Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 29e journée
  3. // Ce qu'il faut retenir

Montpellier, la tête qui tourne

En difficulté au Parc des Princes, les Parisiens, tenus en échec 1-1, ont laissé leur fauteuil de leader à des Montpelliérains sauvés par Olivier Giroud. L’OM a perdu Souleymane Diawara mais a pris un point. En bas, ça se précise.

Modififié
Paris en crise d’identité

Ah ça, il doit bien se marrer, Antoine Kombouaré. Confortablement assis dans son canapé de designer en cuir de buffle, offert par le cheikh Tamim en guise de cadeau d’adieu, l’ancien entraîneur du Paris Saint-Germain a pu assister à la nouvelle anti-démonstration de son ancienne équipe. Coachée par un Carlo Ancelotti toujours aussi indécis, tantôt sapin de Noël, tantôt cactus primitif, l’équipe de la capitale a offert une bien triste prestation aux supporters muets du Parc des Princes ce dimanche. En panne d’inspiration en attaque, où les individualités étaient à la peine, Javier Pastore en tête, les Parisiens n’ont toujours pas trouvé ce liant qui fait d’une bonne équipe une grande équipe. Alors évidemment, quand il n’y a pas d’opposition en face, ça passe. Mais hier soir, le 3-5-2 bordelais, ou 5-3-2 c'est selon, a donné du fil à retordre à Carlo le crado, qui en a perdu son latin et son sens tactique. L’avantage, avec un entraîneur de renom, c’est que quand Antoine Kombouaré était pointé du doigt quand il « se cherchait encore » , Carlo Ancelotti lui, est salué pour ses « audacieuses expériences » . En attendant, Paris a perdu provisoirement son trône. Et si, visiblement, ça n’a pas l’air d’emmerder Leonardo, apparemment occupé par des colloques visant à expliquer «  pourquoi une équipe française ne gagne pas la C1  » , celui-ci pourrait changer d’avis en cas de contre-performance sur le synthétique de Nancy, la semaine prochaine.

Montpellier en champion, Giroud en costaud

Louis Nicollin se contenterait d’une huitième place. Pas Olivier Giroud. Auteur d’un but aussi beau qu’important, l’attaquant héraultais, plus que jamais meilleur buteur du championnat, a permis aux siens de se sortir d’un piège tendu par l’AS Saint-Etienne à la Mosson. Auteur de son dix-huitième but de la saison d’une superbe reprise de volée, à la 89ème d’un match dominé par son équipe, l’international français a fait bondir de joie son coach, René Girard, qui en oubliera même l’idéologie présidentielle une fois en salle de presse. En effet, fort de cette victoire « de champion » , l’entraîneur du MHSC a admis que oui, son équipe emmerderait le Paris Saint-Germain jusqu’au bout. Un rôle de poil à gratter qui devrait, a minima, mener les Héraultais vers la deuxième place et la Ligue des Champions. Off la semaine prochaine, suite au report de la rencontre face à l’Olympique de Marseille qui aura une raclée retour à préparer face au Bayern Munich, les coéquipiers de Garry Bocaly pourront donc tranquillement marabouter les Parisiens devant leur écran, le samedi 31 mars. En attendant, ils peuvent savourer. Dans les têtes, ce sont eux qui mènent aux points. Au classement, ils mènent au goal average, et c’est déjà ça.

C’est dur pour l’OM

L’OM gisait à terre depuis de longues semaines. Cruels, les joueurs de l’OGC Nice ne l’ont pas achevé. Ils lui ont juste tiré une balle dans le bras et une autre dans le genou. Pas assez solide pour y résister, celui de Souleymane Diawara a flanché lors d’un contact, et le résultat est sans appel : rupture du ligament croisé antérieur du genou droit et fin de saison pour le roc sénégalais. Pendant ce temps, les joueurs de Didier Deschamps ont beau avoir mis fin à leur série noire de sept défaites consécutives, ils ont surtout dit adieu à une éventuelle cinquième place. Relégués à neuf points de Lyon, ils vont devoir remporter la finale de la Coupe de la Ligue face à l’OL pour accrocher une place en C3. Ou alors, ils pourraient sortir la calculatrice, s’arracher au classement et espérer des résultats favorables pour que la qualification tombe comme ça dans leur besace. En attendant, les Phocéens entament une partie compliquée de leur calendrier, avec des rencontres face au Bayern Munich, Paris, Montpellier et donc l’OL. D’ailleurs, il paraît que Deschamps se tâte en Andrade et Bracigliano pour la réception des Bavarois…


En bas, ça se précise…

Et les grands gagnants du jour sont : Valenciennes, Dijon et Nancy. Dans ce monde de brutes qu’est le bas de tableau de la Ligue 1, Nordistes, Bourguignons et Lorrains ont fait la bonne opération en battant respectivement Rennes (1-0), Caen (2-0) et Brest (0-1). Avec 34 points, les joueurs de Daniel Sanchez pointent à la onzième place de l’élite et comptent six points d’avance sur Nice, premier relégable. Douzièmes et treizièmes, Nancéiens et Dijonnais, 33 points au compteur, ont également pris leurs distances avec la zone rouge. Zone dans laquelle les Auxerrois, une nouvelle fois battus ce week-end, sur la pelouse de Toulouse, sont solidement installés. En effet, avec seulement 24 points obtenus en 29 journées, les Icaunais, qui ont cinq points de retard sur Caen, font déjà figure de favoris pour la descente en Ligue 2. Le deux tickets restants pour l’enfer sont pour l’instant en possession de Sochaux et Nice. Mais attention Caen, Brest et Ajaccio n’ont pas dit leur dernier mot. D’ailleurs, l’OM n’a toujours pas validé son maintien.


Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:00 Paulo Bento débarqué de son club chinois 13 Hier à 14:23 Le nouveau coup d'éclat de René Higuita 13
Partenaires
Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
À lire ensuite
La semaine Twitter