1. //
  2. // Amical
  3. // France-Angleterre

Mondo Kane

Capitaine pour la première fois de sa carrière lors du déplacement en Écosse samedi, Harry Kane est définitivement devenu l'un des symboles de l'Angleterre version Southgate. Ou comment le gosse qu'il était encore il y a quelques années est devenu le poster boy recherché par la FA.

Modififié
C'est une attitude, au fond, que peu de personnes extérieures à la passion peuvent comprendre. Un espace temporel où le supporter se transforme en guetteur, comme s'il revenait au cœur des années 1980, le regard posé sur ces deux types incapables de se départager autour d'un échiquier. On ne peut probablement développer ce comportement que dans ce genre de situation : la fin d'un tournoi d'échecs – ici entre Karpov et Kasparov –, les corps qui se détendent et, au-dessus d'eux, ces visages qui se déplient pour capter le moindre signe dans les regards échangés. Jusqu'ici, ils avaient laissé les coups s'enchaîner, mais, une fois le tic-tac de la pendule devenu trop pressant, les âmes se refusant à lâcher la moindre miette de la décision finale comprennent que l'instant pour lequel ils ont payé est arrivé. Samedi, dans la chaleur d'Hampden Park, à Glasgow, cela ne pouvait se passer autrement. Comme s'il fallait forcément souffrir pour agiter une énième fois ce ballon calé entre les oreilles du supporter de foot. Harry Kane, le visage rincé comme s'il avait définitivement laissé filer l'insouciance de ses vingt-trois ans, a préféré parler d'un « dernier souffle » au bout d'un « jour unique » dans une carrière de sportif.


Cette fois encore, on pensait l'Angleterre de nouveau couchée par sa prétendue faiblesse dans son approche psychologique des événements. La calvitie bordélique de Leigh Griffiths était alors passée par là – sur deux coups francs superbes claqués avant le gong –, et l'armée de Southgate venait de se faire retourner, presque incapable d'éviter une première défaite face à l'Écosse depuis que Craig Brown avait accompagné un succès historique à Wembley en novembre 1999. Et l'aspect dramatique du foot, au moment où le script avait décidé d'atteindre le point le plus invraisemblable du scénario. Il n'y a pas toujours les mots pour décrire la vague émotionnelle traversée par un groupe, mais comme le football aime rendre l'impossible possible, Harry Kane aura donc surgi à la dernière seconde pour finir une ouverture parfaite de Raheem Sterling. Un match nul peut parfois avoir le visage d'une victoire. Un but a souvent la forme d'une réponse. Pour Kane, ce n'est finalement que la nouvelle ligne d'un parcours taillé pour être aujourd'hui brandi en exemple par ceux qui, hier encore, doutaient de sa différence.

Vidéo

Le pari et la dévotion


Comprendre la singularité d'Harry Kane, c'est avant tout revenir à ce jour où il est « devenu un homme » et replonger à Fratton Park pour s'imbiber d'une nuit, celle du 10 avril 2012, où Portsmouth recevait Millwall. Kane a alors dix-huit ans et vient de débarquer quatre mois plus tôt chez les Lions avec son pote Ryan Mason. Pour lui, c'est le deuxième prêt d'une carrière qui peine à éclater malgré une réputation déjà solide à Tottenham et une place de titulaire incontestée dans les sélections de jeunes du pays. C'est peut-être là que tout a définitivement basculé selon Joe Gallen, alors adjoint de Kenny Jackett à Millwall : « Ce soir-là, la situation était assez simple : c'était eux contre nous. Notre destin contre le leur. Harry était alors un pari à cause de son âge et parce que c'était Millwall, avec tout ce que cela implique. Le truc, c'est qu'il s'est rapidement intégré et a surtout porté, par son talent, le groupe à travers ses performances. Et, il faut savoir que les supporters de Millwall sont assez binaires : soit ils te détruisent, soit ils t'adulent. Lors de ce match à Portsmouth, où Harry a marqué le seul but de la soirée, ils ont fait de lui un héros. » Pour beaucoup, c'est au Den et à travers ces visages édentés que le destin d'Harry Kane a définitivement basculé. « Si ce match à Portsmouth a une place particulière pour lui, c'est parce qu'il a une sensibilité que certains n'auront probablement jamais. Harry aime la vie au moins autant que le foot. Ce jour-là, l'idée de la défaite lui était insupportable. Il avait compris que des mecs qui jouent au foot le faisaient, cette fois, pour sauver la vie de personnes qui sacrifient leur argent pour venir au stade. Cela suffit à prendre dix ans d'expérience en pleine tête » , complète Gallen.


