1. //
  2. // Coupe du monde des clubs 2014
  3. // Présentation

Mondial des clubs : sept équipes pour un trophée

Il est là le marronnier de la fin de l'année en matière de football : la Coupe du monde des clubs débute aujourd'hui. Si la compétition fait l'événement sur certains continents, ce n'est pas le cas en Europe où, globalement, la tendance est au « tout le monde s'en fout » . À la vue des forces en présence – les vainqueurs des C1 dans chaque « zone » – il y a tout de même matière à espérer quelques belles oppositions et découvertes.

Modififié
30 18

L'équipe « faites comme chez vous »

Moghreb de Tétouan

Si le Maroc a finalement décidé de ne pas organiser la prochaine Coupe d'Afrique des nations, il s'est tout de même gardé la Coupe du monde des clubs, compétition qu'il accueille pour la deuxième année consécutive. Le deal de la FIFA est le suivant : le pays qui reçoit a le droit d'inviter le club vainqueur du championnat national pour participer au tournoi. L'an dernier, ça avait très bien réussi au Raja Casablanca, finaliste surprise face au Bayern de Munich (0-2). Cette fois-ci, c'est donc le Moghreb de Tétouan qui est de la fête, une formation certes bien moins connue que le Raja, mais qui est en passe de devenir l'une des places fortes du football marocain avec deux titres acquis lors des trois dernières saisons, en 2012, puis donc au printemps dernier. Pas mal en galère ces temps-ci, l'équipe du Nord du pays, proche de Tanger, n'a plus gagné en championnat depuis fin octobre et reste sur une fâcheuse défaite 0-2 concédée à domicile face au Kawkab de Marrakech. Pas la meilleure préparation avant d'affronter Auckland City ce soir à Rabat lors du match inaugural de ce Mondial… Un joueur est à surveiller particulièrement : Moussine Iajour, qui connaît bien la compétition pour avoir inscrit 2 buts l'an dernier sous les couleurs du Raja Casablanca.

L'invité du bout du monde

Auckland City FC

Chaque année, Auckland City FC a pratiquement sa place attitrée pour les festivités. Normal pour le meilleur club de Nouvelle-Zélande, qui règne quasiment sans aucune concurrence sur le football océanique depuis que les Australiens sont partis se frotter aux Asiatiques (voir ci-dessous). En 9 participations à la Ligue des champions du coin, le club de la capitale néo-Z l'a emporté 6 fois et va donc participer au Mondial des clubs pour la sixième fois – un record en la matière – et la quatrième fois consécutivement. Pour quel bilan jusqu'à présent ? 6 défaites et 2 victoires, les deux fois en 2009, contre Al-Ahli (celui des Émirats arabes unis, 2-0) et le TP Mazembe (3-2). Le capitaine actuel, Ivan Vicelich, 38 ans tout de même, va participer à son cinquième Mondial. Sinon, dans l'effectif d'Auckland, absolument aucune tête connue, mais pas moins de 13 nationalités différentes représentées ! L'an dernier, l'équipe s'était inclinée d'entrée 1-2 face au Raja Casablanca.

L'Asiatique pas vraiment asiatique

Sydney Wanderers

Et le représentant du continent asiatique est… un club australien ! Oui, c'est possible, depuis que la Fédération australienne de football a été autorisée à intégrer la Confédération asiatique pour donner une concurrence plus consistante à sa sélection et à ses clubs au niveau international. Le foot aussie en a vite profité par l'intermédiaire du club de Sydney Wanderers, champion d'Australie en 2013 et vainqueur de la dernière Ligue des champions de l'AFC, en éliminant notamment le tenant du titre chinois Guangzhou Evergrande, le FC Séoul et les Saoudiens d'Al-Hilal en finale. Pas mal du tout pour un club créé seulement en 2012 ! Une ascension fulgurante qui doit notamment à l'entraîneur Tony Popović (rien à voir avec l'immense Gregg), ancien international aux 58 sélections. Dans son équipe, peu de noms connus, si ce n'est le Néerlandais Romeo Castelen, ex-Feyenoord et Hambourg notamment. Attention à ne pas confondre : il ne s'agit pas de l'ancien club d'Alessandro Del Piero, qui a évolué dans l'autre club de la ville, le Sydney FC.

