1. //
  2. // 4ème journée
  3. // Résumé

Money Time

L'Angleterre attaquait sa quatrième journée avec beaucoup d'espoir. Pourtant, le Rooneygate a squatté la Une des tabloïds. Dommage, on a joué au foot samedi.

Modififié
0 0
Un seul être vous manque...


Sir Alex Ferguson avait tancé son équipe après le match de Fulham où les Mancuniens avaient concédé le nul dans les arrêts de jeu (2-2). Contre Everton, les Red Devils menaient 3 buts à 1 à la 90ème minute. Tranquille. Oui mais non. En moins de 60 secondes, MU va prendre deux pions dans le buffet et concéder un nouveau nul à l'extérieur. Après 4 journées, la bande à Patrice Evra devrait –logiquement– afficher 10 points. Sauf que leur saute de concentration défensive scotche MU à 8 unités. Pourtant, même sans un Rooney laissé à la maison pour sauver son couple, MU avait de quoi faire : couble passe dec' de Nani, Vidic impérial et un Berbatov enfin saignant. Mais cela n'a pas suffi et le mental des Toffees a fait le reste... Fergie aurait aimé ramener une victoire pour son 700ème match à Manchester. Tant pis. On se demande toujours pourquoi un AVC n'a pas eu raison du corps de Gary Neville.

Le bijou inutile de Parker


Pendant ce temps, Chelsea n'a pas eu à forcer son talent dans le premier derby londonien de la saison. Une victoire (3-1) et de la marge. Après un quart d'heure de jeu, les Blues menaient déjà 2-0 à West Ham. Un avantage au score à mettre au crédit de Robert Green encore à la pêche sur le second but. Décidément, depuis le Mondial, le portier des Hammers est toujours en dépression. C'est con. Le score final n'a que peu d'importance, le seul événement notable du match viendra du pied droit de Scott Parker. Sur un renvoi de Cech, le milieu de terrain se fend d'un lob de volée en lucarne. Plaisir. Un top but en puissance. Surtout lorsqu'il s'agit du premier but encaissé par Chelsea en championnat depuis le 17 avril. Les Blues sont sur un nuage. Tout simplement. 4 matches, 4 victoires. CQFD.

La Ligue 1 en forme à l'Emirates


Depuis l'invention de Telefoot, véritable vitrine des Gunners, on a eu droit à une pléthore de reportages “exclusifs” dans les coulisses d'Arsenal. Ce n'est pas près de s'arrêter. Il faut dire que les Gunners représentent la parfaite succursale de la Ligue 1. Même les deux premiers buteurs du jour ont fait leurs armes en France. Koscielny et Chamakh. Deux recrues. Deux joueurs à forte tête. Quoi qu'il en soit, l'égalisation d'Elmander (un autre ancien pensionnaire de la Ligue 1) n'a pas perturbé la machine d'Arsène Wenger qui en plantera deux autres dans la foulée (4-1). Sans faire de bruit, Arsenal avance ses pions sur l'échiquier de la Premier League. On n'a pas fini d'en bouffer le dimanche matin.

Pat Vieira, le miraculé


Après quatre matches, on ne sait toujours ce que vaut réellement Man City. Des promesses, certes, mais les résultats ne sont pas –encore– là. Avec un Vieira titulaire-averti-buteur, Man City a buté sur la défense des Rovers. Un back four dans lequel Givet trainait sa dégaine de Néandertal. A la maison, City a concédé un pauvre match nul (1-1) et laisse déjà les gros s'échapper. C'est bien beau d'arroser la planète football avec du pognon, si c'est pour galvauder son football derrière. L'argent n'a pas d'odeur, mais ça ne sent pas la grosse équipe à City. Pour le moment.

Ben Arfa, pour rien


On attendait la première de Hatem Ben Arfa avec Newcastle. Surtout que la venue de Blackpool semblait propice aux cassages de reins. Il n'en fut rien et l'armée Orange est repartie du Nord de l'Angleterre avec les trois points (2-0). Un authentique exploit. Blackpool est quatrième du championnat. Y'a rien là ? Shame on you.
Pour le reste, Tottenham s'est emmêlé les pieds dans le tapis de WBA (1-1), Moussa Dembélé s'offre un doublé et envoie Fulham à la victoire. Enfin, Gyan Asamoah est entré en Angleterre par la grande porte avec un but. Insuffisant pour donner les trois points à Sunderland. Un miracle à la fois...

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0