1. // Coupe du monde 2014
  2. // Bilan

Mondial 2014 : Et si ça s'était passé autrement ?

Au football, les choses ne se jouent pas à grand-chose, parfois. Pendant cette Coupe du monde, on a encore vu des situations, des petits détails, qui auraient pu tout changer. Le destin d'un homme, comme celui d'une nation. D'ailleurs, on s'est permis de réécrire l'histoire.

Modififié
9 26

Et si… Pinilla avait frappé quelques centimètres en dessous


Au terme de 120 minutes de jeu haletantes, l'attaquant chilien envoie une patate aux 20 mètres. Au lieu de s'écraser sur la barre, le tir file tout droit dans la lucarne. 2-1. Fin.


Galvanisé par ce succès fou contre le pays hôte, le Chili n'a plus peur de rien. Pinilla, lui, pète complètement un câble, et se pointe au match d'après avec des dents en or, des lunettes de soleil et un énorme pendentif représentant la tête de Neymar en train de chialer. Les Colombiens se rendent vite compte de cette transe chilienne, et se font littéralement balayés par Alexis et ses potes, 3-0. James Rodríguez est très déçu, mais est réconforté par une sauterelle géante qui vient l'emmener dans le monde imaginaire de Peter Pan. Arrivés en demies, les hommes de Sampaoli doivent affronter l'ogre allemand. Là encore, on ne tremble pas côté chilien, on joue comme des hommes, le couteau entre les dents. Mais malgré toute leur bonne volonté, ils doivent s'incliner en toute fin de match sur un but sur corner de l'inévitable Miroslav Klose, qui bat ainsi le record de Ronaldo. Manuel Neuer est élu homme du match, avec 190 passes réussies, dix tirs, tous cadrés, et un but refusé pour hors-jeu. Histoire de bien finir son tournoi, le Chili monte tout de même sur le podium, en battant les Pays-Bas aux tirs au but, lors de la petite finale. Oui, trop occupé à dresser une liste des joueurs qu'il souhaiterait voir arriver à Manchester, Van Gaal a oublié de faire entrer Tim Krul à la 121e minute. C'est con.

Et si… Higuaín n'avait pas croqué son face-à-face


21e minute de jeu : Gonzalo Higuaín, lancé par Toni Kroos, est face à Manuel Neuer. Cette fois, il ne va pas dévisser.

À genoux dans le vestiaire, Gonzalo Higuaín laisse ses coéquipiers filer vers la pelouse. Il tourne la tête, à droite, à gauche, presque honteux, comme pour vérifier qu'il est seul. D'une poche intérieure de son sac de sport, le natif de Brest sort une photo abîmée de Stéphane Guivarch'. Il l'embrasse, se signe un bon coup, lève deux doigts au ciel en pensant au buteur de l'AJA et court rejoindre ses partenaires. À la 21e minute de jeu, quand Toni Kroos l'envoie involontairement en face à face contre Neuer d'une tête maladroite, Gonzalo ne pense plus à rien. Il est béni par Stéphane et, par conséquent, ne fera pas comme lui face à Taffarel. Bingo. La frappe est limpide, la lucarne de Manuel Neuer en tremble encore. L'Argentine mène 1-0 et Gonzalo court comme un fou vers la ligne de touche. Il baisse sa chaussette, sort un drapeau breton et l'accroche au poteau de corner. La Bretagne est en liesse. Nice aimerait bien, mais n'a pas le droit de sortir de drapeau. Vexé par le but encaissé plus tôt dans la rencontre, Neuer sort les crampons en avant sur Higuaín qui l'a pourtant devancé. Gonzalo perd toutes ses dents et est mort pour le football, mais vainqueur de ce match. Touché par cette histoire, François Hollande propose la nationalité française à celui qui s'appelle désormais Gonzalo Battistec, né à Brest, dans un autre Finistère. Celui des champions du monde.

Et si… Samaras avait raté son penalty contre la Côte d'Ivoire


Une faute de Giovanni Sio dans la surface et une balle de huitième de finale au bout du pied de Georgios Samaras. Sauf que cette fois, Didier Drogba est dans les cages.

Le dernier match du groupe C est ce qu'on peut appeler un seizième de finale. L'équipe qui gagne s'envole pour les huitièmes. À noter que, toutefois, un nul suffit aux Ivoiriens pour se qualifier. Et ce nul, ils le tiennent jusqu'à la 91e minute de jeu. Moment parfaitement choisi par Sio pour faire une faute sur Samaras dans la surface. Penalty, donc. Le joueur du Celtic décide de se faire justice tout seul. Au bout de son pied droit, une qualification historique en huitièmes de finale pour la Grèce. Capitaine des Éléphants, Didier Drogba décide de prendre ses responsabilités et prend place dans les bois ivoiriens. Déstabilisé, Samaras foire son péno que Drogba capte facilement. C'est fait, les Ivoiriens sont en huitièmes. Même si derrière les hommes de Lamouchi se font sortir par le Costa Rica, ce n'est pas grave, ils sont reçus en héros au pays, où une statue de Drogba est édifiée devant la cathédrale Saint-Paul d'Abidjan.

Et si… les Argentins avaient chanté Femme que j'aime de Jean-Luc Lahaye


Parce que le tube de la Coupe du monde, « Brasil decime que se siente  » est né un peu par hasard, tout le monde aurait pu avoir sa chance. Même Jean-Luc Lahaye.


Il est 7h, Buenos Aires s'éveille et, comme tous les matins, c'est difficile pour Nacho Harraca. Il se frotte les yeux, se gratte les parties intimes et allume la radio. Du poste sort péniblement un air de Creedence Clearwater Revival pendant que Nacho ouvre le robinet d'eau chaude de la douche. « Brasil decime que se siente » , commence-t-il à entonner, un peu au hasard, mis de bonne humeur par l'arrivée imminente de la Coupe du monde. Mais la fréquence grésille pendant que l'eau chaude commence à couler. Nacho change de station puis attrape sa savonette. 98.7 fm, ESTACión Nostaglia. Femme que j'aime, de Jean-Luc Lahaye se faufile dans les tympans de Nacho. Un hymne est né. Un délicieux « Albiceleste, Albiceleste, simplement je te dis, je t'aime » , résonne à l'unisson dans le Maracanã à l'occasion du premier match de l'Argentine face à la Bosnie. Un succès international. Partout, dans les rues de Rio, on voit des Argentins défoncés à la caïpirinha entonner « Leo, t'es comme un soleil, qui brille, dans mes nuits, je prends racine en toi / Angel, Angel, stars de mes films préférés, tu sais, je t'aime, je t'aime » . Virales, les vidéos parviennent jusqu'au bureau de Sepp Blatter au fur et à mesure que l'Albiceleste avance dans la compétition. À l'aube de la finale face à l'Allemagne, le Suisse, séduit par le côté francophone et pacifique du chant, décroche son téléphone. « Allo, Jean-Luc ? C'est Sepp. Dis-moi, ça te dirait de venir chanter pour la cérémonie de clôture ? Crois-moi, c'est autre chose que la tournée RFM party 80, hein. S'il y a des nanas de moins de 70 piges ? Évidemment… » En première dans son Paris-Rio, Jean-Luc récite son classique pendant 10h30, avec les paroles remixées des Argentins. Arrivé au Maracanã, il chevauche la Harley qu'il a demandée, enfile son perfecto blanc et bleu, puis accélère. Accueilli comme une star par les supporters argentins, il dégaine son classique, repris par la quasi-totalité du stade. Lionel Messi stoppe son échauffement pour aller lui réclamer un autographe pendant qu'Ezequiel Lavezzi bouche le pot d'échappement de sa moto avec une pomme de pin. Le plus beau moment de sa carrière.

Et si… Suárez n'avait pas mordu Chiellini


À dix minutes du terme d'Uruguay – Italie, Luis Suárez a des envies de morsure. Mais au lieu de ça, il fout juste un coup de coude dans le grand nez de Chiellini.

Après l'épisode Mamadou Sakho, non sanctionné pour son coup de coude, la Commission de discipline de la FIFA ne peut évidemment pas sévir sur le cas Suárez. Le joueur est donc aligné face à la Colombie, en huitièmes de finale. Dans le couloir qui mène au terrain, le Pistolero s'approche de James Rodríguez, et lui glisse à l'oreille que les deux seuls James qu'il respecte, c'est James Bond et James Franco. Touché par cet aveu, la pépite colombienne passe complètement à côté de son match, tandis que Suárez marque le seul but du match, des dents, sur corner. Le lendemain, la presse uruguayenne chambre : « Attention Luis, le café colombien jaunit les dents » . Piquant. En quarts, les Uruguayens sont opposés au Brésil. La revanche du Maracanazo, 64 ans plus tard. Terrorisés par les fantômes de 1950, les Brésiliens n'arrivent pas à rentrer dans leur match, d'autant que les joueurs de la Celeste arborent tous, pour l'occasion, un maillot floqué « Ghiggia » . Thiago Silva se met à pleurer sans raison en plein match, tandis que Neymar, qui s'est pété une vertèbre lombaire en recevant une poignée de porte dans le dos, assiste au match du banc de touche. L'Uruguay s'impose 2-1, mais le peuple brésilien relativise : « Ce n'est pas comme si on avait pris un 7-1 en demi-finale. » Comme en 2010, le rêve de la Celeste s'arrête en demi-finale, contre l'Allemagne. Les Teutons s'imposent tranquillement 2-0, sans forcer. À la fin de la rencontre, trop déçu, Suárez craque et tente de mordre le bras de Neuer. Évidemment, il se pète les deux dents de devant, et doit être transporté à la clinique vétérinaire spécialisée nouveaux animaux de compagnie (NAC). Au moins, avec des facettes, il ne recommencera plus.