La formation « One, two, three »

ES Sétif

C'est un véritable événement pour le football algérien de voir un de ses clubs représenter le continent africain sur la scène mondiale. L'ES Sétif en a bavé pour participer à cette Coupe du monde, en remportant le 1er novembre dernier la Ligue des champions de la CAF face à l'AS Vita Club, représentant la RD Congo (3-3 sur l'ensemble des deux matchs, victoire à la règle du but à l'extérieur). En demi-finale, il avait fallu écarter un autre club congolais, le TP Mazembe de Patrice Carteron. La bataille a été dure à mener, avec le championnat domestique en parallèle, et les Aigles Noirs ne devraient pas arriver au top de leur condition physique. L'entraîneur Kheïreddine Madoui va notamment devoir composer sans le défenseur Abdelghani Demmou. Ils auront un premier test à leur portée en quart de finale face au vainqueur du match Tétouan/Auckland, avant une possible demi-finale face à San Lorenzo. Pour affronter le Real en revanche, il va falloir se hisser jusqu'en finale…

Les « un jour, peut-être ? »

Cruz Azul

Si le football mexicain règne pratiquement sans partage sur la scène nord-américaine, ça coince en revanche systématiquement lorsqu'il s'agit de se mesurer à des équipes d'autres continents. En dix éditions du Mondial des clubs, jamais une formation de la zone CONCACAF ne s'est hissée en finale. Cruz Azul, victorieux des compatriotes de Toluca lors de la dernière finale de la C1 nord-américaine, va relever le défi pour sa première participation, même si ça paraît assez improbable, puisqu'après un quart de finale contre Sydney, il va falloir se coltiner le Real Madrid en cas de qualification pour les demi-finales… Dans l'effectif, peu de têtes connues, si ce n'est les internationaux José de Jesús Corona, Francisco Rodríguez et Marco Fabián, ainsi que l'Argentin Mauro Formica.

Le « cyclone  » béni

San Lorenzo

Vainqueur de la dernière Copa Libertadores en éliminant respectivement Grêmio, Cruzeiro, Bolivar et les Paraguayens du Club Nacional en finale, San Lorenzo participe pour la première fois à la compétition. Les Argentins aimeraient faire au moins aussi bien que les compatriotes de Boca Juniors et Estudiantes, finalistes de l'épreuve en 2007 et 2009. Et si ça veut bien sourire, pourquoi ne pas viser carrément la gagne ? Chez les représentants sud-américains, ce sont à chaque fois des clubs brésiliens qui ont réussi l'exploit de gagner face à un adversaire européen : quatre fois en tout, mais une seule fois lors des sept dernières éditions avec la victoire de Corinthians face à Chelsea en 2012. Si les vétérans de la défense Mario Yepes et Mauro Cetto sont bien là, l'incertitude demeure quant à la présence de Leandro Romagnoli le milieu offensif, qui revient tout juste de blessure. Le pape François, grand fan du « Cyclone » – le surnom du club – n'a plus qu'à prier pour espérer un bon rétablissement et de bonnes performances de son équipe de cœur.

Le très gros favori

Real Madrid

Tiens, une Coupe du monde des clubs : ça ferait joli à mettre sous vitrine et à montrer au public du musée du Real ! Ce trophée est d'ailleurs l'un des seuls qui manque au palmarès du club madrilène, qui avait essayé de le conquérir lors de la première édition en 2000, mais avait lamentablement échoué en terminant au pied du podium. C'était l'époque de Raúl, Morientes, Anelka, Redondo, McManaman, Savio, Geremi, Roberto Carlos, Hierro… Dans l'effectif actuel, ils sont deux à avoir déjà remporté la compétition : Cristiano Ronaldo en 2008 avec Manchester United et Toni Kroos en 2013 avec le Bayern. Entrée en lice des artistes le 16 décembre à Rabat contre le vainqueur du match entre Sydney et Cruz Azul.

Youtube


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Pascal Pierre Niveau : Loisir
Je m'en fous aussi de ce tournoi, sauf sur mes parties FM.

Et je ne saurai donner la moindre explication.
Note : 3
Tout le monde s'en fou en Europe , oui peut etre , sauf pour les principaux clubs y participant !
Aucun président de club Européen ne le niera .
Avoir le trophée inter club le plus important au monde dans sa vitrine , hiérarchiquement de ce plus , rendra toujours un peu plus de prestige au palmarès d'un club .
Ancien soit t'il avec la défunte Copa Intercontinentale , ou ce format plus cohérent dans le nombre de continent représenté .

En Amérique du Sud , etre Champion du Monde des Clubs , ce trophée est le saint graal que ce soit pour le club et les supporters .
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Message posté par El Xeneize

En Amérique du Sud , etre Champion du Monde des Clubs , ce trophée est le saint graal que ce soit pour le club et les supporters .


Surtout parce que Boca se plait à se vanter d'être le (l'un ?) club le plus titré au monde grâce à cette Coupe ^^
" Ce trophée est d'ailleurs l'un des seuls qui manque au palmarès du club madrilène, qui avait essayé de le conquérir lors de la première édition en 2000, mais avait lamentablement échoué en terminant au pied du podium."

Je viens de regarder un truc. En 2000 on a la Coupe du Monde des clubs remportée par les Corinthians et la Coupe intercontinentale remportée par Boca Junior...

La coupe du Monde revient en 2005 (pas d'éditions de 2001 à 2004) alors qu'en 2004 disparait la Coupe Intercontinentale (qui elle est disputée chaque année sans interruption). je suis un peu perdu dans cette histoire. Il y avait deux coupes en 2000 puis il a fallu attendre 5 ans pour que le mondial des clubs supplante définitivement sa concurrente. C'est assez étrange.
Le seul club au Maroc capable de réitérer ce genre de performances est bien le Raja de Casablanca, de part son standing, son école et ses recrutements, il arrive à harmoniser le tout et donner des équipe plutôt compétitive (que ça soit lors de la 1ère édition 2000 ou la dernière 2014), pour le Moghreb de Tetouen, l'évènement est immense, les joueurs n'ont pas assez d'expérience pour répondre aux attentes de leurs dirigeants dans cette compét. qu'est ce que j'aurais aimé voir le même Raja de l'année dernière face à cette machine Madrilènes...
Le Sydney Wanderers n'est plus vraiment l'écrasante équipe que l'année passée. Énormément de cadre sont parti (Hersi, Ono, Mooy, Barresi, D'Apuzzo...). En ce moment l'équipe est dernière du championnat avec 9 matchs sans victoires sur les 9 matchs joués.

Le seul but du club est de ne pas sortir dés le premier tour, mais de jouer contre le Real de Madrid. Ils devront éliminé Cruz Azul. Pas simple.

Le seul atout de l'équipe est Covic (le gardien de but). Mais bien seul depuis le début de saison.
bref un trophée diplomatique quoi... le vainqueur est soit européen, soit sud-américain(pour ne pas dire brésilien ou argentin)... tiens, ça me rappelle un truc qu'on appelle la coupe du monde tout court...
Heiseinberg Niveau : CFA
Il est surtout cool pour le patch "world club champion" sur le maillot du club en cas de victoire, ça en jettes je trouves
C'est un trophée intéressant à remporter pour le club, histoire de bien relancer les ventes de maillot pour la 2e partie de saison avec le nouvel écusson de meilleur club du monde.

