1. //
  2. //
  3. // PSG-Monaco (0-2)

Monaco réalise le hold-up parfait

Pourtant bien meilleurs que leurs adversaires du soir, les Parisiens se sont fait surprendre par des Monégasques réalistes. Vágner Love, d'abord, puis Fabinho ont fait tomber en trois minutes le champion de France. La belle opération du week-end est monégasque.

Modififié
947 59

Paris Saint-Germain 0-2 AS Monaco

Buts : Vágner Love (65e), Fabinho (68e)

Trois petites minutes. C'est tout ce dont ont eu besoin les Monégasques pour venir voler trois points promis à Paris dès le coup d'envoi. Plus entreprenants que les hommes de Leonardo Jardim, mais sans doute un peu trop faciles en seconde période, les hommes de la capitale n'ont rien pu faire lorsque Vágner Love et Fabinho sont entrés armés dans la banque et ont demandé à tout le monde de lever les mains en l'air. Ni David Luiz, scandaleux de laxisme sur le deuxième but, ni Trapp n'ont eu le temps d'alerter la police en appuyant sur le bouton dissimulé sous le comptoir, et les malfrats ont eu le temps de voler les précieux points enfermés dans le coffre de Laurent Blanc. Même pas encagoulés, les malfaiteurs ont ensuite pris la fuite dans un bus rouge et blanc. Les polices lyonnaise, niçoise et rennaise les recherchent activement. Pour tous les témoignages, appelez Jean-Michel Aulas.

Impliqués mais trop facile


Pour ce choc au sommet d'une Ligue 1 qui a déjà trouvé son champion, Laurent Blanc choisit d'aligner un onze de départ ultra offensif. Quoi de plus normal quand c'est Jay-Jay Okocha qui donne le coup d'envoi fictif ? En face, Leonardo Jardim doit composer avec les blessures, et c'est donc une équipe de Monaco remaniée qui se présente sur la pelouse du Parc des Princes pour sécuriser sa deuxième place. Mais les hommes du Rocher sont vite dépassés par un Paris compact, qui ne met que trois minutes avant de se procurer sa première occasion franche de but. Mais Danijel Subašić sort bien pour priver Cavani d'un joli but (3e). Zlatan Ibrahimović décroche beaucoup de son poste d'avant-centre, déstabilisant le jeu adverse comme jamais. Si la défense monégasque parvient à constamment se dégager, les hommes de Jardim sont bien incapables de construire la moindre phase de jeu intéressante. Thomas Lemar manque pourtant d'ouvrir le score après un très bon centre de Mbappé (19e). Mais le jeune attaquant s'emmêle les pinceaux et manque le ballon.

À mesure que les minutes s'égrainent, les hommes du Rocher remontent d'un cran, sans toutefois parvenir à s'emparer du ballon plus de quelques secondes. Bakayoko parvient à tenter sa chance des vingt mètres, mais le tout reste trop brouillon (25e). Pour sa première titularisation dans le cœur du jeu parisien, Di María est bien tenu et peine à placer l'une de ses accélérations létales. Même s'il ne mène à rien, le petit pont de Marquinhos sur Echiejile fait frissonner les spectateurs présents (26e). Le ciseau d'Edinson Cavani, lui, ne trouve pas le cadre (29e). À la demi-heure de jeu, les Parisiens accélèrent, et sans une tête de Jemmerson et un dégagement en catastrophe dans la foulée, les hommes de Laurent Blanc auraient pu être récompensés de leur bonne mi-temps. Edinson Cavani tente et tente encore, mais cette fois-ci, l'Uruguayen ne parvient pas à cadrer sa tête (39e). Dommage, le centre de Marquinhos était pourtant excellent.

Braquage à la brésilienne


À peine revenus des vestiaires, les Parisiens remettent le bleu de chauffe. Zlatan ne parvient pas à redresser son ballon (45e), mais l'alerte est donnée sur les buts de Subašić. La pression est maintenue dans le camp monégasque, mais comme en première période, le bloc défensif imaginé par Leonardo Jardim tient bon. Les Monégasques ne parviennent toujours pas à conserver le cuir et se contentent de défendre comme ils le peuvent face à des Parisiens toujours plus entreprenants. Les rares contres des visiteurs ne mènent à rien, à l'image de cette passe inexpliquée de Vágner Love à Edinson Cavani. Il faut attendre l'heure de jeu pour voir les joueurs du Rocher se procurer leur premier corner du match. Un coup de pied de coin, signe d'un changement de mentalité des Monégasques, enhardis et enfin décidés à faire un coup ce soir. D'autant qu'au fil des minutes, les Parisiens sont de moins en moins dangereux devant les buts adverses.

