1. //
  2. // 37e journée
  3. // Ce qu'il faut retenir

Montpellier a fait le plus dur

Loulou Nicollin rit, Guy Roux pleure. Destins croisés pour les deux ventres du football français. Assuré de la deuxième place et très proche du titre après le but de Karim Aït-Fana hier face à Lille (1-0), Louis Nicollin est un homme heureux. Sèchement battu à Marseille (3-0), Auxerre est désormais assuré de jouer en Ligue 2 la saison prochaine. Dur pour Guy Roux.

Modififié
3 7
Chute à l’arrière, abandon pour l’AJA

«  Il y a eu une lente régression. Ca va être très difficile » . Derrière son micro Canal+, Guy Roux a mal. Assez professionnel pour s’exprimer alors que son cœur saigne, l’homme au bonnet en a gros sur la patate et pour cause. Son AJ Auxerre, en déplacement « survie » sur la pelouse du Stade Vélodrome s’incline lourdement face à l’OM (3-0) et est condamné à errer en Ligue 2 la saison prochaine. Au bord du précipice, les Icaunais ont même encaissé un but d’André-Pierre Gignac. Avec 34 points en 37 journées, les joueurs de Jean-Guy Wallemme sont donc officiellement relégués en deuxième division, et ce pour la première fois depuis 32 ans. Un énorme coup dur pour un club dont beaucoup condamnent la mauvaise gestion. Un an après s’être déplacés à Santiago Bernabeau, les joueurs de l’AJA quittent donc l’élite la tête basse, avec désormais comme seul objectif de priver Montpellier d’un sacre annoncé sur la pelouse de l’Abbé-Deschamps. En même temps, Leonardo serait prêt à faire signer Stéphane Grichting rien que pour ça.

Montpellier : un nul et c’est bon

Ils étaient là. Les dents acérées, les flèches aiguisées, prêts à se délecter du « non-match » d’un Olivier Giroud quelque peu en difficulté hier soir face à Lille. Mais l’attaquant international, après 90 minutes de courses, parfois dans le vide, avait encore les ressources pour dominer Chedjou à la course, et la lucidité pour servir Karim Aït-Fana, seul au second poteau, qui offre la victoire et peut-être le titre à Montpellier, au terme d’un match étrange à l’enjeu si important. Hier, à la Mosson, et plus généralement à Montpellier, la fête était belle, sincère, mais peut-être un peu trop grande. En effet, les Héraultais ont encore un petit pas à faire pour être champion. Une étape qu’un Louis Nicollin euphorique résume mieux que quiconque, grâce à une métaphore imagée : « Un petit nul à Auxerre, et hop, branlette espagnole ! » En même temps, comment reprocher à ces joueurs, auteurs d’un incroyable exploit, de vouloir partager cela avec les supporters ? Sincèrement émus, à l’image de Geoffrey Jourdren et de René Girard, les Montpelliérains joueront les phases de poules de la Ligue des Champions et sont costauds financièrement. «  Si on ne fait pas les cons, on est tranquille pour trois ans  » , ajoute Louis Nicollin. S’ils ne font pas les cons, les coéquipiers de Garry Bocaly sont champions de France.

Ménez + Nenê = Nénez

Ce Paris Saint-Germain-là est flamboyant. Pendant que les Montpelliérains luttaient face au LOSC, les Parisiens, la tête dans le guidon, pensaient simplement à faire le boulot face à un Stade Rennais morose. Les hommes de Carlo Ancelotti ont fait mieux. Emmenés par un duo Ménez-Nenê tout bonnement intenable, les partenaires de Salvatore Sirigu ont tranquillement récité leur partition hier soir, devant un Parc des Princes totalement conquis. Avant cette rencontre, Nenê n’avait jamais marqué face au Stade Rennais. Avant cette rencontre, Nenê n’avait pas encore inscrit de triplé en Ligue 1. Après cette rencontre, le Brésilien du Paris Saint-Germain rejoint Olivier Giroud en tête du classement des buteurs avec 21 buts au compteur, dont 18 à domicile. Costaud. Mais si Nenê a pu briller autant, c’est aussi et surtout grâce à Jérémy Ménez, auteur d’une passe décisive sublime et fauché sur l’action qui a offert un pénalty à son partenaire. Impressionnant hier, l’ancien joueur de l’AS Roma affiche une forme étincelante à un peu plus de deux semaines de l’Euro. Très encourageant.

