Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Ligue 1 -12e journée

Montpellier tient le rythme

Bordeaux qui gagne avec des buts de Gouffran, Brest qui signe sa première victoire, Toulouse qui double Rennes, Paris qui s'évite une crise, José Anigo qui part en repos au Nou Camp, Gourcuff qui marque. C'est définitif, la Ligue 1 a changé.

Paris, gagner sans convaincre, ça, c'est fait

Difficile de comprendre ce PSG-là. Leader avec un rythme de champion (29 points en 12 matches, sixième victoire de suite), le PSG n'a toujours pas dominé une rencontre durant 90 minutes. Contre Caen, les Parisiens en ont collé quatre dans le buffet des Normands. Un stade Malherbe réduit à dix dès la vingtième, et qui a quand même trouvé le temps d'en planter deux à un Sirigu aux fraises sur les sorties aériennes. Avec un Pastore encore absent - mais auteur d'un but d'une telle classe - c'est Nenê et Menez qui ont mené la révolte parisienne. Les ouailles d'Antoine Kombouaré sont toujours aussi séduisants offensivement, mais qu'est-ce qu'ils sont nuls défensivement. Alors de deux choses l'une. Soit les Franciliens ferment la boutique et broient l'intégralité du Royaume, soit les opérations portes ouvertes continuent et les murs vont trembler. Et sérieusement. Quoi qu'il en soit, Paname est maillot jaune. Sans forcer. Attention à la melonite aiguë.

Deschamps persiste et signe

A croire que l'OM se libère sur le terrain quand c'est le bordel en coulisses. Alors que José Anigo a fini de cracher sa haine dans la nuque de Didier Deschamps, la direction a décidé de calmer tout le monde. Pour ce faire, José est parti se rincer l'oeil au Nou Camp pour Barça-Majorque, et Didier Deschamps a reconduit son 4-4-2 à Dijon pour repartir avec les trois points (3-2). Mais que ce fut dur pour les Olympiens. Pourtant, Marseille menait 2-0 après dix minutes de jeu. Idéal pour laisser les bourguignons réaliser leur spéciale en recollant à 2-2 en deux temps, trois mouvements. Sauf que l'OM n'est pas Paris et la grande tige d'Alou Diarra place son gros crâne pour valider définitivement la victoire olympienne sur un nouveau coup de pied arrêté de Valbuena. Mine de rien, l'OM repointe son nez dans le top 10 et ne perd plus. Que demandez de plus ?

Lyon remet le couvert

Deux derbies dans la même semaine, deux victoires. Lyon a passé une fin octobre sans stress. Après leur victoire en Coupe de la Ligue à Saint-Etienne, Lyon a de nouveau scalpé son meilleur ennemi, mais cette fois à la maison, et à dix contre onze. Il aura fallu attendre les dix dernières minutes pour voir l'OL fendre Ruffier dans la longueur, mais, globalement, les Rhodaniens n'ont jamais été inquiétés par des visiteurs décidément trop naïfs. Et pour célébrer comme il se doit cette petite fête entre amis, Gourcuff avait ramené des orangeandes. Six mois après son dernier caramel, le milieu de terrain lyonnais a de nouveau goûté à la case "buteur". Sans forcer, l'OL est toujours dans la course.

Montpellier ne lâche rien


26 points, 27 buts, Montpellier ne fait plus rire. Même Olivier Giroud est devenu un avant-centre dont la chance fait partie intégrante de sa panoplie. Quand il veut centrer, l'attaquant Héraultais arrache une lucarne adverse. Dès lors, tout passe. Nancy n'a rien pu y faire, la machine montpelliéraine est bien huilée. Une puissance offensive bandante et une solidité défensive idéale. Chaque semaine, on se dit que la bonne passe des hommes de René Girard va passer. Et force est de constater que la machine a l'air solide. Même s'il est encore trop tôt pour savoir jusqu'où peut aller cette équipe, il est certain qu'il faudra compter sur eux. Dans deux semaines, Montpellier ira se frotter à l'OM. On en saura surement plus.

Lille, le coup d'arrêt

Micka Landreau peut remercier ses montants, sans eux, il serait reparti de Valenciennes avec une défaite. Dans un match où ils ont été souvent dominés, les Lillois ont arraché le nul contre les voisins du Nord (0-0) mais rentrent chez eux sans l'épaule de Basa, sorti à la sixième minute. Une sale soirée avant d'aller se coltiner un déplacement bourbier à Milan pour y affronter l'Inter en Ligue des champions. Il faudra montrer plus de conviction lors des prochaines sorties. Comme quoi, Eden Hazard ne peut pas tout faire.


Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


il y a 4 heures Paulo Bento débarqué de son club chinois 3 il y a 5 heures Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom