Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Groupe C
  3. // Bayer Leverkusen/Monaco (0-1)

Monaco se soigne chez Bayer

Lucas Ocampos a décoincé une rencontre rugueuse et triste pour les yeux. En marquant le seul but du match, l'Argentin permet à Monaco de n'avoir qu'un point à gratter contre le Zénith pour passer en huitièmes.

Modififié

Bayer L. - Monaco
(0-1)

L. Ocampos (71') pour Monaco.


Quand un match se joue plus avec les bras qu'avec les pieds, ce n'est jamais signe de grande qualité, malgré la présence du patron des bourre-pifs sur la pelouse, Emir Spahić. Non, le Bosnien n'est même pas au sommet de son art. Alors qu'on s'imagine un nouveau 0-0 sans sourire, l'entrée à l'heure de jeu d'Ocampos, mêlée aussi à la fatigue d'un très faible Bayer, sauve la rencontre.

Coups de barre


Oui, pendant près d'une heure, c'est l'oppression sur la pelouse des pharmaciens. Les deux équipes se disputent le ballon sur un périmètre de la taille d'un confetti. Rares sont les séquences à plus de 3-4 passes. Et c'est bien dommage, car le seul petit jeu à trois, avec le héron Kiessling en point d'appui et Çalhanoğlu à la frappe, offrait dès l'entame une belle promesse (2e). Entre les concours de baffes et les énormes boîtes que se livrent les 22 acteurs, la première période n'aura par exemple accouché que d'une demi-volée des 25 mètres de Bender, sur la barre de Subašić, après un dégagement aérien très approximatif d'Abdennour (26e). Rien d'autre, le Bayer tente bien deux fois de loin, à l'allemande, mais le quatuor Son-Kiessling-Bellarabi-Çalhanoğlu déçoit dans les petits espaces. Côté Monaco, Ferreira Carrasco réussit bien quelques percées, mais se retrouve soit en gros manque de soutien, soit face au nerveux Donati, qui lui réserve un traitement rugueux.

Les sombreros d'Ocampos


À vrai dire, on n'espère même plus grand-chose de la seconde période, dans ce groupe qui verra de toute façon sortir deux des plus faibles équipes que le plateau des huitièmes de finale aura à offrir. On attend juste la fatigue ou un peu de sang frais. Ou un concours de circonstances peut-être. Ferreira Carrasco, loin d'être ménagé ni dans les duels ni par l'arbitre, et sous le coup d'une suspension, est appelé par Jardim sur le banc pour lancer Lucas Ocampos. Sur ses premières courses, l'Argentin décoince la partie, en commençant par un triple coup du sombrero autour du rond central pour mener l'offensive. Berbatov, inspiré par le nouvel entrant, offre sa première régalade sur le côté droit, à base de double contact, pour servir Dirar. Le centre parfait de l'ailier monégasque trouve Ocampos, qui marque de près en taclant (71'). Si les espaces s'ouvrent inévitablement ensuite, le chapitre technique de la rencontre s'est malheureusement refermé sur cette fulgurance argentino-bulgaro-marocaine. En défendant comme en première période, à savoir sans espérer aucune relance, Monaco arrive à tenir le maigre avantage, avec un Jérémy Toulalan dans ses petits souliers lorsqu'il s'agit de mettre la mailloche dans un match de vilains. L'ASM, avec ce petit but, conserve évidemment ses chances pour les huitièmes de finale et n'a besoin que d'un point, contre le Zénith, pour passer au tour suivant. En même temps, est-ce vraiment une si bonne idée ?


Les notes du match

⇒ Résultats et classement de la Ligue des champions

Par Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
mardi 17 juillet Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17