Oui, je n’ai pas peur de le dire. Le football, c’est ma passion, mon métier, ce que j’aime faire au quotidien, et cette période a logiquement été très compliquée. Quand tu sais que tu ne peux pas jouer pendant plusieurs mois, c’est frustrant, surtout que j’étais dans une bonne période. C’est un truc qui te plombe.

C’est quoi le plus dur dans ces moments ?
Le manque de compétition, et surtout de tout faire de loin. Tu regardes le match de loin, tes potes jouent, mais tu les regardes de loin aussi. Tu les croises dans le vestiaire, mais tu n’es pas avec eux sur le terrain, pas avec eux à l’hôtel, pas avec eux lors des matchs. T’es tout seul dans ton combat.

C’est aussi ce qui t’a poussé à en faire trop à un moment donné, non ?
Oui ! (Rires) Comme je ne pouvais pas courir, j’avais tendance à compenser en me musclant le haut du corps. Je mettais toute mon énergie là-dedans et à un moment, j’ai dit stop parce que je pense que j’allais changer de filière et me mettre au rugby.

Tu as consulté à l’extérieur aussi ?
J’ai été à Saint-Raphaël. Au début, j’ai relativisé. Quand tu es là, que tu vois des gens qui n’arrivent plus à marcher, qui ont eu de graves traumatismes, tu te dis que ce n’est qu’un passage compliqué, mais que, toi, tu vas remarcher et recourir.

Tu as douté de pouvoir revenir ?
Forcément, un petit peu. Il y a des blessures comme celle-ci qui sont dures à digérer. Tu ne sais pas combien de temps tu vas mettre pour retrouver ton meilleur niveau et c’est le questionnement que tu as. Tu sais que ça va revenir, mais tu ne sais pas quand. J’étais dans les délais, mais, parfois, ça met un petit coup. Tu bosses comme un fou, mais faut patienter. Il y a une période où tu sais que ça va, que tu n’as pas mal, que tu as l’air en forme, mais où tu n’es pas performant. C’est l'une des choses les plus dures que j’ai vécues.

Tu as toujours eu ce statut de petit protégé à Montpellier. Au moment de ta blessure en 2015, Rolland Courbis avait expliqué après le match que ta perte était plus importante que la défaite. Certains joueurs t’appellent « mon petit » . Comment peux-tu l’expliquer ?
Sur le moment, ce commentaire du coach m’a fait plaisir, mais je l’ai vite oublié quand j’ai eu le diagnostic. Je crois que les premiers jours, peu de personnes ont pu me faire relever la tête. Après, c’est en lisant des phrases comme ça que ça te donne de la motivation pour revenir le plus vite possible. Je suis un battant et je ne triche pas, c’est aussi pour ça que ça se passe bien, je pense. Franchement, je ne vois plus trop ce qui peut m’arrêter après cette blessure.

Ton entraîneur au Pôle Espoirs de Châteauroux, Fabrice Dubois, est réputé pour être un mentor et une brute de travail. Ce mental, ça vient aussi de là ?
Je pense que c’est en partie grâce à lui qu’on en est là, que ce soit moi ou Flo Thauvin par exemple. On a tellement encaissé à cette période qu’en arrivant au centre de formation ensuite, on était en avance sur les autres. C’était vraiment un centre de pré-formation, même mieux. C’est là que mon parcours a basculé. Je pense que sans ça, sans cette structure, cette apprentissage et sans Fabrice, je ne serais pas là aujourd’hui.

Être éloigné de sa famille aussi rapidement, tu l’as vécu comment ?
Comme tout le monde... Les premiers mois, c’est compliqué, mais on se dit que c’est des sacrifices qu’il faut parfois être prêt à faire si tu veux arriver au haut niveau. C’est une question d’habitude, mais aussi une histoire de volonté de tracer sa route.

Ton jeu assume un côté physique derrière une touche artistique. L’esthétisme, ça a toujours été important pour toi ? Denis Zanko explique souvent que tu mettais de la lumière dans le jeu quand tu entrais au MM Arena.
« Gamin, j’étais fan de Kaká et Ronaldinho. »
Gamin, j’étais fan de Kaká et Ronaldinho. J’ai essayé de m’inspirer d’eux, pareil pour Iniesta ensuite. Quand je suis arrivé au Mans au centre de formation, j’avais ce bagage technique, mais j’ai eu plusieurs discussions avec les coachs. J’avais une forme de déficit physique et je savais que si je ne passais pas ce cap, je ne pourrais pas atteindre le haut niveau. Je n’ai pas eu le choix. Avant, j’avais tendance à éviter les duels, et en quelques mois j’ai amélioré mon jeu, je l’ai durci, ce qui m’a rendu meilleur. Je suis passé d’un joueur frêle, qui voulait tout éviter, à un soldat. (Rires)

Comment on traverse cette transformation physique ?
Entre dix-sept et dix-huit ans, j’ai eu l’impression de modifier mon jeu en allant au combat. Comme si j’étais devenu un autre joueur. Je n’aimais pas ce style de jeu parce que ça ne faisait pas vrai joueur technique, ce n’était pas très esthétique. C’est là que j’ai compris que l’esthétisme, on s’en foutait. Le plus important, c’est d’être performant.

