En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Montpellier (0-0)

Montpellier fait siffler le Parc

À quatre jours d'un déplacement capital à Londres, le PSG a concédé un nul sans saveur face à un bon Montpellier (0-0). Le tout avec une équipe remaniée, un gamin de 18 ans au milieu et un manque d'imagination criant. L'angoisse de l'Eurostar sera réelle.

Modififié

PSG 0-0 Montpellier



Ce n'est pas le plus élégant du championnat. Il a trente-trois ans, laisse encore quelques petits poils bruns pour entourer son sourire et aujourd'hui, il n'est qu'une doublure. Face à un PSG B, Laurent Pionnier aura finalement été le seul charme d'un après-midi sans saveur dans un Parc endormi. Décisif à plusieurs reprises devant Di María, déterminant en ouverture face à Cavani, sauveur face à Zlatan en fin de match, le gardien montpelliérain aura été le dernier rempart derrière une défense solide et un collectif intéressant malgré son manque de création. Montpellier repart donc de Paris avec un bon point (0-0). Le PSG, de son côté, n'a pas convaincu, sans trop forcer, et pourra préparer Chelsea sans courbature.

Le sourire de l'ange


C'est une affaire de mots et d'actes. Avant la rencontre, Laurent Blanc avait annoncé qu'il alignerait « un panaché » pour préparer la bataille de Londres, mais aussi pour atteindre son premier objectif de la saison. Ce n'est un secret pour personne, Paris veut mettre fin au suspense rapidement pour pouvoir se focaliser ensuite sur la Coupe d'Europe, si Europe il y a encore dans quelques jours. La mission Ligue 1 ne passe plus que par six points, et le PSG pourrait être champion dès la semaine prochaine, à Troyes, en cas de victoire cet après-midi. Blanc couche alors ses choix : un axe défensif Marquinhos-Kimpembe, Silva laissé en tribune et un cœur de jeu assuré par le trident Nkunku-Stambouli-Rabiot. Zlatan, lui, pose ses fesses sur le banc, alors que Di María effectue son retour. Montpellier, de son côté, ne change pas un système qui reste sur trois succès consécutifs. Hantz gomme seulement deux noms de son onze vainqueur face au LOSC la semaine passée (3-0) : Ellyes Skhiri est préféré à Saihi, et Yatabaré laisse sa place à Ninga. Sans peur et avec des ambitions.

Dès les premières minutes, Paris impose son souffle, et Cavani gâche deux cartouches sur des services de Maxwell. La première sur la barre, la seconde sur Pionnier. Mais le PSG affiche une fragilité semblable à celle vue la semaine dernière à Lyon. Le milieu, toujours amputé de l'ambianceur Verratti, peine à imposer son autorité et souffre face au pressing montpelliérain. Les erreurs techniques s'enchaînent, la relance est affreuse et avec plus d'envie, la Paillade pourrait faire sauter la trappe. Sauf que Paris possède dans ses rangs un soliste capable de changer le cours d'une rencontre. Pour son retour à la compétition, Ángel Di María laisse apparaître une forme physique rassurante en vue du déplacement à Chelsea et tente beaucoup. Dans les bras de Pionnier d'abord, avant de pousser le gardien montpelliérain à claquer quelques horizontales. Le PSG balbutie, n'impose pas de rythme, se repose sur Lucas et Di María pour sourire et ne rassure pas forcément. Hantz, lui, veut croire en sa chance et lance Yatabaré à la place de Dabo juste avant la pause pour passer en un 4-3-3 plus offensif. Et pourquoi pas ?

La santé avant le plaisir


D'autant qu'au retour des vestiaires, Montpellier augmente le rythme de son pressing et continue de poser des problèmes à l'animation parisienne. On sent que le tempo monte d'un cran, Paris gère tranquillement et se réveille peu avant l'heure de jeu sur un contact entre Boudebouz et Stambouli. Ryad a bien touché Benjamin, et le PSG aurait dû obtenir un penalty sur le coup. C'est le seul frisson d'une rencontre qui manque d'un atout charme. Blanc décide alors de faire sortir Ibrahimović et Pastore du banc, reposer Di María, histoire d'exciter la dernière demi-heure. L'intention est belle, mais le résultat ne varie pas, alors qu'Hantz bétonne et claque son troisième changement tactique de l'après-midi, sortant Bérigaud pour faire entrer Jamel Saihi. On sent que l'important est ailleurs, dans le fait de ne pas se blesser plutôt que dans l'envie de se faire plaisir. Zlatan rate quand même une balle de match face à Pionnier dans les derniers instants de la rencontre. Sans briller, sans joie et sans plaisir, le PSG se contentera d'un triste nul (0-0). Comme il y a trois semaines face à Lille. Comme, aussi, pour retarder l'acquisition d'un quatrième titre de champion consécutif. La bataille de Londres, elle, ne peut pas attendre. L'envie non plus.


  • Résultats et classement de Ligue 1
    Retrouvez tous les articles « Ligue 1 » ici

    Par Maxime Brigand
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 1
    Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 jeudi 18 janvier Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 jeudi 18 janvier Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17
    À lire ensuite
    Le Real Madrid explose Vigo