Ça, c'est pour la face émergée. La semaine, dans le sud de Londres, Harry Kane est avant tout un sujet d'angoisse pour Kenny Jackett. « Il le regardait de la fenêtre de son bureau et n'arrêtait pas de criser, se marre Joe Gallen. Harry ne voulait pas quitter le terrain d'entraînement, il me demandait des exercices supplémentaires. C'était assez difficile à gérer, mais quand c'est dans ce sens-là, comment lui en vouloir ? » En réalité, le témoignage de Gallen résonne avec de nombreux autres qui ont rapidement vu le bonhomme comme une bête stakhanoviste. Il y a d'abord Kenny Swain, ancien sélectionneur des U16 anglais et un temps assistant de John Peacock à l'étage supérieur, premier membre de la FA à avoir placé Kane dans son viseur en 2010, qui aime évoquer « l'histoire d'un développement parfait » malgré le fait que l'attaquant des Spurs soit, à cette époque, plutôt utilisé en meneur de jeu derrière Wickham, Berahino et Afobe. Puis, il y a surtout les mots de Noel Blake, longtemps sélectionneur des U19 du pays, qui avait décidé d'arrêter un entraînement de la catégorie lors de la saison 2010-2011 : « C'était à West Bromwich, juste avant un match qualificatif à l'Euro 2012 où l'on a finalement été battus en demi-finale. Un moment, j'ai pris le groupe et j'ai montré Harry en exemple. Par son travail et son implication, il montrait à tout le monde qu'il n'était pas seulement là pour faire le nombre. Il était là pour montrer la voie, en s'arrachant à chaque ballon. Harry, c'est ça : une dévotion au travail qu'on ne trouve pas chez n'importe qui. »

« Harry est préparé à tout ça... »


Peut-être simplement parce qu'Harry Kane n'est pas n'importe qui, qu'il n'est pas un énième espoir survendu par un Royaume qui a longtemps pleuré une relève incapable d'assurer face aux attentes. Comme beaucoup, le fils de Pat et Kim, élevé à la sauce Tottenham dès son plus jeune âge, a dû affronter les sceptiques. Être un homme à part, c'est s'exposer. Alors, lorsqu'à la rentrée 2015, Kane marque le coup et n'empile pas les buts comme il le faisait avec justesse lors de son premier exercice complet avec les Spurs au plus haut niveau, la belle gueule a vu tomber sur lui les critiques. Peu importe, il met de côté et préfère se souvenir d'un bain de foule historique à Sydney lors d'une tournée estivale et de ses débuts chez les grands lors du mois de mars précédent. Un coup de tonnerre en soixante-dix-huit secondes pour sa première avec la sélection A, alors menée par Roy Hodgson, face à la Lituanie (4-0) et un premier but aussi rapide que prévisible. Reste qu'Harry Kane n'est pas le premier mec à planter dès sa première sélection et que Peter Taylor, son coach chez les U20 avec qui il disputa la Coupe du monde de la catégorie en 2013, n'a pas oublié un raté devenu running gag contre l'Égypte lors de cette compétition. À l'époque, Taylor lui lance alors qu'il ne « pourra jamais l'oublier à cause de ce manqué » . Puis, il y aura ce 7 février 2015 comme seconde bascule. Peter Taylor le racontait alors il y a quelques années dans les colonnes du Guardian : « Là, je l'ai vu marquer ce but sensationnel de la tête contre Arsenal. J'en ai directement parlé après la rencontre avec Trevor Brooking qui s'occupait alors du développement de la FA. Je lui ai dit : 'Putain, si Harry avait marqué ce but dix fois plus facile contre l'Égypte...' C'est génial pour lui, mais je dois dire que ça m'a surpris. »