Moins incisifs devant, les Parisiens sont aussi moins organisés derrière. Après un très bon travail de Lemar, Vágner Love parvient à ouvrir le score dans une défense apathique qui devra répondre de ce méfait à Laurent Blanc, furieux de la deuxième période des siens. Moins de trois minutes plus tard, Fabinho double même la marque sur un penalty qu'il était lui-même allé obtenir. La faute de David Luiz est grossière, la panenka du Monégasque bien réalisée. Le PSG se dirige tout droit vers une défaite au Parc des Princes et le mini-séisme qui l'accompagnera. Embêtés, les Parisiens tente le tout pour le tout. Sur corner, Edinson Cavani pense trouver la faille, mais Subašić est à la parade. Le Z ne cadre même pas sa tête dans un but pourtant laissé vide. Monaco peut se réjouir : le hold-up est parfait.

  • Résultats et classements de la Ligue 1

    Par Gabriel Cnudde
  • Modifié

    Dans cet article

    read my mind Niveau : National
    Note : -1
    Note : 2
    Vite vite vite, les tweets d'Aulas, j'ai préparé le pop-corn !
    pourGrèce2004en2016 Niveau : District
    mon dieu... ca me rappelle le genre de match a fifa ou tu fais 35 tirs dont 6 gros cocasse manquées et l'adversaire 1 et tu perds 1-0...

    le genre de match ou ta envies de casser ta manette.. la c'est mon telephone qui en a failli faire les frais..

    dire que j'ai faillit claquer mes 50 balles pour aller au parc voire la fete du titre.
    Note : 1
    Cette victoire devrait rapporter 6 points !

    Rage JMA, rage. ^^
    Merci paris (désolé d'avoir gaché la fête hein), bien joué Lolo d'avoir mis le 11 type (surtout Cavani) pour pas te faire emmerder par l'autre vieux con. Le tout sans nos 2 maitres à jouer portugais et toujours avec un centenaire, Echiejilé et Raggi en défense et même un néophyte!
    On demandera pas de prime pour cette première défaite à domicile depuis 34 matchs, on se contentera des 3 points (et de ce manque total de respect sur le penalty) et de garder notre deuxième place! Que ceux qui la mériteraient plus viennent la chercher! In Jardim we trust!
    Note : 1
    Je suis content de la leçon prise par Canal + ce soir. Gageons cependant qu'elle ne sera pas retenue, ni même remarquée.

    Il n'existe qu'une statistique plus importante que le score, c'est celle du nombre d'occasions de buts.
    La possession de balle n'est qu'un biais, sans aucune utilité si elle n'est pas la génitrice de ce qu'il y a de plus concret au football : la frappe au but.

    Le Barça a vraiment vicié beaucoup de monde dans sa manière de voir et d'aborder le football : le dédain est venu se poser sur tous ceux qui décidaient d'aborder le football différemment et je trouve ça tellement triste.

    Alors, vous imaginez mon malaise à la mi-temps lorsque cette équipe de Canal + se pavanait devant ce joli et sympathique toro parisien avec un dégueulis de statistiques plus inutiles les unes que les autres. Le malaise que je ressens quand je vois ces journalistes sortir ces chiffres avec concupiscence en faisant croire que c'est de l'analyse.
    Bref, je ne les aime pas.
    pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
    Note : -1
    Sinon ca va faire le dauphin le plus degeu depuis l'Om de Baup
    Note : 1
    Bon les groupies de Zlatan va falloir m'expliquer là : ce soir il a combiné la lenteur de Motta et l'imprécision de la Cav'... Mais qu'il aille se la faire sculpter chez les anglais sa statuette
    J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
    C'est vraiment cohérent ce Monaco, 6 mois pour re-régler la machine qui avait été changée au mercato, en faisant le dos rond pour rester dans la course, et depuis ça redevient une machine qui maitrise ses matches.

    Jardim est très très fort. Il profite en plus du relâchement parisien mais bon.
    Une charnière avec ce Jemerson dont on a pas entendu parler, donc un bon signe à priori.

    Ceux qui parlent de championnat faussé, les relégués qui laissent filer les matches, ou le ventre mou qui ne courre plus, ça a toujours existé, faut faire son championnat sans s'occuper des autres... C'est comme ceux qui ont pris l'ASM quand c'était en rodage, ou qui jouent l'OM chez eux en ce moment, il y a des bonnes périodes pour chacun...
    Et si Aulas à l'impression qu'on la lui fait à l'envers, bah tant pis pour lui, il avait qu'à changer de coach plus tôt par exemple (et il vous reste 2 relégués à jouer)

    Note : 1
    Message posté par halfcab
    Psg préfère un deuxieme comme monaco qui part complètement en couille qui sans un grand coach serait 6e plutôt qu un club structure et ambitieux comme l OL. Sans jardim ce club est foutu.