Arriver à Montpellier, c’était aussi changer de cadre de vie.
On m’avait dit que quand j’arriverais à Montpellier, ce serait complètement différent du Mans. Forcément, dans une ville comme ça, il y a des côtés qui pouvaient me faire sortir du foot. Je suis arrivé à Montpellier avec ma copine, donc j’avais déjà une situation assez stable. C’est quelque chose qui m’a permis de rester tranquille tout en profitant avec modération. C’est sûr que c’est une ville attrayante avec du monde, du beau monde, donc tu peux vite partir en vrille.

On parle souvent de l’entourage des joueurs. Comment tu as réussi à te protéger ?
Je sais où je veux aller, donc je sais que si tu commences à sortir une fois, deux fois, trois fois par semaine, au kebab, à la pizzeria, à te coucher à trois heures du matin tous les soirs, c’est impossible d’être performant sur la durée. Je l’ai compris rapidement, donc ça m’a aidé.

Les cadres du groupe t’ont aussi conseillé là-dessus ?
Oui, j’écoute beaucoup les anciens. Mais j’avais déjà la formule sur cet aspect, donc ils me conseillent plutôt sur le jeu.

Rolland Courbis t’avait aussi pris sous son aile.
Ça s’est super bien passé avec lui, c’est sûr. C’est avec lui que j’ai fait ma meilleure saison avec Montpellier, il me donnait de la confiance, j’étais sûr de ce que je faisais et il était toujours là pour moi. Frédéric Hantz, lui, est arrivé quand j’étais blessé. Il était passé par Le Mans avec Arnaud Cormier que je connaissais plus que lui. Dès que j’ai repris l’entraînement, ça s’est bien passé. J’ai eu une fin de saison dernière compliquée, donc je n’ai pas beaucoup joué, mais le coach ne voulait pas que je reprenne avec la CFA, car les contacts y sont plus durs. C’est un travail par étape.

On a l’impression que vous êtes une grande bande de potes avant tout aussi.
L’ambiance dans le vestiaire est géniale, mais c’est aussi ce qui peut nous nuire. Parfois, c’est comme si on faisait des matchs entre amis et on n’a pas forcément l’activité nécessaire. Je pense que c’est quand même une force avant tout. C’est une bande de potes, aucun joueur n'est exclu, et comme on est un groupe restreint, ça resserre les liens.

Comme lorsque Casimir Ninga s’est rompu les ligaments croisés en octobre. Il est venu en parler avec toi ?
J’ai tout de suite eu un message de soutien pour lui. Tout le monde est allé le voir à des moments différents. Moi, j’y suis allé après son opération avec Paul Lasne parce qu’on était les deux du groupe à avoir connu cette blessure. On a su trouver les mots pour lui remonter le moral, on a insisté pour dire qu’on était là pour lui. Cette blessure nous a une nouvelle fois fait comprendre que notre groupe était hyper uni.

Ton rêve, au départ, était de jouer en Ligue 1. Tu parles maintenant souvent de l’Angleterre pour l’avenir. Pourquoi ?
Ce qui me plaît, c’est l’engouement autour de ce championnat. Les stades sont pleins à tous les matchs, on mange, on dort football. Ce n’est pas le seul championnat qui m’attire, mais il y a une grosse qualité globale, donc oui, ça m’attire.

Tu trouves qu’on manque de passion en France ?
Oui, bien sûr, quand tu vois que c’est souvent vide dans les stades... Dans ces cas-là, il faut remercier ceux qui viennent, mais c’est frustrant parfois, surtout quand tu vois les stades qu’il y a en France. Tous les joueurs rêvent de jouer dans un stade plein à 90, 100%. Là, Montpellier va quitter la Mosson dans les prochaines années et c’est une bonne nouvelle. On en a parlé entre nous. Là, il y a souvent eu des problèmes, mais le changement de stade est positif pour le club.

Propos recueillis par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

"Tous les joueurs rêvent de jouer dans un stade plein à 90, 100%"

Cela appuie l discours que j'ai depuis ds années. Il n' y a pas qu'une question d'argent. Il y a une question d'émulation, de compétitivité dans le jeu qui produit de la passion.
Et je reste toujours persuadé qu'à salaire égal, un mec qui a le choix entre, au hasard, Bordeaux, la Fiorentina, Villareal, Monchengladbach ou Southampton, le club Français est en dernière ou au mieux avant dernière position.
comment c'est loin Niveau : CFA
Complètement d'accord, et je rajoute qu'à salaire égal un joueur choisira l'espagne à l'angleterre pour le climat !

C'est une notion qu'on n'évoque pas souvent mais si tu gagnes beaucoup d'Argent et que tu peux te choisir un endroit chaud où le soleil resplendit, tu n'hésites pas longtemps je pense.
1 réponse à ce commentaire.
comment c'est loin Niveau : CFA
Super joueur, déjà Au mans on voyait le potentiel du mec.
Il se baladait au milieu, il a tout pour réussir et d'après l'interview il est patient et travailleur.
Sans cette blessure, je reste convaincu qu'il ne serait déjà plus à Montpellier tant il a de la qualité.

Je le vois d'avantage en Espagne où Italie qu'en Angleterre par rapport à son style de jeu.

Encore un bel article sur un joueur qui revient du diable vauvert... C'est formidable...
Hier à 12:36 NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Hier à 14:54 Un match arrêté par des jets d'œufs 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 10:30 Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 29
mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67 mardi 25 juillet Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 164 mardi 25 juillet Droit de réponse "Mistral Gagnant" 33 mardi 25 juillet La praline de Castillo au Mexique 4 lundi 24 juillet Reading présente ses maillots en réalité virtuelle lundi 24 juillet Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 53 lundi 24 juillet Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26