Vidéo

Et tout s'est enchaîné avec les doutes récurrents, mais Harry Kane n'a pas flanché. Mieux, Kane est devenu un symbole, celui d'une nouvelle génération et d'une certaine idée de la fidélité qu'on pensait perdue, ce qui marque encore plus son caractère. Juste assez costaud pour enchaîner une troisième saison à plus de vingt buts en Premier League tout en accrochant cette année le titre de meilleur buteur malgré une blessure qui l'a éloigné un temps des terrains. Il est devenu ce que la FA cherchait depuis Wayne Rooney : un poster boy. Il s'est aussi imposé dans une réputation de tueur où beaucoup le considèrent aujourd'hui comme l'attaquant anglais le plus talentueux depuis Alan Shearer, tout en continuant à cumuler ses excellentes prestations à d'autres tout aussi notables sur les greens (Kane est handicap 4 au golf, ndlr), là où certains lui ont longtemps taillé le costume du coupable parfait de l'échec de la nation à l'Euro 2016. Samedi, à Glasgow, Gareth Southgate a fait de Kane le cinquième capitaine de son mandat, ce qu'il sera de nouveau contre la France mardi soir. « C'est, sans aucun doute, l'un des joueurs les plus talentueux que l'Angleterre ait eu à rencontrer depuis de nombreuses années. Je cherche des personnes avec des qualités de leader et il les a. C'est un exemple, comme Adam Lallana. Harry est préparé à tout ça, j'ai bossé avec lui chez les Espoirs et je connais sa mentalité par cœur désormais » , lâche-t-il, presque soulagé de cette réussite. La nouvelle ère est cette fois définitivement ouverte.

Par Maxime Brigand Tous propos recueillis par MB sauf mention.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article

FootixusMaximus Niveau : District
Je me pose une vraie question footballistique: G. Bale, W. Rooney, H. Kane, ... La Grand-Bretagne a-t-elle un problème de calvitie précoce?
mara donna des frissons Niveau : CFA
Ils rêveraient de se taper des coiffures à la Giroud, Pogba et Costil !
Kane a un léger début...
Bale n'en a pas (hormis un cliché qui a tourné mais bon c'est douteux).
Il n'y a que Wayne qui soit calvitié à souhait
2 réponses à ce commentaire.
trotskinou Niveau : DHR
Three season wonder !

Bel article, qui fera écho aux propos d'un commentaire qui mettait en doute le ldeadership d'un bosseur hors norme qui a fait les joies de milliers de supporters.

Il y aura toujours à redire sur ce boy, mais contrairement à beaucoup, il n'a pas la prétention de se prendre pour un Ronaldo ou un Messi, il fait avec ce qu'il a, il donne tout pour son club et son pays, et ces valeurs sont sans doute les plus belles du football!
Allez prêter une oreille à l'album de l'excellent mike patton, auquel ce brigand de brigand pompe le titre de son article. "Mondo Cane" reprises à la sauce patton de standards du folklore italien (et napolitain en particulier).
https://m.youtube.com/watch?v=zpSmSHrwgCg
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
 //  11:23  //  Aficionado del Uruguay
Note : 1
J'aurais une petite question, peut-être un peu conne pour les suiveurs assidus de football anglais ou de Tottenham (Ari, trotskinou, THFC ou d'autres...):
J'ai appris qu'Harry Kane était née de pére irlandais et que, de ce fait, il était donc catholique, cela ne pose plus aucuns probléme en Angleterre désormais de voir un capitaine de séléction aux origines irlando-catholique (je me souviens par exemple que beaucoup de joueurs catholique ayant porté la tunique des Three Lions avaient par le passé subit pas mal de méfiance, voire de défiance de la part d'une partie du public anglais: Keegan, McDermott, Gerrard, Carragher, Rooney...) ?
Question conne? Non. Question tabou.