    Ah ah et sans Pep le Bayern est foutu mardi non? Et lyon sans...ah non! Manges ton ambition!
    *Je voulais dire "la seconde statistique la plus importante après le score est celle du nombre d'occasions de but"**
    Note : 1
    @Shin Beth,

    Je n'ai jamais aimé le Barça de Pep.
    Mais mon désamour était tout de même mesuré, pour plusieurs raisons :
    - Ce que faisait Pep était génial, dans le sens où personne n'avait joué comme ça depuis longtemps/toujours. Difficile de critiquer l'inventeur, plus facile de critiquer les pâles copieurs (il n'y a eu que des pâles copieurs de toute manière).
    - Cette domination n'était pas stérile, à part sur la fin. Elle s'accouplait avec une intensité surréelle qui n'a jamais été égalé (et dont certains ont douté et doutent encore). Ils allaient justement au delà de la statistique car la domination chiffrée provoquait un nombre de buts incroyables.
    - Il y avait très régulièrement des actions de classe/mythiques, comme celles de la fameuse "Manita".

    C'était juste une question de goût, quoi. Je n'ai rien contre le jeu de possession et après de nombreuses discussions à droite/à gauche, je suis convaincu que le PSG doit jouer ainsi.

    Par contre, je suis vraiment mal à l'aise face à certaines "analyses" qui parlent de ce jeu comme le seul et unique et qui accumulent les chiffres sans les contextualiser. Moi, ça m'ennuie, ça veut rien dire et ça se voyait à mille km que le PSG n'allait pas marquer sans changer un peu de tempo, chiffres ou pas.
    rastacouaire Niveau : District
    Note : -1
    Clair qu'entre clubs de nouveaux riches, faut se serrer les coudes....
    FolkTheWorld Niveau : District
    Note : 1
    On attend la plainte d'Aulas sur Paris qui selon lui fausserait le championnat.
    @Shin Beth,

    Je suis plutôt d'accord, donc !
    Je tiens simplement à ce qu'on n'occulte pas le raz-de-marée qu'a été ce Barcelone dans ce sport que nous aimons tant.
    Mais comme chaque torrent, ça laisse quelques dégâts derrière.
    dobbystereo Niveau : DHR
    Note : 2
    Message posté par rastacouaire
    Clair qu'entre clubs de nouveaux riches, faut se serrer les coudes....


    C'est pour ça que l'OL a gagné contre Paris (désolé, mais si dans les trois il y a un nouveau riche, c'est bien Lyon)



    Sinon c'est scandaleux un match pareil... tout pour faire chuter Nice, le complot anti-aiglons des qataris est vicieux....
    Message posté par Algiers
    @Shin Beth,

    Je n'ai jamais aimé le Barça de Pep.
    Mais mon désamour était tout de même mesuré, pour plusieurs raisons :
    - Ce que faisait Pep était génial, dans le sens où personne n'avait joué comme ça depuis longtemps/toujours. Difficile de critiquer l'inventeur, plus facile de critiquer les pâles copieurs (il n'y a eu que des pâles copieurs de toute manière).
    - Cette domination n'était pas stérile, à part sur la fin. Elle s'accouplait avec une intensité surréelle qui n'a jamais été égalé (et dont certains ont douté et doutent encore). Ils allaient justement au delà de la statistique car la domination chiffrée provoquait un nombre de buts incroyables.
    - Il y avait très régulièrement des actions de classe/mythiques, comme celles de la fameuse "Manita".

    C'était juste une question de goût, quoi. Je n'ai rien contre le jeu de possession et après de nombreuses discussions à droite/à gauche, je suis convaincu que le PSG doit jouer ainsi.

    Par contre, je suis vraiment mal à l'aise face à certaines "analyses" qui parlent de ce jeu comme le seul et unique et qui accumulent les chiffres sans les contextualiser. Moi, ça m'ennuie, ça veut rien dire et ça se voyait à mille km que le PSG n'allait pas marquer sans changer un peu de tempo, chiffres ou pas.


    Je trouve tout ce que tu dis extrêmement juste (et je me suis connecté pour le dire, ce qui est un geste très fort)
    Note : 1
    Je pense surtout que ce résultat est la volonté de la Direction de montrer qu'elle conserve et respecte notre histoire : Monaco a toujours été une bête noire !
    A une autre époque, un 0-2 au Parc contre Monaco ç'aurait été le tarif habituel !
    Ca plus le coup d'envoi de Jay Jay, ne venez plus nous dire que les Quataris respectent pas le club !!
    souzadeoliveira Niveau : Ligue 2
    Moi je l'aime bien le Marquinhos sur la droite, il déborde bien et ses centres sont de qualité, il en a un peu abusé à la fin, il est vrai, mais à 2-0 on ne peut le blâmer.
    Un peu d'application de la part de nos attaquants et au moins l'un des centres du Marquis aurait dû être catapulté au fond mais c'est surtout de la faute de Raggi qui a fait un match de porc dans le domaine aérien, IMPRESSIONNANT le salaud !

    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    947 59