Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 9e journée
  3. // Monaco/Saint-Étienne (2-1)

Monaco s'impose au finish

Face à un Saint-Étienne aux deux visages, l’AS Monaco s’est imposée en fin de match grâce à un but d’Ocampos. James Rodríguez a justifié ses 40 millions, tandis que les Verts peuvent regretter leur entame insipide.

Modififié
Monaco bat Saint-Étienne 2-1
Buteurs : Ferreira Carrasco (15e), Ocampos (88e) pour Monaco ; Hamouma (48e) pour Saint-Étienne

C’est sans aucun doute la marque des grands. Monaco n’est plus aussi flamboyant que lors de ses premières sorties, mais gagne. Ce soir encore, face à des Verts qui restaient sur 3 matchs sans victoire, Monaco a maîtrisé en première période, puis souffert dans le second acte. Mais grâce à un James Rodríguez de gala, les hommes de Ranieri ont fait la différence par 2 fois pour finalement terrasser un ennemi trop inconstant.

James s’enflamme

La première mi-temps est à sens unique. Sous l’impulsion de James Rodríguez qui profite de sa titularisation pour justifier de son talent, les hommes du Rocher confisquent le ballon. Le Colombien est de tous les bons coups et délivre une merveilleuse passe de l’extérieur du gauche pour Ferreira Carrasco qui, seul face à Ruffier, profite de l’offrande et glisse le ballon sur la gauche du gardien stéphanois (15e, 1-0).

Logique, tant les 45 première minutes des Verts sont insipides. Le trio Diomande-Lemoine-Cohade coule et abandonne une défense qui tricote. Ce dernier est même tout près de donner le premier but à Moutinho sur une passe en retrait mal ajustée (8e), tandis que Baya Sall démontre à plusieurs reprises qu’il est un colosse à la technique d’argile. Il faut un grand Ruffier pour maintenir le bateau vert à flot et remotiver les troupes, à l’instar de son altercation avec Mollo sur un corner monégasque. Car en face, Monaco déroule, facile dans la relance et bien aidé par le manque d’agressivité de l’adversaire (une seule faute en 37 minutes). Falcao pèse, Moutinho orchestre, Rodriguez dynamite. On se dit alors que les hommes de Ranieri peuvent siroter un cocktail peinard à la mi-temps, tant la maîtrise est évidente.

Le réveil vert

Pourtant, au retour des vestiaires, le coup de gueule de Galtier semble avoir porté ses fruits. Les boulevards du milieu de terrain se transforment en impasses et la créavité regagne les pieds de Cohade. Dos au but, le Stéphanois glisse le ballon entre Abidal et Carvalho, jusqu’alors impeccables, à destination de Romain Hamouma. Profitant du mauvais alignement du jeune Tisserand, remplaçant de Kurzawa dans le couloir gauche, l’attaquant ajuste Subašić d’un tir croisé. Saint-Étienne y croit de nouveau. Plus mordants, les Verts se procurent quelques occasions, à l’image de cette frappe de Corgnet à la 80e. Le miracle est même tout proche lorsque Gradel, qui effectuait son retour, se présente seul face au gardien monégasque à 5 minutes du terme, mais voit sa frappe détournée par le Croate. C’est le tournant du match.

Ranieri utilise alors ses dernières cartouches en faisant entrer Germain et Ocampos. Et ça marche. Le jeune Argentin réceptionne un centre de Rodriguez, encore lui, pour, d’un extérieur du droit, trouver le petit filet opposé de Ruffier, impuissant (88e). Monaco s’est fait peur, mais, en favori assumé de la Ligue 1, s’offre un succès précieux dans la conservation du leadership. D’autant que le PSG se prépare pour un classico capital ce dimanche.

par Raphael Gaftarnik
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 79
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 14:14 La statue de Falcao 33 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 49