Tu veux rallumer les guerres de religion en GB et en Europe?
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
 //  12:05  //  Aficionado del Uruguay
Note : 1
Oh la doucement, Mario ;) !

Rallumer les guerres de religion en Europe ? Trés loin de moi cette idée la, même si vos dirigeants politiques font actuellement tout le sale boulot pour le faire, c'est juste une interrogation personnelle, et on ne peut malheureusement pas nier que le clivage religieux est encore fort aux îles...
2 réponses à ce commentaire.
Kane est fort mais depuis la CdM 2014, l'Angleterre ne fait que du surplace j'ai l'impression. La domination est souvent là mais il manque toujours la petite étincelle collective, le jeu en une touche qui prend de vitesse la défense et qui fait mouche. Beaucoup trop souvent il s'en remettent au talent de Kane ou de Rooney auparavant. Peut-être qu'un passage à trois défenseurs pourrait offrir plus de dynamisme un système a pu près comme ça :

Hart
Keane-Smalling-Cahill
Walker-Henderson-Dier-Rose
Alli
Rashford-Kane

Avec en sortie de banc des joueurs pouvant apporter comme Sterling, Rooney (oui oui), Lallana,.. Ça pourrait être pas mal
J'ai l'impression que l'Angleterre a un vrai problème de sélectionneur. Une très belle équipe sur le papier mais aucun jeu produit depuis des années.

Un peu comme l'équipe de France ...
1 réponse à ce commentaire.
MathySmith Niveau : CFA2
"Il avait compris que des mecs qui jouent au foot le faisaient, cette fois, pour sauver la vie de personnes qui sacrifient leur argent pour venir au stade." J'aimerais tellement que cette phrase soit lue et entendue par tous les footballeurs professionnels, encore plus ceux qui jouent dans des grands clubs et/ou qui ont des salaires démesurés par rapport à leur rendement !
Red Devil Niveau : CFA2
Citizen Kane (ok ok je sors)
il y a 1 heure Ederson atteint d'un cancer des testicules 23
il y a 6 heures Marca annonce un accord pour Mbappé au Real Madrid 154 il y a 8 heures Droit de réponse "Mistral Gagnant" 31
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 9 heures La praline de Castillo au Mexique 1
Hier à 16:33 Reading présente ses maillots en réalité virtuelle Hier à 14:59 Entraînement arrêté à Leipzig après un pétage de plomb de Keïta 52 Hier à 14:36 Le maire de Mont-de-Marsan mange un rat à cause du PSG 26 Hier à 13:52 Quand des joueurs s'essaient aux glissades à plat ventre 6 Hier à 11:08 Ronald McDonald donne le coup d'envoi de Real-MU 27 Hier à 09:53 Ronaldinho régale au beach soccer 16 dimanche 23 juillet Benjamin Bourigeaud se la joue comme Beckham 7 dimanche 23 juillet Neymar claque un doublé contre la Juve 33 samedi 22 juillet Ménez accusé d'avoir dissimulé sa pubalgie 32 samedi 22 juillet Le fils de Pelé retourne en prison 8 samedi 22 juillet La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 25 samedi 22 juillet Le beau geste de Boateng pour Nouri 11 samedi 22 juillet Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 15 vendredi 21 juillet Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 11 vendredi 21 juillet Manchester City passe au foot US 12 vendredi 21 juillet La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75 jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 20 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 11 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 9 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43