Oui je sais, à bas le foot business.
Message posté par Pipo94
Le seul club au Maroc capable de réitérer ce genre de performances est bien le Raja de Casablanca, de part son standing, son école et ses recrutements, il arrive à harmoniser le tout et donner des équipe plutôt compétitive (que ça soit lors de la 1ère édition 2000 ou la dernière 2014), pour le Moghreb de Tetouen, l'évènement est immense, les joueurs n'ont pas assez d'expérience pour répondre aux attentes de leurs dirigeants dans cette compét. qu'est ce que j'aurais aimé voir le même Raja de l'année dernière face à cette machine Madrilènes...


Tout en objectivité, évidemment.

Ils sont combien actuellement au classement, et combien le dernier derby face au Wydad?
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Le mondial des clubs c'est un peu la coupe de la ligue internationale.
Tu passe ton temps à dire que ça sert à rien et que tu t'en fous mais si tu gagnes tu te la racontes.
Sydney n'a jamais été champion d'Australie.
WhiteHartLane Niveau : District
Pourquoi toujours critiquer et dire que c'est inutile ? Si vous saviez les émotions que cette coupe a procurée a tout les marocains lorsque le Raja a atteint la finale . En tant que grand fan du Wydad (club rival) j'ai quand même vibré pour le rival honni. Qu'elle ne vous intéresse pas en Europe ,tant mieux , en tout cas chez nous , on attend que ca !! A bon entendeur
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
C'est dommage car avant l'arrêt Bosman, à l'époque des vraies Coupes d'Europe (C1, C2, C3), la Coupe Intercontinentale avait un réel prestige (beaucoup plus que le Mondial des clubs, j'ai l'impression) ! Et c'était d'ailleurs très équilibré, les clubs européens et sud-américains se partageant les victoires à peu près équitablement (quasiment 50-50)... Mais depuis, l'exode massif des joueurs sudam vers l'Europe a entrainé une perte de compétitivité de ces clubs. Pourtant y avait du lourd : Boca, River, Independiente, Estudiantes, Santos, Sao Paulo FC, Flamengo, Penarol, Nacional...
Message posté par el peruano loco


Surtout parce que Boca se plait à se vanter d'être le (l'un ?) club le plus titré au monde grâce à cette Coupe ^^


Du tout , vu que c'est une addition de tout les trophées remportés , et non que la Coupe Intercontinentale !
Je peux t'assurer que en interne a chaque président qui est élu , c'est plutot la modestie , seul les nouveaux joueurs a leurs présentations parle d'un club a aura mondial .
Docteur Brain Niveau : District
Tout le monde s'enfout sauf les pays de clubs engagés, en RD Congo ici par ex. TP Mazembe en a fait un objectif suprême chaque année pour "honorer l'afrique" et cette année tout le monde s'enthousiasmer déjà d'un REAL - VITA CLUB malheureusement ils n'ont pas gagné la coupe, ça nous intéresse du moment où on est représenté.
mario yepes seriously? il a quoi 45 ans?
et je valide avec nantes
Frenchies Niveau : CFA
Message posté par MerenGone
C'est un trophée intéressant à remporter pour le club, histoire de bien relancer les ventes de maillot pour la 2e partie de saison avec le nouvel écusson de meilleur club du monde.

Oui je sais, à bas le foot business.


non t'as raison, le logo pète grave sérieux !!

je l'ai sur mon maillot messi/unicef/2012 ... le doré est fait de sorte à qu'on dirait un logo 3D carrément !!

Puis sans cette compét, donc des clubs brésiliens et argentins (surtout quoi) ne pourrait jamais se mesurer concrètement à notre champion de C1 et le doute serait donc continuellement permis quant au vrai niveau des championnats.

bon après, c'est un peu comme la "super coupe d'europe", 1 titre sur 1 vrai match (ouais parce qu'en demi hein ...) c'est très très limité comme mérite -_-

le comble étant qu'elle n'est pas jouée avec les mêmes effectifs qui ont été champions continental !

sympa ce truc du pays invité ... mais enfaite il manque 1 club pour faire un "arbre" à 3 tours "pour tout le monde" et que ca ressemble à quelque chose. erf
faudrait qu'ils nous trouvent une zone de plus, qu'un club d'inuites représente les pôles ou jsais pas quoi ^^
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
30 18