En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Mondial U20

Mondial U20 : les minots à suivre

En 2013, on s'était régalé avec Pogba, Kondogbia, Bernat ou Harry Kane. Deux ans plus tard, le monde s'apprête à découvrir une nouvelle génération de U20 à travers ce qu'il se fait de mieux pour un recruteur : un Mondial des moins de 20 ans.

Modififié

Ceux qui ont déjà une réputation


  • À chaque génération brésilienne son petit prodige. Cette fois, c'est le milieu Andreas Pereira (Manchester United) qui fait figure de future star. Meilleur joueur U21 de la saison des Red Devils, ce milieu de terrain à tout faire - un temps annoncé au PSG - s'est fait une solide réputation en Angleterre, à tel point que le club anglais a eu peur de perdre son petit prodige qui arrivait en fin de contrat cet été. Une prolongation plus tard, le jeune natif de Belgique - formé au PSV - est dans les petits papiers de Van Gaal et chaud pour se construire un palmarès.
  • Autre gros frisson, limite plus, l'attaquant de poche Ángel Correa. Star à 17 piges à San Lorenzo, ce mélange d'Agüero et de Tévez a rejoint l'Atlético Madrid l'an dernier sans s'y imposer. Pas encore. Ce Mondial U20 est la vitrine parfaite pour prendre le même chemin que ses glorieux aînés : Maradona, Aimar, Riquelme, Messi et Banega.
  • Chez les Portugais, on ne jure que par les dribbles de Rony Lopes. Prêté par Manchester City à Lille, le jeune homme aux grosses cuisses est capable de transformer un match à onze en simple foot à 5. Tout en muscles.
  • Enfin, le milieu offensif allemand Julian Brandt - déjà une quarantaine d'apparitions en pro avec le Bayer Leverkusen - a très envie d'imiter ses grands frères, champions du monde chez les darons l'an dernier au Brésil.

    Ceux qui peuvent affoler les recruteurs


  • Un Mondial U20, c'est le meilleur moyen d'envoyer ses scouts pour confirmer ce qu'ils ont déjà ramené des divers tournois U16-U17 qu'ils s'enfilent toute la saison. Surtout, ce Mondial intervient six mois après les différents championnats continentaux de la catégorie (championnat d'Afrique, sud-américain, CONCACAF U20). Dans les sélections africaines, on surveillera le Ghanéen Clifford Aboagye dont l'équipe a terminé troisième du dernier U20 continental et ballon de bronze de l'exercice précédent. Milieu de poche (1,63m) et recruté au berceau par l'Udinese qui poursuit son filon Black Stars (Appiah, Asamoah, Gyan, Muntari), Aboagye s'épanouit pour l'instant dans la B de Grenade avant de revenir faire de la Serie A son stand de tir.
  • Autre attaquant à zieuter, le Flying Eagle Taiwo Awoniyi, champion du monde U17 et récent vainqueur du championnat d'Afrique U20, Awoniyi est déjà dans les petits papiers des gros clubs européens (il joue actuellement en Suède, à Kalmar). Dans trois ans, c'est 5 étoiles sur FM.
  • Mais c'est en Amérique que les futurs cracks pullulent. Que ce soit aux USA avec le duo formé par le milieu d'origine allemande Gedion Zelalem (Arsenal) et de son pote Emerson Hyndman (Fulham) ou alors le Mexicain Hirving Lozano. Joueur de Pachuca, l'attaquant-ailier mexicain est surnommé « El Chucky » et plante autant qu'il vendange. À 19 ans, il a déjà deux saisons dans les jambes. Très solide.
  • Plus au sud, on s'attarde sur les 3T colombiens : Alexia Zapata, Jeison Lucumi et Andres Tello. Alors que Zapata et Tello évoluent déjà en Europe (Udinese et Juventus), Lucumi - récent meilleur buteur du SudAMU20 - fait le bonheur de Cali et devrait faire trembler les ficelles plus d'une fois.
  • Non loin de la Colombie, l'Uruguay aimerait s'envoyer en l'air autour de son trio Franco Acosta-Rodrigo Amaral-Gaston Pereiro. Ce dernier est un amoureux de Recoba… dont il a le portrait tatoué sur le bras et avec qui il vient de gagner le championnat d'Uruguay. Normal.
  • L'Europe n'est pas en reste avec le meneur de jeu allemand Marc Stendera, qui fait les beaux jours de Francfort. L'Allemagne, championne d'Europe U19 en titre d'ailleurs.
  • Quant au Portugal, c'est à travers les godasses d'André Silva que le pays a envie d'éclabousser le monde. L'attaquant du FC Porto est le premier joueur à s'envoyer un quadruplé dans un Euro U19. Ça promet.

    Ceux qui font partie de la famille


  • Fils de Gustavo, Diego Poyet aura la lourde tâche de faire oublier son père dans l'entrejeu de l'Uruguay. Formé à West Ham après avoir vu le jour à Saragosse, le milieu de terrain a de bonnes chances de briller en Nouvelle-Zélande.
  • Autre « fils de » , mais sans doute plus talentueux, Giovanni Simeone n'est autre que le rejeton de Diego. Formé à River Plate où il commence à se faire une place, c'est surtout avec la sélection U20 qu'il ringardise les copains. Lors du dernier championnat sud-américain U20, le petit Simeone s'est illustré avec neuf pions en huit matchs pour emmener son équipe au bout, tombant ainsi le record de Luciano Galletti. Avec Ángel Correa, Simeone forme un duo sexy chocolat.
  • Moins famille, mais un peu quand même, l'OM pourra regarder évoluer ses deux rejetons durant la compétition. Le milieu de terrain brésilien Alef et surtout le défenseur de la Nouvelle-Zélande Bill Tuiloma. Bill est tout simplement le capitaine des Kiwis.


    Ceux pour qui défendre est une vocation


  • Jamais évident de briller défensivement dans une compétition où les joueurs à vocation offensive s'envoient toujours la plus grosse part du gâteau. Pourtant, il y a de quoi faire avec le plateau de cette année. Que ce soit les gardiens du Panama Jaime de Gracia, l'Américain Zack Steffen ou l'Ukrainien Bogdan Sarnavskiy, le dernier rempart sera bien mis à l'honneur.
  • Devant le gardien, on a très envie de voir à l'œuvre le défenseur polyvalent Nicklas Stark - rien à voir avec Ned - capable également d'évoluer comme milieu. Le Germanique est promis à un brillant avenir depuis ses débuts à Nuremberg.
  • Autre Européen à reluquer, le Hongrois Krisztian Tamas, recruté très jeune par l'AC Milan.
  • L'Argentin Emanuel Mammana sera aussi épié pour sa capacité à gérer son arrière-garde. Le joueur de River Plate est couvé par son pays depuis ses premiers poils.
  • Enfin, les deux Africains Alassane Diallo (Sénégal, milieu défensif recruté par Liège) et Ahmed Musa (Nigeria, Beşiktaş) sont très attendus après leurs énormes performances lors des récents championnats d'Afrique U20. Un tournoi que Musa avait terminé avec 4 buts au compteur, soit le meilleur buteur du tournoi. Pas mal pour un défenseur.



    Par Mathieu Faure
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié



    il y a 2 heures 90 Minutes, la meilleure BD de foot du moment ! 5
    il y a 3 heures Un club de D7 allemande propose de recruter Bastian Schweinsteiger 1 Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 4
    Partenaires
    Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
    Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 38 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 85 lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 41