GM, SB et EM
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Comme quoi toutes les analyses très péremptoires qu'on entend depuis la victoire allemande sur la qualité de la formation, de la gestion des clubs et de la science de Joachim Löw ne tiennent sur rien.

C'est la beauté de ce sport : aucune certitude n'est possible.
La bière de Souza Niveau : Loisir
Comme disait mon tonton Marc : "avec des si on ferait des impératrices."
Merci aux trois auteurs, j'me suis bien marré !
Message posté par La bière de Souza
Comme disait mon tonton Marc : "avec des si on ferait des impératrices."


Ou si ma tante en avait elle serait mon oncle
Note : 6
J'aurais plutôt vu "Et si Suarez avait été sanctionné immédiatement ?".
Ce qui nous donne l'Italie vainqueur final, en battant l'Allemagne, comme d'hab quoi.
Merengue_Celeste Niveau : DHR
Un "Si" qui aurait été intéressant de développer c'est le piqué de Silva à 1-0 pour l'Espagne contre les Pays Bas ! Tellement de truc à dire dessus. Ah et un autre aurait été cool de détailler c'est le tir de Karim à la dernière minute ! Neuer qui se troue des prolongations, un match qui aurait pu devenir fou :D
Merengue_Celeste Niveau : DHR
Message posté par Merengue_Celeste
Un "Si" qui aurait été intéressant de développer c'est le piqué de Silva à 1-0 pour l'Espagne contre les Pays Bas ! Tellement de truc à dire dessus. Ah et un autre aurait été cool de détailler c'est le tir de Karim à la dernière minute ! Neuer qui se troue des prolongations, un match qui aurait pu devenir fou :D


Ouille quelques oublies !

*Ah et un autre qui aurait ...
Neuer qui se troue dans les les prologations...
Et si l'arbitre de Bosnie-Nigéria avait validé le but de Dzeko ?...snif
Why not Stevie ? Niveau : DHR
Et la chatte hollandaise face au Mexique, on en parle ???
ChapeauDePaille Niveau : DHR
Excellent les gars !
Oh la vache vous êtes allés le chercher ou ce paragraphe avec jean-luc lahaye, y'a vraiment que sur so foot qu'on peut voir ce genre d'article, je sais pas dès fois ce que les auteurs consomment mais ça doit être bon.
KingMastre Niveau : CFA2
Après les kleenex pour m'essuyer les yeux, j'ai besoin d'un Rennie pour mes crampes au bide... Ahhhhhhh une bonne tranche de rire et ma femme qui me regarde comme un demeuré, c'est ma souffrance préférée. MERCI SO FOOT...
J'y ai pense aussi au pique de sylva, ce genre d'action qu'on oublie mais qui peut tout changer.
Malgré leur contre performance au mondial, sans doute du a une fatigue physique et mentale. L'Espagne était la meilleure sélection avec l'Allemagne, et le Chili.
KingMastre Niveau : CFA2
Après les kleenex pour m'essuyer les yeux, j'ai besoin d'un Rennie pour mes crampes au bide... Ahhhhhhh une bonne tranche de rire et ma femme qui me regarde comme un demeuré, c'est ma souffrance préférée. MERCI SO FOOT...
KingMastre Niveau : CFA2
Après les kleenex pour m'essuyer les yeux, j'ai besoin d'un Rennie pour mes crampes au bide... Ahhhhhhh une bonne tranche de rire et ma femme qui me regarde comme un demeuré, c'est ma souffrance préférée. MERCI SO FOOT...
KingMastre Niveau : CFA2
Après les kleenex pour m'essuyer les yeux, j'ai besoin d'un Rennie pour mes crampes au bide... Ahhhhhhh une bonne tranche de rire et ma femme qui me regarde comme un demeuré, c'est ma souffrance préférée. MERCI SO FOOT...
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
9 26