1. //
  2. // 16ème journée

Montpellier inarrêtable

Vainqueurs 4 à 0 face à Lorient, les Montpelliérains restent solidement accrochés à leur place de leader en attendant le match du Paris Saint-Germain demain. Derrière, Lille, en déplacement compliqué à Ajaccio, s’est rassuré avant la réception de Trabzonspor. Matches nuls entre Brest et Saint-Etienne, et Dijon-Sochaux.

Modififié
0 2
Nice 2 – 0 Rennes
Buts: Monzon (15e sp) et Civelli (35e) pour l'OGCN.

Disputer un match complet sans prendre de carton rouge, ni concéder de pénalty. Un exploit nécessaire pour l’OGC Nice, pour tenter d’accrocher la première victoire de l’ère René Marsiglia. Sympas, les Rennais ont enfilé le costume du GYM, le temps d’un soir. En offrant à Monzon, un pénalty au quart d’heure de jeu, d’abord. Puis en se retrouvant à dix, peu de temps après la pause, suite à l’exclusion du défenseur breton Boye. Entre temps, Renato Civelli, archi-dominateur dans les airs ce soir, a permis aux siens de faire le break. Bien emmenés par un très bon Anthony Mounier, et aidés par la faiblesse d’un soir de la défense rennaise, les Niçois se sont offerts leur troisième victoire de la saison, et un petit bol d’air. Avec 14 points, les Azuréens, dix-huitièmes de Ligue 1, reviennent à hauteur de Valenciennes, premier non-relégable.


Montpellier 4 – 0 Lorient
Buts: Dernis (27e), Giroud (47e), Utaka (62e) et Cabella (86e)

36 buts, soit déjà deux de plus que la saison passée après 38 journées. Quinze des seize journées disputées passées sur le podium. Virtuellement six points d’avance sur un Paris Saint-Germain malade. En s’imposant en costaud 3-0 à domicile face à Lorient, le Montpellier de René Girard a prolongé un peu plus son épatant début de saison. Désormais favoris logique au titre honorifique de champion d’automne, les Héraultais ont attendu une petite demi-heure avant de lancer la machine. D’abord mis en difficulté par des Lorientais intéressants, les coéquipiers de Younes Belhanda ont ouvert le score à la 27ème minute, grâce au plat du pied droit du gaucher Dernis. Définitivement lancés dans le match, les Montpelliérains manquent de peu le break cinq minutes plus tard, par l’inévitable Giroud, donc la tête frôle le poteau droit d’Audard. Le rendez-vous pris avec le douzième but de la saison n’est reporté que de quelques minutes, puisqu’au retour des vestiaires, l’attaquant international, opportuniste, vient battre le gardien breton suite à une belle frappe de Belhanda. Toujours aussi inspiré, Giroud ne s’arrête pas là et distille une passe décisive à John Utaka, qui porte la marque à 3-0 à l’heure de jeu. Le calvaire n’est pas terminé, pour Audard qui, un peu délaissé par sa défense, se fait trouer par Cabella en toute fin de match. Chapeau, quand même, aux Lorientais, qui ne se sont jamais arrêtés de jouer pour limiter la casse. Demain, fin d’après-midi télé chez Louis Nicollin, où on aura certainement la tête du côté du Parc des Princes.

AC Ajaccio 2 – 3 Lille
Buts: Chedjou (2e csc) et Ilan (37e) pour l'ACA. Obraniak (12e), Basa (16e) et Hazard (79e sp) pour le LOSC.