L’incroyable remuntada de Bordeaux

Un petit miracle. 18es au soir de la 14e journée, les Girondins de Bordeaux pourraient bien disputer l’Europa League la saison prochaine. Avec 35 points pris sur la phase retour, les joueurs de Francis Gillot, vainqueurs hier de Lorient en toute fin de match, grâce à un pénalty de Yoan Gouffran, s’installent tranquillement à la cinquième place du championnat. Opportunistes, les coéquipiers de Jaroslav Plasil profitent des défaites conjuguées de Saint-Étienne à Nancy (3-2) et de Rennes à Paris (3-0), ainsi que du match nul de Toulouse sur la pelouse de Dijon (1-1). Trois équipes qui, au vu de leurs récentes performances, n’ont aucune envie de disputer la C3 la saison prochaine. Le Saint-Étienne – Bordeaux de dimanche prochain a une bonne gueule de finale de Coupe Intertoto.

En bas, c’est le bordel

La bonne victoire au bon moment. Costauds sur la pelouse de Caen hier, les joueurs du FC Sochaux ont décroché un succès crucial (1-3) sur la pelouse d’un concurrent direct pour le maintien. Une nouvelle victoire pour Eric Hély, qui, pour rappel, a récupéré un club laissé en friches par Mécha Baždarević. Avec 21 points au soir de la 26e journée et cinq de retard sur Nancy, alors premier relégable, l’affaire semblait corsée. Aujourd’hui, les Sochaliens, qui recevront l’OM dimanche pour se sauver définitivement, sont un peu plus tranquilles. Quinzièmes avec 39 points, les Doublistes possèdent un petit point d’avance sur Brest, Caen et le premier relégable Ajaccio, qui se tireront la bourre dimanche prochain. Les Caennais se déplaceront à Valenciennes, Ajaccio ira à Toulouse et Brest rendra visite à Evian. Respectivement opposés à Paris et Lyon, Lorient (39 points) et Nice (39 points) ne sont pas sauvés non plus. Une défaite couplée à une série de résultats défavorables pourrait emmener Merlus ou Aiglons en Ligue 2. Pour Dijon, qui ira à Rennes, la donne est plus simple. Une victoire ou la mort.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

feodepatchole Niveau : District
La relégation d'Auxerre pose une question: est-ce qu'ils continueront à jouer le maintien
ToreAndreFlo Niveau : District
Gary Bocaly aka Joleon Lescott
C'est vrai que la coupe de Bocaly fait bien flipper.
Un parcours d'Auxerre à la Strasbourgeoise ne m'étonnerait point.
manelmanel Niveau : DHR
J'adorerais détester Nicollin qui le mérite quand même mais je ne peux pas. Ce côté franchouillard exacerbé, cette face de gouailleur qui en fait des caisses mais à qui on est obligé de pardonner, c'est presque irrésistible. Riche à millions, Nicollin a pourtant su garder ce petit aspect prolo enraciné proche des gens, simple, ce côté province charmant de la France d'avant. Tellement à l'opposé du PSG et de ses pétrodollars.
@manelmanel,

tu vois moi c'est exactement le contraire, c'est vraiment pour ça qu'il me sort par les yeux le loulou. La simplicité, oui, mais la vulgarité, je ne peux pas.
manelmanel Niveau : DHR
@ Pandelis

Oui, je comprends que la vulgarité de Nicollin puisse rebuter.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
3 7