1. //
  2. //
  3. // Montpellier/Saint Etienne

Montpellier, beau malgré lui

Prétendants légitimes au titre, les Montpelliérains, costauds depuis le début de l’exercice 2011-2012, ont connu pour la première fois de la saison une série de deux défaites. Suffisant pour que Louis Nicollin rappelle à qui bon veut l’entendre que ni le titre, ni la C1, ne sont des objectifs du club cette saison. Mouais…

5 1
On l’a tous connu, car ce salaud qui pensait avoir foiré son DST de mathématiques mais qui ramasse 18/20 a écumé toutes les classes, toutes les générations et toutes les villes. On l’a tous connue, car cette nana canon qui disait de ces copines grosses qu’elles étaient vachement plus belles a écumé toutes les classes, toutes les générations et toutes les villes. C’est en grande partie pour cela qu’aujourd’hui, et spécialement après sa défaite surprise en Coupe de France face au GFCO Ajaccio, le Montpellier de Louis Nicollin donne à pas mal de monde une impression de déjà vu. Opposés à Saint-Etienne ce soir à la Mosson, dans un match compliqué, les Héraultais, en opération rachat, ont l’occasion de mettre la pression sur le Paris Saint-Germain qui reçoit Bordeaux demain. Souverains à domicile, les joueurs de René Girard pourraient une nouvelle fois truster les unes des quotidiens demain, malgré eux. Oui, alors qu’au sein de la maison héraultaise, il semblait que tout le monde était au diapason pour dire que la qualification en Ligue des Champions semblait être un objectif raisonnable, deux défaites de rang et un coup de gueule de Loulou semblent avoir fait retomber le soufflé.

«  Cassez-nous plus les couilles  »

Cela faisait un petit moment, que Louis Nicollin, le père protecteur, n’était pas monté au créneau. Il aura fallu une série de deux défaites, la première depuis le début de la saison, face à deux équipes largement à la portée du MHSC, pour que le patriarche refasse une apparition remarquée dans les médias. «  Pas énervé  » , après la défaite des siens face au GFCO Ajaccio, celui qui « attend ses joueurs devant Saint-Etienne » ce soir, a renfilé pour la première fois depuis un bon bout de temps le costume du petit sans grandes ambitions : «  Si on finissait 8ème, on était les plus heureux du monde. Alors cassez-nous plus les couilles avec la 2ème ou la 3ème place, avec l’Europe ou la Ligue des Champions. Ca, c’est vous qui l’inventez, nous on ne l’a jamais inventé. On est contents de finir 8èmes » . Un message classique, reçu cinq sur cinq par des joueurs qui, il faut bien le dire, commençaient logiquement et légitimement à penser à l’hymne de la Ligue des Champions.

Interviewé par L’Equipe ce samedi, Younès Belhanda, de retour de blessure, revient d’ailleurs sur ce sujet et montre qu’il a bien compris le discours de son président : « On parle beaucoup de nous depuis le début de l'année. Peut-être qu'on nous prête des ambitions trop grandes, même si on est là et que l'on ne va pas se cacher. Beaucoup de journalistes nous voient déjà en Ligue des champions. Pour un club comme Montpellier, c'est un peu dur à assumer » . Et si le discours de Louis Nicollin a de quoi agacer, il ne faut pas mal l’interpréter. Depuis le temps que le bougre est dans le métier, il a toujours su être un bon paratonnerre. Bien décidé à laisser ses joueurs préparer tranquillement le match de ce soir, il a réussi sa mission : personne ne leur a cassé les couilles depuis mercredi.

L’heure du réveil

Et pourtant, il y avait matière à. Excellents à la Mosson depuis le début de la saison, où ils ont enregistré douze victoires pour seulement un match nul et une petite défaite, les Héraultais pourraient, au détour d’une victoire ce soir face à l’AS Saint-Etienne, reprendre provisoirement le trône de la Ligue 1 au Paris Saint-Germain. Des Parisiens qui ont également un match compliqué à négocier face à Bordeaux demain, au Parc des Princes. De plus, avec dix points d’avance sur Toulouse avant ce soir, les coéquipiers d’Olivier Giroud pourraient faire un pas de plus vers la compétition dont il est interdit de prononcer le nom. Des objectifs majuscules pour une équipe qui mérite largement d’être là où elle est aujourd’hui, mais qui est également hantée par sa fin de saison dernière, qui l’a vu passer des places pour l’Europe au bas du ventre mou. L’heure est donc au réveil pour les joueurs de René Girard, s’ils veulent, même sans le dire, continuer à emmerder le PSG jusqu’aux ultimes souffles de la saison 2011-2012. Et franchement, ce serait dommage pour la plus belle fille de la classe.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Phallus Majestueux le Franc-Maçon Niveau : District
Que d'éloges pour le MHSC.. Un tel article dithyrambique, c'est bandant... Et largement mérité. Donc doublement bandant. La Paillade est grande.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
L'assistant fou de Mourinho
5 1