A quelques jours du match décisif face à Trabzonspor en Ligue des Champions, les Lillois s’attendaient à un déplacement difficile en terre corse. Et ils avaient raison. Déjà compliqué, ce match est devenu encore plus dur lorsque dès la deuxième minute, Aurélien CHedjou marque contre son camp. Mais ce LOSC, à défaut d’être aussi flamboyant que celui de la saison passée, est solide. Dans les jambes et dans la tête. Annoncé partant car logiquement à la recherche de temps de jeu en vue de l’Euro, Ludovic Obraniak enlève une belle épine du pied de son équipe en égalisant dix minutes plus tard sur coup-franc. De retour de blessure, Marko Basa double la mise peu après le quart d’heure de jeu et met fin à une entame de match des plus rythmée. 37ème minute de jeu, Basa, encore lui, manque un contrôle et offre à Ilan un face à face avec Landreau. Le Brésilien ne se fait pas prier pour égaliser. Conscients de l’urgence de résultat avant les matches de Paris et Lyon demain, les hommes de Rudy Garcia poussent tout au long de la seconde période, mais tombent sur un bon Ochoa. Et ce, jusqu’à la 80ème minute et le « grosses couilles time » d’Eden Hazard qui, suite à une faute de Pierazzi, transforme une belle panenka, avant d’envoyer un coup-franc sur la barre, trois minutes plus tard. Au final, Lille a transpiré, mais Lille est prêt pour mercredi.

Brest - Saint-Etienne: 2-2
Buts: Roux (22e, 27e) pour Brest. Aubameyang (24e, 86e) pour l'ASSE.

Savoir faire ses lacets au bon moment. Une affaire difficile à gérer, même quand on a autant de bouteille que Jonathan Zebina. 86ème minute, le Stade Brestois mène 2-1 face à Saint-Etienne, quand une passe plutôt anodine de Grandel file jusqu’aux pieds d’Aubameyang, qui profite de l’absence de l’ancien joueur de la Juventus et de la passivité de la défense bretonne, pour pousser le ballon au fond des filets de Steeve Elana. S’en suit une grosse discussion entre les Bretons et l’arbitre, puis six minutes de temps additionnel qui se transforment en quatre, tant le climat sur la pelouse est délétère. Avant ce fait de jeu, cinq minutes de folie, entre la 22ème et la 27ème. Le temps pour Alex Dupont de retrouver son Nolan Roux, auteur d’un doublé, et pour Aubameyang d’intercaler le but de l’égalisation. Au final, le nul est mérité, même après la tentative de remake de 300 par le SB29. Ils se consoleront avec la tenue du concours Miss France dans leur ville.


Dijon - Sochaux: 0-0

Souhaiter un bon retour à Jérémie Bréchet après dix mois d’absence. S’estimer heureux, car ce bon vieux Jérémie aurait pu offrir un pénalty à Dijon. C’est à peu près tout ce qu’ont pu faire les supporteurs sochaliens ce soir. Il faut dire que la pluie n’a pas aidé. Buteur de la tête au quart d’heure de jeu, le Sochalien Poujol voit logiquement son pion annulé par l’arbitre, pour une position de hors-jeu. Après une demi-heure compliquée, les Dijonnais rentrent enfin dans leur match, et sollicitent Richert et son poteau droit à la 38ème minute, sur une tentative de Jovial. Pas grand chose d’autre à se mettre sous la dent en première période. En seconde non plus d’ailleurs, si ce n’est la nouvelle exclusion de Peybernes, qui empêche Jovial de filer au but à l’entrée de la surface. Le coup-franc ne donne rien, mais les Doubistes doivent passer les vingt dernières minutes en infériorité numérique. Un avantage dont les Dijonnais ne profitent pas. Un match nul et sans relief, pour deux équipes qui se talonnent toujours, dans le confortable ventre mou de Ligue 1.

Evian TG - Valenciennes: 2-1
Buts: Sorlin (25e) et Barbosa (33e) pour l'ETG. Danic (85e sp) pour le VAFC.

Héros un jour, responsable d’une défaite le lendemain. Sévèrement exclu dès le quart d’heure de jeu, le jeune Isimat-Mirin, buteur la semaine passée, a rendu la partie plus compliquée à ses partenaires. Dominateurs, les visiteurs réduits à dix ont vu le vent tourner. Toujours aussi solides, les joueurs d’Evian TG ont logiquement empoché leur quatrième victoire de la saison, la troisième consécutive, grâce à deux buts des anciens Sorlin et Barbosa en première période. Déterminés, mais limités en seconde période, les joueurs du VAFC trouvent quand même le moyen de réduire le score par Danic en toute fin de match. En vain. Les Haut-Savoyards repartent avec trois points déjà décisifs en vue du maintien.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Une saison pliée à la 16e journée... Qu'est-ce qu'il faut pas lire!!
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Le Bayern en profite
0 2