En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 36ème journée

Montpellier y file tout droit

Victorieux 2 à 0 sur le pelouse du Stade Rennais hier soir, les joueurs de Montpellier ont fait un pas de plus vers le titre de champion de France. Toujours aussi solides, les Lillois se sont assurés une place en Ligue des Champions, tandis que Sochaux a pris un petit bol d’air.

Modififié
Paris sonne la remuntada

Qu’on le veuille ou non, le Paris Saint-Germain, en déplacement compliqué sur la pelouse de Valenciennes, avait la pression. Pour la première fois depuis la fin du mois de mars, les joueurs de Carlo Ancelotti jouaient avant Montpellier et avaient l’opportunité de recoller en tête de la Ligue 1. Avec la première place en ligne de mire, les hommes de la capitale ont bien cru offrir le titre sur un plateau d’argent aux Héraultais. Menés 2 à 0 après dix minutes de jeu après des réalisations d’Aboubakar et de Gomis, les coéquipiers de Momo Sissoko n’ont pas lâché l’affaire. Nenê réduit le score dès le quart d’heure de jeu et Maxwell, puis Matuidi sonnent la révolte parisienne juste avant la pause. Soulagés et excités comme des puces, les supporteurs de la bande à Ménez exultent et les messages « ce n’est pas fini » , « Paris va être champion » ou « Montpellier va faire nul contre Rennes, ça sent bon » fleurissent sur la toile. Jérémy Ménez et Renaud Cohade ajoutent chacun un but en seconde période. Amateur de frissons, Nasser Al-Khelaïfi triple la prime de match de 4.000 euros et s’abonne à Orange Sports, juste pour mater Rennes-Montpellier. Impressionnants offensivement, les Parisiens ont une nouvelle fois étalé leurs faiblesses défensives au Stade du Hainaut. Des errements chroniques qui pourraient coûter cher d’ici quelques jours…

Montpellier : la France forte

Les mauvaises langues diront que s’il faut être deux pour faire un bon match de football, Rennes est l’un des pires partenaires de Ligue 1. Les hédonistes eux, accompagnés par les supporteurs héraultais, diront simplement et logiquement que les « trois points » chers à tous les footballeurs étaient exactement ce que les Montpelliérains étaient venus chercher sur la pelouse du Stade Rennais. Après le pénaltygate de la semaine dernière, Souleymane Camara profite de l’une des innombrables bévues de John Boye pour ouvrir la marque et prendre sa revanche. Privés de Belhanda, les joueurs de René Girard ont pu s’appuyer sur un excellent Rémi Cabella pour s’adjuger une victoire très importante dans la course au titre. Un succès qui vaut bien un petit point mathématique : à deux journées du terme, les Montpelliérains comptent trois points d’avance sur le PSG et un goalaverage de +32 contre +30 pour les Parisiens. Rien n’est fait donc, mais les Héraultais pourraient maintenant se contenter d’un match nul lors de la réception tant attendue de Lille et d’une victoire lors de l’ultime journée à l’Abbé-Deschamps, face à l’AJ Auxerre…

Lille : la C1, c’est maintenant

C’est officiel, et c’est logique. Le week-end a été beau pour la ville de Lille qui, en plus de fêter la victoire de François Hollande au deuxième tour de la présidentielle, a décroché sa qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions au terme d’une victoire logique face au Stade Malherbe de Caen. Emmenés par un Tulio De Melo des grands soirs et par un Eden Hazard auteur de sa quinzième passe décisive de la saison, les Lillois ont pris onze points d’avance sur l’Olympique Lyonnais qui n’a plus que trois matchs à jouer. Le Grand Stade va donc connaître l’hymne de la Ligue des Champions. Reste à savoir combien de temps et avec quel effectif. Relégués à cinq points de Montpellier et à deux de Paris, les hommes de Rudi Garcia peuvent même aspirer à mieux. Mais pour ça, il faudra faire le show à la Mosson. Paris ne dirait pas non.

En bas, c’est chaud

Deux victoires dont une démonstration face à Brest, et l’AJ Auxerre s’était sorti du pétrin. Une gifle reçue à l’Abbé-Deschamps plus tard, les hommes de Jean-Guy Wallemme retrouvent sagement leur place de lanterne rouge. Menés 3 à 0 après dix minutes de jeu et un doublé de … Yoan Gouffran, les Icaunais se sont finalement inclinés 4 à 2 et comptent deux points de retard sur le premier non-relégable, Sochaux. Les Doubistes peuvent remercier Sébastien Roudet, auteur d’un but décisif à quelques minutes du terme d’une triste rencontre face à Nancy. Victorieux sur la plus courte des marges, les Sochaliens sortent de la zone rouge et comptent un petit point d’avance sur Brest et Dijon, respectivement auteurs d’un match nul face à Lyon (1-1) et Lorient (0-0). A deux journées de la fin, même Valenciennes, douzième est encore concerné par le maintien. On commencerait presque à avoir l’habitude.

Bonus :


- Si les matchs de football ne duraient que cinq minutes, Bordeaux serait champion de France.

- Plusieurs supporteurs de Saint-Etienne et de l’Olympique de Marseille seraient morts d’ennui devant leurs écrans hier.

- Eden Hazard est le seul joueur d’Europe - avec Messi - à compiler quinze buts ou plus et quinze passes décisives ou plus. Le fameux double-double.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:00 Coentrão casse le banc des remplaçants 9 vendredi 19 janvier L2 : Les résultats de la 22e journée 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
vendredi 19 janvier Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
À lire ensuite
Un sommet ciel et blanc